16 mai 2014

en Alsace à Ammerschwihr, Etienne SIMONIS, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Etienne SIMONIS à Ammerschwihr, c’est un vigneron qui est parti dans les starting blocks le 1 janvier, il a à peine 21 ans. Pas le temps de réfléchir, il faut il aller. Et vu la petitesse de la superficie du domaine, Etienne preste chez un autre viticulteur. Il faut bien s’organiser pour passer de l’un à l’autre…

Chaque jour est un apprentissage, et lors de ses études, il était avec le fils d’un ouvrier de chez Leflaive à Puligny, qui s’essayait alors à la biodynamie… Ces flacons avec ces têtes de mort, des produits chers dont l’efficacité n’était pas tangible dans la vigne. Tout ça trotte dans la tête de notre petit vigneron qui, essai après essai, convertira son domaine à la biodynamie.

Assisté de Katia son épouse, ils gèrent 7 hectares de vignes pour produire des vins qui sont tout, sauf caricaturaux ! Dixit Etienne. J’ai été surpris par le pinot blanc, profond et rond à la fois, avec un prix tout doux, avec tous les vins en général. Profondeur, authenticité, marque du terroir, voilà ce que ça donne une dégustation chez Etienne et Katia.

Allez à la découverte de ce fabuleux couple qui pratique la biodynamie comme Monsieur Jourdain faisait la prose, comme une première nature.

Bon visionnage, elle est pas belle la vie ?

10 Responses to “en Alsace à Ammerschwihr, Etienne SIMONIS, la vidéo !!”

  • Olivier

    Bonjour Pat,

    Quelle belle coïncidence que cette vidéo.
    Mon caviste préféré chez qui je me suis rendu le weekend dernier m’a justement fait découvrir une cuvée du domaine, à base de plusieurs cépages. Peut-être l’Alter Ego (à vérifier) …
    Et bien, une très agréable surprise ! Parfait vin d’apéro et de charcuterie.
    Je sais qu’il doit rentrer quelques cuvées du domaine prochainement. Inutile de dire que j’irais voir tout cela de plus près.
    C’est un domaine que je connaissais car il venait sur un salon pas loin de chez moi.
    Et je l’avais déjà goûté mais avant la reprise par le fils puis perdu de vue.
    Depuis, quelques rares quilles tastées ici et là m’avaient laissé une belle impression.
    Ta vidéo, comme d’habitude, m’a mis l’eau à la bouche ! 😉
    J’en retiens, entre autre, la cuvée de Pinot Gris, cépage dont je suis loin d’être fan mais il n’y a que les i …. qui ne changent pas d’avis. 🙂
    Et puis un jeunot 😉 (que n’ai je encore 40 ans …) qui bosse bien, ça s’encourage !

    À très bientôt,

    Olivier

    • salut Olivier,

      tu as raison, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis. J’ai mis du temps à aimer la syrah, et hier soir, la rencontre probablement avec la plus belle de ma vie : le Saint-Joseph de Pierre GONON. Monstre de finesse, d’élégance, d’intensité, sans tomber dans le diaphane. Du grand, de l’immense, de la chair de poule…

      Pour le reste, l’article sur notre ami alsacien viendra en son temps, dans 4 semaines environ, le bon délai pour faire suivre la vidéo.
      Portes-toi bien, gourmandes salutations.

      Pat

      • Olivier

        Pat,

        En même temps, tu n’as pas choisi le plus manchot de St. Jo ! 😉
        Je ne sais pas si la bouteille avait quelques années mais ça vieillit avec harmonie.
        Et le blanc, St. Joseph Les Oliviers, est au top aussi.
        Pas de cuvée parcellaire chez ce vigneron et tout ce que j’ai pu déguster était très très bon !

        Porte toi bien,

        Olivier

        • C’est en fait un caviste de Tain, le Grec Georges qui m’a fait la sélection. Bon, ça a coûté ce que ça a coûté, mais quel bonheur !
          Les élèves étaient aux anges. Et moi je passais pour Dieu… 😉

          A bientôt l’ami, gourmandes salutations.

  • Thomas BLAIN

    Salut Pat,

    A force de te lire, on en vient doucement à avoir l’impression de te connaître…je suis sur, tu m’en excuseras !
    Juste quelques mots pour te remercier pour ce blog vraiment top. Je me plonge à chaque nouvel article dans ta verve rabelaisienne avec le plus grand plaisir. Ton respect de ces personnes que tu rencontres, tes analyses…vraiment, c’est un plaisir continuellement renouvelé !

    Et merci également car ces mots que tu écris m’ont permis de découvrir vins et vignerons d’exception, une véritable expérience humaine.

    Je te souhaite donc que ta route continue à être parsemée d’un nombre incalculable de (très bonnes) bouteilles et de rencontres !

    Chapeau bas l’artiste !

    Tom

    • Bonjour Thomas,

      merci de ce compliment qui me va droit au cœur. Rabelais et Céline guident souvent mes pas chez les vignerons et les bouteilles qui vont avec. Là encore pour moi mission accomplie, tu es allé à la rencontre de ces vignerons, et pour moi c’est un magnifique cadeau. Profites-en pour leur parler de BWB et de ce qui t’as guidé chez eux, car nombreux vignerons ont le merci pénible.

      Pour le reste, je ne peux que te remercier de ta fidélité, et de transmettre ma passion (apparemment contagieuse) à tes amis qui eux aussi partagent le vin comme moteur de plaisir. Pour le reste, Dieu seul sait comment le blog vivra. Ne vivant que de mes (maigres) moyens et n’étant pas aidé par les interprofessions (exceptions faites du Roussillon et de Châteauneuf-du-Pape, et de quelques autres syndicats), le blog vit grâce à moi. C’est le cas de nombreux blogueurs qui ont cette passion.

      Portes-toi bien, gourmandes salutations.
      Pat

  • Tom

    Salut Pat-Huggy,

    Merci de la réponse. Je passe en Bourgogne pour tester une fois de plus tes excellents tuyaux… Je ne manquerai pas de signaler par quel heureux hasard je débarque là !
    Encore merci et à bientôt!

    Salutations déshydratées…mais plus pour longtemps,

    Tom

    • salut Tom,

      Tu me tiens au jus ? Je reviens d’Alsace, je pars en Côtes-du-Rhône du nord, toujours à la quête de perles rares, que j’aime à partager, œuf corse… 😉
      A bientôt l’ami, bonne pérégrination, et gourmandes salutations.

      Pat

  • Tom

    Salut Pat,

    Finalement, pas de visite chez Jérôme Galeyrand comme attendu car plus de signe de vie de sa part…cela arrive ! J’ai tout de même pu profiter…

    Un joli Gevrey 2010 de chez Alexandrine Roy est passé dans mes environs et je l’ai donc joyeusement descendu. Profond, soyeux et intense, très très beau. Pour le suite, une dégustation improvisée de Pernand-Vergelesses avec un très bon accueil (ça arrive encore) et des vins discrets mais sympas au domaine Bonvalot.
    Un passage à Chablis chez William Fèvre : un coup de cœur pour le Vaulaurent 1e cru en 2012 de la maison, complet de chez complet, vif, minéral, riche, long et sans creux…tout, tout bon. Petit bémol sur les tarifs mais de nouveau, un très bon accueil (décidément, ça arrive plus qu’encore).

    Le tout agrémenté de quelques km de course à pied dans les combes de votre arrière-pays et un passage pour festoyer à mon resto coup de cœur à Puligny, j’ai nommé le pelugney. Si tu ne connais pas, vas t’y perdre…j’y ai appris la signification du mot « saucer » ! Fais-toi connaître, ce sont des passionnés…

    Sur ce, j’attends avec impatience, la suite de tes pérégrinations ! J’espère que tes visites ont été aussi intéressantes qu’attendues…

    Amicalement,
    Tom

    • salut Tom,

      Merci de partager tes coups de cœur et passions. Je t’avoue que le Puligney, je ne connais pas du tout. J’habite pourtant à quelques hectomètres du village, mais bon… Comme quoi, nul n’est prophète en son pays.
      Pour William Fèvre, il y a de bonnes choses. De là à parler de coup de cœur, ma foi… De gustibus etc… Mais justement, le goût est subjectif.

      Pour le reste, merci de me lire, et de partager autant tes passions que les miennes, et de faire autant connaître mon blog.
      Gourmandes salutations.

      Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*