5 juillet 2013

à Barbaresco, chez ROAGNA, avec Luca ROAGNA, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Le travail a la vigne chez les ROAGNA est vraiment hors norme, et m’a bluffé, époustouflé. En fait, rien ne semble fait, les herbes sont hautes, aucune intervention visible… Mais ce n’est qu’une apparence; « Assurer l’équilibre du vignoble, c’est un travail de tous les instants. En plus, chaque plante est personnelle. Nous refusons la sélection clonale. Imagine qu’on multiplie un plant qui paraît bon et vigoureux, mais qu’en fait il est sensible à une maladie, ça devient une épidémie »

C’est en ces termes que Luca ROAGNA, 31 ans, me présente son domaine de 11 hectares. Au village, on les appelle « les sauvages », de par leur refus à utiliser tout produit intrant, toute chimie, et toute intervention dans les vignes. Et leurs vins sont simplement aussi naturels qu’eux.

En Italie, on serait prêts à se battre pour avoir une bouteille de ROAGNA. Et j’ai rarement rencontré des vignerons aussi gentils, aussi sincères, aussi spontanés. Ils ont toujours travaillé ainsi, et je suis heureux de voir Luca reprendre le flambeau avec la même philosophie, la même volonté.

La jeunesse est vraiment notre avenir, et Luca le prouve. Avec lui, le vignoble est entre bonnes mains. « Sauvage » signifie aussi spontané, naturel. Et là, je remercie le dictionnaire d’autant de lucidité.

Allez à la rencontre d’un domaine hors norme, et laissez-vous un jour aller à la rencontre de vins exceptionnels. Bon visionnage, elle est pas belle la vie ?

12 Responses to “à Barbaresco, chez ROAGNA, avec Luca ROAGNA, la vidéo !!”

  • Ers François

    Bonjour Patrick,

    Encore une vidéo bien instructive… Merci.

    Ce que j’aime chez toi, c’est que tu nous présentes à chaque fois des vignerons avec de la personnalité. Forcément, leurs vins s’en ressentent ! Je préfère ça à de bons « techniciens » qui élaborent des vins bien faits mais… où il manque quelque chose.

    Goûtés grâce à ton blog: Alain Jeanniard, Séguinot-Bordet, Marion Pla, tous les trois merveilleux dans leur registre. Tenuta San Francesco en attente de débouchage…

    Des vins généreux… comme le blogueur ?

    Allez j’arrête là, continue de nous faire découvrir de belles choses !

    François

    • salut François,

      que de commentaires élogieux ! Merci de ta fidélité au blog et de la confiance que tu mets en moi. Mais je te rejoins toujours : il y a quelque chose du vigneron dans ses vins. Et même si j’admire les techniciens capables de donner de la qualité aux vins issus de terroirs neutres, j’admire encore plus les hommes capables d’insuffler de la personnalité à des vins. N’oublions que sans l’homme la vigne ne serait qu’une simple liane fructifère…

      Généreux, le suis-je ? Forcément, partager mes coups de coeur (et aussi coups de gueule !), mes passions, mes ressentis et tout ça sans être rémunéré, il faut être naturellement généreux.

      Gourmandes salutations, et merci de ta fidélité.
      Amitiés.

      Patrick.

      • Laurent

        Ciao Patrick,

        La vie sera belle lorsque l’USB Wine sera réalité ! (http://www.dailymotion.com/video/x3lihf_usb-wine_fun)

        Quelques notes de dégustations sur ce vin de 1982 ?

        Enfin, c’est moi ou tu as donné un coup de vis « à la Parker » ?

        Santé,
        Laurent

        • salut Laurent,

          l’USB Wine en réalité ? Oh non, je préfère tant qu’à faire aller voir le vigneron ou le caviste, pour taper le bout de gras, c’est plus sympa.

          Qu’entends-tu par « coup de vis à la Parker » ? Je n’ai pas compris ce que tu veux me dire, mais j’ai bien compris le terme et le jeu de mot, mais je n’arrive pas à le caser dans le contexte. Merci de ta réponse.

          Gourmandes salutations,
          Pat

          • Laurent

            Salut Patrick,

            Sur la philosophie de la démarche je te suis à 100%. Mais « vin » dieu que tu nous mets « le vin » à la bouche et qu’il y a une espèce de frustration que l’USB wine pourrait combler ! ;o)

            Comme tu le dis si bien sur ce même blog, faire ce que tu fais demande un investissement important et tout comme beaucoup de tes lecteurs je n’en ai pas le loisir et reste à saliver devant mon écran.

            Pour ce qui est de serrer la vis à Parker, voir la vidéo à 09:25. Ce à quoi certains te répondraient: « espèce de terroiristes ! Enfin, moi je t’approuve.

            A te lire,
            Laurent

          • Waouh Laurent,

            « mettre le vin à la bouche », en voilà une expression que je vais retenbir… Pour la vidéo à 9.25, mon franc est tombé ! En effet, je n’ai rien contre les concours et les notes, mais que tout le monde s’extasie sans réflexion simplement parce que le Master a dit que c’était bon, il est une marche que je n’aime à gravir.

            Et tu as raison. Le blog me prend une grande partie de mon temps et de mes économies, mais je persiste dans ma voie du plaisir. Ca s’appelle « passion », tout simplement.

            Gourmandes salutations, merci de tes commentaires.

            Pat

  • Olivier

    Bonjour Monsieur Maclart,

    Ayant parcouru très souvent votre forum et m’étant délecté des très beaux reportages vidéos, je me décide enfin à poster un commentaire.

    Amoureux des grands pinots noirs et ayant il y a quelques années (bien trop lointaines,hélas !) eu le privilège de me promener à Barolo, je découvre avec délectation l’ensemble de vos reportages sur cette merveilleuse région.
    Elle engendre, pour mon goût, les plus complexes et les plus enivrantes bouteilles qui, chez les beaux vignerons, retranscrivent une tradition, un savoir faire et des terroirs uniques.
    Cerise sur le gâteau, toutes ces pépites doivent mûrir patiemment en cave … mais quel plaisir alors !

    Pour avoir dégusté à l’époque avec l’un ou l’autre vigneron piémontais, je m’étais aperçu que pour eux, l’autre Grand Vignoble sans discussion possible était la Bourgogne.

    Ces deux régions, le Piémont et la Bourgogne, forment, au panthéon de mes goûts personnels, un sommet difficilement égalable.

    Soyez remercié pour tous ces reportages respectueux et toujours sincères qui retranscrivent parfaitement des rencontres passionnantes et passionnées.

    Bien cordialement,

    Olivier Mottard

    • Salut Olivier,

      laissons tomber les « Monsieur » et compagnie, le vin étant le partage et la convivialité.

      Je partage tes goûts : mon panthéon se constitue aussi de dieux gémellaires que sont les vins burgondes et piémontais. Les deux sont le summum de la finesse aromatique, et demandent patience et compréhension. Combien de fois ne vois-je sur les réseaux sociaux des yuppies s’abreuver de Montrachet 2008 et autres Corton 2010. Ca me désole. Toute la magie de ces flacons ne se donnent qu’après patience, ça se mérite.

      « La patience est mère des vertus, et la tante des collectionneurs de timbres » disait l’autre. Peut-être la philatélie n’est plus à la mode… O tempora o mores.

      Merci de tes encouragements et ta fidélité au blog.
      Gourmandes salutations.

      Patrick.

  • Olivier

    Merci Patrick !

    J’attends impatiemment (d’une heure à l’autre en fait) mes Roagna, Rinaldi et autre Fenocchio !

    Et complètement d’accord avec toi sur ces dégustateurs qui dégainent des crus récents, de quelque région que ce soit d’ailleurs, et qui se désolent de ne pas trouver « chaussure à leur palais » dans le verre.
    Le vin est aussi une histoire de patience !

    Salutations viniques,

    Olivier

    • salut Olivier,

      en fait ils ne se désolent pas tant que ça. S’ils ont vu dans « la Revue du Pinard Français » que le vin avec autant de points sur 20, ils vont le déguster et le trouver très bon, car bien des gens dégustent avec un magazine ou un guide (pour ne pas dire un gourou), plutôt que de déguster simplement, avec leur cerveau et l’outillage qui va avec pour ce genre d’exercices.

      En tout cas, on s’en pètera quelques unes dans quelques années, toi avec tes Roagna et autres, et moi avec mes Aldo Vaira…

      Gourmandes salutations.

      Pat

  • Olivier

    Salut Patrick,

    Néanmoins, j’ai prévu quelques Langhe Nebbiolo de « Beppe » pour patienter. 🙂
    Il faut que je découvre cela au plus vite, tes reportages vidéos m’ont mis l’eau à la bouche.

    Salutations viniques,

    Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*