11 octobre 2019

en Guadeloupe, la rhumerie REIMONENQ : en dehors de l’ordinaire

by Patrick Maclart

Reimonenq est une rhumerie à part. Quand on déguste un de ces vieux rhums, on a l’impression d’être dans une voiture du mythique « Orient Express », avec ces odeurs qui pourraient se trouver dans ces films d’Hercule Poirot, emplis de cèdres, d’épices lointaines, de caravanes orientales et de rêves.

Tout le monde pourrait vous raconter l’histoire de Reimonenq. Il y a des livres, le site internet. Pour ne pas trop s’attarder sur ce sujet dont tout un chacun pourrait vous parler, c’est que le domaine de Bellevue, nom de la rhumerie, au nord de Basse-Terre en Guadeloupe et entourée d’une centaine d’hectares de canne à sucre, est la propriété de Reimonenq depuis 1915. Joseph le fondateur et employé de banque, avait déjà une affaire de négoce de rhums à destination de la métropole. Son frère Fernand le rejoint alors qu’il a à peine 18 ans. Ce dernier supervisera les plantations et les cannes plus principalement. Surtout que le domaine à la base était destiné aux plantes médicinales, et qu’il a fallu effectuer un travail de replantation impressionnant. Joseph lui continuera à s’occuper des affaires, du commerce, de la gestion.

(suite…)

14 mai 2018

à Marie-Galante, la rhumerie BIELLE : oh la bielle vie !!

by Patrick Maclart

Aller à Marie-Galante, c’est un rêve pour certains. Tant pour les amateurs de tourisme encore « calme » que pour les amateurs de rhums. Et vous aurez vite compris que le sujet de mon article concerne plus le deuxième aspect de la chose, même si le motif premier était bien sûr les vacances.

Mais il faut aussi se rendre compte que pour aller à Marie-Galante, c’est un périple. Il faut d’abord atteindre l’aéroport, puis le port de Pointe-à-Pitre, où éviter de se faire arnaquer par les taxis locaux, balèzes en matière pour vous pigeonner au possible. Enfin prendre le bateau pour une sublime traversée idyllique sur une mer aux remous turquoise et au ciel étouffant de beauté.

(suite…)

14 novembre 2016

BULLETIN D’HUMEUR : à la ville comme aux champs, le vin se vend, mais comment ??

by Patrick Maclart

Après l’ardeur des textes vus et lus ça ou là concernant les foires aux vins en grandes surfaces, avec les pros, dont certains se fourvoient en quête de quelque pitance pour nourrir sa famille (et c’est bien légitime, j’ai moi-même donné dans le sujet car il faut bien manger), et les antis qui considèrent que la GD tue le commerce du vin. Il me semblait utile d’avoir une réflexion sur la chose, en toute quiétude, et après ce tsunami qui dans certains cas frôlait l’aveuglement, voire un fanatisme déplacé. Ce n’est que du vin, au fond.

coup de gueule

Tout d’abord, un constat réel : environ 80 % des Français achètent leurs vins en grande surface. 80 % de cons ? Non, il faut respecter. C’est une majorité que bien des politiques aimeraient avoir dans leur poche. Ils n’ont qu’à parler de vins, après tout… Mais on ne peut fermer les yeux face à cette masse. Et quand on parle de masse, voyons aussi la production sortant de grosses caves coopératives ou de négociants, où on parle en millions de bouteilles, et qui doivent bien trouver des débouchés. La GD est pour eux une bénédiction. Car pour les marchés export, c’est plus compliqué.

(suite…)