26 mars 2020

à Vosne-Romanée, le domaine MUGNERET-GIBOURG : quand le mot « courage » s’écrit au féminin

by Patrick Maclart

Marie-Andrée MUGNERET est au domaine depuis 1988… « le nom de notre domaine est long. Mes grands-parents ont constitué le domaine. C’était un couple moderne pour l’époque. Ma grand-mère adorait les vinifications, entrait au chai. A l’époque, les femmes n’étaient pas toléréres dans cet endroit » raconte-t-elle avec justesse. Les caves ont été achetées en 1933, alors que le vin ne se mettait pas en bouteille au domaine… « Georges leur fils avait des grandes dispositions pour les études. Le chanoine de Vosne visitant les parents les a motivés à ce que mon père poursuive ses études. Ce qu’il fit avec succès en devenant médecin ophtalmologue. »

deux femmes « courage » qui ne cherchent pas à se gargariser avec le féminisme bêlant d’aujourd’hui. Ce qu’elles ont fait, c’est ni plus ni moins qu’honorer la mémoire de leurs anciens. Big up Mesdames, je vous admire.

Une parcelle de Clos-Vougeot a dû se vendre pour régler des frais de succession. Georges se jure alors de racheter une parcelle, ce qu’il fit (toujours avec succès) en 1953 lors d’une vente aux enchères. Il continue l’extension du domaine, avec l’acquisition de Nuits Saint-Georges « les Chaignots » en 1971, de Ruchottes-Chambertin grâce à l’intervention de Charles ROUSSEAU de Gevrey en 1977 (famille avec laquelle elles sont encore et toujours reconnaissantes, et avec laquelle une amitié indéfectible s’est créée), et enfin en 1985 avec des Chambolle 1er cru « les Feusselottes »… « et je ne crois pas que tout cela pourrait se passer aujourd’hui » raconte avec fatalisme Marie-Andrée.

(suite…)

25 février 2020

dans le Roussillon, le domaine LAGUERRE, Eric LAGUERRE, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Il faut être un peu fou pour élaborer du vin à Saint-Martin de Fenouillet. Fou à cause de l’altitude, à la limite de la culture de la vigne, fou car le village n’a plus qu’une trentaine d’âmes, qu’on est loin de tout. Mais fou aussi car le terroir est fabuleux, et il faut être idiot pour ne pas s’en rendre compte.

Des granits de toute beauté, deux coulées calcaires qui descendent de la montagne. Ce qui permet de créer des vins incroyables, et tenter des expériences telles des parcelles de pinot noir.

(suite…)

7 novembre 2019

en Champagne, à Avenay, le domaine AUGUSTIN, Marc AUGUSTIN : élémentaire.

by Patrick Maclart

Marc AUGUSTIN, 50 ans, représente la cinquième génération au domaine dont il assure le travail depuis 1991. Il reprend les rênes du domaine avec son père qui en fait partie, mais qui aujourd’hui est au repos… « mon père était un vigneron « classique » en raisonné, mais il n’a jamais utilisé de désherbant chimique. De même, il n’a jamais utilisé de gadoues de ville ». Il est certain que le père a probablement et indirectement influencé le travail de son fils.

Marc AUGUSTIN n’a pas que des amis, mais il est bon dans la vie d’avoir des ennemis. L’envie est meilleure que la pitié.

La scolarité de Marc est simple : BTA à Avize, après ça a été le service militaire. Mais la rencontre avec la biodynamie alors ? « c’est avant tout la rencontre avec mon épouse Emmanuelle. Elle s’ennuyait dans son travail et souhaitait devenir réflexologue plantaire, se diriger vers ce qui touchait à la nature. Elle soignait les pieds, et moi je me suis dit que je pouvais aussi soigner des pieds, mais des pieds de vigne ! ». Notre vigneron ne manque ni de formules ni de percussion !

(suite…)

27 septembre 2019

à Bordeaux, Chapelle-Bérard, Jean-Christophe MAURO : la vidéo !!

by Patrick Maclart

Timide ? Pas vrament. Pudique ? Un tantinet, notre homme aime à avoir sa zone de confort. Sensible ? Sans aucun doute. Jean-Christophe MAURO, Chapelle-Bérard, vigneron à Saint-André de Caplong, cultive cette sensibilité tant dans sa vie d’homme que dans sa vie de vigneron.

Les circonstances de la vie ont fait qu’il est devenu plus vite vigneron qu’il ne l’aurait souhaité, lui le chercheur qui aime autant à chercher qu’à trouver. Le décès de son père le mettra sur la selle du travail plus vite que prévu.

(suite…)

20 juin 2019

en Champagne, à Avenay, Marc AUGUSTIN : la vidéo !!

by Patrick Maclart

Marc AUGUSTIN, qui aime à s’appeler « coeur-viculteur » tellement son travail lui est viscéral, ne peut laisser indifférent. Vigneron atypique à Avenay, ayant fait de sa biodynamie une évolution, son travail créera admiration ou agacement. En tout cas, il ne laissera pas indifférent.

Pourtant, ses intentions sont plus que louables. Il veut non seulement revenir aux sources de la culture originelle, mais aussi faire progresser la viticulture sans céder aux chants des sirènes du modernisme. Tout l’intéresse, le travail des sols, de la vigne, la gemmologie, le nombre d’or, le tableau des éléments, et j’en oublie.

(suite…)

10 mai 2019

en Sardaigne, le domaine CONTINI, Mauro CONTINI : étape par étape

by Patrick Maclart

Mauro CONTINI, 41 ans, est le responsable de production du domaine. Il s’occupe de la partie technique… « c’est une entreprise familiale ici, et les décisions se prennent en famille. Mais je m’occupe de tout ce qui est vin. Chez nous, il y a une parfaite interaction entre le commercial et la production », affirme cet homme humble, qui est la qualité première de toute cette famille, comme si cette valeur était inscrite dans leurs gênes.

Mauro CONTINI est le responsable de la production. Pragmatique, aimable, il cultive tout comme sa famille la vigne, l’humilité et la qualité de l’accueil.

La propriété existe depuis 1898. C’est la plus ancienne propriété de Sardaigne. Salvatore est le fondateur, mais Attilio son fils qui est le grand-père de Mauro, est celui qui a vraiment développé le domaine.

(suite…)

15 mars 2019

dans le Roussillon, au château de l’Ou, avec Séverine & Philippe BOURRIER : la vidéo !!

by Patrick Maclart

Je n’ai pas pensé au destin, mais je crois aux rencontres. Et ici ma croyance est preuve vivante (plutôt rare en la matière !). Séverine grandit en Afrique, Philippe BOURRIER lui vit au Brésil. Agronome de formation, il s’occupe de plantations d’hévéas pour un manufacturier français qu’il n’est plus nécessaire de citer. Et en plus, il cultive du soja pour nourrir les ouvriers, mais déjà en bio. Car Philippe est un terrien, un vrai, et il aime la terre.

Le mal du pays le ronge, il rentre et achète un domaine tombé en désuétude… Et dans un salon de vins, il rencontre Séverine qui, rentrée d’Afrique, a elle aussi fait une rencontre. Un manager la convainc de rejoindre son école du vin.

(suite…)

18 janvier 2019

Bourgogne Wineblog déguste les vins « nature » de Toscane à Paris !!

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, j’ai été convié à une bien jolie dégustation de vins « nature » italiens. Il est indispensable de remercier ici Florence ANDRIEU de l’agence BALPOP, ainsi que toute son équipe, pour la qualité de l’organisation et de l’accueil. Tout a été fait en toute simplicité et convivialité.

BON, UN NATURE, C’EST QUOI ?

Il y a quelques années, c’était avant tout un sujet de polémiques sur les réseaux sociaux. Quand les vins nature sont apparus, une flopée de défenseurs invétérés sont montés au créneau, créant à foison des blogs spécialisés en la matière, mais aussi autant de détracteurs hélas. Malheur à celui qui les critiquait, il risquait dans le meilleur de perdre plein « d’amis », et dans le pire des cas l’écartèlement sur place publique. J’exagère un tantinet, mais on n’en était pas loin. J’en ai fait l’amère expérience en « osant » critiquer une dégustation de vins nature du Beaujolais, estimant que les vins n’étaient pas au top. Un commentaire cinglant d’une blogueuse avait été assez net en écrivant, je cite : « si c’est comme ça, tu n’as rien à faire dans le Beaujolais, rentre chez toi ». Avouez que c’est bien épicé !

(suite…)

12 juillet 2018

dans le Bordelais, à Fronsac, le château de la Rivière : la vidéo avec Pierre REBAUD !!

by Patrick Maclart

Heureux homme que Pierre REBAUD, la quarantaine rayonnante, directeur commercial du château la Rivière en Fronsac. Cette belle et grande propriété qu’il dirige commercialement en a connu des péripéties et des rebondissements. Et là, c’est une belle période de stabilité, de conquêtes commerciales et de relèvement qualitatif du vignoble et des vinifications.

Les vins du domaine sont francs, directs, charnus et d’une belle buvabilité. Il y a même un blanc convaincant, bien fait, contenant pas mal de sauvignon gris et qui du coup évite le piège du fameux « sauvignon burdigalais »; je ne m’étendrai pas sur les arômes dominants.

(suite…)

4 juillet 2018

pourquoi les Santenay blancs ??

by Patrick Maclart

Un anglais a dit un jour « la vie est trop courte pour boire du Santenay ». Probablement notre meilleur ami de la Perfide Albion ne s’était pas arrêté dans ce très beau village, peut-être s’était-il trompé d’endroit.

Ce qui est sûr, c’est qu’à Santenay on y trouve de très bons vins, mais aussi de moins bons. C’est aussi une question de goût. Depuis une trentaine d’années que je déguste les vins de ce finage, et force est de constater en effet, dans des années froides ou délicates, les équilibres ne sont pas toujours là. On en trouvera peut-être plus à Chambolle-Musigny ou Vosne-Romanée, mais les prix sont loin d’être les mêmes. On y trouve souvent des rouges plus convaincants que ceux de Chassagne voire de Meursault, et à des prix plus doux.

(suite…)

Pages :123456789»