21 mai 2013

en Corbières, Rémi JALLIET : l’homme au coeur de ses vignes.

by Patrick Maclart

Rémi JALLIET, 40 ans, né à Paris, a vécu dans le grand bassin parisien. Après le bac, il commence ses études d »économie qui vraiment ne l’intéressent pas. Ses parents eux aiment le vin. Son père, qui travaille pour un groupe d’hypermarchés, est souvent en contact avec le monde du vin. Rémi est donc en contact avec eux, le virus le mord. Il va donc commencer par un BTS viti-oeno à Tours, persuadé qu’au bout de ce parcours la magie s’y trouve, mais laquelle ? Différents stages vont meubler la vie de notre vigneron : Cahors, Nouvelle-Zélande, Maroc… Et il part même faire les vinifications dans le Piémont.

Rémi, l’homme qui vit au coeur de ses vignes. Lors de notre interview, il fermait souvent les yeux dans son vignoble… J’avais l’impression qu’il était en relation quasi-mystique avec sa terre.

Un domaine à Lagrasse cherche un régisseur. Il postule, obtient le poste. Mais élaborer un vin anonyme l’intéresse peu… « On ne va pas au bout des choses, c’est comme rouler sur l’autoroute et trouver des zones industrielles, alors que prendre les petites routes, c’est quand même bien plus excitant… » me dit Rémi avec ce détachement qui le caractérise tant. Bref, il cherche à élaborer des vins qui soient à son image, celle qu’il se forge d’une création de son imagination.

(suite…)

27 mars 2013

en Corbières, le château BEAUREGARD-MIROUZE : l’évidence

by Patrick Maclart

Nicolas MIROUZE, 40 ans, est au domaine depuis 1999. Né à Montpellier et vivant dans cette ville, il part étudier à Paris pour devenir ingénieur agronome. Pas forcément dans l’idée de reprendre le domaine familial alors géré par la grand-mère (le père étant médecin), mais parce que la terre l’intéressait déjà. Dans la capitale, il rencontre Karine, Bordelaise de souche et Espagnole d’origine. Rapidement, tout colle entre eux, et notre tout jeune couple s’installe rapidement au domaine, avec au préalable des stages et même une année en Afrique.

la belle rencontre que Nicolas et Karine MIROUZE. Ces deux-là ont commencé à avoir le sens de la terre, puis celui de la vigne, et donc des racines, qu’elles soient humaines ou végétales… Et le sens du partage; quelques missions en Afrique pour aider ceux qui en ont besoin.

(suite…)

3 décembre 2012

en Terrasses du Larzac, le domaine Saint-Sylvestre… Ils passeront l’année, et les suivantes

by Patrick Maclart

Cela fait déjà un certain temps que je rencontre ça et là, au détour de pérégrinations plus ou moins voulues, des couples de vignerons qui s’investissent, qui s’identifient à leur vignoble. Sophie et Vincent GUIZARD au domaine Saint-Sylvestre sont non seulement ceux que j’ai trouvés parmi les plus attachants, mais ils ont une telle hargne (positive), une telle envie de réussite, une telle volonté identitaire, que j’en arrive à me demander s’ils ne sont pas nés dans leur vignoble, fruits d’un heureux croisement de parents aimants et de vignes souriantes de félicité. Et pourtant, rien n’est vraiment rose dans leur vie, comme par ailleurs foule de vignerons chez nous en France.

Sophie et Vincent GUIZARD, un couple qui a la niaque, et qui ira loin. Ils sont sains, beaux dans leur tête, et ils ne comptent pas leurs heures aux vignes, là où tout le vin se fait. Leur maîtrise de l’élevage des vins blancs est stupéfiante.

(suite…)