20 février 2014

Roi Chambertin 2013 : Bourgogne Wineblog déguste l’intégrale des Gevrey Grands Crus 2012 !!

by Patrick Maclart

J’étais invité voici quelques jours à la dégustation annuelle des primeurs 2012 à Gevrey-Chambertin pour un évènement qui désormais s’appelle « Roi Chambertin ». Cette dénomination renaît de ses cendres. Dans les années 80, c’était une festivité dont seuls les Bourguignons ont le secret, et qui était d’un succès hors pair, avec dégustations et libations de bon aloi. Qui sait que peut-être un jour, cette réjouissance, avec confrérie allant de pair, pourrait vraiment ressusciter…

DSC04512

Là en l’occurrence, il s’agit de choses bien plus sérieuses. Gevrey-Chambertin refuse la pantalonnade des dégustations primeur de printemps. A cette date, les vins ne sont vraiment pas prêts, en fin de fermentations malolactiques, ou pendant. Le pinot noir ne se soumet pas à l’homme, aussi critique ou Anglo-Saxon soit-il. Comme en Bourgogne on prend le temps de vivre et de mourir, notre cépage emblématique s’est adapté à notre esprit. C’est pourquoi Gevrey a décidé de présenter ses vins en fin d’élevage, soit en novembre. Ils sont plus lisibles, plus aptes à être compris et jaugés. Défendons les convictions de notre joyeux village burgonde et espérons que d’autres suivront le pas. (pour voir l’article général écrit sur l’évènement, CLIQUEZ ICI).

(suite…)

28 novembre 2013

dégustation « Roi Chambertin 2013 » du millésime 2012 : succès total !!!

by Patrick Maclart

J’étais invité il y a quelques jours à la dégustation des primeurs de Gevrey-Chambertin, désormais baptisée à mon grand bonheur « Roi Chambertin ». Cette festivité haute en couleur des années 80 pourrait revoir le jour, ce qui démontre le dynamisme de ce village emblématique de la côte de Nuits. La bonne idée du choix de la date coïncidait avec une autre bonne idée : remettre la dégustation de Gevrey à Gevrey.

DSC04523

Depuis 3 millésimes, Gevrey refuse la pantalonnade des dégustations primeur de printemps, utilisant l’argument fondé des vins qui ne sont bien sûr pas prêts à la dégustation, d’où mon soutien total et indéfectible (voir le premier article écrit pour la circonstance en CLIQUANT ICI). Si certaines régions sont entrées dans cette logique pour répondre à l’appel des sirènes-gourous-anglo-saxons, quitte à présenter des vins qu’on aura rendus présentables, libres à eux. Chez nous en Bourgogne, rien à faire, les vins travaillent, ils prennent le temps de naître, d’éclore. Difficile pour moi d’imaginer de battre ma femme pour qu’elle accouche, et obligatoirement du plus beau bébé.

(suite…)

10 décembre 2012

GEVREY-CHAMBERTIN millésime 2011 : dégustation de l’intégrale des Grands Crus !!

by Patrick Maclart

Ce vendredi 16 novembre dernier, le syndicat de Gevrey-Chambertin proposait de découvrir en primeur les vins de son finage, millésime 2011. En effet, le syndicat refuse la pantalonnade des dégustations primeur de printemps, estimant (à raison) que les vins, soit en malos, soit en prise de bois, ne sont pas aptes à donner toute la lisibilité de leur terroir et de leur facture (voir article concernant cette décision en CLIQUANT ICI).

Il va désormais être de tradition que Gevrey-Chambertin présentera son millésime « prêt à la mise » le vendredi précédant la vente des Hospices de Beaune, dans cette même ville. La côte de Nuits à Beaune, ce n’est pas tous les jours, et cette présence me réjouit. En effet, la Bourgogne est unie et fait fi de certains clivages ancestraux.

Je soutiens toujours Gevrey dans sa démarche. D’autres villages devraient suivre, mais ce mois de novembre rend décidément tout le monde bien frileux. Toujours aussi frileux la presse traditionnelle qui ne se bousculait pas à cet évènement que j’estime CAPITAL. En effet, quoi de mieux que de déguster COMPARATIVEMENT TOUS LES CRUS DE GEVREY à pied d’égalité, avec des vins en fin d’élevage et quasiment prêts à la mise en bouteilles ? Donc, une fois de plus, on apprécie la présence de Bill NANSON (Burgundy Report), Jean-François GUYARD du site Vinifera-Mundi (sa première participation apparemment), et votre serviteur. Saluons aussi la présence de Christophe TUPINIER du magazine Bourgogne Aujourd’hui qui, même s’il était opposé à cette présentation à cette date (on peut le comprendre), a dégusté une très grande partie des vins proposés. Chapeau, c’est sport.

(suite…)

18 novembre 2012

aux Hospices de Beaune, l’interview de Roland MASSE, régisseur, sur le millésime 2012

by Patrick Maclart

lors de la dégustation du millésime 2012 des vins des Hospices de Beaune, il était important d’avoir l’avis de Roland MASSE, le régisseur des vignes et vins des Hospices, de révéler sa vision de ce millésime délicat.

Avec toute sa faconde badine et le regard empli de malice, Roland exprime en quelques mots le combat qu’ont dû mener les vignerons pour sortir de cette année un résultat plus qu’intéressant. Un homme authentique et chaleureux.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010, dégustation des Grands Crus : l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

(suite…)

9 mars 2011

En Bourgogne, à Fixin : Philippe NADDEF, une fougue bien élevée.

by Patrick Maclart

Philippe NADDEF fait partie de ces vignerons qui marquent. D’un abord qui pourrait paraître rugueux, Philippe est un vigneron franc, qui se livre tel quel, brut de décoffrage, avec son travail, ses vins et sa sincérité. Une dégustation est presque une manière de le comprendre, d’entrer dans son intimité, car sous ses dehors abrupts, Philippe n’est qu’un timide.

D’un naturel réservé et authentique, Philippe NADDEF se livre complètement en dégustation. Ce grand timide n’a qu’une envie malgré tout : vous combler de ses vins.

Le domaine s’étend sur 6 hectares, essentiellement constitué de vieilles vignes. «60 % du domaine possède des vignes âgées de plus de 40 ans. Les nouvelles plantations sont conduites en cordon de Royat. Je maîtrise ainsi le rendement, et ça change la qualité » précise Philippe. Le travail à la vigne est raisonné et traditionnel. Philippe et son épouse s’y trouvent très souvent.

(suite…)