8 novembre 2017

focus sur les Marsannay rouges, millésimes 2012 et 2011 !!

by Patrick Maclart

Après une réflexion intense sur la modification profonde actuelle de la Bourgogne, j’ai pris la décision de mettre un focus sur Marsannay. Cette jeune appellation est dotée de volontés fortes, et c’est l’une des raisons qui m’a poussé à écrire cet article. L’autre raison est que Marsannay reste pour l’instant l’une des dernières sources d’achats de vins de Bourgogne à prix raisonnable, tout en ayant une belle spécificité, une identité, un caractère et des vignerons ambitieux.

MARSANNAY EN QUELQUES MOTS

Située tout au nord de la côte de Nuits, à quelques encablures de Dijon, Marsannay est la première AOC au nord de cette zone, reconnue depuis 1987 seulement. Dans son histoire, Marsannay loupe souvent le train par des décisions qui au moment donné étaient les bonnes. Tout d’abord, la proximité de la ville de Dijon, capitale des Ducs de Bourgogne. Marsannay est alors en bonne posture pour livrer à la cour ses meilleurs vins. Les pressoirs monumentaux ne sont d’ailleurs pas très loin de notre village, à Chenôve, juste au nord. Lavalle parlera de vins communs, mais de qualité; on ne pouvait à l’époque meilleure définition. Par la suite, au XIXème siècle, Marsannay se lance dans la production de vins quelconques afin d’abreuver les bistrots de la grande ville; on ne peut oublier que la raison première d’un vigneron est avant tout de gagner sa vie. On trouvera notamment beaucoup de gamays plantés dans la partie basse du finage. Après la crise phylloxérique, alors que tout le monde tente de rattraper le retard sur les marchés qui ont opté pour les vins des colonies françaises, Marsannay va se lancer dans la production de vins rosés sous l’impulsion du visionnaire et hyper-actif Joseph CLAIR-DAU. Afin de sortir les vins de son village de la crise, il crée un rosé en défendant le nom de « rosé de Marsannay » qui dans les années 30 n’est pas reconnu comme une appellation. Et c’est hélas cela qui entre autres fera louper le coche des AOC au moment de leur distribution. Plus tard, après des années d’âpres combats, la production du village sera enfin reconnue à son juste titre fin des années 80.

(suite…)

23 février 2017

à Morey Saint-Denis, Gilles BALLORIN : sur le bon chemin de vie.

by Patrick Maclart

Gilles BALLORIN, 49 ans, a créé son domaine ex nihilo en 2005. Tour à tour vendeur, responsable export, marketing, et même directeur commercial ! « J’ai toujours fait les vendanges, j’adorais ça. Mais il fallait que je fasse mon truc (sic). Je ne savais pas tailler une vigne mais j’y suis allé. En fait, quand on travaille comme commercial, on met un costume. Eh bien voilà, je mettais un costume » dit Gilles avec cette sincérité spontanée qui le caractérise si bien.

à 45 ans, Gilles BALLORIN est dans la fleur de l'âge, mais dans le parcours de vie qu'il veut vivre. D'où cette harmonie qu'on ressent chez lui.

à 49 ans, Gilles BALLORIN est dans la fleur de l’âge, mais dans le parcours de vie qu’il veut vivre. D’où cette harmonie qu’on ressent chez lui.

Il va s’installer en 2005 donc avec seulement 30 ares de Bourgogne, au chapître de Chenove. Même si cette terre est classée simple Bourgogne, elle a quand même été reconnue au XIIème siècle comme l’une des meilleures du coin, o tempora o mores… Il trouve 3 hectares en 3 mois (belle performance) et le domaine s’étend presque 2 hectares en plus en 2006 pour arriver à la superficie actuelle.

(suite…)

14 mai 2012

Grands Jours de Bourgogne 2012 : focus sur Marsannay & Fixin

by Patrick Maclart

La deuxième journée des Grands Jours de Bourgogne, grande manifestation ayant lieu tous les deux ans, et réunissant toute la Bourgogne et durant 5 jours, est consacrée à la Côte de Nuits, nos Champs-Elysées à nous.

Ce focus est consacré à deux appellations qu’il faut suivre si on est un amateur rusé et avide de bonnes affaires : Fixin et Marsannay. Depuis quelques années, cette dégustation a lieu dans la salle des fêtes de Marsannay, spacieuse et bien éclairée, et disposant de places de parking.

(suite…)

19 mars 2012

Grands Jours de Bourgogne 2012 : c’est parti !!

by Patrick Maclart

Ca y est ! Les Grands Jours de Bourgogne version 2012 démarrent demain, et Bourgogne Wineblog sera sur le pied de guerre. Votre correspondant au front vous relatera les offensives qualitatives des Burgondes, mais vous fera aussi part de ses coups de gueule. Quoiqu’en général, je préfère m’en tenir aux bonnes choses…

Le programme sera chargé, et je tâcherai de déguster le maximum de vins (environ 200 par jour) afin que les notes que je vous retranscrirai soient des plus pointues possibles. L’ensemble de la Bourgogne expose, c’est donc un moment absolument unique de se faire un scanner total de la production burgonde.

(suite…)

12 septembre 2011

à Marsannay : Sylvain PATAILLE : une trajectoire de vie.

by Patrick Maclart

Rarement dans mes dégustations j’ai rencontré des vignerons autant pétris par leur métier. Sylvain PATAILLE fait partie de ceux-là. A 35 ans, il donne l’impression d’être exactement sur sa bonne trajectoire de vie. « C’est un métier magique, me raconte-t-il, depuis tout gamin j’avais envie d’être vigneron » déclare avec passion et engouement notre ami vigneron.

Affable, passionné, généreux en paroles et en actes, voilà en quelques mots le portrait brossé de l’ami Sylvain PATAILLE (quand je dis « brossé », c’est une image, rien à voir avec sa coiffure !)

Avec un BTA viti-oeno obtenu à Beaune, puis un BTS dans la même institution, et last but not least un  DNO s’il vous plait à Bordeaux, il démarre comme œnologue-conseil dans un labo où ses compétences sont appréciées durant 4 ans. Mais le rêve de créer son vin le titille, et ce n’est pas évident, vu le prix du foncier. C’est un heureux concours de circonstances qui va le mettre sur la trajectoire et lui permettre d’avoir son premier hectare de vignes en 1999. Mais c’est vraiment en 2001 qu’il sera installé.

(suite…)

9 mars 2011

En Bourgogne, à Fixin : Philippe NADDEF, une fougue bien élevée.

by Patrick Maclart

Philippe NADDEF fait partie de ces vignerons qui marquent. D’un abord qui pourrait paraître rugueux, Philippe est un vigneron franc, qui se livre tel quel, brut de décoffrage, avec son travail, ses vins et sa sincérité. Une dégustation est presque une manière de le comprendre, d’entrer dans son intimité, car sous ses dehors abrupts, Philippe n’est qu’un timide.

D’un naturel réservé et authentique, Philippe NADDEF se livre complètement en dégustation. Ce grand timide n’a qu’une envie malgré tout : vous combler de ses vins.

Le domaine s’étend sur 6 hectares, essentiellement constitué de vieilles vignes. «60 % du domaine possède des vignes âgées de plus de 40 ans. Les nouvelles plantations sont conduites en cordon de Royat. Je maîtrise ainsi le rendement, et ça change la qualité » précise Philippe. Le travail à la vigne est raisonné et traditionnel. Philippe et son épouse s’y trouvent très souvent.

(suite…)

8 novembre 2010

GRANDS JOURS DE BOURGOGNE 2010 : FOCUS SUR MARSANNAY, FIXIN et GEVREY-CHAMBERTIN

by Patrick Maclart

Dans le cadre des Grands Jours de Bourgogne 2010, la dégustation des vins de la côte de Nuits avait lieu le mardi 23 mars dernier.

Répartie en 4 lieux, j’ai préféré me focaliser sur Gevrey-Chambertin, Fixin et Marsannay, et Morey Saint-Denis et Chambolle-Musigny.

Suivez la flèche !

Les notes qui suivent concernent Marsannay, Fixin et Gevrey-Chambertin.

(suite…)