2 septembre 2016

en Crozes-Hermitage, le domaine HABRARD, Laurent HABRARD : un chercheur qui trouve

by Patrick Maclart

Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, pendant qu’on cherche des chercheurs qui trouvent. Laurent HABRARD fait partie de cette deuxième catégorie, curieux de tout, jamais rassasié de savoir, sachant appliquer avec pragmatisme ses expériences, et surtout sachant aussi humble que simple. A 42 ans, il représente la cinquième génération présente au domaine. Au début, il travaillait avec son frère Emmanuel mais ce dernier a suivi une autre voie… « J’ai repris l’exploitation en 1998, on ne faisait que du vrac et du bag-in-box. Je bossais jusque le dimanche midi, et ma femme m’a bien fait comprendre qu’il lui était difficile de vivre avec quelqu’un qu’elle ne voyait pas. Il a fallu valoriser, j’ai fait de la bouteille. Ca a marché, mais au lieu d’acheter une belle BMW, j’ai pris un ouvrier » me dit Laurent avec ce bon sens que j’aime tant à trouver chez le vigneron.

à 40 ans, Laurent HABRARD arrive à une belle maturité. Sûr de rien, il cherche, expérimente, et prend ce qu'il y a de meilleur. Bref, un chercheur qui trouve.

à 40 ans, Laurent HABRARD arrive à une belle maturité. Sûr de rien, il cherche, expérimente, et prend ce qu’il y a de meilleur. Bref, un chercheur qui trouve.

Laurent a fait 2 BTS, à Avignon et Montpellier, un viti-oeno bien sûr, mais surtout le commerce du vin. A un certain moment, Laurent se pose des questions. Les traitements lui donnent mal à la tête, il fallait changer. La réflexion prend son temps, il regarde ça et là ce qui se passe, et se lance en 2008 dans la culture biologique… « c’est ma façon de m’excuser auprès de la nature. De plus, l’arrêt des insecticides a rapidement créé une concurrence naturelle dans le vignoble ! »

(suite…)

23 mai 2014

en Crozes-Hermitage, au domaine HABRARD, avec Laurent HABRARD, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Laurent HABRARD, 40 ans, est un vigneron heureux. A la tête d’un vignoble magnifique de 15 hectares dans le nord des Côtes-du-Rhône, dont un demi-hectare en Hermitage; parcelle achetée au gendre du Général de Gaulle, page d’histoire toujours émouvante.

Au début, Laurent travaille le vrac, le bag in box… Toutefois, il commence à comprendre que travailler ainsi prend autant de temps que travailler autrement. Puis il constate que tous ces produits qu’il met dans ses vignes, frappées d’une tête de mort, n’apportent somme toute pas grand chose. En plus, en arrêtant l’utilisation d’insecticides, il constate certes le retour des insectes, mais surtout des insectes prédateurs, ceux qui sont des insecticides.

(suite…)