8 juin 2017

en Crozes-Hermitage, le domaine MELODY, avec Marc ROMAK, la vidéo !!

by Patrick Maclart

C’est la rencontre inattendue qui a créé la fusion réussie du domaine Melody. Tout d’abord un jeune couple tout sympa, Marc ROMAK, d’origine néerlandaise, et Marlène DURAND. Ils ont étudié ensemble à Orange; elle décide de revenir au pays, il l’accompagne.

Après leur stage en Australie, Marlène a la ferme intention de reprendre l’exploitation familiale avec Marc, mais celle-ci est plutôt petite, et les vignes du coin plutôt chères. Et Denis LARIVIERE, homme d’affaires, gestionnaire de plusieurs sociétés qui lui a des vignes, mais aucune compétence oenologique. Leur rencontre va être fusionnelle. Denis est un homme intelligent, et comprend vite que ses vignes seront que mieux tenues, et sa terre que mieux travaillée.

(suite…)

2 septembre 2016

en Crozes-Hermitage, le domaine HABRARD, Laurent HABRARD : un chercheur qui trouve

by Patrick Maclart

Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, pendant qu’on cherche des chercheurs qui trouvent. Laurent HABRARD fait partie de cette deuxième catégorie, curieux de tout, jamais rassasié de savoir, sachant appliquer avec pragmatisme ses expériences, et surtout sachant aussi humble que simple. A 42 ans, il représente la cinquième génération présente au domaine. Au début, il travaillait avec son frère Emmanuel mais ce dernier a suivi une autre voie… « J’ai repris l’exploitation en 1998, on ne faisait que du vrac et du bag-in-box. Je bossais jusque le dimanche midi, et ma femme m’a bien fait comprendre qu’il lui était difficile de vivre avec quelqu’un qu’elle ne voyait pas. Il a fallu valoriser, j’ai fait de la bouteille. Ca a marché, mais au lieu d’acheter une belle BMW, j’ai pris un ouvrier » me dit Laurent avec ce bon sens que j’aime tant à trouver chez le vigneron.

à 40 ans, Laurent HABRARD arrive à une belle maturité. Sûr de rien, il cherche, expérimente, et prend ce qu'il y a de meilleur. Bref, un chercheur qui trouve.

à 40 ans, Laurent HABRARD arrive à une belle maturité. Sûr de rien, il cherche, expérimente, et prend ce qu’il y a de meilleur. Bref, un chercheur qui trouve.

Laurent a fait 2 BTS, à Avignon et Montpellier, un viti-oeno bien sûr, mais surtout le commerce du vin. A un certain moment, Laurent se pose des questions. Les traitements lui donnent mal à la tête, il fallait changer. La réflexion prend son temps, il regarde ça et là ce qui se passe, et se lance en 2008 dans la culture biologique… « c’est ma façon de m’excuser auprès de la nature. De plus, l’arrêt des insecticides a rapidement créé une concurrence naturelle dans le vignoble ! »

(suite…)

23 mai 2014

en Crozes-Hermitage, au domaine HABRARD, avec Laurent HABRARD, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Laurent HABRARD, 40 ans, est un vigneron heureux. A la tête d’un vignoble magnifique de 15 hectares dans le nord des Côtes-du-Rhône, dont un demi-hectare en Hermitage; parcelle achetée au gendre du Général de Gaulle, page d’histoire toujours émouvante.

Au début, Laurent travaille le vrac, le bag in box… Toutefois, il commence à comprendre que travailler ainsi prend autant de temps que travailler autrement. Puis il constate que tous ces produits qu’il met dans ses vignes, frappées d’une tête de mort, n’apportent somme toute pas grand chose. En plus, en arrêtant l’utilisation d’insecticides, il constate certes le retour des insectes, mais surtout des insectes prédateurs, ceux qui sont des insecticides.

(suite…)

30 mars 2012

en Crozes-Hermitage : Emmanuel DARNAUD, maître-mot : gourmandise.

by Patrick Maclart

Rencontrer un vigneron qui élabore des vins qui lui ressemblent est toujours un plaisir immense. Emmanuel DARNAUD fait partie de ces rencontres. Gourmand revendicateur, ses Crozes comme ses Saint-Joseph sont concentrés, juteux, salivants, mais non dénués de finesse...

Les vins comme leur concepteur sont parfumés d’hédonisme… A 34 ans, Emmanuel démarre la vie avec la gourmandise ancrée à l’esprit comme au corps. Depuis toujours intéressé par la bonne chère, le bon vin, il claque (sic) son premier salaire, à 13 ans, chez Pic, le fameux restaurant. A 18 ans, il prend son temps libre pour aller déguster aux foires aux vins, et acheter ses premiers crus.

(suite…)

27 février 2012

Crozes-Hermitage : le domaine des Bruyères, David REYNAUD : des vins à l’élégance virile.

by Patrick Maclart

Il y a quelques années, lors d’une dégustation chez Alain VOGE à Cornas, ce dernier m’avait conseillé de suivre de très près ce vigneron. Quel vigneron ? David REYNAUD du domaine des Bruyères, en Crozes-Hermitage. Cet homme de 35 ans, au physique de 3ème ligne, semble toujours calme. Mais quand on le connaît, on sent la volonté qui bout dans ses artères, dans son âme.

Ma première rencontre avec David remonte à 2004. Je ne l’ai jamais connu avec le melon. Il préfère se consacrer à son travail plutôt qu’à son image. Il est vigneron depuis 2003, mais viticulteur depuis 2000. Le domaine est familial et existe depuis 4 générations. Toutefois, les vignes étaient sous contrat avec la cave de Tain l’Hermitage.

David devant ses fameuses cuves ovoïdes en ciment, dans lesquelles il élève notamment sa fameuse cuvée "Entre Ciel et Terre".

David devant ses fameuses cuves ovoïdes en ciment, dans lesquelles il élève notamment sa fameuse cuvée « Entre Ciel et Terre ».

(suite…)

21 septembre 2011

interview de Yann CHAVE, président de l’appellation Crozes-Hermitage

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, l’ A.O.C. Crozes-Hermitage lançait un chantier titanesque : rédiger une cartographie COMPLETE du terroir de l’appellation, sur près de 3.000 hectares.

Ce travail ne s’est pas fait n’importe comment. Tout d’abord, c’est une décision collective, et ça il faut le féliciter. Ensuite, des carottages importants dans l’ensemble des terres a été opéré, et ce avec des personnes compétentes : agronomes, …

(suite…)

26 janvier 2011

en vallée du Rhône : Franck FAUGIER – domaine des Hauts-Châssis en Crozes-Hermitage : essai réussi !

by Patrick Maclart

Je piste Franck FAUGIER depuis ses débuts. Sorti de la cave coopérative en 2003, il décide non sans mal de se lancer. Sa genèse coïncidera avec un millésime de surcroît difficile. Il le paiera cher, mais c’est un autre débat.

Franck FAUGIER, croqueur de vie, élabore des vins comme lui.

Franck paraît au premier abord bourru et apparent, mais il faut gratter ce vernis, et après quelques minutes, on découvre un homme jusqu’au-boutiste, avec une âme de vrai artiste. Avec Franck, notre relation est franche, parfois passionnée, car il est toujours ouvert aux débats, et n’hésite pas à écouter et respecter ses détracteurs, tout en défendant ses positions. C’est à mes yeux un signe d’intelligence. Ce croqueur de vie a le sens de l’amitié.

(suite…)