11 juin 2013

à Rully, à la maison PICAMELOT, coincer la bulle avec Philippe CHAUTARD

by Patrick Maclart

« la maison existe depuis 1926, c’est la plus ancienne maison à bulles de Rully » me dit Philippe CHAUTARD, 48 ans, représentant la 3ème génération à la tête de la maison PICAMELOT. En fait, c’est la 3ème et demi. L’arrière-grand-père était tonnelier. Son fils a fondé la maison et son père l’a aidé dans sa création… « mon père n’était pas dans la structure, il n’y avait que des filles et il en avait épousé une ! Il a été rapidement invité à reprendre la maison; son honnêteté et sa droiture ont plu au fondateur » précise Philippe. Son père va donc rejoindre la structure en 1953.

Philippe CHAUTARD est un type vraiment gentil, et son côté artistique hérité de son envie des Beaux-Arts lui donne la force et le crédo de la création. Ses crémants s’inscrivent souvent dans une logique de haute couture, sans le prix.

Philippe lui intègre la vénérable maison en 1981, à 17 ans… « Je ne dirigeais vers des études aux Beaux-Arts, c’est par défaut que je suis entré dans le vin. J’ai tout fait, même nettoyer les toilettes ! Mais aujourd’hui, tout ce que j’ai fait est ma force » déclare Philippe avec conviction.

(suite…)

6 mai 2013

Bourgogne Wineblog à Rully, à la maison PICAMELOT, avec Philippe CHAUTARD, la vidéo !!

by Patrick Maclart

3 générations à la tête de ce domaine… « trois et demi ! » précise Philippe CHAUTARD, dirigeant de la maison PICAMELOT à Rully, la plus ancienne maison à bulles de Rully.

Car Picamelot, c’est certes du crémant de Bourgogne, mais du crémant de créateur, du crémant qui prend des risques, qui est élevé sous bois pour certaines cuvées, ou venant d’un vignoble unique pour une autre… Bref, une espèce de crémant « haute couture ».

Mais Picamelot, c’est aussi un vigneron qui possède ses vignes, une dizaine d’hectares. Pour certes maîtriser ses approvisionnements, mais aussi et surtout pour maîtriser sa viticulture.

(suite…)

28 novembre 2011

à Gevrey-Chambertin : Frédéric ESMONIN : finesse et discrétion

by Patrick Maclart

Frédéric ESMONIN, 45 ans, est à la tête du domaine depuis 1988. Ayant commencé son BTS viti-oeno à Beaune, un accident le poussera à modifier une carrière de vigneron qui se profilait. Il commencera donc comme négociant, avec pour principal client son père qui lui vendait ses vins.

Il a aujourd’hui repris une partie des vignes paternelles, créé une société civile en 2003, mais continue surtout son boulot de négociant qui représente une partie conséquente de son activité. Ses approvisionnements sont variables, mais surtout en appellations régionales, où le marché est important.

on sent chez Frédéric ESMONIN comme chez son père, de la gentillesse sincère, et du bon sens. Des gens qui n’ont aucune prétention, sauf celle d’élaborer le meilleur vin possible.

(suite…)