16 janvier 2017

dans le Roussillon, le domaine DEPEYRE, avec Serge DEPEYRE, la vidéo !!

by Patrick Maclart

il n’est pas simple de se faire respecter en Catalogne française (je sais, diront les Catalans, il n’y a qu’une Catalogne, mais là c’est pour expliquer). Surtout quand on est un produit importé.

Serge DEPEYRE vient du Vaucluse, sa femme Brigitte elle est du cru. Et quand je parle d’eux aux collègues du coin, je n’obtiens que des remarques de respect et d’admiration. Pour beaucoup de vignerons, Serge est l’un des meilleurs cultivateurs de vignes de la région. Et au vu de ce que j’ai constaté dans la vigne, je ne peux que le confirmer. C’est d’une tenue, d’un travail hors norme.

(suite…)

4 novembre 2013

à Maury, le Mas Mudigliza, Dimitri GLIPA, la précision et le partage

by Patrick Maclart

Dimitri GLIPA, 30 ans, est à la tête du domaine depuis 7 ans, créé ex nihilo. Girondin de naissance, il s’est toujours dit qu’il serait vigneron au sortir de l’adolescence; « mon père est cuisinier, il y a toujours eu l’art de vivre, la bonne table et de bonnes bouteilles à la maison ! » me raconte Dimitri avec toute la gentillesse sincère qui le caractérise. Le père est passionné de chevaux, Dimitri et son frère Donald sont des cavaliers émérites; ce dernier étant même dans l’équipe de France d’équitation.

d'une gentillesse légendaire, son sens du partage est chez lui inné. Dimitri GLIPA est un homme bien, qui a choisi sa vie.

d’une gentillesse légendaire, son sens du partage est chez lui inné. Dimitri GLIPA est un homme bien, qui a choisi sa vie.

Etre architecte-paysagiste, ça l’intéresse, mais il intègre par raison le lycée de Montagne Saint-Emilion. La vigne le passionne, le captive, le mordille, et il obtient son BTS viti-oeno. Il rencontre Christian VEYRY, oenologue, qui lui propose de travailler chez lui pendant 6 mois. Il reste et la collaboration durera 4 ans, avec de sacrées responsabilités à gérer sur 10 hectares ! Il veut toutefois vivre son ambition, faire du vin en Fronsac par exemple. Ses parents sont amis avec Ugo ARGUTI, maître de chai du château Fombrauge à Saint-Emilion, mais aussi vigneron dans le Roussillon; et les parents de Caroline BONVILLE, vignerons en Bordelais. Mais leur fille est elle vigneronne en Roussillon, tout comme Ugo… L’hypothèse d’avoir des vignes là-bas se profile de plus en plus… Et en plus ce n’est pas cher, contrairement au Fronsadais (« il faut dire ce qu’il faut dire » ajoute Dimitri avec sincérité).

(suite…)

31 octobre 2012

à Fitou, le domaine des Enfants Sauvages : « I’m the Lizzard King ! »

by Patrick Maclart

… and I can do anything ! Cette phrase surréaliste prononcée par Jim Morrison peut introduire un couple extraordinaire : Nikolaus et Carolin BANTLIN. Ils sont vraiment hors norme. Originaires de Stuttgart, ils ont une trajectoire que seuls ceux qui croient en leur parcours de vie peuvent comprendre. Elle architecte, lui dirigeant d’une petite entreprise de cuirs industriels, c’est tout un cheminement qui les amènera à plus de mille kilomètres de leur ancienne vie.

Nikolaus et Carolin BANTLIN sont vraiment sur leur trajectoire de vie… Dans leur ancienne vie, elle architecte, lui chef d’entreprise… Et aujourd’hui au plus vrai de la nature. Hors norme vous dis-je…

Ils sont tous les deux fanas de varappe, « je n’avais que la montagne en tête, grimper l’Himalaya, le Pérou… Mon rêve était de travailler dehors, m’aérer, ne plus être en face de cet ordinateur, dans ce bureau ! » me lance Nikolaus comme une évidence. Ils passent leurs vacances en France, tout le temps. Le projet de quitter l’Allemagne et cette ville hyper-industrialisée les démange de plus en plus, le projet de s’installer en France s’étoffe : acheter une petite maison au soleil, et pourquoi pas amener la production de l’entreprise… « La vie à Stuttgart nous ennuyait, c’est très industrialisé, les gens ne vivent pas, la compétitivité est le maître-mot » me dit Nikolaus avec conviction.

(suite…)