28 novembre 2012

sur l’île d’Oléron, Pascal FAVRE du domaine FAVRE : étape par étape

by Patrick Maclart

Pascal FAVRE, 42 ans, dirige un beau domaine d’une quarantaine d’hectares sur l’île d’Oléron, en Charente-Maritime. Il a repris le domaine de son père qui est désormais à la retraite, bien qu’il donne toujours un coup de main par-ci par-là. Ca n’a pas été simple, car le père de Pascal vivait son domaine et était toujours été soucieux de la qualité, mais il a eu l’honnêteté et l’intelligence de laisser faire sa progéniture.

Son naturel gentil transperce sa personnalité… Sa conversion en bio s’est faite en pensant principalement à son personnel, aux autres. Pascal et sa famille se mettront en quatre pour vous assurer un bon accueil au domaine, avec des produits plus qu’étonnants quant à leur rapport qualité-prix-plaisir.

(suite…)

24 février 2012

à Chorey-les-Beaune : Michel et Chantal MARTIN : fusionnels

by Patrick Maclart

Michel et Chantal MARTIN, ce n’est pas compliqué. Ce sont les vignerons les plus gentils que je connaisse, toutes régions confondues. De plus, ils représentent pour moi ce qu’on appelle un « couple fusionnel ». Quand l’un pense, l’autre dit ou fait, et vice versa. C’en est amusant. Ils dirigent ce beau petit domaine familial depuis trois générations, et s’étendant sur 4.9 hectares. Il est issu de la scission du domaine Maurice MARTIN qui vendait sa production au négoce. Michel a donc repris en 2003.

Chantal et Michel font partie des vignerons les plus gentils que je connaisse. Sourire, coeur sur la main, esprit et humour… On ne peut que passer du bon temps avec eux. En plus ils sont beaux !

Aujourd’hui à 60 ans, Michel a n’a fait que l’école de la vigne, mais c’est la meilleure. Le domaine est en conversion bio depuis 2008, et c’est le millésime 2012 qui sera labellisé. C’est Chantal, son épouse, qui est l’impulsion bio. Sacré couple vous dis-je, si Chantal est la muse, Michel est le moteur.

(suite…)

3 février 2012

à Château-Chalon, le domaine BERTHET-BONDET : un type bien, tout simplement.

by Patrick Maclart

Jean BERTHET-BONDET ne se prédisposait pas forcément à un métier de vigneron. Son diplôme d’ingénieur agronome obtenu, il cherche sa voie. Mais certain, ce sera un métier où ça bouge, où ça crée, et où la reconnaissance de la profession pourra se faire.

le physique d’un bonze bouddhiste et le débit de voix calme, un moment passé avec Jean BERTHET-BONDET équivaut à des heures de yoga… Même ses vins de caractère vous poussent à la méditation des grands terroirs du Jura.

C’est curieusement un échec qui l’amènera à la vigne. Essuyant un refus à un poste de chercheur à l’INRA, il décide de devenir son patron, un peu par défi. Et la vigne s’impose. De chercheur agronome, il deviendra trouveur de nectars. « Le Château-Châlon était NOTRE grande bouteille familiale, et si la Bourgogne m’attirait au plus haut point, mon portefeuille lui m’en repoussait ! Le Jura s’est ainsi imposé. » dit Jean avec humilité et sagesse. Il arrive début 1984, après avoir travaillé chez Macle; « Il m’a donné de bonnes bases ! » s’enthousiasme gentiment Jean.

(suite…)

15 juillet 2011

à Montlouis : Xavier WEISSKOPF – le Rocher des Violettes : perfection décontractée.

by Patrick Maclart

Xavier WEISSKOPF n’a pas peur du défi, du challenge et du dépaysement. C’est sur le conseil d’Emmanuel DELMAS, sommelier et wine-trotter curieux (nous partageons ce que d’aucuns qualifient de vilain défaut…) que j’ai rendu visite à ce vigneron.

Il s’est retrouvé en Montlouis un peu par hasard. Alors maître de chai au fameux château Saint-Cosme à Gigondas depuis 2000, il souhaite s’installer à son compte, créer, inventer le vin qu’il imagine.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Il contacte alors la SAFER. Cet organisme lui fait alors savoir que nombre de vignerons situés en Montlouis prennent leur retraite sans succession et que bien des possibilités existent ; surtout que certaines aides sont mises en place pour éviter la désertification de certaines campagnes. Xavier, avec le feu de sa jeunesse, se jette dans l’aventure. Son rêve était la Bourgogne, il partira un peu plus à l’ouest.

(suite…)