23 mai 2017

en Saumur-Champigny, Bruno DUBOIS : les voyages forment les cultures…

by Patrick Maclart

Bruno DUBOIS, 46 ans, a repris le domaine en 2002… « c’était un domaine familial de 25 hectares qui appartenait à mon père et mon oncle. Ils travaillaient déjà le sol en partie avec un enherbement et cavaillonnages. Mais les cavaillons étaient désherbés. » Bruno bossait déjà au domaine, mais profite de ce moment pour parfaire son écolage et sa curiosité. Il partira donc à gauche à droite, où il va apprendre plein de choses, que ce soit à la Tour du Bon à Bandol ou dans le Beaujolais.

Bruno DUBOIS est un homme, avec ses doutes, ses interrogations, ses envies, ses volontés. Tout, sauf un être bouffi de certitudes.

Bruno DUBOIS est un homme, avec ses doutes, ses interrogations, ses envies, ses volontés. Tout, sauf un être bouffi de certitudes.

Dès qu’il avait la possibilité, il partait, rencontrer notamment Marcel LAPIERRE en Beaujolais ; la famille le laissant faire… « c’est une grande chance qu’ils m’ont laissée » affirme-t-il reconnaissant.

(suite…)

28 mars 2017

en Saumur-Champigny, avec Bruno DUBOIS, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Bruno DUBOIS est un vigneron qui a appris de ses voyages. Certes, ils forment la jeunesse. Mais avec l’écoute, il forme la culture, quelle qu’elle soit. Les rencontres sont toujours une force, et Bruno saura la saisir.

Il reprend le domaine familial, prendra le temps de convertir celui-ci à la culture biologique, et aussi en biodynamie, non-labellisé de par le ridicule des normes. Je l’appuie.

(suite…)

8 février 2017

à Vouvray, Benoît GAUTIER, au domaine de la Châtaigneraie : mouvement utile

by Patrick Maclart

Benoît GAUTIER, 55 ans, a créé son domaine ex nihilo… « je souhaitais créer mes vins, m’exprimer, que j’étais capable de faire des choses. Mais mon père n’était pas prêt de lâcher les rênes. J’ai donc fondé mon domaine et loué des vignes ». On sent la volonté dans le propos, d’être autonome, de décider. Il va donc commencer avec 3 hectares en 1981, et l’opportunité en 1984 de doubler sa superficie, en achetant 3 hectares… « c’était une vigne quasiment en friches, et n’oublions pas qu’à l’époque les taux d’intérêt étaient à 13 % ! Et j’ai reconnaissance pour mon père qui m’a gracieusement loué des terres » ajoute-t-il redevable. Il se marie en 1987, son épouse Patricia s’occupe de la comptabilité.

Benoît GAUTIER à 55 ans dispose de plus d'énergie que bien des jeunes, et de plus d'idées que bien des chercheurs. Toujours en mouvement, et pas pour brasser de l'air !

Benoît GAUTIER à 55 ans dispose de plus d’énergie que bien des jeunes, et de plus d’idées que bien des chercheurs. Toujours en mouvement, et pas pour brasser de l’air !

(suite…)

8 novembre 2016

à Vouvray, chez Benoît GAUTIER à la Châtaigneraie, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Benoît GAUTIER à Rochecorbon, excellent vigneron et papa de l’excellentissime Vouvray « clos la Lanterne », est aussi une vraie pile électrique. Toujours en mouvement, l’énergie et l’imagination d’un tout jeune malgré son âge mesuré, il avance avec volonté et intelligence, mille idées à la minute, dont un bon paquet de bonnes.

Rencontrer Benoît, c’est rencontrer un vrai bonhomme, un mec tout simple, avec un cœur gros comme ça, du rire plein la bouche et des bouteilles plein la table. On ne peut que passer un bon moment chez lui, où il vous écoutera, sourira, échangera. Bref, viendez !

(suite…)

28 septembre 2016

à Bourgueil, au domaine de l’Oubliée, Xavier COURANT, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Xavier COURANT a créé le domaine de l’Oubliée à Saint-Patrice, en Bourgueillois. Il a choisi sa vie, enfin il subit la vie qu’il a choisie, comme il l’aime à dire. Caviste, il voulait élaborer des vins qui lui ressemblent, « féminins » comme il l’aime à le dire, soyeux, et du plus droit chemin du terroir.

C’est chose qui sera faite lors de son installation dans le pays de Bourgueil. Et c’est réussi. Ses vins sont caressants, charmeurs, et droits, purs, nets. Le vin le plus viril de sa gamme ? Son blanc de chenin, qui lui, même s’il n’est pas une brute épaisse, a du punch et du caractère à revendre.

(suite…)

2 juillet 2013

Bourgogne Wineblog déguste les Savennières et Savennières Roche-aux-Moines !!

by Patrick Maclart

J’étais invité il y a quelques mois lors des salons des vins de Loire à une grande dégustation des Savennières et de Roche-aux-Moines. La possibilité pour moi de redécouvrir l’une des plus belles appellations de France, voire du monde. Je profite de la présente pour remercier les syndicats de Savennières et de Savennières Roche-aux-Moines de leur disponibilité. Je remercie aussi le travail de l’agence Clair de Lune de Lyon d’organiser autant les déplacements que les communications officielles.

PORTRAIT

En effet, depuis des années que je déguste ou bois des vins de ces AOC, c’est à chaque moment un monumental frisson, vraiment la sensation qu’il s’agit là d’un immense terroir, avec une expression dans le verre qui n’appartient qu’aux vins de ce coin. Les prix restent raisonnables au vu de l’incommensurable expression et de la qualité générale de ces AOC.

(suite…)

7 mars 2013

le salon des vins de Loire 2013 : humeurs, bonheurs, coups de coeur…

by Patrick Maclart

Chaque année à Angers a lieu le salon des vins de Loire. Une occasion unique pour moi Bourguignon de tâter de la production ligérienne. Nous partageons ici beaucoup de qualités communes avec nos amis de la Loire : truculence, partage, sens du terroir, respect du végétal… Mais aussi plein de choses nous séparent, comme justement cette myriade de terroirs, de cépages. Auparavant, ce vignoble était difficilement accessible de Bourgogne, mais le nouveau contournement autoroutier permet désormais de s’y rendre plus facilement.

J’ai toujours des vins de Loire une image de vins gaillards et digestes, mais aussi de vins de terroir d’exception. En effet, qui pourrait oser dire que Savennières, Sancerre, Chinon, n’élaborent que des vins de cépages ? Il y a en Loire des vins remarquables, et à des prix d’une douceur qui n’est pas sans évoquer le fil du cours de la Loire…

(suite…)

15 juillet 2011

à Montlouis : Xavier WEISSKOPF – le Rocher des Violettes : perfection décontractée.

by Patrick Maclart

Xavier WEISSKOPF n’a pas peur du défi, du challenge et du dépaysement. C’est sur le conseil d’Emmanuel DELMAS, sommelier et wine-trotter curieux (nous partageons ce que d’aucuns qualifient de vilain défaut…) que j’ai rendu visite à ce vigneron.

Il s’est retrouvé en Montlouis un peu par hasard. Alors maître de chai au fameux château Saint-Cosme à Gigondas depuis 2000, il souhaite s’installer à son compte, créer, inventer le vin qu’il imagine.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Il contacte alors la SAFER. Cet organisme lui fait alors savoir que nombre de vignerons situés en Montlouis prennent leur retraite sans succession et que bien des possibilités existent ; surtout que certaines aides sont mises en place pour éviter la désertification de certaines campagnes. Xavier, avec le feu de sa jeunesse, se jette dans l’aventure. Son rêve était la Bourgogne, il partira un peu plus à l’ouest.

(suite…)

21 juin 2011

en Loire, en coteaux-du-Layon : château des Rochettes : plaisir et profondeur.

by Patrick Maclart

Catherine NOLOT, propriétaire du domaine de l’Eté à Concourson-sur-Layon, a acheté le château des Rochettes en 2006. Elle acquiert ainsi l’un des plus beaux terroirs du Layon. Pour l’équipe technique, ne changeons pas une équipe qui gagne. Yannick BABIN, la trentaine et déjà au domaine de l’Eté, prendra en charge ce superbe domaine.

Avec un BTA viti-oeno à Montreuil-Bellay, Yannick a aussi des parents vignerons. C’est donc avec un bon bagage qu’il entre travailler dans un, puis dans le deuxième domaine. Le domaine de l’Eté s’étend sur 35 hectares, le château des Rochettes sur 25. Le terroir de ce dernier est intéressant car sur les schistes se trouve en sous-sol une grosse veine carbonifère qui confère aux vins de ce domaine une saveur et une particularité hors du commun.

Yannick BABIN est le prototype même du grand technicien vins, humble, à l’écoute de son végétal et des dégustateurs, on sent l’homme lié à sa terre.

Autant le château des Rochettes que le domaine de l’Eté sont en lutte raisonnée. Des labours fréquents et l’enherbement ont été depuis mis en place. La biodynamie intéresse Yannick, qui un jour ou l’autre franchira le pas.

(suite…)