17 mars 2011

dans le Jura, Benoît BADOZ : arrogant, lui ? Mais pas du tout !

by Patrick Maclart

Lorsqu’on rencontre Benoît BADOZ pour la première fois, on a rapidement une bonne sensation, l’impression qu’on passera un bon moment. Et c’est ici le cas. Benoît fait partie des hommes qui ont le vrai sens de l’accueil, et qui aiment à recevoir du monde. Aimer les gens n’est pas l’apanage de tous.

Chaleureux, sincère, drôle, mais avec toujours cette petite partie qui doute, Benoît BADOZ est l’un de ces hommes qu’on est heureux de rencontrer, de connaître.

« Le domaine familial existe depuis bien longtemps, le premier Badoz s’est installé en 1625. Je représente la dixième génération. Pour moi, reprendre, le domaine, ça m’a semblé tout naturel » me déclare Benoît, dans une fierté toute mesurée.  Après un BTS viti-oeno à Beaune, Benoît partira en stage, à Puligny-Montrachet au domaine Carillon, en Australie et en Californie, ainsi qu’un petit saut à Pétrus, à Pomerol.

(suite…)

1 mars 2011

Dégustation de 12 Bourgogne blancs « générique » 2008

by Patrick Maclart

J’ai organisé une dégustation de Bourgogne blancs « génériques » (Dieu que ce mot est laid !), ou régionaux (guère mieux comme adjectif…),  du millésime 2008. Ce fabuleux millésime apportera bien du plaisir dans les années à venir, car il s’agit d’un vrai millésime de garde. Mais qu’en est-il des vins sensés être plus abordables, destinés à une consommation plus rapide ?

Le but de cette dégustation était de confronter des « stars » de Bourgogne, plus connus pour d’autres productions (Anne Gros, Comte Armand, Gambal, Tollot-Beaut), ceux qui ont le terroir et le savoir-faire en vins blancs (JM Boillot, Sylvain Dussort, Sylvain Morey), des seconds couteaux pas assez connus (Thiébault HUBER, Jean-Marc Vincent), et ceux qui ne sont pas supposés en avoir le terroir ni le « coup de patte » à vins blancs (Heresztyn, Naddef).

de gauche à droite : Sylvain MOREY, Jean-Marc-BOILLOT, Comte Armand, Louis Latour Grand Ardèche (bouteille piège), Anne GROS et le domaine TOLLOT-BEAUT

(suite…)

7 février 2011

en Bourgogne, à Meursault : Rémi JOBARD : racines…

by Patrick Maclart

Rémi JOBARD élabore parmi les Bourgogne blancs les plus excitants que je n’aie jamais dégustés dans ma vie. Souvent je le sortais à l’aveugle dans les dégustations comparatives, et j’étais énormément impressionné. Peut-être est-ce pour ça que je n’avais jamais osé le rencontrer, le considérant comme une espèce d’icône au panthéon de mes vins préférés. Mais c’est mon ami Emmanuel DELMAS, sommelier de formation, qui a organisé la rencontre.

La quarantaine faussement décontractée, il est à la tête d’un domaine à Meursault produisant seulement 50.000 bouteilles. Les hauts rendements n’ont pas place ici. L’histoire du domaine se perd dans les méandres du temps… «On ne sait pas de quand date le domaine. On retrouve des Jobard à Meursault au XVIème siècle, notamment au château de Cîteaux. Mes crus ont été achetés lors de la crise phylloxérique par un aïeul qui était régisseur au domaine Mac Mahon. », déclare Rémi.

L’air débonnaire, il ne faut pas se fier aux apparences, Rémi est un monstre de boulot.

(suite…)

24 janvier 2011

en Bourgogne : Philippe TREBIGNAUD au domaine de la Sarazinière à Bussières – Mâcon alternatif.

by Patrick Maclart

La région maconnaise connaît un succès croissant tant en France que dans le monde. Ses chardonnays mûrs, boisés et larges ne peuvent que conquérir un public de plus en plus exigeant sur la qualité de ce qu’il boit. De surcroît, dans la plupart des cas, les prix sont restés sages.

Cependant, les vins ont tendance à être stéréotypés, ils sont parfois excessifs. Les petits Mâcon, élevés brièvement dans des fûts aromatiques veulent avoir des gueules de Pouilly; et les Pouilly suivent des cours de body building. Si bien que la notion de terroir s’efface au profit de sucres, de boisé, et de maturité trop présents.

Il reste toutefois quelques briscards pour qui l’expression de leur terroir est un sacerdoce. Philippe TREBIGNAUD fait partie de cette race d’hommes. C’est le Mâcon alternatif.

Une gueule à la Lino Ventura, un coeur gros comme ça, des vins pas possibles, voici un portrait chinois de Philippe.

(suite…)

19 janvier 2011

à Meursault : domaine BOISSON-VADOT : à découvrir d’urgence !

by Patrick Maclart

J’ai rencontré le domaine BOISSON-VADOT par le choix d’un ami sommelier émérite, Emmanuel Delmas. La dégustation de l’aligoté du domaine l’avait complètement enthousiasmé.

Ce domaine se situe dans le haut de Meursault. Discret, il élabore des vins riches et structurés, bien dans leur terroir. Leur sapidité fait plaisir à déguster.

(suite…)

10 janvier 2011

MILLESIME 2009 : au domaine BOYER-MARTENOT à Meursault

by Patrick Maclart

Vincent BOYER s’occupe désormais des vinifications du domaine BOYER-MARTENOT, reprenant la suite de son père Yves. La petite trentaine, il élabore des vins équilibrés et structurés, bien que la finesse soit indéniable dans les vins. Les terroirs sont bien marqués.

BOYER

(suite…)

4 décembre 2010

Bourgogne Wineblog au 25ème concours des vins de Chablis : comme si vous y étiez !

by Patrick Maclart

C’est dans une ambiance hivernale que je rejoins l’abbaye du petit Pontigny afin de participer en tant que jury au 25ème concours des vins de Chablis. Je suis affûté comme une lame de Tolède; l’air vif et sec allié à un superbe soleil me met en totale appétence (comme dirait Emmanuel Delmas !).

Ciel bleu, neige blanche, en voilà une ambiance bien angélique pour démarrer la journée !

(suite…)

29 novembre 2010

DEGUSTATION EXPRESS : 10 CHABLIS 1ER CRUS 2008 (et théorie des premiers crus)

by Patrick Maclart

L’AOC Chablis a été accordée en 1938. Avant de l’obtenir, comme partout en Bourgogne, les vignerons ont isolé leurs meilleurs terroirs afin de leur donner un statut particulier, basé sur les usages locaux, loyaux et constants.

Les premiers crus sont au nombre de 40. Toutefois, les climats sont 79. Lors de la classification en 1938, il a été demandé de simplifier le classement et d’éviter d’avoir des crus «parapluie». Certains crus sont donc constitués de plusieurs climats. Ils sont de plus regroupés en 17 appellations plus célèbres.

Les premiers crus se partagent les deux rives du Serein, la rivière qui traverse Chablis. Toutefois, les vins de la rive droite sont en général mieux appréciés, car le calcaire kimméridgien, facteur du terroir si particulier de Chablis, est plus important.

sol typique de Chablis, de calcaire kimméridgien.

(suite…)

22 novembre 2010

Bourgogne Wineblog : un regard français sur… les vins grecs.

by Patrick Maclart

La série « un regard français sur… » reprendra des dégustations effectuées durant Vinexpo à Bordeaux, et axées sur les vins étrangers. En effet, il faut faire preuve d’une grande humilité : ne faut-il pas être imprégné de la culture d’un pays pour en apprécier objectivement et à leur juste valeur les vins qui y sont produits ? Je suis certain que si. On peut cependant ne donner qu’un avis, et il est important que les producteurs fassent eux aussi preuve d’humilité d’en accepter ces critiques.

(suite…)

8 novembre 2010

GRANDS JOURS DE BOURGOGNE 2010 – FOCUS SUR : CHABLIS & AUXERROIS

by Patrick Maclart

Dans le cadre des Grands Jours de Bourgogne 2010, la dégustation des Chablis avait lieu ce lundi 22 mars dernier à la maison des vins de Chablis.

terroir typique dit « kimméridgien ».

(suite…)

Pages :«12345678»