3 février 2012

à Château-Chalon, le domaine BERTHET-BONDET : un type bien, tout simplement.

by Patrick Maclart

Jean BERTHET-BONDET ne se prédisposait pas forcément à un métier de vigneron. Son diplôme d’ingénieur agronome obtenu, il cherche sa voie. Mais certain, ce sera un métier où ça bouge, où ça crée, et où la reconnaissance de la profession pourra se faire.

le physique d’un bonze bouddhiste et le débit de voix calme, un moment passé avec Jean BERTHET-BONDET équivaut à des heures de yoga… Même ses vins de caractère vous poussent à la méditation des grands terroirs du Jura.

C’est curieusement un échec qui l’amènera à la vigne. Essuyant un refus à un poste de chercheur à l’INRA, il décide de devenir son patron, un peu par défi. Et la vigne s’impose. De chercheur agronome, il deviendra trouveur de nectars. « Le Château-Châlon était NOTRE grande bouteille familiale, et si la Bourgogne m’attirait au plus haut point, mon portefeuille lui m’en repoussait ! Le Jura s’est ainsi imposé. » dit Jean avec humilité et sagesse. Il arrive début 1984, après avoir travaillé chez Macle; « Il m’a donné de bonnes bases ! » s’enthousiasme gentiment Jean.

(suite…)

27 janvier 2012

à Chassagne-Montrachet, le domaine Jean-Noël GAGNARD : Caroline LESTIME : plus qu’estimable, estimée.

by Patrick Maclart

Caroline LESTIME, 44 ans, est désormais à la tête de ce beau domaine de 14,5 hectares, principalement basé à Chassagne-Montrachet. La production est axée sur le blanc, qui correspond à 75 % de l’ensemble des vins.

Souriante, drôle, travailleuse, Caroline LESTIME, la fille de Jean-Noël est aujourd’hui à la tête du vignoble. Sa réserve de pudeur, d’écoute, se retrouve toujours dans ses vins.

Elle n’était pas forcément destinée à la reprise du domaine, car elle était partie pour une carrière commerciale. Son retour au domaine date de 1989 : « Je suis la fille unique de mon père Jean-Noël. Il ne me l’a pas demandé, mais il l’a si intelligemment suggéré ! » se rappelle avec un joli sourire Caroline. Elle attaque donc sont brevet professionnel au CFPPA de Beaune, et entame des études d’oenologue. Jean-Noël, aujourd’hui 85 ans, l’esprit vif et la jambe gaillarde, semble rassuré de la reprise du domaine par sa fille.

(suite…)

20 janvier 2012

à Rully, le domaine NINOT : douce harmonie

by Patrick Maclart

Erell et son frère Flavien dirigent tranquillement le domaine NINOT. Réparti sur 13 hectares, ils élaborent 50.000 bouteilles par an, car un peu de moût est vendu au négoce.

Ces deux personnalités sont somme toute complémentaires, et il règne lorsqu’ils sont ensemble une douce harmonie. Le frère Flavien, 25 ans, avec un parcours étonnant. Un CAP de tonnellerie et un stage à la tonnellerie de Mercurey, mais aussi chez l’un des meilleurs tonneliers de Bourgogne, Chassin. Il entame alors un parcours complexe : celui de Compagnon du Devoir. Mais pourquoi alors être rentré au domaine ? « Parce que ma soeur m’a demandé de rentrer ! » répond avec malice Flavien. Sa soeur en rit, on sent bien la complicité entre ces deux-là.

deux tempéraments, deux caractères, mais chacun arrive à exprimer ses qualités pour le bien du domaine. Flavien et Erell NINOT ont réussi cette alchimie.

(suite…)

13 janvier 2012

à Chassagne-Montrachet : le domaine BOUARD-BONNEFOY : un pneu, passionnément…

by Patrick Maclart

Qui aurait pu croire que le destin de Fabrice BOUARD tiendrait à un pneu crevé ? Et c’est pourtant le cas.

Fabrice BOUARD, 41 ans, est avec sa charmante épouse Carine à la tête d’un domaine de 5 hectares élaborant aujourd’hui 12.000 bouteilles de vins par an; une partie est encore vendue au négoce. Il y a encore quelques années, Fabrice était gendarme en outremer. Il avait épousé la même carrière que son père.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d'un vrai bonhomme de la terre.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d’un vrai bonhomme de la terre.

(suite…)

3 janvier 2012

à Nantoux : Emmanuel SAINSON : et lumière !

by Patrick Maclart

Ma rencontre avec Emmanuel SAINSON est une belle rencontre. Il est des moments dans la vie où, lorsque vous allez en dégustation, vous vous rendez compte que l’homme face à vous a des qualités, des émotions qui vous interpellent. Emmanuel fait partie de ces gens-là.

Sensible, véritablement modeste mais décidé, Emmanuel SAINSON est un de ces hommes qui vous marquent au niveau émotionnel.

(suite…)

20 décembre 2011

à Chablis : Jean-Pierre GROSSOT : du caractère et du terroir.

by Patrick Maclart

Jean-Pierre GROSSOT n’est pas homme à se laisser faire, et ça se sent dès le premier contact. A 53 ans, ce vigneron de caractère (avec des vins qui lui ressemblent bien !) trace son chemin comme la charrue son sillon. Il sait où il va : la qualité et l’expression de ses terroirs. Avec lui, on comprend vite la différence entre compétence et capacité. Il possède peu de diplômes (un C.A.P. viti-oeno obtenu à Saint-Bris), mais s’avère être l’un des vignerons les plus compétents et des plus talentueux du chablisien, et la dégustation confirme !

Jean-Pierre Grossot, un excellent vigneron.

(suite…)

16 novembre 2011

à Pommard : Jean-Marc BOILLOT : l’humble sourire.

by Patrick Maclart

Une dégustation au domaine Jean-Marc BOILLOT, c’est avant tout un grand plaisir. Les vins y sont aromatiques, intenses, riches et profonds, mais sont aussi conformes à leur terroir. Ensuite, c’est la personnalité de Jean-Marc, pas bavard pour deux sous, mais tellement habité par son travail, son crédo. Puis sa fille Lydie, tout aussi discrète, tout aussi impliquée. Et on trouve chez ces deux là un même regard, dans la même direction… Cette direction : le meilleur des vignes.

Jean-Marc BOILLOT et sa fille Lydie. Les deux ont appris que le silence était parfois bien plus parlant que les mots.

(suite…)

28 septembre 2011

à Gamay Saint-Aubin : domaine Jean-Claude BACHELET : sorciers du chardonnay

by Patrick Maclart

J’ai découvert ce domaine, dont l’origine remonte au XVIIIème siècle, au milieu des années 90; il n’est jamais trop tard pour bien faire. Jean-Claude, le père, recevait toujours avec gentillesse et surtout énormément d’humilité. Je trouvais chez cet homme des paroles sobres et justes, et lorsque je lui demandais : « alors, Monsieur Bachelet, c’est quoi votre truc pour faire ces vins aussi intenses ? », il répondait vaguement, ou par des évidences, comme si tout cela somme toute était normal.

Jean-Baptiste et Benoît sont aujourd’hui à la tête du domaine. Et bon sang ne saurait mentir, ils ressemblent tous les deux à leurs parents, car n’oublions pas la maman qui a aussi son rôle.

gentils, humbles, sensés, les frères Bachelet (Jean-Baptiste à gauche, Benoît à droite) ont bien des qualités humaines.

(suite…)

12 septembre 2011

à Marsannay : Sylvain PATAILLE : une trajectoire de vie.

by Patrick Maclart

Rarement dans mes dégustations j’ai rencontré des vignerons autant pétris par leur métier. Sylvain PATAILLE fait partie de ceux-là. A 35 ans, il donne l’impression d’être exactement sur sa bonne trajectoire de vie. « C’est un métier magique, me raconte-t-il, depuis tout gamin j’avais envie d’être vigneron » déclare avec passion et engouement notre ami vigneron.

Affable, passionné, généreux en paroles et en actes, voilà en quelques mots le portrait brossé de l’ami Sylvain PATAILLE (quand je dis « brossé », c’est une image, rien à voir avec sa coiffure !)

Avec un BTA viti-oeno obtenu à Beaune, puis un BTS dans la même institution, et last but not least un  DNO s’il vous plait à Bordeaux, il démarre comme œnologue-conseil dans un labo où ses compétences sont appréciées durant 4 ans. Mais le rêve de créer son vin le titille, et ce n’est pas évident, vu le prix du foncier. C’est un heureux concours de circonstances qui va le mettre sur la trajectoire et lui permettre d’avoir son premier hectare de vignes en 1999. Mais c’est vraiment en 2001 qu’il sera installé.

(suite…)

21 juillet 2011

Bourgogne Wineblog à Chassagne-Montrachet, au domaine BOUARD-BONNEFOY : la vidéo !!

by Patrick Maclart

Fabrice BOUARD est plein de talent. Tout récent vigneron (il était gendarme dans une autre vie), c’est une rencontre fortuite avec la femme qui allait devenir son épouse qui scelle son sort. Il vit désormais pleinement avec une passion inouïe le travail de ses sols et de ses vignes. C’en est presque un sacerdoce.

Les élevages évolueront encore, c’est certain. Mais déjà aujourd’hui, le résultat est probant. Des vins fins, conformes à leur terroir, sincères et sapides. J’adore.

(suite…)

Pages :«12345678»