12 septembre 2011

à Marsannay : Sylvain PATAILLE : une trajectoire de vie.

by Patrick Maclart

Rarement dans mes dégustations j’ai rencontré des vignerons autant pétris par leur métier. Sylvain PATAILLE fait partie de ceux-là. A 35 ans, il donne l’impression d’être exactement sur sa bonne trajectoire de vie. « C’est un métier magique, me raconte-t-il, depuis tout gamin j’avais envie d’être vigneron » déclare avec passion et engouement notre ami vigneron.

Affable, passionné, généreux en paroles et en actes, voilà en quelques mots le portrait brossé de l’ami Sylvain PATAILLE (quand je dis « brossé », c’est une image, rien à voir avec sa coiffure !)

Avec un BTA viti-oeno obtenu à Beaune, puis un BTS dans la même institution, et last but not least un  DNO s’il vous plait à Bordeaux, il démarre comme œnologue-conseil dans un labo où ses compétences sont appréciées durant 4 ans. Mais le rêve de créer son vin le titille, et ce n’est pas évident, vu le prix du foncier. C’est un heureux concours de circonstances qui va le mettre sur la trajectoire et lui permettre d’avoir son premier hectare de vignes en 1999. Mais c’est vraiment en 2001 qu’il sera installé.

(suite…)

15 juillet 2011

à Montlouis : Xavier WEISSKOPF – le Rocher des Violettes : perfection décontractée.

by Patrick Maclart

Xavier WEISSKOPF n’a pas peur du défi, du challenge et du dépaysement. C’est sur le conseil d’Emmanuel DELMAS, sommelier et wine-trotter curieux (nous partageons ce que d’aucuns qualifient de vilain défaut…) que j’ai rendu visite à ce vigneron.

Il s’est retrouvé en Montlouis un peu par hasard. Alors maître de chai au fameux château Saint-Cosme à Gigondas depuis 2000, il souhaite s’installer à son compte, créer, inventer le vin qu’il imagine.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Xavier WEISSKOPF ne fait pas que des points au scrabble, il élabore aussi de grands vins.

Il contacte alors la SAFER. Cet organisme lui fait alors savoir que nombre de vignerons situés en Montlouis prennent leur retraite sans succession et que bien des possibilités existent ; surtout que certaines aides sont mises en place pour éviter la désertification de certaines campagnes. Xavier, avec le feu de sa jeunesse, se jette dans l’aventure. Son rêve était la Bourgogne, il partira un peu plus à l’ouest.

(suite…)

7 juin 2011

le nez dans le vert : le premier salon des vins bio du Jura : immense réussite !

by Patrick Maclart

J’étais le 28 mars dernier au premier salon des vins bio du Jura appelé « le nez dans le vert« . Ce salon est une IMMENSE réussite, et quand je dis « immense », c’est un doux euphémisme.

Tout d’abord parce que j’y étais le dimanche 28, au lieu d’y être le lundi 29, journée réservée aux professionnels; des raisons de travail évidentes m’en ont empêchées. Et donc, une affluence, quelle foule ! Et que des sourires, de l’enthousiasme, du bonheur bon enfant… Je m’y suis senti comme un poisson dans l’eau. Plus de mille visiteurs sur le week end, vous avez bien lu !!

Cette réussite vigneronne d’un salon qui se définit comme « authentique et décalé« .

BANDEROLE

 

(suite…)

14 mars 2011

en Alsace, à Katzenthal, Clément KLUR le vigneron biodynamiste : la vidéo

by Patrick Maclart

Une rencontre pleine d’émotions. Clément et moi nous sommes rencontrés début des années 90 car c’est chez lui que j’allais chercher mon vin; tout jeune éphèbe en la matière que j’étais.

Après des années, nous nous retrouvons en Alsace à Katzenthal (Haut-Rhin) où il a changé plein de choses et s’est attelé (je déteste parler de conversion, ça fait trop religieux) à la biodynamie. Ses cuvées « Gentil » et « Voyou » sont plus que convaincantes.

Encore un très bon moment passé en cave, avec un vigneron qui a la biodynamie tout sourire ! Bon visionnage.

15 février 2011

en Bourgogne, à Nuits St-Georges : Thibault LIGER-BELAIR : une volonté de fer pour des vins de velours.

by Patrick Maclart

Ne nous fions pas aux apparences. Thibault LIGER-BELAIR, 35 ans et un physique de pilier biterrois, est certainement l’un des vignerons les plus fins et les plus intelligents que je connaisse.

Notre rencontre date d’il y a quelques années, au repas de la nuit des Nuits, précédant la vente des Hospices de Nuits Saint-Georges. Nous étions à même table, et je m’étonnais de la finesse d’esprit, et de l’humour tout rabelaisien de ce jeune homme.

les pieds sur terre, mais sans ignorer le ciel, Thibault LIGER-BELAIR applique dans ses vignes la biodynamie.

(suite…)

Pages :«1234