13 juin 2014

en Alsace, à Ammerschwihr, Katia et Etienne SIMONIS : la biodynamie évidente.

by Patrick Maclart

Etienne SIMONIS, 39 ans, est à la tête du domaine depuis 1996… « le 1 janvier, ça ne s’oublie pas ! Ma mère était fonctionnaire et mon père prenait sa retraite anticipée. Et la même année, comme on n’avait pas assez de vigne, je commence aussi à travailler à mi-temps dans un autre domaine ». Il démarre seulement avec un BEPA agricole et n’avait jamais vinifié… « mon père était derrière moi mais ne me disait rien, il regardait, c’est tout. Et quand il disait quelque chose, je ne le faisais pas forcément, je voulais mettre mon empreinte. C’est une expérience aussi terrible que riche. Seul l’oenologue mettait mes vins dans les clous, et encore ! En plus, avec mon boulot à mi-temps, ça n’a pas été tous les jours simple ».

Katia et Etienne SIMONIS, complices en diable, avec la même énergie qui les anime : faire le meilleur vin possible pour apporter le meilleur plaisir possible. Vraiment un beau couple.

Katia et Etienne SIMONIS, complices en diable, avec la même énergie qui les anime : faire le meilleur vin possible pour apporter le meilleur plaisir possible. Vraiment un beau couple.

Curieusement, c’est par candeur et un peu par paresse qu’Etienne va devenir non-interventionniste. Le soir en rentrant de son boulot, il n’avait pas envie de mettre les petits sachets de l’oenologue dans la cuve, trop fatigué. Et pourtant le vin se dégustait très bien. La candeur de ses vingt ans n’imaginait même pas ce que cela pourrait ne pas produire dans le pire des cas !

(suite…)

16 mai 2014

en Alsace à Ammerschwihr, Etienne SIMONIS, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Etienne SIMONIS à Ammerschwihr, c’est un vigneron qui est parti dans les starting blocks le 1 janvier, il a à peine 21 ans. Pas le temps de réfléchir, il faut il aller. Et vu la petitesse de la superficie du domaine, Etienne preste chez un autre viticulteur. Il faut bien s’organiser pour passer de l’un à l’autre…

Chaque jour est un apprentissage, et lors de ses études, il était avec le fils d’un ouvrier de chez Leflaive à Puligny, qui s’essayait alors à la biodynamie… Ces flacons avec ces têtes de mort, des produits chers dont l’efficacité n’était pas tangible dans la vigne. Tout ça trotte dans la tête de notre petit vigneron qui, essai après essai, convertira son domaine à la biodynamie.

(suite…)

25 novembre 2012

balade et causerie sur l’Altenberg de Bergheim, avec Jean-Michel DEISS !

by Patrick Maclart

Sur le grand Cru Altenberg de Bergheim, une discussion avec Jean-Michel DEISS, qui ne laisse personne indifférent ! Passionné, cultivé, volubile, attaché à sa terre, Jean-Michel me montre « sa » vision de la viticulture.

Tout d’abord il travaille ses vignes en haute densité, et travaillées de manière la plus naturelle possible. Ensuite, il complante l’ENSEMBLE des cépages dans la même parcelle. Selon lui, la nature crée une osmose qui permet à toutes les variétés d’évoluer ensemble, et d’être même vendangées à même date !

(suite…)

10 avril 2012

en Alsace : Jean-Marc BERNHARD à Katzenthal : puissance et concentration.

by Patrick Maclart

Jean-Marc BERNHARD, sous des dehors faussement bourrus, faisait déjà du bio bien avant qu’on en parlait. En effet, c’est un domaine que je suis depuis fin des années 80. Déjà, les labours, la limitation des désherbants, voire leur éradication, les levures indigènes, tout cela était déjà dans son discours.

Bon vin peut avoir enseigne. La preuve !

Frédéric, le fils, s’implique de plus en plus dans le domaine. Il souhaite carrément obtenir la labellisation en bio et le domaine de presque 10 hectares est en conversion. Frédéric pense même pousser une partie des parcelles en biodynamie.

(suite…)

26 mars 2012

en Alsace : Jean WACH : un gentil domaine avec des vins sympas.

by Patrick Maclart

Raphaël WACH, le fils de Jean, a aujourd’hui 32 ans. Reprenant tranquillement le domaine relativement jeune (il n’existe que depuis 35 ans), c’est un homme discret et pragmatique. Tout comme son père par ailleurs. 

L’accueil est une marque de famille du domaine WACH.

J’ai toujours apprécié ce domaine tranquille, élaborant des vins de plaisir, à des prix très doux. Les amateurs de vins authentiques et non-fardés, qui ne veulent pas sacrifier leurs économies dans leur cave se doivent de découvrir cette adresse.

Le domaine s’étend sur 9 hectares et produit 30.000 bouteilles. Une partie de la production est toujours vendue au négoce. Le travail à la vigne est raisonné, et ici on aime son végétal. Raphaël a mis l’accent sur l’épamprage et le palissage. Ce dernier point permet une meilleure exposition des raisins, et de ce fait une excellente maturité; « Et pourtant, aucun cahier de charges bio ne prend ça en compte », déplore Raphaël. C’est en effet une grande carence qu’il me semble important de signaler ici.

(suite…)

28 janvier 2012

dégustation express riesling : France – Allemagne : 1-0

by Patrick Maclart

Mon ami japonais sommelier-blogueur-passionné-vigneron Bunpei SOMEYA m’a fait le plaisir d’un court séjour chez moi, afin de se ressourcer d’air et de liquides burgondes. Pour me combler dans mes plaisirs (il a le vrai sens du partage comme moi), il m’a apporté deux vins de riesling, l’un alsacien, l’autre allemand.

Je n’ai jamais été un fanatique du riesling, mais qui est très à la mode. Combien de fois ne vois-je exploser dans des dithyrambes gutturales mes collègues journalistes ou blogueurs, s’exclamant d’une verve énergique et envolée sur ces vins à la charpente de danseuse du Bolchoï, combattant la gloire de la minéralité et de la salinité, et tous ces termes un peu galvaudés (salivant, etc…). Je respecte, mais de gustibus et coloribus, etc… J’ai des cépages blancs qui m’apportent plus de plaisir, tels le fabuleux rolle, le pinot gris seigneural, la complexe marsanne, la changeante malvoisie…

Je me suis donc attelé à créer un petit match entre Rhénan et Alsacien. Les confrontations franco-allemandes ne nous laissent pas que de bons souvenirs, loin de là. Mais là, je me suis agréablement surpris à prendre du plaisir à cette dégustation. Aucun dogme, pas de profil-type, j’ai dégusté avec un palais curieux et sincère.

un match France-Allemagne qui a tourné en notre faveur. Mais en vin, je n'ai aucun chauvinisme.

(suite…)

24 janvier 2012

en Alsace : Clément KLUR : la biodynamie tout sourire !

by Patrick Maclart

Clément KLUR, 50 ans, est l’un des vignerons les plus souriants que je connaisse. Séparé de son cousin Jean-Paul STOECKLE (le domaine s’appellait KLUR-STOECKLE; et ils sont restés en bons termes), afin de se lancer dans la culture bio, c’est aujourd’hui une étape supplémentaire atteinte avec la biodynamie.

souriant, commerçant et communicatif, Clément KLUR a le sens de l’accueil.

« C’est mon épouse qui m’a poussé, déclare Clément. Elle a toujours été totalement convaincue du bio, d’une autre voie de vie. Même notre maison est bio, avec des matériaux respectueux. Les gîtes que nous avons construits sont eux aussi bio. Je pense que la proximité de l’Allemagne y est pour beaucoup. Ce pays a au moins 15 ans d’avance dans ce domaine ».

(suite…)

8 juin 2011

Dégustation de grands domaines d’Alsace à Strasbourg, avec Vinblog.

by Patrick Maclart

Il y a quelques mois, j’étais invité par l’inventif Christian PENNEAU, ludion blogueur et voyageur à une dégustation de grands domaines alsaciens, qu’il avait lui-même réunis dans un cadre somptueux à Strasbourg. Si cette concentration d’immenses talents n’a pas été un succès populaire, il a eu le mérite de constater que les Alsaciens étaient toujours prêts à partager leur travail, leurs émotions, leur savoir-faire, avec des visiteurs quelqu’ils soient.

De mon côté, j’ai comme à mon habitude dégusté l’ensemble des participants à concurrence d’au moins deux vins, sauf un vigneron dont les vins se dégustaient très mal. Par décence, je tais son nom.

On pouvait aussi remarquer la présence du très remarqué justement Emmanuel DELMAS, qui, avec son blog du Sommelier, qui a lui aussi mis les mains dans le charbon pour déguster le maximum de vins. Il était tout aussi enthousiaste que moi, et la fin de soirée entre nous trois blogueurs était drôle, joyeuse, rieuse… Bref tout ce que le vin doit apporter.

d’accord : la finale a peut-être été « joyeuse », « rieuse »… Mais bon sang, ça fait partie du vin tout ça ! De gauche à droite : Emmanuel DELMAS (le blog du sommelier), Christian PENNEAU (vinblog.fr), et moi-même.

(suite…)

22 avril 2011

Dégustation de gewurztraminer de l’enfer !

by Patrick Maclart

Une dégustation de 9 vins d’Alsace, issus du cépage gewüztraminer, retenus pour leur originalité, leur haute qualité, ou leur prix modique pour leur facture sans faille.

La dégustation a eu lieu « à l’aveugle ». Au préalable, les vins avaient été carafés. L’ordre repris ci-dessous est l’ordre de la dégustation, qui a été choisi de manière aléatoire.

(suite…)

20 avril 2011

en Alsace : domaine André RIEFFEL, l’écoute du vin.

by Patrick Maclart

Je connaissais déjà le domaine du temps de Julien, le père de Lucas. Le beau domaine André Rieffel de 10 hectares, élaborant 70.000 bouteilles par an (toujours une partie vendue au négoce) a toujours élaboré des vins intéressants, qui interpellent le palais.

C’est désormais Lucas RIEFFEL, 35 ans, qui a pris les rênes du domaine. Sa formation ? L’école de la vigne, comme il aime à le dire. Il représente la troisième génération présente d’un domaine constitué en 1946, et lui depuis 1997 a changé beaucoup de choses… « j’ai commencé par baisser les rendements, je fais des pressurages lents, avec des élevages plus longs, plus suivis. Ensuite, j’ai décidé de passer en bio. Nous en sommes à la deuxième année de conversion, et je fais des essais en biodynamie ». dit tranquillement Lucas.

Lucas RIEFFEL, un gars bien, à l’écoute des autres et de son vin.

(suite…)

Pages :12»