31 mars 2014

Grands Jours de Bourgogne 2014 : focus sur les vins de l’Auxerrois

by Patrick Maclart

Traditionnellement, l’ouverture des Grands Jours de Bourgogne commence toujours par le nord de notre région, à savoir le chablisien et l’auxerrois; dégustation qui porte le très joli nom de « porte d’Or de la Bourgogne ». Cette année, je donne priorité aux vins de l’auxerrois, Chablis ne sera pas dégusté cette année.

20140317_162144

Non pas que je boude la belle appellation de Chablis, mais l’occasion m’est souvent donnée de déguster les vins en fort progrès de cette AOC ces dernières années. J’ai donc préféré aller tâter de la production auxerroise. Ces vins ne sont par ailleurs pas toujours simples à comprendre.

Souffrant de l’ombre de leur prestigieux voisin, l’auxerrois a parfois peine à trouver la lumière médiatique. Et pourtant, leur différence, leur originalité, leur authenticité, en font des vins à part. Les pinots partent souvent sur des notes de noyau de griotte vraiment typiques, mâtinées de notes cendrées. Quant au chardonnay, il arrive à avoir une gueule à lui, que ce soit à Vézelay, secteur en plein développement et qu’il faut désormais suivre à la loupe, ou ailleurs, avec des tensions et de la vivacité qui plaisent tant aujourd’hui. On trouve aussi dans cette région deux cépages bien exclusifs : le césar, parfois austère, mais qui ne manque ni de structure et de tanins, et le sauvignon, planté à Saint-Bris, qui donne des résultats aujourd’hui jamais atteints.

(suite…)

11 juin 2013

à Rully, à la maison PICAMELOT, coincer la bulle avec Philippe CHAUTARD

by Patrick Maclart

« la maison existe depuis 1926, c’est la plus ancienne maison à bulles de Rully » me dit Philippe CHAUTARD, 48 ans, représentant la 3ème génération à la tête de la maison PICAMELOT. En fait, c’est la 3ème et demi. L’arrière-grand-père était tonnelier. Son fils a fondé la maison et son père l’a aidé dans sa création… « mon père n’était pas dans la structure, il n’y avait que des filles et il en avait épousé une ! Il a été rapidement invité à reprendre la maison; son honnêteté et sa droiture ont plu au fondateur » précise Philippe. Son père va donc rejoindre la structure en 1953.

Philippe CHAUTARD est un type vraiment gentil, et son côté artistique hérité de son envie des Beaux-Arts lui donne la force et le crédo de la création. Ses crémants s’inscrivent souvent dans une logique de haute couture, sans le prix.

Philippe lui intègre la vénérable maison en 1981, à 17 ans… « Je ne dirigeais vers des études aux Beaux-Arts, c’est par défaut que je suis entré dans le vin. J’ai tout fait, même nettoyer les toilettes ! Mais aujourd’hui, tout ce que j’ai fait est ma force » déclare Philippe avec conviction.

(suite…)

3 janvier 2012

à Nantoux : Emmanuel SAINSON : et lumière !

by Patrick Maclart

Ma rencontre avec Emmanuel SAINSON est une belle rencontre. Il est des moments dans la vie où, lorsque vous allez en dégustation, vous vous rendez compte que l’homme face à vous a des qualités, des émotions qui vous interpellent. Emmanuel fait partie de ces gens-là.

Sensible, véritablement modeste mais décidé, Emmanuel SAINSON est un de ces hommes qui vous marquent au niveau émotionnel.

(suite…)

4 avril 2011

à Nantoux (hautes-côtes de Beaune) : Emmanuel SAINSON : la vidéo

by Patrick Maclart

Une rencontre avec un vigneron aussi timide que talentueux : Emmanuel SAINSON. Cet homme est à la tête d’un petit domaine de deux hectares, mais qui élabore de jolies perles noires en vins rouges… Les blancs peuvent progresser. A Nantoux, ce n’est pas le plus couru des pays, mais lorsque vous découvrirez ses vins, on verra beaucoup votre voiture dans le coin ! A la dégustation : Monthelie, Bourgogne, Gevrey-Chambertin, entre autres…

Venez à la découverte de ce vigneron sympa et réservé, mais le caractère est bien trempé !

Bon visionnage.

24 janvier 2011

en Bourgogne : Philippe TREBIGNAUD au domaine de la Sarazinière à Bussières – Mâcon alternatif.

by Patrick Maclart

La région maconnaise connaît un succès croissant tant en France que dans le monde. Ses chardonnays mûrs, boisés et larges ne peuvent que conquérir un public de plus en plus exigeant sur la qualité de ce qu’il boit. De surcroît, dans la plupart des cas, les prix sont restés sages.

Cependant, les vins ont tendance à être stéréotypés, ils sont parfois excessifs. Les petits Mâcon, élevés brièvement dans des fûts aromatiques veulent avoir des gueules de Pouilly; et les Pouilly suivent des cours de body building. Si bien que la notion de terroir s’efface au profit de sucres, de boisé, et de maturité trop présents.

Il reste toutefois quelques briscards pour qui l’expression de leur terroir est un sacerdoce. Philippe TREBIGNAUD fait partie de cette race d’hommes. C’est le Mâcon alternatif.

Une gueule à la Lino Ventura, un coeur gros comme ça, des vins pas possibles, voici un portrait chinois de Philippe.

(suite…)

19 janvier 2011

à Meursault : domaine BOISSON-VADOT : à découvrir d’urgence !

by Patrick Maclart

J’ai rencontré le domaine BOISSON-VADOT par le choix d’un ami sommelier émérite, Emmanuel Delmas. La dégustation de l’aligoté du domaine l’avait complètement enthousiasmé.

Ce domaine se situe dans le haut de Meursault. Discret, il élabore des vins riches et structurés, bien dans leur terroir. Leur sapidité fait plaisir à déguster.

(suite…)

6 novembre 2010

En exclusivité mondiale : le résultat du grand concours des vins de l’Auxerrois

by Patrick Maclart

J’ai assisté ce jour en tant que jury au Grand Concours des vins de l’Auxerrois. Cette année, le cadre idyllique de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre servait d’écrin pour ce moment de grande concentration certes, mais empreint d’une simplicité terrienne toute bourguignonne…

(suite…)