22 février 2012

en Pic Saint-Loup, le domaine de la Vieille : c’est le cirque !

by Patrick Maclart

Quand je dis que chez Guy RATHIER, au domaine de la Vieille, c’est le cirque, ne voyez aucune péjoration dans mon propos. La constante anarchie paperassière (euphémisme) qui règne par strates sur mon bureau ne me permettrait pas de me qualifier comme juge en la matière.

Guy RATHIER, le Monsieur Loyal de sa troupe de vins.

C’est que lorsqu’on déguste les vins du domaine, on n’a pas accès à une gamme, mais à une troupe. Et ce Monsieur Loyal qu’est Guy porte l’histoire et le talent de chacun. Si vous aimez les dégustations ordonnées, avec des vins ordonnés, ne venez pas au domaine. L’imagination est ici au pouvoir.

Chez Guy, vigneron, ça a toujours été une vocation. Ses parents étaient vignerons, et livraient le raisin à la coopérative locale. Guy reprendra les vignes familiales en 1996, et commencera ses premières bouteilles en 2002. Sa volonté ? Créer (le mot est juste) des cuvées qui racontent des histoires, « Je voulais des cuvées littéraires, construites sur des pensées. C’est ainsi et je l’assume », assène Guy comme une évidence…

Le domaine s’étend sur 20 hectares, dont 17 plantés. Une partie est toujours vendue à la coopérative, et le solde produira 40.000 bouteilles. Les méthodes culturales sont simples : pas de produit de synthèse. Les vendanges seront manuelles et mécaniques.

entre chien… et Pic saint-Loup

Pour les vinifications ? Ben là, c’est l’imagination du cirque de Guy. Chaque vin a son talent : le dompteur « sang du Wisigoth » qui dompte ses tanins, l’acrobate « Cazou » souple et au dos bien arrondi, le magicien « Jean l’Absent », avec ses arômes venus de nulle part et qui vous éclatent le nez, « la Fille de Gélone » qui fait l’ouvreuse avec ses arômes de barbapapa et de pomme d’amour, et ainsi de suite.

Et chaque année racontera une nouvelle histoire; « Chaque année est un apprentissage, je raconte une histoire. J’espère que mon fils, lorsqu’il reprendra le domaine, en fera de même ». Bravo Monsieur LOYAL.

Domaine de la Vieille
Guy RATHIER

chemin de la Vieille
F-34270  SAINT-MATHIEU DE TREVIERS

portable +33 (0)6 86 46 44 25
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Guy pour ce moment surréaliste. Merci aussi à Hélène LOMBARDO, formatrice en dégustations et blogueuse à ses heures d’avoir permis cette rencontre.

vin de table « les Treize Aurens d’Athaulf » – 11 €
100 % ugni blanc en fermentation carbonique. Le nez part sur la prune jaune, avec une pointe florale et de cire. La bouche est souple, ronde, facile. La finale est plus intéressante, sur une jolie structure.

vin de table « Jean l’Absent » – PNC
assemblage de clairette, avec un tout petit peu de marsanne. La robe est étonnamment verte ! Le nez part sur la pêche blanche, aubépine, pointe de nougat. Bouche vraiment étonnante, sur l’ortie, un côté vététal/fruit bien balancé. Finale de caractère, concentrée et personnelle. Un grand étonnement d’ensemble.

Pic saint-Loup rosé « la fille de Gélone » 2009 – 7 €
syrah avec 10 % de grenache. Couleur soutenue. Nez de confiserie, barbapapa, pomme d’amour, étonnant. Bouche fruitée, amusante, gourmande, plaisante. De beaux amers en fin de bouche pour encadrer tout ça. Pas mal du tout !

avec ses arômes de barbapapa, de pomme d’amour, cette « fille de Gélone », c’est l’ouvreuse du cirque !

vin de table « Tribus Viis » – 11 €
100 % carignan en jus de presse uniquement. Nez de griotte à l’eau-de-vie, mais sans le côté alcooleux, cuberdon. Bouche évoquant la structure des vins vinifiés en carbonique, structure souple, angélique. Finale très fruitée.

VDP du val de Montferrand « le Cazou » 2009 – 6 €
Assemblage 50 % grenache, le solde en parts égales de cabernet sauvignon et de merlot. Le nez est fruité, framboises, mûre, goumand. La bouche est souple, fruitée, bien docile et présente. Finale fruitée, avec des touches chocolatées.

Pic saint-Loup « le sang du Wisigoth » 2007 – 10 €
assemblage syrah-grenache, élevé un an en fûts. Nez parfumé, cerise juteuse, pointe de fenouil. Bouche souple, ronde, fruitée, accessible mais droite. du plaisir et du fruit. Très belle rétro sur le raisin.

le Sang du Wisigoth, une belle cuvée du domaine, aux tanins bien domptés.

Pic saint-Loup « le sang du Wisigoth » 2006 – 16 €
Guy élabore deux vins portant la même cuvée, l’un élevé un an en barriques, le second deux ans. C’est donc ce deuxième qui est dégusté. La robe est sombre. Le nez a une réduction marquée, mais qui après aération part sur des notes de prunes mûres, de chocolat, framboise, net et propre. La bouche est bien faite, réservée, et doit encore se faire. Le tout se termine sur du cacao et des épices (cardamome).

Pic saint-Loup « le sang du Wisigoth – à l’envers » 2009 – 10 €
Nez amusant, très sucré, confiture de vieux garçon. Un ovni. Finale fruitée. Pour sommeliers curieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*