7 novembre 2019

en Champagne, à Avenay, le domaine AUGUSTIN, Marc AUGUSTIN : élémentaire.

by Patrick Maclart

Marc AUGUSTIN, 50 ans, représente la cinquième génération au domaine dont il assure le travail depuis 1991. Il reprend les rênes du domaine avec son père qui en fait partie, mais qui aujourd’hui est au repos… « mon père était un vigneron « classique » en raisonné, mais il n’a jamais utilisé de désherbant chimique. De même, il n’a jamais utilisé de gadoues de ville ». Il est certain que le père a probablement et indirectement influencé le travail de son fils.

Marc AUGUSTIN n’a pas que des amis, mais il est bon dans la vie d’avoir des ennemis. L’envie est meilleure que la pitié.

La scolarité de Marc est simple : BTA à Avize, après ça a été le service militaire. Mais la rencontre avec la biodynamie alors ? « c’est avant tout la rencontre avec mon épouse Emmanuelle. Elle s’ennuyait dans son travail et souhaitait devenir réflexologue plantaire, se diriger vers ce qui touchait à la nature. Elle soignait les pieds, et moi je me suis dit que je pouvais aussi soigner des pieds, mais des pieds de vigne ! ». Notre vigneron ne manque ni de formules ni de percussion !

Le début a été difficile, très difficile. Non seulement la vigne réagit, mais il y a le regard des autres. C’est après les premières vendanges que le dialogue entre la vigne et l’homme va commencer. Ce premier essai en bio n’était pas complet, et c’est une rencontre avec un géo-biologue, Alain GLAUDA, qui le fera passer en biodynamie. S’en suivront colloques, formations et congrès, toujours avec son épouse. C’est une relation osmotique entre ces deux-là; son cabinet est par ailleurs juste au-dessus du domaine.

beaucoup de théories sont mises en pratique au domaine, dont le fameux « nombre d’or », sacré aux yeux de Marc. Il définit un tas de choses, y compris la conception des verres de dégustation.

Le travail en général est poussé très loin : gemmologie, mesure de l’eau de pluie récupérée, et tant d’autres… « le but est d’arriver au summum de la biodynamie. Il y a 40 ans on marchait sur la lune. Bientôt on marchera sur Mars. La biodynamie doit elle aussi évoluer ». Un discours qui a du bon sens et qu’il faut mettre en action.

A la vigne, le travail bien sûr est donc en biodynamie. Le travail va loin : teintures-mères, de l’homéopathie sensitive, utilisation des préparats, des plantes, du tableau des éléments; les fumures sont il va de soi organiques.

à la vigne, le travail est il va de soi biodynamique. Le travail est poussé très loin : seules les femmes vendangent, gemmologie, sélection géologique. Questionner le vigneron est passionnant.

Au chai, les vendanges sont bien sûr manuelles, en cagettes d’une quarantaine de kilos. Il y a deux pressoirs au domaine, car l’un est destiné au pressurage des raisins biodynamiques, et un autre pour d’autres raisins. En effet, Marc effectue des prestations de pressoir tant pour des raisins biodynamiques que non. Le pressurage dure en général 4 heures. Débourbage statique, non à froid, de 24 à 48 heures, pas d’enzymage ni levurage il va de soi. Encuvage sans soutirage jusqu’à la mise en bouteilles. L’élevage durera entre 9 et 12 mois. La durée sur lattes a peu d’importance selon Marc; les lies en bouteilles étant des lies mortes, elles n’apportent rien d’important au vin.

au chai, du classique, rien de chimique. A noter le retour des jarres en terre cuite, comme on en voit fleurir un peu partout.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 9 hectares dont 6 à Avenay et 3 à Vertus. Toute la vigne est certifiée DEMETER. On y élabore 15.000 cols par an, le reste est vendu en raisins à des vignerons ou négociants biodynamiques. L’export représente 90 % du domaine avec pour marchés principaux le Japon, l’Italie et la Suisse.

Marc AUGUSTIN, qui se définit comme « coeurviticulteur », c’est un peu le paroxysme de la biodynamie, avec pour limite l’horizon la ligne des rêveurs. Le tout est de vivre ses rêves, et non rêver sa vie.

domaine AUGUSTIN
Marc AUGUSTIN

2 route de Germaine
F-51160 AVENAY VAL D’OR

tél. +33 (0)3 26 52 31 20
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Marc au temps que tu m’as consacré, et aux explications pointues que tu as su me faire comprendre. Pour voir la vidéo réalisée avec Marc, CLIQUEZ ICI.

une gamme on ne peut plus personnelle, jusque dans l’étiquette pleine de symboles.

Champagne « CCXCI » – cuvée Terre
les vins dégustés sont non-millésimés, mais ce sont les 2013 qui sont présentés. Le nom de la cuvée provient du scan du mot terre. Il en est de même pour les autres cuvées. Ici, c’est un vin 100 % pinot noir, issu de jeunes vignes de 25 ans environ. Robe dorée. Nez intense, vineux, axé sur la pomme, la poire, c’est très intense et direct. On pourrait dire que ça manque de complexité, mais c’est tellement droit et sans artifice. L’attaque est un peu bousculée, la vinosité est importante. C’est vibrant, un certain charme malgré la vinosité. Le fruité est d’une présence importante. Ca finit sur des notes plus exotiques évoquant le nashi bien juteux. Très intense, très long à la rétro.

Champagne « CCXIV » – cuvée Air
élaboré à base de chardonnay de vignes de 40 ans et de pinot meunier de vignes de 60 ans. Nez plus aérien, notes florales très marquées (aubépine, fleurs blanches). La bouche se réserve, le floral ressort, la trame acide est bien dessinée. La finale est tendue, et revient sur un fruit blanc et le raisin. La rétro est sur un joli fruit blanc lui aussi, très raisin dans l’ensemble.

un vin serré, qui se retient, à la trame acide bien placée, aérienne et fine.

Champagne « CCCI » – cuvée Feu
un vin 100 % pinot noir issu de vignes de 60 ans, sur le secteur d’Avenay. Nez étonnant de mie de pain, fruits de buisson, rondeur et puissance perceptibles, mais difficile de supputer ce que la bouche donnera à ce stade. L’attaque est ronde, vineuse, on part sur du pain grillé (et pourtant aucun bois neuf durant l’élevage), une intensité, mais ça se réserve en finale. La rétro est vineuse et intense.

difficile au moment de la dégustation ce que donnera ce vin à terme de manière exacte. Il a toutefois un bon fond.

Champagne « CXVI » – cuvée sans soufre ajouté
100 % pinot noir, sans soufre ajouté et sans dosage. Robe dorée. Nez de pain, raisin, impression ronde et fruitée. La bouche est extrêmement sèche, fruits secs, noisette. Ca doit encore se mettre en place, mais un grand style téméraire. Là encore rétro impressionnante.

encore bousculé, l’ensemble doit se mettre en place. La rétro est elle impressionnante, vraiment.

Facebook Comments

Default Comments (0)

Comments are closed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.