16 janvier 2018

à Vouvray, le domaine de la RACAUDERIE, Jean-Michel GAUTIER : aller jusqu’au bout du vin

by Patrick Maclart

Jean-Michel GAUTIER, 45 ans, est à la tête de son domaine depuis 1992, ex nihilo… « j’ai repris le nom du domaine de mes parents qui s’étendait alors sur 12 hectares. Il y a eu donc durant quelques mois deux domaines de la Racauderie ! Mais je savais que mon père préparait sa retraite. » Il démarre avec… 1 hectare en location ! Il était salarié de son frère et de son père, mais une folle envie de créer son vin le gratouillait. Il plante 3,5 hectares sur des terres nues à Rochecorbon… « c’était de la jeune vigne, je la destinais aux vins effervescents. J’ai même obtenu une médaille la première année ! » nous dit-il sans orgueil, mais avec la fierté du travail bien accompli.

Jean-Michel GAUTIER, un homme discret qui n’en fait pas des caisses, mais qui aime aller jusqu’au bout des choses, et notamment de ses vins.

Son père va lui transmettre des hectares de location jusqu’à sa retraite. Le domaine paternel sera réparti alors entre les frères. Il plantera encore 2 hectares sur des terres nues appartenant à son père.

S’il a vendu un peu de vin au début au négoce pour avoir de la trésorerie, Jean-Michel veut aller jusqu’au bout de son vin, jusqu’à la commercialisation, la satisfaction de sa clientèle… « mon premier réseau de clients, c’étaient des particuliers. Je n’avais que 5.000 bouteilles à vendre ! Le bouche à oreille, quelques salons pas chers, que je faisais avec un camion tout pourri, mais c’est comme ça que j’ai trouvé mon réseau, que je me suis fait connaître » dit-il toujours sans orgueil aucun, comme avoir juste fait son travail.

là-bas, au fond, sur les hauteurs de Rochecorbon, sur de belles argiles, la vigne.

C’est en partie grâce au salon des vins de Loire en y participant régulièrement, que Jean-Michel va étoffer son réseau de cavistes qui représente aujourd’hui 90 % de sa clientèle.

A la vigne, le travail est très raisonné… « je suis conseillé, mais j’écoute ma vigne. Quand certains sont à 12 ou 13 traitements, j’en suis à 6 et j’en suis fier. Je les fais juste au bon moment. Quand on a une vigne, on n’a pas de weekends. De toute façon, j’aime la modération ». Sage homme.

malgré une année difficile, le travail paie. En voilà un bien joli grolleau !

Au chai, les vendanges sont mécaniques, sauf pour les moelleux. Pressurage pneumatique durant 2 heures 30, jamais de SO2 sur la matière, « jamais » insiste-t-il ! Elevage sur lies, un seul soutirage, levurage indigène si possible… « on doit être sûr de notre souche ». Pour les bulles, c’est sur lattes 12 à 14 mois, sauf la cuvée « Prestige » qui elle restera minimum 24 mois. Pour les secs et demi-secs, 8 mois d’élevage. Une année d’élevage pour les moelleux sur barriques. Le style maison va plutôt vers des vins soyeux et élégants, avec une mention très spéciale pour les bulles.

pour moi, c’est dans les bulles que Jean-Michel excelle. Un toucher vraiment détonnant, que ce soit du « petit » grolleau jusqu’à sa cuvée prestige.

Aujourd’hui le domaine s’étend sur 15 hectares et produit 80.000 bouteilles, on ne fait pas pisser la vigne ici ! L’export représente 20 % de la production, avec pour marchés principaux les USA, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique, et depuis peu… Le Bénin !

Jean-Michel est un homme tout simple en apparence, mais exigeant au fond de lui, qui aime aller au fond des choses, au bout de son vin comme il dit, et qui aime autant son boulot que ses clients. Dont acte.

 

Domaine de la RACAUDERIE
Jean-Michel GAUTIER

1 allée des Perrières
F-37210  PARCAY-MESLAY

Tél. +33 (0)6 18 45 10 02
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Jean-Michel pour ce moment de sympathie, d’échange et de sincérité humaine. Prochain coup, évite les grimaces devant la caméra ! Pour voir la vidéo réalisée avec Jean-Michel, CLIQUEZ ICI

une gamme peu étendue, mais efficace, c’est l’essentiel.

Rosé de Touraine « Méthode Traditionnelle » NM
100 % grolleau, la couleur le confirme, elle est très belle saumonée, pas de tricherie ici pour « teinter ». Très beau nez de fruits rouges, belles notes florales, friandises, enjôleur. La bouche est un plaisir, un bonbon, un aimant, c’est sexy, magnétique, désaltérant tout en restant brut, sec. Quelle performance. Belle longueur, quille d’enfer, tentante comme le diable ! On en boirait des seaux, surtout vu le prix, correspondant au quart d’une bouteille de Champagne rosé !

comment louper une telle gourmandise, une telle joie dans un si petit prix ? Franchement, vous aimez la vie ou bien ?

Vouvray « méthode traditionnelle » 2009
Malos bloquées, élevage en cuves, sur lattes pendant un an, dégorgé en janvier 2015. Nez de pâte de coing, miel d’acacia, petites notes épices. Effervescence fine, belle présence, complexe en bouche. Finale bien présente et longue.

une bouteille complexe, aux parfums doucement surannés. Plutôt à prescrire le soir, avec un bon bouquin, comme ça, pour le plaisir…

Vouvray sec 2015
Joli nez de poire, typique de ce cépage, variétal, l’olfactif va à l’essentiel, c’est franc. La bouche est souple, ronde et élégante, presque féminine. Ça finit sur la soie, très belle rétro.

Vouvray demi-sec 2014
Très beau nez franc, droit, très poire juteuse, notes d’agrume, rare franchise olfactive. La bouche est ronde, expressive, bien faite, des notes épicées pas ressenties au nez. Ça finit langoureusement.

Vouvray méthode traditionnelle « Prestige » NM
Sélection de raisins, malos effectuées en partie, sur lattes pendant au moins 24 mois. Couleur soutenue sans tomber dans le « jaune ». Sublime nez complexe, trognon de poire, noisette, petites notes épicées. L’attaque est confortable, l’effervescence crémeuse, soyeuse, de petits amers qui encadrent le tout. C’est long, fin, d’une vinosité sexy. La rétro est subtile. Top, une bulle comme on aimerait plus en boire en Vouvrillon.

une bulle qui s’inscrit carrément comme dans le haut du panier de la production vouvrillonne, et c’est mérité. Effervescence crémeuse, superbe complexité… Ca change du tout au tout, et ça, j’achète !

2 Responses to “à Vouvray, le domaine de la RACAUDERIE, Jean-Michel GAUTIER : aller jusqu’au bout du vin”

  • Gérard LESSIRE

    il était temps qu’un blog parle de vignerons « normaux ». Toujours à voir des vins bizarres dans des régions qu’on connait pas, c’est embêtant et on ne peut pas envisager de visites au domaine ou des achats. Ici c’est bien, merci.

    Gérard LESSIRE

    • bonjour Gérard,

      Merci de ton post qui a retenu mon attention. Je comprends par ce que tu veux dire quand tu parles de vignerons « normaux ». En grande majorité, ils le sont tous, comme nous. Si ce n’est que sur la blogosphère vins, on ne voit que des superstars connues, reconnues et ressassées depuis des années, ou des vignerons un peu « particuliers » qui sont dans une certaine mouvance ou répondant à un certain standard d’aujourd’hui. Cela peut s’appeler de l’empirisme intellectuel, je te le concède.

      Ici, j’avais envie de mettre à l’honneur un homme avant un vigneron, un bonhomme qui fait son vin avec humilité, mais qui est bien plus malin qu’il n’y paraît. Bref plus un homme de personnalité qu’un homme de silhouette. Et c’est pour ça que je l’aime autant que ses vins. Pourvu que ça dure !

      Merci en tout cas de ton commentaire pertinent qui devrait en éclairer bien d’autres.
      Gourmandes salutations.

      Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.