6 septembre 2019

à Condrieu, Christophe PICHON du domaine PICHON : l’évolution

by Patrick Maclart

Christophe PICHON, 52 ans, est à la tête du domaine depuis 1993… « j’ai commencé comme aide familial chez mes parents, et en 1993, mon père a cédé une partie de ses vignes et quelques locations. On a démarré avec mon épouse Isabelle (qui s’occupe de la paperasse avec sérieux et lucidité) avec 2 hectares de Condrieu et mille mètres carrés de Saint-Joseph ! » me dit Christophe en rigolant… « et en plus, on ne vivait pas trop mal ».

le regard admiratif d’Isabelle pour son époux Christophe PICHON n’est pas vain. Cet homme de raison a toujours su mener son domaine avec intelligence, et dans l’évolution. Et son épouse toujours là pour l’épauler, et faire de ce couple une vraie force.

Christophe part directement avec l’idée d’élever son Condrieu sur fûts, ça se faisait peu, ou alors avec de vieux demi-muids; « j’ai été formé à Davayé en Bourgogne, ça a probablement influencé. Et mes vins pouvaient de toute façon l’encaisser ». Par la suite, Christophe reprend le travail du sol sur un tiers de l’exploitation, car ailleurs ce n’est hélas pas possible, soit par la petitesse des parcelles, soit à cause de la pente. Mais de toute façon l’intention y est. Il va aussi augmenter la taille du domaine avec 3 hectares supplémentaires en Condrieu, 2 de Saint-Joseph rouge, 1 de blanc et 3,5 hectares de Côte-Rôtie, mais essentiellement en location, sauf les Condrieu.

A la vigne, le travail est raisonné « voire très raisonnable » précise Christophe : les labours sont faits là où c’est possible, confusion sexuelle pour les insectes, les viogniers sont sur échalas.

Christophe ne compte pas ses heures au vignoble où même les viogniers sont conduits en échalas, et ça c’est du boulot.

Au chai, les vendanges sont exclusivement manuelles, et le tri se fait à la vigne… « c’est une exigence, appuie Christophe. Le tri se fait avant que les raisins aient été triturés, mélangés, donc aucune possibilité de transmission de mauvais goûts ». Pressurage de 3 heures pour les blancs, y compris le Saint-Joseph, en pneumatique. Levures indigènes, pas d’enzymage au débourbage qui durera 12 heures. Entonnage direct pour les Condrieu, les Saint-Joseph et les vins de pays. Très peu de fûts neufs sont utilisés (10 % maximum). L’élevage durera entre 10 et 11 mois, sauf le vin de pays. Léger collage, filtration pour la forme.

l’élevage sur bois est un sacerdoce chez Christophe, qui y a toujours adhéré. Mais de formation bourguignonne, ses fûts font 228 litres et ne marquent pas le vin. Belle ouvrage.

Pour les rouges, égrappage total. Finie la prémacération à froid; « j’y perdais en définition et en profondeur, ça créait à mon goût un déséquilibre. Je préfère travailler en pigeage » précise Christophe. Fermentation alcoolique en cuves inox, élevage en fûts de 0 à 100 % pour le Côte-Rôtie « Comtesse ». Pièces exclusivement bourguignonnes. 11 mois d’élevage, sauf 18 mois pour les Côte-Rôtie.

Le style « Pichon » ? Finesse, élégance et buvabilité; « mes clients restaurateurs me disent que nos bouteilles finissent vides sur leurs tables, et ça crois-moi, j’en suis très fier ! ».

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 24 hectares et élabore 65.000 bouteilles environ. L’export représente un tiers de la production; les vins partent dans 12 pays avec pour principales destinations les USA et la Grande-Bretagne.

Christophe est le récent président élu du syndicat de Condrieu… « Alors, le changement, c’est maintenant ? » lui demande-je avec malice. Il préfère répondre avec raison, car cet homme plein de raison préférera toujours l’évolution à la révolution.

 

domaine PICHON
Christophe & Isabelle PICHON

36  le Grand Val – Verlieu
F-42410  CHAVANAY

tél. +33 (0)4 74 87 06 78
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Isa et Christophe pour ces chouettes moments passés ensemble, car à deux reprises les notes de dégustation ont été perdues, et la troisième sera la bonne ! Pour voir la vidéo réalisée avec Christophe, CLIQUEZ ICI.

Saint-Joseph blanc 2012
100 % marsanne. Nez net, droit, noyau d’abricot, expressif. La bouche est dans le même esprit, c’est très juteux, avec de beaux amers dans les angles. Bonne longueur.

Condrieu 2012
assemblage de plusieurs parcelles. Nez intense, superbe, floral (muguet). Un joli fruit présent, la bouche est droite, belle présence avec des amers bien placés. C’est long, droit, traçant. Belle intensité. Notes de prune jaune à la rétro.

un vin régulier, qui tous les ans donne le meilleur de lui-même, et qui fait des étincelles en dégustation comparative à l’aveugle.

Condrieu « Caresse » 2012
tout est vinifié en fûts, moitié neufs, les autres d’un an, uniquement pièces bourguignonnes. Nez intense, rond, floral, juteux, abricot et chair de prune. La bouche est concentrée, le boisé est bien fondu et bien intégré. Ca finit en finesse, en élégance, avec des notes de noisette. Très beau travail d’élevage.

un modèle d’élevage « classe », une grande réussite. Un étalon pour l’appelation. Juteux, intense, sans être lourd, bravo !

Saint-Joseph rouge 2012
100 % syrah, des vignes de 15 à 40 ans, élevés 11 mois en fûts dont aucun neuf. Nez fruité, cerises, notes lardées, personnel. La bouche est tout en finesse et en élégance. Ca envoie bien dans la fraîcheur. Très agréable, long.

Côte-Rôtie « Promesse » 2012
90 % syrah, 10 % viognier, élevés 14 mois en fûts. Nez profond, élégant, complexe, cerise noire, notes de havane, très beau. La bouche part sur les épices, le poivre blanc, la girofle. Ca se resserre en finale, ça promettra encore. Rétro vraiment sur le poivre blanc.

j’ai toujours aimé les Côte-Rôtie de Christophe. Ils ont tout : caractère, intensité, concentration, et restent buvables. Du bon.

Côte-Rôtie « la Comtesse en Côte Blonde » 2012
100 % syrah plantée en 1933, élevée 18 mois en fûts neufs. Nez très intense, épicé, boîte de cigares, ça va encore s’ouvrir. La bouche est concentrée, puissante sans excès, c’est bien balancé. La finale est intense, très longue, avec une rétro sur la cannelle et la girofle. Monumental.

Côte-Rôtie « la Comtesse en Côte Blonde » 2013
Nez très intense. Notes de poivre et pour l’instant le boisé domine un ensemble aux notes florales. C’est élégant, classe, très long. Ca sera top à terme, certain.

Facebook Comments

Default Comments (0)

Comments are closed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.