1 août 2011

à Collioure : domaine PIETRI-GERAUD : de génération en génération.

by Patrick Maclart

Lætitia PIETRI-GERAUD représente la cinquième génération de vignerons. Le domaine, situé au cœur du village de Collioure, fait perdurer la tradition des vins de cette appellation ô combien qualitative et ô combien sous-médiatisée.

Attachante et attachée à sa terre, voilà un portrait express de Laetitia PIETRI-GIRAUD.

L’arrière grand-père fut à la création de la coopérative « le Dominicain ». Le grand-père fut un pionnier de la mise en bouteilles de ses vins. Maguy, sa fille, fut la première femme de la région à être à la tête d’un domaine viticole. Auparavant, c’étaient des médecins de pères en fils.

Et aujourd’hui Lætitia qui ne se destinait pas forcément à la reprise du domaine. C’est il y a 12 ans, quand sa mère décide de prendre sa retraite qu’elle accepte de prendre la suite. Elle avait alors une maîtrise com visuelle effectuée à Paris. Après quelques boulots, elle décide alors de revenir au bercail.

Elle va passer un brevet de responsable d’exploitation agricole à Rivesaltes. Elle va parfaire son parcours œnologique par un stage en Australie. Elle y fera ses armes en vinifications.

Certaines vignes de Collioure bénéficient directement des courants d’air marins.

Depuis, un développement de la vente en bouteilles, une nouvelle impulsion « marketing », des outils d’aujourd’hui à la tradition de toujours. Voilà ce qui pourrait définir le travail d’une femme enthousiaste et courageuse.

Le domaine s’étend sur 13 hectares pour seulement 35.000 bouteilles produites. Ce sont des rendements minuscules, et une grande partie des vignes, en lutte raisonnée, sont travaillées à dos d’homme. L’escarpement ne permet pas un travail mécanique. Les vendanges sont exclusivement manuelles. Pour la conduite des vignes, elle suit un consultant agricole privé.

Depuis quelques années, Lætitia organise avec Philippe GARD (Coume del Mas), Pierre GAILLARD (Madeloc) et Bernard SAPERAS (Vial Magnières) une vente aux enchères appelée « Notre-Dame des Anges ». Le produit de cette vente permet la réfection des murettes des vignes de Collioure.

Comme on peut le voir, Lætitia est le visage, le ventre, l’esprit de son terroir, de son domaine. Bref, elle est Collioure.

Domaine PIETRI-GERAUD
Laetitia PIETRI

7 rue du Docteur Coste
F-66190  COLLIOURE

 tél. +33 (0)4 68 82 07 42
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu dans la petite boutique au cœur de Collioure. Merci Lætitia et à ton personnel pour ce chouette moment de vie partagé.

le spectaculaire vignoble de Collioure, dont une bonne partie ne peut être travaillé mécaniquement.

Collioure blanc « l’Ecume » 2008 – 13 €
85 % de grenache blanc et gris et 15 % de vermentino, élevés en barriques. Nez sur le miel d’acacia, ananas, angélique confite, complexe et joli. Bouche grasse, souple, touches minérales et iodées. Rétro sur du floral, notes iodées à nouveau, avec du fruit blanc. Très beau.

Collioure « Sine Nomine » 2008 – 10.50 €
Nez intense, de cerise noire, notes de garrigue, très épicé, petites notes cacaotées. Très grenache. La bouche est souple, fruitée, d’une grande buvabilité gourmande et chaleureuse. Bonne finale.

Collioure « Moulin de la Cortine » 2008 – 13 €
Assemblage de syrah, grenache et mourvèdre en très longue macération. Nez intense de fruits noirs, fraise écrasée, très épicé, intense. Bouche mûre, part vers la mûre, la myrtille, très fruits bleus et noirs. Finale très longue, et finit étiré et fin. Rétro sur un fruité épicé.

Collioure « Moulin de la Cortine » 2008, intense, fruité, épicé et riche, bref le prototype du beau Collioure non-muté. Du beau boulot.

Collioure « Trousse-Chemise » 2006 – 18 €
Elevé 24 mois en barriques, avec une production annuelle de… 1.000 bouteilles par an ! Nez très puissant, fruits noirs, crème vanille chaude, prune bleue. Bouche encore meilleure, avec délicatesse dans sa puissance. Tanins gras, long et savoureux. Epicé, on s’en lèche les babines !

Banyuls rimage « Mademoiselle O » 2008 – 12.50 €
Muté sur grain et élevé un an en anaérobie. Nez bien fait : cerise rouge, éclatant, évoquant aussi le noyau, épices douces. Bouche à l’attaque fruitée, et cacaotée, belle moelle en milieu de bouche. La finale part sur une jolie pointe acide et de la fraîcheur, superbe.

Banyuls « Joseph Géraud » 2000 – 13.50 €
Vieilli 7 ans en foudre. Nez typique mais avec un joli fruit mûr et frais. Bouche expressive, riche, ample, généreuse et complexe : épices, cannelle, Havane. Finale sur la noix. Longueur énorme.

la complexité de ce Banyuls est admirable… A encaver.

Banyuls « Méditerranée » 2003 – 14.50 €
Elevé en barriques quasiment neuves. Nez de cerise au sirop, figue fraîche, du chocolat à profusion. Bouche plus fraîche que le précédent, encadrement boisé plus marqué. Finale agréable, souple, fruitée et chocolatée. Superbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*