31 janvier 2020

à Bordeaux, St-André de Caplong, Chapelle-Bérard, Jean-Christophe MAURO : les fondamentaux

by Patrick Maclart

Jean-Christophe MAURO, 48 ans, a créé le domaine depuis 2015… « il faut préciser que ce domaine est la fusion de la propriété familiale, reprise en 1989 et qui s’étend sur 35 hectares, et mon vignoble personnel que j’avais acquis en 2001 de 12 hectares et déjà travaillé en bio. J’ai ensuite racheté des vignes pour arriver à la superficie actuelle. Tout est bio depuis 2009 » raconte Jean-Christophe, un homme qui aime à réfléchir, à trouver les meilleures solutions aux problèmes, et à appliquer.

Jean-Christophe MAURO est un homme d’une grande sensibilité, d’une grande pudeur. Pourtant, il aime autant les vins que la vie, et que ses proches. Quelqu’un à découvrir.

Étant jeune, il voulait déjà travailler dans l’agricole, mais dans la recherche. Il obtient son BTA à Montagne, mais doit rentrer au domaine. Son frère parti prématurément, c’est son père rendu aveugle par un accident qui lui donne la raison de revenir au domaine. Il sera les yeux de son père jusqu’à son décès 5 ans plus tard. Sa carrière démarre prématurément, mais l’homme s’adapte, écoute son père, apprend et applique toujours… « l’accident de mon père m’a fait réfléchir sur mon boulot. Mon père m’a appris beaucoup de choses en réfléchissant à toutes les solutions possibles face à un problème, quitte à en inventer de nouvelles, ou les imaginer, faire intervenir l’émotif s’il le faut » me dit Jean-Christophe. Pudique, il évoque ces moments en conservant ses émotions pour lui, mais elles sont palpables si on s’en donne la peine.

Son père décédé en 1995, Jean-Christophe a alors 25 ans. Sa volonté ? Faire monter la production du domaine, et la qualité de la production. Il va d’abord engager 2 œnologues, afin de choisir parmi les deux avis celui qui lui semble le plus pertinent. Les vendanges seront plus tardives, des actions sur les fermentations pré et post-fermentaires, des amendements organiques, la construction d’un nouveau chai. Bref, une refonte, le résultat d’une réflexion… « un retour aux fondamentaux, je n’ai rien inventé » précise l’humble Jean-Christophe.

une herbe présente, un sol sain, des bois bruns et vigoureux. Le passage au bio a fait du bien à cette terre.

Et le passage en bio ? C’est une opportunité géographique. Jean-Christophe achète en 2001 un vignoble attenant au sien, « la Chapelle Maillard ». Il est déjà conduit en bio et notre homme continuera ce mode de culture sur cette acquisition. Le vignoble familial lui sera conduit en culture raisonnée, mais avec toute la difficulté que ça demande : 2 chais, 2 cuveries, 2 types de produits, « mais aussi deux types d’encépagement ! précise Jean-Christophe. Chapelle » était planté à peu près à parts égales de cabernet sauvignon, cabernet franc et merlot. « Bérard » lui était en grande majorité en cabernet sauvignon. Les deux résultats étaient fort différents ». Il se rend compte alors que le vignoble connaît la crise et qu’il a 8 ans d’expérience en culture et vinification biologiques. C’est une opportunité qu’il saisit. Ce n’est certes pas romantique, mais efficace. La totalité du vignoble passera en conversion dès 2009. Le premier millésime labellisé sera le 2012. La production en bouteilles commencera au millésime 2014… « et Dieu sait que j’ai été bien con (sic) de ne pas le faire plus tôt ! » me dit Jean-Christophe. Le rapport direct avec le consommateur, le caviste, le commerce, et surtout sortir du carcan du négoce de place.

la vigne est palissée au top, rare pour une AOC en retrait. Et elle a encore bien de la vigueur alors qu’elle entre en repos. Tout va bien dans le végétal chez Bérard !

A la vigne, le travail est bio depuis 2009. Travail du sol, enherbement un rang sur deux, on désherbe au rotofil, labour intercep avec le système « Winescout » qui guide le tracteur sans casser les bois.

Au chai, les vendanges sont mécaniques. Egrappage total et foulage mécanique. L’encuvage se fait UNIQUEMENT (Jean-Christophe insiste) avec des pompes à membrane. Pré-fermentation à froid jusque 10 jours, un travail post-fermentaire à chaud afin d’extraire les tanins doucement. L’élevage durera entre 8 et 12 mois selon les millésimes et les cuvées.

chez Jean-Christophe, point de bois. Que de la cuve, afin de conserver le maximum de fruité sur les vins. Un style, un travail.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 68 hectares et produit 250.000 bouteilles, mais avec un potentiel de 400.000. Une partie est vendue en vins bio à des négociants. L’export est en développement et nécessiterait l’intérêt des opérateurs étrangers avides autant de nouveautés que de vins changeant du plan-plan bordelais.

Sous des dehors parfois anguleux, Jean-Christophe est un grand pudique. Réfléchi, appliqué, la vérité pour lui vient de l’intérieur et se sert à l’extérieur. Sa famille lui est importante, c’est un homme de valeur, sensible, et qui aime certaines audaces. Un mousquetaire timide, en quelque sorte…

La Chapelle-Bérard
Jean-Christophe MAURO

2, lieu-dit « Bérard »
F-33220 SAINT-QUENTIN DE CAPLONG

Tél. +33 (0)5 57 41 26 92
Site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Jean-Christophe pour nos échanges ponctués de sourires et de joie, le tout dans l’acceptation de l’univers de l’autre. Pour voir la vidéo réalisée avec Jean-Christophe, CLIQUEZ ICI.

si, on peut créer, on peut s’amuser à Bordeaux, la preuve ! Une gamme amusante, variée et originale.

« Origine n° 15 » 2015 – Bordeaux rouge
35 % merlot, 35 % cabernet sauvignon, 20 % cabernet franc, 10 % malbec, élevé en cuves béton et inox pendant 8 mois. Nez sérieux, profond, fruits rouges, petites notes de noyau d’olive. La bouche est corsée sans excès, le tanin est vif mais la matière veloutée. Ça part sur une fraîcheur évoquant la fougère, la mûre. Ca dispose d’une belle longueur avec en finale des petites touches de violette. Ça se resserre à la rétro. Attendre.

« Initiales » 2014 – Bordeaux rouge
50 % cabernet sauvignon, 30 % merlot, le solde en cabernet franc et malbec, élevé en cuves ciment et inox pendant un an. Nez classique, ça part sur la chair de cerise noire, toujours une petite note de noyau. La bouche part directement vers la myrtille, c’est souple mais encadré d’un joli petit tanin. Le fruité est propre, croquant, gourmand. Très long et frais, le petit tanin tel un petit soldat, monte la garde. J’aime beaucoup.

doit-on avoir honte de parler d’un vin en disant qu’il est de table ? Pour moi c’est un magnifique compliment. Parfait sur le canard confit, et très certainement sur plein d’autres choses !

« le Vin qui claque sa Mère » 2016 – Bordeaux rouge
50 % merlot, 35 % cabernet franc, le solde en cabernet sauvignon, élevé en cuves durant 8 mois. Nez fruité, simple, très fruits noirs, fraîcheur, floral. L’attaque est fraîche, simple, fruitée, très souple. Dans un esprit de vin plaisir immédiat, anti-intellectuel. Snobinards du vin, fuyez !

il fallait oser, Jean-Christophe l’a fait ! Avec l’aide de ses deux fistons, il a élaboré un Bordeaux à l’habillage iconoclaste, basta le château et ses grilles ! De plus, le jus dans la bouteille, gourmand, gouleyant, fruité au possible et tout bio, est convaincant, bravo, mille bravos !!

Cabernet franc 2016 – IGP vin de l’Atlantique
cépage pur élevé 8 mois en cuves. Très beau nez fruité, une certaine élégance et de la profondeur, framboise, buisson, c’est beau. La bouche doit encore se fondre, c’est jeune ça accroche un peu, mais tranquille, ça se fondra. Tout est là, ça va donner une jolie bouteille étincelante, soyeuse, d’une complexité honnête.

travailler en mono-cépage, c’est travailler sans filet. Travailler le cabernet franc, c’est comme son nom l’indique. Franc de goût, il l’est. Bravo.

Cabernet sauvignon 2016 – IGP vin de l’Atlantique
idem que le précédent. Nez de cassis et de mûre, c’est intense et concentré. La bouche est souple, dotée de cette astringence qui appartient bien à ce cépage. Long, intense, jolie bouteille pour amateurs de ce raisin, tellement rare en pur tellement il est difficile de bien le réussir.

Facebook Comments

Default Comments (0)

Comments are closed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.