4 juillet 2018

pourquoi les Santenay blancs ??

by Patrick Maclart

Un anglais a dit un jour « la vie est trop courte pour boire du Santenay ». Probablement notre meilleur ami de la Perfide Albion ne s’était pas arrêté dans ce très beau village, peut-être s’était-il trompé d’endroit.

Ce qui est sûr, c’est qu’à Santenay on y trouve de très bons vins, mais aussi de moins bons. C’est aussi une question de goût. Depuis une trentaine d’années que je déguste les vins de ce finage, et force est de constater en effet, dans des années froides ou délicates, les équilibres ne sont pas toujours là. On en trouvera peut-être plus à Chambolle-Musigny ou Vosne-Romanée, mais les prix sont loin d’être les mêmes. On y trouve souvent des rouges plus convaincants que ceux de Chassagne voire de Meursault, et à des prix plus doux.

J’ai souvent trouvé plaisir à déguster à Santenay, mais la chose dont je suis persuadé, c’est qu’une bonne partie des climats sont plus destinés à la facture de vins blancs que de vins rouges ; en tout cas bien plus que la proportion aujourd’hui proposée. Des dégustations chez les cadors du village, à savoir Antoine OLIVIER ou Jean-Marc VINCENT, m’en ont convaincu.

J’ai donc pris mon bâton de pèlerin et suis allé déguster in situ les vins blancs de ce village, quels que soient leur provenance ou leurs niveaux de classement. Le constat est sans appel : le niveau est élevé, avec des impressions de terroir. Certains plus simples sur le fruit, d’autres dotés d’une minéralité déconcertante pour ceux qui ne sont pas avertis.

Santenay est un village magnifique pour quelques balades. Le moulin Sorine au nord du village enchantera le regard. Il y a même une petite aire de pique-nique aménagée. En été, attention aux guêpes !

Santenay est capable d’élaborer de grands vins blancs, qu’on se le dise. Soyez un consommateur intelligent et intéressez-vous à ce village encore discret, donc aux tarifs encore bien doux.

SANTENAY EN QUELQUES MOTS

AOC du sud de la côte de Beaune, un village qui partage le don du vin et celui de l’eau. On y trouve en effet ici une station thermale réputée. J’avoue sans honte ni vanité n’avoir jamais dégusté cette dernière production.

Le terroir est essentiellement calcaire, de l’oolithe blanche plus précisément. En descendant, on y trouvera aussi des marnes, de même qu’en altitude jusque 500 mètres. A ce niveau-là, il n’est pas toujours évident d’amener une maturité du pinot noir optimale. J’ai déjà vu sur les hauteurs de ce finage des raisins laissés sur pieds lors de petites années, dommage. Qui sait que le blanc s’y serait plu. A voir.

source : Pierre Poupon et Sylvain Pitiot. Merci pour l’excellence de votre travail.

La zone qui me semble être la plus intéressante pour le chardonnay se situe au nord et à l’est du village, sur les climats de Passetemps et la Comme (premier cru et village). Il y a aussi le secteur de Biévaux où l’on trouve des calcaires durs qui pour moi s’adaptent très bien à la culture du chardonnay (notamment là où j’avais vu ces fameux pinots pas mûrs). Dans ce secteur du hameau de Saint-Jean, au-dessus du château, donne des résultats transcendants. Il suffit de déguster celui d’Antoine Olivier. Ca ou là, il y a des vignes de blanc sur les parcelles en village. Il n’y a pas de vérités ni de certitudes à ce niveau pour les Santenay blancs « village ». Certains vignerons présenteront des vins gourmands et ronds, d’autres plus tendus et vifs. Le sol, l’altitude et l’orientation donneront forcément le caractère au vin, mais ça c’est une lapalissade.

L’appellation a été obtenue en 1937. Les blancs aujourd’hui ne représentent qu’une dizaine de pourcents, soit 47 hectares sur les 328 de l’appellation. Déplorons que le sommelier de l’interprofession préfère mettre un rouge sur un Brie de Meaux. Justement les blancs de cette appellation sont des vins PARFAITS pour le fromage, notamment et surtout les croûtes fleuries tels le Brie, le Neufchâtel ou le camembert, et SURTOUT le Chaource. Leur fraîcheur, leur acidité, leur « rigidité » pour certains permettront de rafraîchir le palais tout en n’étant pas en contradiction dans la bouche. Si certains ambitieux peuvent aller taquiner la quenelle de brochet, je vois vraiment ces vins sur un beau plateau des produits de notre pays. On évitera bien sûr les fromages forts tels l’Epoisses ou le Maroilles. On pourra très bien les voir sur des Reblochons, des tommes. On évitera aussi les bleus, les « chèvre » et les fromages trop frais, ou le côté lacté dérangerait. Les plus âgés iront à merveille sur les Comté eux aussi affinés. On verra aussi un Santenay blanc souriant ouvrir les hostilités de la table sur une jolie friture de poissons de la Saône, des beignets de carpe. Ils pourront aussi accompagner des repas plus simples, car leur polyvalence est aussi leur qualité.

Bref, partez à la découverte des Santenay blanc, et vous verrez que la vie n’est pas si courte que ça. Si Messieurs les Anglais tirent les premiers, nous boirons les derniers !

DEGUSTATION

Elle a eu lieu en plusieurs endroits, in situ chez le vigneron, ou lors de salons, de manifestations. Les notes sont étalées sur un peu plus d’un an.

ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment déterminé. Jamais une note ne doit être considérée comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui tente à projeter le vin dans un futur.

Domaine Philippe JEANNOT – Saint-Sernin du Plain

Un domaine trop peu connu. Si le vin présenté n’était pas une bête de concours, il avait l’avantage d’être autant sincère que généreux.

**** Santenay blanc village 2012
joli nez fruité, pommes, intense, équilibré, aucune trace boisée d’élevage. La bouche est pleine, sapide, toujours dans l’équilibre et finit propre et long. Pas un monstre de complexité, mais un vin honnête, sincère et droit. Une belle note pour son prix très doux.

une bouteille étonnante pour la sincérité de son contenu, pour sa justesse, et son prix tout doux.

Jean-Claude REGNAUDOT & fils – Dezize-les-Maranges

***(*) Santenay blanc village 2012
joli nez harmonieux et équilibré, beau fruit avec un boisé présent qui donne des notes chic et qui se fondront bien. La bouche est bien faite, harmonieuse, belle longueur. Vin classe.

Hervé de LAVOREILLE – Santenay

un vigneron sérieux et honnête.

**** Santenay blanc 1er cru « clos des Gravières » 2008
une bouteille de garde, avec des notes de noisette, de biscotte, et des jolies notes florales. La bouche est ample, généreuse pour un vin de cet âge. La finale longue. Belle bouteille.

Maurice CHARLEUX & fils – Dezize-les-Maranges

**(*) Santenay blanc village 2012
nez réservé, notes de chardonnay simples, olfactif difficile. La bouche est vive, tranchante, ça joue sur la trame acide et ça rend le vin un peu simple, monocorde. La finale est plus intéressante.

Domaine BELLEVILLE – Rully

*** ?? Santenay blanc village 2012
nez opulent, marqué par l’élevage, un peu obtus. En bouche, un léger gaz à l’attaque qui ne me dérange pas, ça développe sur une minéralité bien présente C’est salivant mais trop vif en finale. A revoir, trop de contradictions dans ce vin.

domaine Lucien MUZARD – Santenay

L’un des domaines qui progressent le plus sur la côte de Beaune. Un avenir radieux pour eux et leurs vins. Un excellent rapport qualité-prix. Certains pourraient trouver cela élevé, mais il y a du monde dans les bouteilles. Toujours de belles émotions, et des vins qui tiennent.

****(*) Santenay blanc « Champs Claude » 2012
on sent bien la proximité du finage de Chassagne, tout près des Morgeot, dans le bas, où le calcaire frôle l’argile. Un magnifique terroir, mais atypique des Santenay blancs classiques. On y retrouve au nez un côté exotique, de la mangue, des notes florales malgré tout, et une petite pointe minérale agréable. En bouche, c’est la langueur, c’est plein, d’une certaine richesse, on serait piégé à l’aveugle ! Une longueur phénoménale, un superbe caractère, ça pourrait même bretter avec des ris de veau tellement c’est bon. Un rapport qualité-prix imbattable. Jetez-vous dessus et piégez tous vos amis, même les plus experts !

non seulement on a la volonté de bien faire dans ce domaine, mais on a aussi des terroirs « intelligents ». C’est une bouteille qui ravira votre cave et vos amis !

château de Santenay – Santenay

*** Santenay blanc 1er cru « Beaurepaire » 2011
nez discret, noisette, marqué par l’élevage. La bouche est classique, une belle vivacité en milieu de bouche et en finale. Bonne présence.

**(*) Santenay blanc 1er cru « la Comme » 2012
nez discret, pomme verte, l’élevage est à ce jour bien trop marqué. L’attaque est boisée, le fût marque trop. Normal qu’il y ait du fût, mais là c’est trop dosé, du coup ça cache et gâche les autres notes du vin. Finale ample et vive. On le dégustera plus tard quand ce boisé sera fondu. Aujourd’hui, ça manque d’harmonie et de fondu.

Vincent & Sophie MOREY – Chassagne-Montrachet

***(*) Santenay blanc 1er cru « Passetemps » 2011
nez intense marqué par l’élevage, boisé chic, noisette chaude, du fruit bien présent. La bouche est vive, fraîche, tendue, et avec malgré tout du volume dans l’ensemble. C’est long et intense. Très beau vin.

LE COUP DE CŒUR DE LA DEGUSTATION
Jean-Marc VINCENT – Santenay

depuis des années je déguste les vins de ce domaine, la qualité est toujours au summum. Ce couple ne compte pas ses heures pour élaborer parmi les plus beaux vins blancs de la côte de Beaune, avec un rapport qualité-prix à faire pâlir un Suisse ! Jean-Marc, bosseur invétéré, a par exemple réhaussé ses vignes de 110 à 140 centimètres, afin d’obtenir une meilleure exposition foliaire. Il faut se rendre compte de ce travail titanesque. Et le résultat est dans la bouteille. Grand bien nous fasse.

***** Santenay blanc 1er cru « Beaurepaire » 2011
très beau nez très chardonnay, notes de citron confit, un peu épicé; le boisé est bien intégré, petites notes anisées. La bouche est bien faite, belle trame acide, notes d’aubépine. Tonique et très long, superbe.

bien des terroirs de Santenay conviennent mieux au chardonnay qu’au pinot noir, qu’on se le dise. Jean-Marc, à l’instar d’une poignée de bons vignerons, l’a bien compris. Ce duo de Beaurepaire est simplement délicieux.

****(*) Santenay blanc 1er cru « Beaurepaire » 2007
très beau nez, fruit jaune, pointe de noisette, vin encore jeune. La bouche est encore vive mais harmonieuse, ça commence à s’arrondir, notes salines. Ca se resserre en finale mais la rétro est expressive. Long, sur la noisette.

Jérôme FORNEROT – Saint-Aubin

** Santenay blanc «les Charrons» 2012
nez diffus, mais un joli petit boisé déjà très agréable. La bouche est gourmande, grasse, un peu pataude, dans un style un peu lourd. Finale comme il faut, mais qui manque cruellement de fraîcheur, de terroir et de nervosité.

Domaine LEQUIN-COLIN – Santenay

**** Santenay blanc village 2012
joli nez au boisé un peu marqué, mais sans excès, très jolies notes florales. Très belle bouche fraîche, le boisé soutient bien le vin. C’est juteux, salivant et bien construit. Très long.

un domaine humble, travailleur, tout en simplicité. J’aime leurs vins sincères, juteux et bien équilibrés.

Domaine CHEVROT & fils – Cheilly-les-Maranges

**** Santenay blanc « la Comme Dessus » 2012
nez sur le fruit, chair de pomme, notes florales, sincère. La bouche est tout en jus, très raisin, notes minérales, très long. Dans un style actuel et très séduisant. Longueur phénoménale.

Jacques GIRARDIN – Santenay

**(*) Santenay blanc « les Terrasses de Bievaux » 2012
nez classique et réservé, curieuses notes réglissées. Belle attaque en bouche, sur un boisé un peu trop présent, et de la vivacité évoquant le zeste d’agrume. Le développement et la finale sont plus en retrait. Bonne longueur.

Domaine PONSARD-CHEVALIER – Santenay

**(*) Santenay blanc « les Daumelles » 2012
nez simple, variétal, pomme, poire, sans complexité mais net. La bouche est simple, pas de gros volume ni de grande longueur. La rétro est plus intéressante.

domaine JESSIAUME – Santenay

*** Santenay blanc 1er cru «Gravières» 2012
joliment fait, fruité, ample, large, autour d’une tension acide. Bonne longueur.

Jérôme MASSON – la Rochepot

** Santenay blanc « Comme Dessus » 2009
nez réservé, pomme très mûre, notes miellées. La bouche est serrée, impression oxydative, comme le laissaient supposer les flaveurs du nez. Il y a quand même du volume.

David MOREAU – Santenay

un jeune vigneron qu’il faudra suivre à l’avenir. Encore des irrégularités dans les vins d’un millésime à l’autre, mais Paris ne s’est pas fait en un jour. L’homme est intéressant, ses vins se doivent de l’être.

***(*) Santenay blanc village 2012
nez léger, élégant et frais, jolies notes florales. La bouche est tout en fraîcheur, c’est juteux et fruité. Bonne longueur.

il y a de la promesse chez ce jeune vigneron de caractère mais au fond gentil. J’espère qu’il ira encore plus loin.

**** Santenay blanc 1er cru « Beaurepaire » 2012
très beau nez élégant, sexy, belle personnalité, c’est attirant, magnétique. Le boisé est certes un peu présent à l’attaque, mais vu la qualité du jus, ça se fondra sans souci. De la classe et de l’élégance. Très long, ça swingue !

Yves GIRARDIN – Santenay

** Santenay blanc « sous la Roche » 2012
beau nez fin au boisé un poil présent aujourd’hui. La bouche est dominée par le bois hélas. Il y a du jus, mais c’est écrasé. Bonne longueur toutefois.

** Santenay blanc 1er cru « Beauregard » 2012
nez réservé, pointe mentholée. La bouche est tout en retenue, quelques notes de bois et de fruits. Longueur moyenne.

Domaine CHAPELLE & fils – Santenay

***(*) Santenay blanc village 2012
beau nez un peu timide, mais de jolies choses dedans, du floral. Jolie bouche avec une très belle trame acide, du volume dans le fruit. Belle longueur tonique. Joli fruit. Très bel ensemble prometteur, je mets des kopeks dessus.

une bouteille qui pourra réserver des surprises. Des millésimes âgés du domaine m’avaient transporté. A suivre…

Château de la Crée – Santenay

un domaine racheté voici quelques années. Beaucoup de tapage médiatique, d’invitations en tout genre et de visites de domaine. Je reste très circonspect sur l’orientation du style des vins, malgré des critiques élogieuses. Je préfère être prudent et donner du temps au temps. J’ai trouvé l’ensemble des vins dégustés (Santenay blancs compris) fort marqués par l’élevage, avec des boisés « planchés » difficiles à supporter à mon palais. Il y a quelques années que je n’ai pas dégusté au domaine. A revoir. Des efforts ont pu être faits entre temps.

domaine OLIVIER – Santenay

l’un des cadors de l’appellation. Antoine et son épouse portent aux nues un vaste domaine aux appellations réputées et variées. L’homme est aussi malin que travailleur, et fin d’esprit. De multiples qualités qu’on retrouve dans ses vins sans concession. On déplorera pour les plus chagrins un mode de bouchage qui n’est pas adapté pour la longue garde, alors que les vins d’Antoine en ont plus que l’ambition, ils en ont le potentiel.

****(*) Santenay blanc les Coteaux sous la Roche » 2011
nez réservé et classe, il y a du vin dans la bouteille ! La bouche est généreuse, ronde, fruitée, un côté toasté mais une très belle trame acide qui raidit le vin en bouche. Joli fruit propre à la rétro, un vin doté d’un beau potentiel.

si les rouges du domaine n’ont pas à pâlir d’une qualité sans concession, les blancs sont vraiment la touche d’Antoine. Un grand vigneron.

****(*) Santenay blanc « le Biévaux » 2011
appelé aussi « l’Air de Rien ». Très joli nez fruité, pain notes de noisettes chaudes et grillées, jolie complexité mais quelques notes entêtantes. Bouche avec son côté de « reviens-y », c’est vraiment fait pour la grande cuisine. C’est long et ample au palais. Beau fruit, finale d’une classe folle, et ça dans une année qualifiée de « moyenne », chapeau. Malgré la flambée des prix de la région, ce vin reste d’un bon rapport qualité-prix !

Françoise & Denis CLAIR – Santenay

un domaine élaborant des vins de gourmandise et de plaisir. Amateurs de vins chichiteux, passez votre chemin. Les prix sont raisonnables. J’ai énormément de respect pour ces gentilles gens simples et souriantes.

**** Santenay blanc 2013
un vin très marqué par les agrumes au nez (pomelo), des notes florales en arrière-plan. La bouche est bien faite, un bel équilibre entre tension et rondeur. C’est très long, pas trop complexe ou prise de tête. Parfait pour la table, avec beignets de carpe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.