30 mars 2012

en Crozes-Hermitage : Emmanuel DARNAUD, maître-mot : gourmandise.

by Patrick Maclart

Rencontrer un vigneron qui élabore des vins qui lui ressemblent est toujours un plaisir immense. Emmanuel DARNAUD fait partie de ces rencontres. Gourmand revendicateur, ses Crozes comme ses Saint-Joseph sont concentrés, juteux, salivants, mais non dénués de finesse...

Les vins comme leur concepteur sont parfumés d’hédonisme… A 34 ans, Emmanuel démarre la vie avec la gourmandise ancrée à l’esprit comme au corps. Depuis toujours intéressé par la bonne chère, le bon vin, il claque (sic) son premier salaire, à 13 ans, chez Pic, le fameux restaurant. A 18 ans, il prend son temps libre pour aller déguster aux foires aux vins, et acheter ses premiers crus.

Dans ces cas-là, c’est toujours une rencontre qui fait le destin. En 1999, Emmanuel s’en va vendanger et aider aux vinifications chez Bernard Faurie à Tournon, qui produit du Saint-Joseph et de l’Hermitage. Il y fait donc ses premières armes.

En 2001, il souhaite reprendre le domaine familial, constitué d’arbres fruitiers et de quelques parcelles de vignes. Toutefois, le fruit ne rapporte plus guère et les parcelles sont sous contrat. Sentant l’opportunité et fort de son expérience, il se lance avec 1,3 hectare.  « Je n’ai pas fait d’école du vin, je travaille au feeling. Et puis Bernard m’a appris tant de choses » déclare Emmanuel. On a l’impression en effet que tout semble naturel et instinctif chez ce jeune homme.

Crépuscule sur des vignes à la Roche de Glun.

Crépuscule sur des vignes à la Roche de Glun.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 15 hectares pour produire 65.000 bouteilles par an. A la vigne, aucun label bio. En lutte raisonnée; tous les sols sont travaillés. Une partie du vignoble est enherbée depuis plus de 10 ans. « C’est dans 25 ou 30 ans qu’on verra le résultat. Ce n’est pas en 2 ou 3 ans qu’on peut tout changer à l’échelle du temps de la vigne » me dit Emmanuel. Un discours que je n’ai pas entendu souvent.

Pas de désherbant, pas de produit de synthèse. Au chai, la sélection parcellaire est drastique; 17 parcelles sont vendangées et vinifiées séparément. Raisins égrappés, pas de foulage, prémacération à froid de 5 à 6 jours. Cuvaison de 21 jours environ, puis élevage sur fûts pour la totalité de la production (« J’insiste sur ce point » affirme Emmanuel). L’élevage durera entre 12 et 14 mois selon le millésime et la cuvée, avec un apport de 20 % de fûts neufs qui descendront aux prochains millésimes à 15 %. « Je veux retrouver le vrai fruit de la syrah, mais la complexité du chêne se marie bien avec mes vins » dixit notre vigneron.

Le résultat ? Des vins charnus, salivants, concentrés, sans jamais être lourds. Une finesse magnifique dans un corps bien sculpté. Les marchés export sont équilibrés : USA, Grande-Bretagne, Suisse et Europe. Allez à la rencontre de ce vigneron sympa, gourmand, drôle, sensé, et vous dire que l’hédonisme n’est pas encore mort.

Emmanuel DARNAUD

22  rue du Stade
F-26600  LA ROCHE DE GLUN

tél. 00 33 (0)4 75 84 81 64 
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Emmanuel de cette bonne tranche de vie.

Crozes-Hermitage rouge « Mise en Bouche » 2009 – 14 €
Assemblage de vignes plutôt jeunes. Très beau nez fumé, violette, lard, réglisse. Belle vinosité, muscade, complexe. Très belle bouche vineuse mais fraîche, les épices douces se retrouvent, un côté poivré, notes florales. La finale est fraîche, longue, belle rétro sur des notes de noyau.

Crozes-Hermitage rouge « les 3 Chênes » 2009 – 17 €
Sélection de vieilles vignes et autres terroirs. C’est la cuvée principale du domaine. Nez ambitieux, cerise noire, cuir, épices, poivre noir, très réglissé. Complexe. Bouche riche, le boisé encadre le vin sans le dominer. Superbe concentration, car rien n’est excessif dans ce vin, tout en étant bien présent, quelle performance. Les arômes au développement doivent par contre encore se centrer. La bouche est fine, mais pas toute nue. Finale tendue, fraîche, large, sur la réglisse et la bigarreau.

Crozes-Hermitage rouge « au Fil du Temps » 2009 – PNC
Parcellaire unique, « c’est l’équilibre idéal du vin que j’aime » déclare Emmanuel avec une modestie. Nez très très syrah, violette, terrien, droit. Bouche tendue, fine mais complète, très salivant. Finale mûre, dans la continuité de l’attaque.

la cuverie, moderne, fonctionnelle, est d'une propreté irréprochable.

la cuverie, moderne, fonctionnelle, est d’une propreté irréprochable.

Saint-Joseph rouge 2010
dégusté sur fûts, échantillon prélevé sur fût d’un vin. Nez en fin de malo, sur réduction marquée. Nez variétal, prune, framboise, très fruité, cuberdon. Bouche souple, fruitée, belles notes végétales fraîches. Très côtes du Rhône nord. Finale nette et salivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*