29 janvier 2013

à Maury, le domaine POUDEROUX : vie douce naturelle.

by Patrick Maclart

Cathy et Robert POUDEROUX sont à la tête de ce très beau domaine depuis 1984. Les grands-parents étaient propriétaires, mais lorsque le grand-père se vieillissait, le domaine fut donné en fermage. C’est donc ce couple qui le reprendra… « Il s’est toujours transmis par les femmes depuis 1823 ! m’affirme Cathy, avec son ineffaçable sourire, qui ne part que lorsqu’elle rit aux éclats. On n’était pas destinés à être vignerons, on était étudiants à Paris, moi en commerce et lui en droit. Mais Robert avait envie de faire du vin, et avec une idée bien précise. A la fin de nos études, on est revenus au pays. Notre première cuvée n’avait pas obtenu de label, car il y avait trop de fruit ! En fait nous étions les pionniers du Maury vintage, soit l’élevage en milieu réducteur et non oxydatif ! ».

Catherine POUDEROUX (que tout le monde appelle Cathy) et son ineffaçable sourire. Tout respire la joie, et cette respiration, on la retrouve dans les vins. Et dire que c’est un Meursault Goutte d’Or qui lui a créé sa grande émotion de dégustation…

L’adhésion à ce travail, cette espèce de révolution des vinifications en vins doux naturels s’est faite rapidement ; la profession d’abord, puis le public. Et les sommeliers ont suivi… « On n’avait pas de cave, on vinifiait dans notre garage. Robert voulait faire des vins doux, mais il y avait du vin, de la concentration ! ». Quand on déguste Pouderoux, on comprend totalement le propos. C’est en visitant d’autres vignobles, en sortant du pays, que Cathy et Robert ont pu s’ouvrir l’esprit, avoir un regard externe ; « en plus, me dit Cathy, c’est un Meursault du domaine Buisson-Charles qui a été le détonateur à notre carrière de vignerons. Nous avons toujours eu un regard large sur les vins qui se font. C’est une force pour nous. »

A la vigne, le travail est bio, en tout cas une partie est certifiée et l’autre est en cours. « C’est la démarche administrative qui est lourde, mais chez nous on fait du vin, pas des papiers ! » me dit Cathy, avant d’avoir un grand éclat de rire ! Travail du sol, labours y compris de l’intercep, les grenaches sont conduits en gobelets et les mourvèdres en échalas.

paysage typique des Fenouillèdes, vers Maury : un casot (cabane en pierres dans les vignes, de vieux pieds de grenache, des murets de pierre, et le sol de schistes noirs. On y est !

Les vendanges sont exclusivement manuelles, y compris le muscat. Au chai, le travail est classique. Par contre, nos vignerons utilisent beaucoup le froid pour les macérations, notamment intracellulaires.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur une vingtaine d’hectares dont une parcelle d’environ 2 hectares de très vieux carignans… « Lorsqu’on a pensé nos vins, on a voulu aller chercher aussi la fraîcheur. On a donc acheté sur les hauteurs vers St-Paul de Fenouillet notamment. Du coup, la palette du peintre s’enrichit de plein de couleurs ! » dit notre vigneronne avec enthousiasme. Les vins doux naturels représentent 50 % de la production. Les marchés export sont gourmands des vins du domaine, avec trois quarts de la production qui partent vers la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Scandinavie, la Belgique, la Tchéquie…

POUDEROUX, c’est un sourire, une écoute, de la vie, mais surtout une vision large, très large du monde du vin.  Mais c’est aussi un immense rire, qui éclate et qui met la joie partout, car le vin, comme le rire, c’est la vie.

domaine POUDEROUX
Robert & Cathy POUDEROUX

2 rue Emile Zola
F-66460  MAURY

tél. +33 (0)4 68 57 22 02
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Cathy pour ta bonne humeur communicative, et surtout la passion que vous mettez dans vos vins, qui les rendent si grands. Pour voir la vidéo réalisée avec Cathy, CLIQUEZ ICI.

une gamme impeccable et qualitative, en vins classiques comme en vins doux naturels.

VDP des Côtes Catalanes blanc « Roc de Plane » 2010
90 % de grenache blanc, le solde en grenache gris et maccabeu, sur des schistes noirs au pied du pic de Cerbat. Vinifié et élevé en demi-muids. Nez de pomme rouge, noisette, un peu réservé. Bouche bien faite, structurée, mais toujours réservée. A l’attaque, le développement est plus bavard, toujours sur la pomme, l’olive, de la salinité et de beaux amers. Très long, vin sérieux et gastronomique.

Côtes du Roussillon villages « Latour de Grès » 2009
70 % de très vieux carignans du clos, syrah-mourvèdre pour le solde à parts égales. L’élevage se fait par cépages séparés durant un an sur fûts de plusieurs vins.  Nez intense, cerise noire, mûre rouge ; c’est beau et complexe, profond et frais. Bouche fine et et harmonieuse, fraîche. Là encore c’est hautement gastronomique de la finesse, de beaux amers et une finale distinguée et élégante.

Côtes du Roussillon villages « Terre Brune » 2008
sélection parcellaire de schistes noirs et terres brunes. 70 % grenache, syrah-mourvèdre pour le solde. Elevé un an en demi-muids dont un peu de neufs. Mais ce n’est pas le but recherché. Nez explosif de prune, d’épices, c’est mûr sanas excès, épices, une belle opulence. Bouche ronde, ample, d’une certaine richesse mais sans excès. Il y a une une réserve, mais la finale nous parle grand vin, c’est intense, avec une jolie fraîcheur, et une rétro qui évoque le noyau d’olive. Persistance spectaculaire.

Côtes du Roussillon villages « la Mouriane » 2006
syrah, grenache, et un peu de mourvèdre, venant des vignes en terrasses d’argiles rouges et marnes schisteuses. Elevé et vinifié un an en demi-muids. Nez intense, épicé, sanguin, viandé, empyreumatique, petites notes de tabac, autant intense que profond. Attaque retenue, mais le développement est spectaculaire, superbe ! Le tanin de raisin est superbement marié à l’acidité naturelle. Le fait que la parcelle soit en ubac explique bien des choses. Chocolat, épices, fruits noirs, épine. Finale incommensurable, sur le fruit et le tanin. Très long.

Jouer à la fois sur la fraîcheur du terroir et l’exposition en quasi-ubac, ça donne une bouteille tendue, minérale, et jouant sur une corbeille de fruits frais et une impression sanguine due à ce magnifique cépage qu’est le grenache. Superbe.

Maury « vendange » 2010
issu de grenaches sur marnes avec argiles rouges en sous-sol, et bien sûr des schistes noirs, typiques du terroir de Maury. Nez de cerise charnue, j’adore à un point que j’en ai peine à analyser ! Pointe de réglisse, complexe. Bouche fruitée, une explosion charnelle ! Structuré, on n’est pas sur de la grenadine ! Et les tanins de raisins me rappellent à la raison… Long, complexe, gourmand, j’adore.

Maury « vendange – mise tardive » 2006
sur des sols similaires, mais avec un élevage de 18 mois en barriques, et 24 mois en bouteilles. Nez plus profond que le précédent, fruits confiturés, cannelle, impression de buisson. Bouche concentrée, intense, chocolatée, pruneau, c’est concentré. Finale intense et persistante.

Maury « hors d’Age » 15 ans
Soyons clairs. Ce « hors d’Age » n’est pas issu de vins élevés en style oxydatif, mais en milieu réducteur, ce qui en fait une mini bombe atomique ! Nez de prune fraîche, fruit rouge mûr, épices, très complexe. La couleur est vraiment étonnante. Attaque suave, sexy, aucune agressivité, impression d’épices, de figue fraîche, d’abricot séché, très complexe, excitant. La longueur est magnifique. Très grande bouteille, c’est immense !

élaborer ce type de vins demande une maîtrise incroyable… Imaginez devoir garder le vin durant 15 années en fûts sans la moindre oxydation (ici élaborée dans un système de « solera »). C’est pour dire. Cette bouteille fait partie des plus beaux vins naturels dégustés dans ma vie.

6 Responses to “à Maury, le domaine POUDEROUX : vie douce naturelle.”

  • Davy

    Un grand merci Patrick pour ce très bel article ! Tout ceci a vraiment l’air délicieux, les Maury et les autres.

    J’aime beaucoup les carignans du Roussillon en général et j’y trouve souvent des notes « animales » dont tu parles pas dans tes notes sur la bouteille « Latour de Grès ». Ce sont les cépages syrah et mourvèdree qui apportent cette fraicheur ?

    • mon bon Davy,

      J’espère que tout va bien pour toi. Ces fameuses notes « animales » que tu trouves dans la cuvée « Latour de Grès » de nos amis Pouderoux doivent à mon avis s’installer après quelques années de vieillissement en bouteilles. D’autre part, le millésime que je déguste est le 2009, soit un millésime de chaleur et de rondeur… Ce qui tente à « gommer » ces fameuses notes animales.

      Pour moi, la fraîcheur est due plutôt au terroir, et à l’altitude, bien que Maury soit plus chaud que Saint-Paul… J’ai surtout relativisé la chaleur par rapport au millésime.

      Je tâcherai prochain coup de t’en remonter, si tu en as besoin… 😎

      Amitiés, gourmandes salutations, et merci de ta fidélité au blog.

      Patrick.

  • Davy

    Ah mais oui, je suis client pour un carton si tu peux faire la livraison jusqu’en Bourgogne ! Ce sera dur de choisir entre tous ces flacons. 🙂

  • POUDEROUX

    Bonjour,
    Ce mail pour juste un petit renseignement. Je vous ai trouvé par hazard chez l’un de nos fromagers en Haute Savoie. J’ai marié un Ludovic POUDEROUX qui vient du sud d’Hyère pour être exacte. Ses parents Chantal RUBIN et Gilbert POUDEROUX. Est-ce de la même famille ?
    Désolé pour le dérangement. Bonne continuation
    Bonne journée
    Mme POUDEROUX Aurélie

    • Salut Aurélie,

      Bien reçu ton message. Je ne peux pas répondre à ta question. Je ne suis pas spécialiste en généalogie, mais de mémoire les POUDEROUX de Maury sont de purs Catalans. Peut-être que celui de Hyères a immigré là-bas. Renseigne-toi. Mais je te remercie de ta fidélité au blog et à ta curiosité, il ne faut jamais s’excuser de déranger ici, on ne fait que s’informer. Et si je puis te répondre, je le fais.

      Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*