12 juillet 2013

à Maury, au Mas Karolina, avec Caroline BONVILLE : un sourire jocondien…

by Patrick Maclart

Il y a quelques mois, Yves ZIER, responsable de la communication du CIVR (interprofession du Roussillon), acceptait d’être mon cicéron à Vinisud car j’avais une folle envie de découvrir les vins doux naturels dits « grenats », soit élevés en milieu réducteur et non-oxydatifs (plus fruits rouges primaires, sans rancio, voir l’article en CLIQUANT ICI). Dans la cinquantaine de vins dégustés, quelques-uns retinrent mon attention, dont celui de cette petite frêle souris de Maury prénommée Caroline.

Caroline BONVILLE est autant bardée de diplômes que d’expériences, et elle aborde son vignoble avec écoute et douceur. Son sourire jocondien la quitte rarement.

Caroline BONVILLE, 38 ans, est installée ici depuis 2003. Née en Champagne elle a vécu une grande partie de sa vie en Gironde, car ses parents sont vignerons sur la rive droite; « J’ai toujours baigné dans le vin, même mes grands-parents, et je suis la petite cousine d’Erik de Sousa ! » raconte Caroline avec ce sourire jocondien qui ne la quitte jamais, ou rarement.

Caroline a toujours respiré le monde du vin, a baigné dedans, suivait les vinifications. Elle décide de suivre cette voie par une maîtrise en biologie, puis intègre la faculté d’oenologie de Bordeaux pour décrocher son DNO en 1998. Elle part alors aux USA (dans l’état de Washington au château Sainte-Michelle), assurera les vinifications au château Figeac à Saint-Emilion, et travaillera aussi en Afrique du Sud. Ne souhaitant toutefois pas rester dans ce dernier pays, elle décide de rentrer au bercail pour trouver du travail. Les choses ne sont pas simples alors, et elle suivra un cursus de mastère à l’ENITA.

Ne trouvant pas de travail dans le Bordelais malgré ce cursus hors norme, elle croise Serge ROUSSE, un Girondin installé dans le Roussillon, qui l’invite au domaine. Elle y va, déguste, et achète des vignes, un vrai challenge va alors naître… « j’achète 20 hectares, j’en arrache, des jeunes macabeu et des muscats, j’en revends aussi, et j’ai planté du grenache blanc. Ca apporte de la complexité à mes vins. Aujourd’hui, je me tiens à ma superficie en blancs » ajoute Caroline. Le vignoble est sur 3 terroirs distincts. 8 hectares sur Maury, des argile-calcaires avec essentiellement des blancs et du grenache noir; Lesquerde sur des granits où la syrah et de vieux carignans s’y complaisent; et enfin Rasiguères sur schistes noirs avec un peu de tout, mais des cépages à vins rouges uniquement, ça va de soi.

sur le secteur de Maury, aux argiles calcaires cailloutteuse… Au loin, derrière la colline, Mas Amiel…

A la vigne, le travail au sol fait son apparition. Labours au chenillard, environ 3 par an mais aucune règle en la matière. Plus de désherbant sur les vieilles vignes; « en fait je travaille en très raisonné. avec du soufre sec ou mouillable, en fonction de la météo et du vent qui perturbe les traitements mais qui est un agent sanitaire incroyable, et que de l’engrais organique chez moi ! » me dit Caroline avec justesse.

Au chai, les vendanges sont manuelles en comportes. Les raisins rouges seront éraflés, les baies arrivent sur table de tri vibrante. Pas de macération à froid, elles dureront entre 3 et 4 semaines. Les transferts en cuves ou fûts se feront en fonction du millésime. Les élevages dureront entre 12 et 15 mois. Pour les blancs, les raisins seront mis en pressoir pneumatique en grappes entières. Le pressurage durera 2 heures environ, pas d’enzymage car le débourbage est clair. Elevage en pièces bourguignonnnes, sauf les macabeus en cuve. « A terme, le vignoble passera en bio, il faut tenir compte des impératifs financiers et de l’organisation, mais ça viendra quand tout sera en place. » me révèle Caroline dans une conduite qui pour elle est plus qu’une conduite, mais une évidence.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 17 hectares et produit environ 35.000 bouteilles; les derniers millésimes n’ayant pas été très généreux en productivité et il y a beaucoup de vieilles vignes. 50 % de la production part à l’export avec pour principaux marchés la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne.

Caroline BONVILLE s’identifie avec son vignoble tricéphale, mais elle n’a qu’une tête, celle de la décision, celle de la volonté et du courage, et son éternel sourire jocondien…

Mas Karolina
Caroline BONVILLE

29 boulevard de l’Agly
F-66220 SAINT-PAUL DE FENOUILLET

tél. +33 (0)6 20 78 05 77
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Caroline pour le bon moment passé ensemble, pour ces moments simples de joie et de bonheur. Pour découvrir la vidéo réalisée avec Caroline, CLIQUEZ ICI.

vin de pays Côtes Catalanes rouge 2010
40 % grenache, 50 % carignan et 10 % cinsault, sur le terroir de Rasiguères. Nez fin, délicat, fraise, notes florales. Je suis étonné de l’élégance du nez. Bien plus carignan en bouche qu’au nez, épicé mais fin et suave. Finale sur une impression de terroir. Persistant. Rapport qualité-prix inouï.

que ce soit en AOC ou vins de pays, Caroline a un toucher de velours pour ses vins rouges, avec une intelligence inouïe pour ses extractions. Des vins du Roussillon de grande finesse.

côtes du Roussillon village 2010
40 % de vieux grenaches de Maury, 30 % de syrah, 30 % de carignan de Rasiguères. Nez sur la délicatesse avec des notes florales, violette, petites notes minérales en fond. La bouche reste élégante sans renier la rondeur du grenache. Ca reste fin, distingué, racé, avec des notes de myrtille. La petite rugosité du carignan arrive en finale avec de beaux amers et de jolis tanins. Les 15 mois d’élevage sur bois n’apportent que complexité.

côtes du Roussillon village « l’Enverre » 2010
60 % de vieux carignans, 40 % de très vieux grenaches de + de 50 ans venant de Maury, élevés en demi-muids. Nez superbe de fruits rouges avec des notes étonnantes d’oreillon d’abricot. Quelle bouche mes amis ! D’une race incroyable avec l’expression épicée et sauvage du carignan domptée par un travail d’extraction d’une intelligence inouïe. Le grenache arrive en seconds violons, apportant juste la rondeur en milieu de bouche. Finesse, élégance, persistance incroyables. A découvrir d’urgence; mon enthousiasme est sans borne.

souvent les cuvées « spéciales » des domaines du sud contiennent trop de tout, trop d’alcool, trop de bois, trop de fruit, pour un prix trop cher. Ici, une vraie bouteille haut de gamme où c’est le terroir qui décide de la grandeur du vin. Long, tout en restant très fin et distingué. Ca vaut son prix, la production n’est que de 4.500 bouteilles environ.

vin de pays Côtes Calatanes blanc 2011
nez charnu, chair de fruit blanc. Bouche bien construite, amande, fleur blanche, c’est plus intéressant en finale avec des notes de fruits secs mais frais.

Maury « grenat » VDN 2011
100 % grenache. Nez discret, prune, charnu et frais. Bouche ronde, fruitée, nette, propre, directe et gourmande. Belle longueur. Un étalon dans son appellation.

une gamme impeccable où il faut être coupeur de cheveux en quatre pour avoir quelque chose à y reprocher…

Maury blanc « ambré » VDN 2008
70 % macabeu, 30 % grenache gris, élevé 12 mois en fûts en extérieur de cave. Nez de pêche, vanille, pointe de cannelle, abricot, très net. La bouche est ronde, fraîche, plus franche que complexe, avec une belle finale charnue et ample, presque sexy.

6 Responses to “à Maury, au Mas Karolina, avec Caroline BONVILLE : un sourire jocondien…”

  • Bdg

    Bonjour, Je suis sur que son passage dans le Bordelais lui a beaucoup apporte, je suis sur que la Chine peut etre ses futurs clients

    • Bonjour BDG,

      Je ne pense pas que Caroline soit passée à Bordeaux, elle y a passé le plus clair de sa vie. Ce que cela lui a apporté ? Je n’en sais rien, je ne suis pas voyante avec boule de cristal. Mais j’ai peine à croire qu’une région ou une autre soit bénéfique. Je crois en l’humain et aux rapports qu’il crée.

      Au plaisir.
      Pat

  • bdg

    Bonjour, je trouve cela étrange que pour un blog « bourgogne » on ne parle pas de la flavescence dorée qui fait des ravages dans cette région.

    • bonjour BDG,

      Je trouve cela étrange que pour une personne qui ne parle que de vins du sud-ouest, puis de Bordeaux, ne parle que de Bourgogne via la flavescence dorée…

      A ce que je sache, cette maladie ne touche pas que ma région, mais aussi d’autres. Il est des blogs informatifs qui relatent ces faits. Ici chez BWB, on parle surtout de vins et de vignerons. A moins d’y consacrer ma vie, mes nuits et mes vacances, je me consacre déjà bien à mon blog qui parle de tant de choses. Son succès par ailleurs est plutôt dû à cette manière de communiquer, et je m’y tiens.

      Merci de ton commentaire, bon après-midi.

      Patrick.

  • Bonjour,
    Je découvre seulement aujourd’hui ce blog (alors que j’arpente le net vinique depuis 10 ans, mais il semble exister depuis moins longtemps), et le peu que j’ai eu le temps d’en lire pour l’instant me donne envie d’y revenir. En tout cas merci pour ce portrait de Caroline Bonville, que j’ai croisée sur 1 ou 2 salons, et dont le contact est toujours très agréable. Gros coup de coeur perso pour son Maury blanc, en outre (alors que j’ai de plus en plus de mal avec les sucres résiduels,en général), et ses rouges me semblent être d’un très bon rapport q/p

    • salut Eric,

      Merci de ton commentaire qui me fait énormément plaisir.

      Mon blog existe depuis 3 ans désormais et atteint une bonne vitesse de croisière en terme de lectorat. Mon leitmotiv est d’aller in situ, visiter et comprendre la vigne, le terroir, les hommes qui façonnent tout ça, et l’impact qu’ont ces interactions sur le vin. Bref, tout sauf un dégustateur d’antichambres où cireurs de pompes et pique-assiettes se succèdent à l’envi.

      Pour Caroline, no soucy. C’est une bonne de l’appellation, et je pense tout comme toi (je le reprends dans l’article) que ses VDP sont d’une facture irréprochable à prix tout doux.

      C’est pour moi aussi une belle rencontre.
      Merci de suivre mon blog, gourmandes salutations, et fais donc connaître Bourgogne wineblog auprès de tes amis !

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*