17 juillet 2012

à Fitou, le domaine de la Rochelierre : Jean-Marie FABRE : quelles volontés !

by Patrick Maclart

Jean-Marie FABRE, 37 ans, est à la tête du domaine de la Rochellière depuis 1990. Il reprend la suite de son père qui le reprenait de ses parents, qui avaient créé le domaine dans les années 30.

Jean-Marie FABRE a de l’énergie à revendre, et il l’utilise à bon escient : vigneron, responsable aux organisations officielles… L’homme de rugby aime à s’impliquer.

Le père de Jean-Marie était sous-directeur chez Citroën. Il quittera son travail pour reprendre le domaine. Alors en coopération, il tiendra un discours précurseur sur la création des caves particulières. La cave coopérative le laissera sortir, étant certaine qu’il se trompait… Las.


Il continuera sa vision d’anticipation en créant avec un agronome toute une série de produits et de fertilisants adaptés au terroir, et ce depuis 1979. Depuis, aucune molécule chimique n’est entrée dans le vignoble.

Jean-Marie n’avait pas l’idée de reprendre le domaine. Il fait l’école d’officiers de la gendarmerie. Cette carrière s’ouvrait à lui; « Je voulais me donner des défis, je jouais au rugby. En terminant deuxième de ma classe, je me voyais lieutenant après trois ans. Je n’avais pas du tout l’intention de reprendre le domaine. » me dit Jean-Marie. En venant donner des coups de mains durant l’été, il constate que des gens aiment le vin de son père, qu’ils apprécient la création et le fruit de ce terroir familial.

Il change du tout au tout. Sa maîtrise de chimie en poche, il prend la décision de suivre des études d’oenologie, et obtiendra son DNO à Toulouse, « ce n’était que deux ans de plus et je ne perdrai rien avec ce diplôme. » raconte Jean-Marie avec pragmatisme, qualité qui est une de ses forces.

un joli terroir, un palissage impeccable (c’est très important pour une bonne exposition foliaire, et c’est souvent rare dans le sud), de jolies plantes heureuses d’être là… Le vin qui en vient ne peut qu’être bon.

Une soirée alors que l’oenologue de l’époque s’étonne de la qualité et la fraîcheur des vins du domaine, il demande à rencontrer M. COUSINIER, cet agronome qui avait tant travaillé sur les terroirs. Jean-Marie comprend alors toute l’influence depuis le tout départ, depuis la culture. C’est cet évènement là qui le fera vraiment basculer en viticulture. Il reprend le domaine de son père en 1995. Et les changements vont s’opérer. De 30 hectares, le domaine sera ramené à 15, parce que Jean-Marie voulait se recentrer sur les bonnes parcelles, éviter de créer des vins de masse. Les sols calcaires et schisteux seront privilégiés, et ce afin de maîtriser les rendements, et donc produire des vins de qualité.

A la vigne, les traitements sont proscrits, même si le domaine n’est pas certifié bio. Du travail de sol, et un palissage de haut vol. Le chai est au centre du village de Fitou, et là encore les interventions sont minimales. Le vin se fait, seul… Jean-Marie n’est que le pilote.

La moitié de la production est vendue au caveau, aux clients de passage, et fidèles depuis des années. Un quart de la production sera vendue lors de salons, et le reste part à l’export : Japon, Philippines, USA, Allemagne, Belgique, Luxembourg.

Le résultat ? Des vins hyper-précis, savoureux, complets, racinaires. Jean-Marie met son coeur et sa science pour l’élaboration de ses vins, et la mission est accomplie.

domaine la Rochellière
Jean-Marie FABRE

17  rue du Vigné
F-11540  FITOU

tél. +33 (0)4 68 45 70 52
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, en compagnie de Jean-Marie. Merci l’ami pour le temps consacré ensemble, et d’avoir partagé ta table pour un pur moment de convivialité. Pour voir la vidéo réalisée avec Jean-Marie dans ses chais, CLIQUEZ ICI.

vin de table « cuvée des Asphodèles »
assemblage grenache blanc, vermentino et syrah, du millésime 2011 et dégusté en brut de cuve. Tout en pressurage direct. Nez discret, élégant, floral, un fruité en retrait. Car c’est justement l’élégance florale qui domaine. Bouche de pamplemousse doux, toujours de jolies notes florales, avec des acidités bien imbriquées qui tiennent le vin debout. Belle bouteille, un rosé différent, et de qualité !

vin de table « Camille »
assemblage 50 % vermentino, 30 % roussanne, 20 % grenache blanc, issu du millésime 2011 et dégusté brut de cuve. Très joli nez expressif, le boisé est un peu excessif, et ça domine l’ensemble olfactif de noisette et d’une fraîcheur complexe. La bouche dispose d’une belle attaque, avec pour l’instant une petite dissociation entre le boisé, et la chair qui devrait je l’espère se régler à la mise en bouteilles. Bonne longueur. On retrouve la roussanne en finale et à la rétro.

ici du bois, point trop n’en faut. Mais on aime à la Rochelièrre l’utiliser avec justesse.

Fitou « Tradition » 2010
40 % carignan, 30 % grenache, 20 % mourvèdre et 10 % syrah. Elevé un an en cuve. Nez sérieux, séveux, fruits noirs, graphite, cacao, myrte. Bouche de caractère, bien constituée, d’un classicisme certain, avec une attaque tonitruante, fruitée, mais sur des tanins souples. Le développement lui est plus sûr, plus élégant. Ca persiste en longueur; la rétro est sur un végétal frais et complexe, type herbes aromatiques.

Fitou « Privilège » 2010
malos en barriques 11 mois dont 30 % de fûts neufs. Mise en masse avant embouteillage. Nez de gelée de mûre, boisé, herbes de garrigue, bien fait. Bouche à l’attaque très belle, sur des tanins ronds et souples, avec des arômes qui doivent encore se faire. Le boisé est aujourd’hui un peu trop présent. Mais en creusant la vérité du vin s’exprime, avec du fruit mûr, du fruit noir, de la complexité, et une finale suave et épicée. Jolie rétro sur un fruité noir. Long.

Fitou « Noblesse du Temps » 2010
50 % mourvèdre, 30 % carignan, 20 % grenache, élevés 18 mois en fûts neufs. Très beau nez torréfié, tellurique, fruits rouges et noirs, complexe et beau. Très belle bouche concentrée sans lourdeur, au boisé superbement intégré, qui doit encore se fondre. Finale d’une fougue élégante, c’est concentré, ça a du caractère et de la longueur. La maîtrise du bois est heureuse.

Je me méfie souvent des cuvées « haut de gamme » en Languedoc. Souvent, elles sont excessives. Ici, de la fougue et un boisé bien présent, mais ce dernier va se fondre sans problème. Grande bouteille en devenir, indéniablement.

muscat de Rivesaltes 2011
assemblé à parts égales de muscat à petit grain et de muscat d’Alexandrie. Très beau nez de pêche blanche, de fleurs blanches, quelques notes de lychee, c’est élégant, fin et présent. La bouche est bien équilibrée, d’une sucrosité élégante et un mutage parfait. Finale fine et fraîche, d’une chair élancée. Long.

j’aime les muscats qui ont de l’allonge façon « foulée de trotteur de Longchamp ». Ici c’est le cas, avec des notes de fleurs blanches, et une fraîcheur qui donne envie d’en boire un deuxième verre. Excellent.

3 Responses to “à Fitou, le domaine de la Rochelierre : Jean-Marie FABRE : quelles volontés !”

  • ERBLAND Jean Paul

    Bonjour

    J’ai reçu dernièrement une bouteille de votre domaine, une « Cuvée Privilège » de 2009, n 5540.
    Je l’ai gouté aujourd’hui, il est délicieux et j’aimerais en acheter.

    Pouvez-vous m’envoyer vos tarifs sachant que j’habite en Alsace dans le 68

    Merci de me tenir informé et bonne journée

    Jp ERBLAND

    • Salut Jean-Paul,

      Merci de ta curiosité envers le blog. Toutefois, ce n’est pas au vigneron que tu écris, mais au blogueur qui a fait l’article !

      Je t’invite à prendre les coordonnées sur l’article et d’écrire au sympathique Jean-Marie qui se fera un plaisir de te répondre !

      Gourmandes salutations.
      Patrick

    • SEGER

      Je suis marchande de vins à Sierentz (Haut Rhin) et Lörrach et moi aussi j ai eu un Coup de Coeur pour les vins du Domaine de la Rochelierre et principalement la Cuvée Privilège
      disponible au magasin.
      Prends contact si interessé 06 87 97 27 85
      A bientôt. Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*