10 février 2012

la grande dégustation des merlots du Tessin : millésime 2009

by Patrick Maclart

La dégustation des merlots du Tessin « millésime 2009 » organisée par Giorgio BULONCELLI & Stefano GHISLETTA, blogueurs fous du blog « NONSOLODIVINO » (pour découvrir leur blog en langue italienne, cliquez ICI) fut non seulement un grand moment, mais aussi un moment rare.

Grand moment car je revois ainsi de vrais amis, viscéraux, avec la passion du vin ancrée au même endroit que moi, avec de la curiosité, de l’analyse, tout ça sans snobisme aucun. Reconnaître qu’un grand vin n’a pas forcément donné son meilleur à la dégustation est l’apanage du dégustateur intelligent.

Moment rare aussi, car le Tessin, c’est un peu plus de 1.000 hectares plantés, soit l’équivalent de Meursault, Puligny et Chassagne-Montrachet ensemble. Autant dire que les producteurs se comptent sur les doigts de trois ou quatre quidams. En réunir plus d’une quinzaine est donc un instant de rareté.

quelques participants bien concentrés, de gauche à droite : Nicolas ROSSIGNOL (domaine ROSSIGNOL-TRAPET à Gevrey-Chambertin), Arnaud CAGNI (la Grande Boutique du vin à Beaune), Thomas BOULEY & Nicolas ROSSIGNOL, vignerons à Volnay.

Pour cette dégustation, on se pressait. Quelques vignerons : Thomas BOULEY, Nicolas ROSSIGNOL du domaine ROSSIGNOL-TRAPET, passé en biodynamie), et Michel BUISSON de Meursault, un grand bonhomme. Sa fille Catherine participait elle aussi aux joutes.

Les cavistes étaient représentés par Arnaud CAGNI de la Grande Boutique des Vins à Beaune, dont le professionnalisme n’est plus à prouver.

Ils sont venus, ils sont tous là, comme dit la chanson. Un joli panel de blogueurs, caviste, vignerons, et tous attentifs à cette rare et belle dégustation.

La température de service était parfaite, de même que les verres. Les commentaires ci-dessous sont notés dans l’ordre de la dégustation. Elle s’est déroulée à l’aveugle, et tout le monde a joué le jeu, y compris les participants.

L’année passée, quasiment jour pour jour, une dégustation similaire avait eu lieu (pour voir copie de l’article, cliquez ICI). Les vins étaient alors en cours d’élevage. La note précédente vous est notée, pour bien démontrer l’efficacité toute relative d’une dégustation primeur, où des vins bambins ne peuvent pas forcément déjà parler. Les vins n’étaient pas forcément les mêmes, et je signalerai ceux qui n’étaient pas présents.

Merci encore à Stefano & Giorgio, mais je remercie aussi Marco et Graziano pour leur présence élégante et feutrée. Ce dernier s’est surpassé dans la confection d’un risotto d’anthologie qui nous a bien calés après la dégustation.

DEGUSTATION

Ce dimanche 20 novembre au gîte « les Ecureuils » à Meursault. Excellentes conditions, excepté la lumière, qui pourrait être bien meilleure. Les vins sont notés dans l’ordre de la dégustation, totalement aléatoire, choisi par nos amis blogueurs. Pour voir la vidéo réalisée durant cet évènement, cliquez ICI.

 

2009 EN QUELQUES MOTS

C’est un millésime réussi, rond, fruité, riche et concentré. Pourtant, peu de notes de surmaturité dans les échantillons dégustés. Les flaveurs partent sur le fruit rouge, essentiellement la framboise et la cerise, avec des notes butyreuses confirmant le beau murissement des raisins. Quelques notes de passerillage, très à la mode dans le Tessin, hélas, viennent gâcher le plaisir de dégustation de merlots frais, vivifiants. Cette dessication sur pied sensée concentrer les vins dénature pour moi le caractère dynamique de ces merlots. On ne sera jamais Saint-Emilion quand on est Tessinois. Le mieux est de justement défendre sa typicité tessinoise si belle, si fraîche. Fort heureusement, ce passerillage est pour l’instant mineur.

Les vins sont notés de **(*) moyen à ***** exceptionnel, avec des parenthèses pour nuancer. Les notes en ROUGE signalent les vins exceptionnels, celles en BLEU les vins mineurs. Je rappelle que la dégustation est un INSTANTANE et qui ne constitue en rien un jugement définitif ou une sentance évangélique.

1- « Emozione » – A.M. WEINGARTNER note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : non-présenté, c’était la cuvée « Amoroso » qui était présente (***)
nez marqué par l’élevage, cèdre, fruits rouges (framboises), intense, vanillé. L’attaque est souple, le développement est moyen, impression capiteuse, aux arômes pas très marqués. Finale aromatique, mais peu expressive.

2- « Pergole » – Fratelli MERONI note du jour : ***(*) – Note du 14.11.2010 : ***
nez fruité, fruits rouges, cassonade, fumé, vanillé. Attaque souple, le milieu de bouche est un peu sur la réserve. La finale est convaincante, où la fraîcheur, le fruit et une belle qualité de tanins s’expriment. Boisé bien imbriqué. Long et ample.

3- « Oro di Gudo » – merlot barriche – Cantina Pian Marnino note du jour : ***(*) – Note du 14.11.2010 : ****? (très bon avec bémol)
très beau nez intense, expressif, affable, pas d’une immense complexité mais sincère. Belle attaque souple, fruitée, florale, belle chair. Finale fine et fruitée. Lisible, de bonne consommation.

4- « Scerese » – Graziano GENETTI note du jour : **(*) – Note du 14.11.2010 : non-présenté
nez discret, un peu déviant, manque de netteté. Bouche dans le même esprit, l’expression est voilée, comme troublée. La finale est meilleure; la rétro un peu sur le fruit très mûr. Problème de bouchon ?

5- « Vindala » – Settemaggio – N. & R. MARCIONETTI note du jour : ****(*) – Note du 14.11.2010 : ****(*)
très belle couleur. Beau nez expressif, marqué par l’élevage, beau fruit. Très belle bouche : fruit net à l’attaque, c’est mûr, c’est rond et avec une jolie acidité pour rafraîchir tout ça. Très long, harmonieux, rétro magnifique. Mon préféré de la dégustation.

Vindala était l’un de mes préférés lors de la première dégustation, il est LE préféré de la deuxième. Rond, charnu, structuré tout en restant frais, c’est ce que j’attend d’un beau merlot.

6- « Novi dal Drunpa » – Mauro ORTELLI note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : ****(*)
nez de cerise rouge, boisé bien marqué, olfactif simple. Attaque souple, facile, développe sur une verdeur marquée, un végétal marqué. Finale asséchante. Vu la dissonance des notes, on peut se poser des questions sur l’élevage, peut-être trop long sur des bois mal adaptés.

7- « Arcotondo » – Tenuta San Giorgio note du jour : **** – Note du 14.11.2010 : non-présenté
beau nez aromatique, intense, mais restant fin : fruits rouges et noirs, épicé, notes terriennes. Belle attaque souple, très beau milieu de bouche fruitée, moelleuse, d’une certaine complexité. Jolie finale avec des tanins à la petite pointe amère. Ca devrait se fondre. A défaut d’émotion, il y a de la joie dans ce vin.

8- « Rovio riserva » – Rovio Ronco note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : ***
nez au fruité facile : cerise, arbouse, petite impression cuite, cassonnade. Attaque fraîche et simple, avec de la finesse dans la suite, un certain creux au développement. Finale moyenne.

9- « Riflesi d’Epoca » – Guido BRIVIO note du jour : ***(*) – Note du 14.11.2010 : ***(*)
couleur claire. Nez fin, fruits noirs, fumée. Bouche à l’acidité bien marquée, aux tanins serrés. L’expression arrive en finale avec des tanins marqués. Beau fruit en finale.

même si « Riflesi d’Epoca » n’est pas le meilleur, le plus spectaculaire, j’apprécie sa régularité mais surtout sa fraîcheur.

10- « Sassi Grossi » – Gialdi S.A. note du jour : **** – Note du 14.11.2010 : ***
couleur intense. Nez de cerise bien marqué, pointe mentholée, vanille. Attaque discrète, la vinosité est bien présente en bouche, avec du fruit bien mûr. Finale ample, mûre, longue. Très beau caractère, belle empreinte.

Sassi Grossi est une référence en tant que vin de merlot. Lors d’une dégustation dans un grand cru bordelais dont je tairai le nom, il était cité en exemple pour la qualité de sa chair et de ses tanins.

11- « Culdrée » – Trapletti note du jour : ****(*) – Note du 14.11.2010 : ***
couleur profonde. Très joli nez fruité, fumé, très beau fruit pour l’instant dominé par l’élevage. Bouche à la bonne attaque, qui développe bien sur un fruit moelleux et confortable, bien encadré par un tanin de qualité et de caractère. Finale tannique, butyreuse, avec une superbe rétro.

« Culdrée » était pour moi le second vin de la dégustation. J’ai aimé sa qualité d’élevage et son côté « crémeux-butyreux » qu’on retrouve dans les tout grands merlots.

12- « Arzo » – Gialdi S.A. note du jour : ****(*) – Note du 14.11.2010 : ****
nez de fruit éclatant : myrtille, fumée, encore simple mais ça va évoluer favorablement. Belle attaque en bouche, le fruité est bien mûr, très myrtille, cuir. La finale est intense, longue; le tanin est bien présent et précis. Superbe bouteille.

13- « Riserva » – Tenimento dell Or’ Agricolo note du jour : **** – Note du 14.11.2010 : non-présenté
joli nez de fruits rouges, frais et fin, certaine simplicité d’ensemble olfactif. La bouche a beaucoup de fraîcheur dès l’attaque, et c’est le moteur du vin jusqu’en finale, avec une belle expression. Belle longueur, vin sincère.

14- « Ronco dei Ciliegi riserva » – Az. Mondo Sementina note du jour : ***(*) – Note du 14.11.2010 : **(*)
nez fermé, alcool un peu marqué. Assez simple dans son expression. Bouche à l’attaque souple, au fruit mûr, acidulé et sucré. Finale souple, facile, tanin au retour un peu asséchant. Dans un style gourmand et flatteur.

15- « Platinum » – Brivio Vini S.A. note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : non-présenté
robe sombre. Très beau nez fumé, expressif et multidimensionnel. Belle attaque en bouche, mais le développement déçoit. Un élevage californien a gâché un fruit propre et net, une belle matière assurément. Ca planche un peu en fin de bouche. Dommage.

16- « IL 2009 » – Rovio Ronco note du jour : **(*) – Note du 14.11.2010 : non-présenté
nez discret, cerise amarena, en retrait. Bouche à l’attaque discrète; le développement manque de netteté. La finale sèche un peu les papilles et ça manque de joie tout ça.

17- « Synthesis » – Gianni Cristini note du jour : **** – Note du 14.11.2010 : ****
très beau nez : herbe fraîche, menthol, cerise charnue, complexe. Attaque toujours sur la fraîcheur, souple, fruitée, du velouté. Belle finale tannique. Dans un style propre, frais, net et droit. Et la performance est confirmée sur les deux dégustations; notons aussi un prix raisonnable par un vigneron dilletante; son principal métier étant banquier !

18- « Meride » – Fam. FAVINI note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : non-présenté
joli nez de cerise charnue, fraîcheur, élégant. Bouche coulante, fluide, facile, fruit assez court. La bouche n’a pas tenu les promesses du nez.

19- « Pizzorin » – Cantina Pizzorin note du jour : **(*) – Note du 14.11.2010 : ***
nez végétal, complexe, sureau. Bouche acide, alcooleuse. Vin fatigant.

20- « Rampeda » – frat. MERONI note du jour : ****(*) – Note du 14.11.2010 : ***(*)
nez discret, fruité, élégant, une magnifique complexité olfactive. Bouche à l’attaque souple, fruitée, complexe, forte minéralité. Finale vraiment belle, au tanin aujourd’hui marqué. Très profond et tellurique, j’achète. Meroni au sommet de son art.

les frères MERONI au sommet de leur art, avec la cuvée « Rampeda ». Tellurique, d’une profondeur inouïe, doucement boisé et bien concentré, il pourra lutter à l’aise face à de belles bouteilles de la rive droite de la Gironde, sans souci.

21- « Riserva del Ronco » – Vitivinicola San Matteo note du jour : *** – Note du 14.11.2010 : non-présenté
nez assez simple, cerise rouge, terrien, discret. Bouche souple, creuse, facile, peu de volume. La finale est vineuse mais sèche.

22- « Il Cavaliere » – Cantina il Cavaliere note du jour : ***(*) ? – Note du 14.11.2010 : ****
nez de cerise amarena, friandise, gourmandise. Bouche fluide, souple, un peu bousculée. Finale assez courte, mais les arômes persistent. Il serait bon de lui laisser une seconde chance.

« Il Cavaliere » est en général une belle bouteille de merlot tessinois. Ce soir là, il n’était pas sous son meilleur jour, avec une bouche assez courte au niveau de son expression. Il faut lui laisser une seconde chance.

4 Responses to “la grande dégustation des merlots du Tessin : millésime 2009”

  • Superbe travail, l’ami !
    je trouve tes notes très cohérentes avec les nôtres, entre tes mots on comprend ta passion pour le Tessin.

    • Merci Stefano de ton commentaire aussi flatteur que gentil ! Non, je sais qu’il y a sincérité dans ton propos.

      Mon premier contact avec les merlots du Tessin fut un Sassi Grossi 2000 ou 2001. C’était dans un grand Cru classé de Bordeaux, où le propriétaire demandait à son technicien d’avoir la moelle de ce vin comme modèle pour la facture du sien; c’est authentique !! Je tairai toutefois le nom de ce château.

      J’avais été époustouflé par la qualité de ce vin, à la fois moelleux, rond, intense et riche, et même si je lui trouvais un petit manque de complexité. Il avait toutefois la générosité et la sincérité dans ses poches. Des valeurs tessinoises somme toute, et que j’ai pu constater in situ il y a deux ans.

      Je n’oublierai jamais la réception que vous m’avez réservée et c’est aussi pour cela que je vous considère tous comme de vrais amis, car nous avons le même sens du partage et du plaisir.

      Tu sais comment je vais conclure ? non è bella la vita ?
      A bientôt l’ami.

      Patrick.

  • bdg

    Bonsoir,

    le Merlot fait partie de l’histoire de Bordeaux ! Nous on ne copie pas, le château Lagarosse et les autres n’ont que faire de ces plagiats.
    Amitiés

    • Bonsoir,

      J’avais déjà essayé de savoir qui tu étais, car tu m’avais déjà envoyé un commentaire, sans préciser qui tu étais, et de quelle région tu es. Il semble que maintenant on voit plus clair !

      J’aime bien en effet le respect de l’identité, même si tu utilises des mots forts. Les merlots du Tessin ne copient pas les vins de Bordeaux, quoique ces derniers temps les techniques de passerillage sur pieds sont mises en place pour s’approcher des extractions libournaises; chose que je réprouve. En effet, les Tessinois ont donné une belle identité au merlot, en lui apportant fraîcheur et concentration.

      Mais si je reprends ton propos « nous on ne copie pas », que peux-tu me répondre des dizaines d’hectares de syrah et chardonnay plantés en Gironde à « titre de test » ? Ca fait beaucoup pour un test, des dizaines d’hectares, non ?

      A l’heure de la mondialisation, défendre son identité est valeureux, être obtus l’est moins. Mais ton propos est plein d’intérêts.
      Amitiés, gourmandes salutations.

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*