28 novembre 2010

Bourgogne Wineblog et les merlots du Tessin suisse – millésime 2009

by Patrick Maclart

Le 14 novembre 2010, j’ai été convié par mes amis Stefano GHISLETTA et Giorgio BULONCELLI, maîtres du fameux blog suisse nonsolodivino, en langue italienne, à la fameuse dégustation des merlots du Tessin « millésime 2009 ».

une grande partie de la production tessinoise était présente à la dégustation.

Cette année, quelques convives vignerons ou critiques étaient invités. Giorgio et Stefano ont préféré faire l’impasse sur le millésime 2008, qu’ils estiment d’une qualité discutable. Pour tout ce qui touche la théorie de la région du Tessin, je vous invite à lire l’article déjà publié sur mon blog, en CLIQUANT ICI. Cette dégustation, comme celle des 2007, a eu lieu à l’aveugle, et nos amis avaient bien pris soin de masquer les bouteilles, et d’assurer un classement aléatoire aux bouteilles.

Toutes les bouteilles étaient masqués, le jeu a bien été respecté.

Un auditoire attentif, puis conquis !

En préambule, Giorgio donne un petit cours théorique sur sa région, pour parler des cépages, des climats, des méthodes…

La nouvelle Miss Météo de la TSI ? Non, c’est Giorgio qui nous fixe le Tessin sur une carte improvisée…

Par la suite, la dégustation a commencé, dans un rythme autant agréable qu’efficace.

DEGUSTATION

Mon avis sur le millésime 2009 dans le Tessin est que la date de vendanges a dû être primordiale. Certains vins présentaient des notes de surmaturité, qui n’ont rien à voir avec les notes de passerillage qui sont à la mode dans cette région. L’ensemble des échantillons (à part peut-être une exception) étaient prélevés sur barrique. Après un voyage de 500 kilomètres en voiture, certains vins n’étaient pas au faîte de leur forme. Il faut donc bien relativiser les notes retranscrites. Celles ci-dessous sont mes notes personnelles.

Bien que mûr, riche et rond, ce millésime m’a moins séduit que le flamboyant et racé 2007, que j’ai trouvé plus abouti, avec des acides plus présents, qui apportaient fraîcheur et structure vineuse. Minorons toutefois, 2009 sera une très belle année en Tessinois, et il sera indispensable de les déguster à nouveau une fois en bouteille.

Les vins sont cités dans l’ordre présenté par nos amis. Le prix annoncé est celui du public, enlèvement cave. Il n’est donné qu’à titre indicatif.

Voir mon avis vidéo filmée par nonsolodivino EN CLIQUANT ICI.

1- ROVIO riserva – 22 €
*** nez lacté, butyreux, framboises, l’élevage est marqué. La bouche est souple, fruitée, nette, mais pas de grande dimension. Belle finale fine et droite. Style léger.

2- BRIVIO Riflesi d’Epoca – 27 €
***(*) nez assez profond, fruit noir, pointe végétale. Bouche à l’attaque marquée par le fût, mais développe bien. Alcool un peu marqué à ce stade. Beau développement sur le palais. Bonne finale. Bonne bouteille.

3- fatt. il Cavaliere « IL CAVALIERE » riserva – 30 €
**** très beau nez spectaculaire, marqué par le fût, mais grande impression de qualité. Framboises, vanille, toasté. Bouche un peu bousculée, un poil asséchante, malgré une belle matière. A revoir. C’est concentré.

Un peu bousculé lors de la dégustation en bouche, la structure est impressionnante et le nez spectaculaire.

4- VINDALA « SETTEMAGGIO » – 30 € environ
****(*) nez fermé, légère réduction, fruits rouges. Bouche coulante, fluide, fine, mais bien constituée. Personnel, bien frais, finit long. Très belle impression d’ensemble.

profond, riche et intense, Vindala s’impose comme l’une des plus belles bouteilles de la dégustation.

5- RONCO DI CILIEGI – 24 €
**(*) nez au végétal frais, fumé, framboise. Bouche fine, beau tanin. Grande vinosité. Harmonieux.

6- Kauffman « PIO DE LA ROCCA » – 33 €
** Nez très mûr, banane, un peu lourd. Bouche elle aussi un peu lourde, tanins et vin dissociés, sec, à revoir (passerillage ?).

7- Fratelli Meroni « RAMPEDA » – 24 €
***(*) nez de fruits mûrs, un peu figué, notes évoquant le tabac. Bouche mûre, fruits passerillés. Bonne finale longue, dense et concentrée. J’ai reconnu le style des excellents frères Meroni à l’aveugle.

8- Trapletti « CULDREE » – 40 €
*** nez cerise, minéral, bien équilibré, complexe. Bouche fine, agréable, standard dans un bon esprit. Belle maturité sur le plat de la langue. Bonne longueur.

9- Feliciano Gialdi « SASSI GROSSI » – 30 €
*** Cette superstar du Tessin s’est avérée très difficile à déguster ce jour. Elle l’a vraiment joué « star » !

10- AMOROSO WEINGARTNER – 18 €
*** couleur pâle. Nez fruité, net, propre, complexe et frais. Bouche fraîche, tendue, acidulée. Finale fraîche, un peu court, pas typique.

11- Gianni Cristini « SYNTHESIS » – 20 €
**** nez frais, bien fait, fraîcheur bien présente, fruits rouge. Alcool un peu marqué à ce stade d’élevage. Bouche fine, fraîche, bien constituée, succulente, avec de beaux arômes fruités. Finale longue et légèrement toastée.

12- Tenuta san Giorgio « CRESCENDO » – prix non communiqué
? nez marqué par l’élevage, impression acétate. Bouche bien faite, volatile marquée. A revoir.

13- Giancarlo Pestaio « PIZZORIN » – 27 €
*** nez friand, gourmand, muscaté, rose, curieux pour un vin rouge; il évoque un vin blanc au nez. Bouche fine, légère, certaine vinosité très fruitée. Belle finale, dans un style fruité. Structure légère mais agréable. Gourmand et léger.

14- Tenuta Giarldi « ARZO » – 18 €
**** nez frais et profond, fruits rouges, notes vanillées. Bouche souple, fruitée, fruits rouges, élégante, d’une belle personnalité. Fluide et long.

15- fratelli Meroni « PERGOLA » – 20 €
*** C’est la nouvelle dénomination du « riserva », que j’avais tant apprécié en millésime 2007. Ici, le vin est moins à son avantage. Nez bien fait, vineux, très merlot, petite pointe cacaotée. Bouche plus décevante, un peu plate. La fin de l’élevage lui fera du bien. Les tanins sont chauds.

16- Maoro Ortelli « NOVI DAL DRUMPA » – 22 €
****(*) nez intense, net, propre, framboise, profond, notes de terroir. Riche et frais. Bouche fraîche, riche, propre et fruitée. Belle ampleur qui se joint à une superbe longueur. Dans un style frais et profond.

Profond, frais, long et ample. L’habillage est « personnel » mais le jus dedans est extra.

17- Tiziano tennamenti « ORO DI GUDO PIAN MARNINO » – 27 €
**** ? Nez intense, superbe, rayonnant, cerise rouge nette, multidimensionnel. Bouche fraîche, intense, riche, ça souffle ! Equilibre, intensité, long. L’expérience que j’ai de bouteilles plus anciennes me donne la certitude qu’il va falloir le déguster à nouveau une fois en bouteille pour être certain de la qualité.

One Response to “Bourgogne Wineblog et les merlots du Tessin suisse – millésime 2009”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*