8 juin 2011

Dégustation de grands domaines d’Alsace à Strasbourg, avec Vinblog.

by Patrick Maclart

Il y a quelques mois, j’étais invité par l’inventif Christian PENNEAU, ludion blogueur et voyageur à une dégustation de grands domaines alsaciens, qu’il avait lui-même réunis dans un cadre somptueux à Strasbourg. Si cette concentration d’immenses talents n’a pas été un succès populaire, il a eu le mérite de constater que les Alsaciens étaient toujours prêts à partager leur travail, leurs émotions, leur savoir-faire, avec des visiteurs quelqu’ils soient.

De mon côté, j’ai comme à mon habitude dégusté l’ensemble des participants à concurrence d’au moins deux vins, sauf un vigneron dont les vins se dégustaient très mal. Par décence, je tais son nom.

On pouvait aussi remarquer la présence du très remarqué justement Emmanuel DELMAS, qui, avec son blog du Sommelier, qui a lui aussi mis les mains dans le charbon pour déguster le maximum de vins. Il était tout aussi enthousiaste que moi, et la fin de soirée entre nous trois blogueurs était drôle, joyeuse, rieuse… Bref tout ce que le vin doit apporter.

d’accord : la finale a peut-être été « joyeuse », « rieuse »… Mais bon sang, ça fait partie du vin tout ça ! De gauche à droite : Emmanuel DELMAS (le blog du sommelier), Christian PENNEAU (vinblog.fr), et moi-même.

Ma conclusion concernant cette dégustation : les domaines les plus connus ne sont pas forcément les meilleurs. Je suis étonné du prestige et de l’aura de quelques-uns (absents de la soirée, bien sûr), surtout comparés au déficit d’image de grands domaines tels que LOEW ou PFISTER qui ont vraiment brillé de mille feux cette soirée un peu sombre par le manque de visiteurs et autres curieux. J’ai constaté aussi la force vive de la jeunesse vigneronne dans cette superbe région; ça m’a rassuré. Cette soirée a été l’un des plus hauts niveaux de dégustation d’Alsace auquel j’ai participé à ce jour.

Ci-dessous l’ensemble de mes notes de dégustation. Ma cotation démarre de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Des nuances viennent bien sûr moduler certaines cotes.

Bonne lecture. LES NOMS DES VIGNERONS SONT DES LIENS ACTIFS VERS LEUR SITE INTERNET !

ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment déterminé. Jamais une note ne doit être considérée comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui tente à projeter le vin dans un futur.

Roland SCHMITT – Bergbieten

****(*) riesling « Altenberg » de Bergbieten – Grand Cru 2008
Tendu, droit, minéral, le sol marneux et gypseux donne un riesling vertical : bouche à l’attaque tendue, droite. Le fruité type « pêche blanche » arrive en milieu de bouche. Finale tout en finesse.

*** Pinot gris « Altenberg » de Bergbieten – Grand Cru 2009
nez fin, coing, terrien. Bouche fine, élégante, petite pointe de gaz. Dans un style fin et élégant. Belle longueur.

***(*) Gewurztraminer « Altenberg » de Bergbieten – Grand Cru 2008
nez nettement sur le litchi, l’attaque est souple, partant sur un joli fruit. Ça se termine avec de beaux amers qui encadrent l’ensemble gourmand et élégant.

Louis SIPP – Ribeauvillé

****(*) riesling « Kirchberg » de Ribeauvillé – Grand Cru 2006
Nez très complexe, très floral, superbe. Petites notes d’aubépine. Bouche tendue mais enrobée, concentrée, du caractère et de la puissance en milieu de bouche. La finale est variétale, du caractère dans l’ensemble.

***(*) Pinot gris « Kirchberg » de Ribeauvillé – Grand Cru 2008
Impression directe de grand vin au premier nez, grande vinosité, pointe de mirabelle en fond de nez. Bouche bien faite, puissante mais classe, dans un style tendu avec la richesse du cépage. Cette puissance s’exprime surtout en finale avec un style personnel, très beau.

de grands vins de terroir, riches, concentrés, longs, de garde… Pas forcément évidents à comprendre pour le commun des mortels; moi le premier.

**** Gewurztraminer « Osterberg » – Grand Cru 2007
Nez fin, subtil, complexe, surtout floral (églantier, fleur blanche). Minéral en fond de nez. Bouche fine, coulante, un peu sur le sucre. La trame acide arrive en fin de bouche. Belle rétro étonnante sur une pointe de noisette.

Domaine PFISTER – Dahlenheim

****(*) Cuvée « 8 » – 2008
assemblage de riesling (majoritaire), gewurztraminer, pinot gris et muscat. Nez complexe et délicat, mais à ce stade un peu fermé sur lui-même. La bouche est riche, racée, gastronomique, tout en étant tendue. Finale droite, avec une rétro fraîche sur l’acidité. Très belle bouteille.

****(*) Riesling « Engelberg » – Grand Cru 2007
Très riesling au nez, avec sa petite pointe de nez pétrolée déjà. Floral, petits fruits jaunes. Bouche bien fraîche, sur le cépage. De la concentration en finale. Rétro variétale.

Mélanie PFISTER enlève haut la main ce « contest » qui n’en était pas un. Mais sa gamme, en plus d’être superbe, est joliment habillée. La jeunesse alsacienne dans toute sa splendeur !

**(*) Gewurztraminer « Altenberg » vendanges tardives – Grand Cru 2007
nez amusant évoquant la pâtisserie. La bouche est fine, agréable, avec des arômes de thé. Dans un style fin et élégant.

Emile BEYER – Eguisheim

****(*)  riesling « Pfersigberg » – Grand Cru 2007
Nez très riesling, pamplemousse, carambole. Bouche tendue, riche, pleine, verticale. Du vin, finale longue, ample, riche, profonde. Grand, grand, grand…

Des fruits acidulés, un nez net, une bouche tranchante et tendue, une finale longue… Grand vin.

**** pinot gris « Hohrain » 2007
Nez axé sur le fruit (poire) avec une impression plus riche (cire), avec une pointe miellée. Bien dans son cépage. La bouche est harmonieuse, riche, sans excès. Belle finale « classe », dans un esprit de grand vin.

?? « l’Instant Rare d’Emile » 2007
Il s’agit d’un pinot blanc récolté en surmaturité et élevé en fûts. Le nez est complexe : nougat, miel, fruit jaune (pomme golden). La bouche est complexe, riche, grasse et parfumée. Finit un peu court. C’est vraiment un instant rare !

maison LISSNER – Wolxheim

***(*) Riesling « Altenberg » – Grand Cru 2008
Nez de pomme, minéral, encore sur la retenue. Bouche tendue, minérale, citronné, fin de bouhe bien tracée. La pomme revient sur la rétro.

*** Riesling « Altenberg » – Grand Cru « vendanges tardives » 2007
Nez discret, délicat, petites pointes de fruits jaunes. Attaque tendue, petit perlant, développe sur un côté « tarte aux pommes » et une pointe minérale. Bonne finale.

** Pinot noir « barrique » 2009 (brut de fût)
Robe claire, nez sur le bois, la banane, le Havane, fruits en arrière du nez. Bouche forte, axée sur le bois, le fruit arrive en milieu de bouche (seulement), vers la finale qui s’avère être plus intéressante que tout le reste.

si le public a boudé la manifestation, les vignerons n’ont eu que plus de temps à nous consacrer ! Alléluia !

Marcel DEISS – Bergheim

***(*) Engelgarten – « 1er cru » ( ??) 2007
Assemblage. Nez fin, délicat, riesling apparemment dominant, floral, petite pointe végétale. Bouche fine, florale elle aussi, profonde tout en gardant un joli gras. Belle finale fine.

*** Rotenberg – Bergheim 2007
Nez difficile, complexe mais beau, minéral et citronné. Bouche sur la chair de pomme, épicée, minérale. Belle finale sur le raisin blanc.

****(*) Brug – Bergheim 2007
Grand caractère au nez, beaux parfums de fruits jaunes, miel. Bouche bien faite, tendue, corsée, très complexe sans être tortueuse. Très long.

*** Huebuhl – « 1er cru » ( ??) 2005
Nez de pomme mûre, floral, un côté « lavande » qui met beaucoup de complexité à l’ensemble olfactif. Du miel frais en fond de nez. Bouche personnelle, complexe, grasse, sans excès, plutôt axée sur l’harmonie et une précision des arômes, bien qu’étant complexe. Très belle longueur.

****(*) Altenberg de Bergheim 2007
La première impression est un grand vin, notes miellées. Bouche très concentrée, riche, maturité élevée, tout en étant profond. Longueur phénoménale, très grand bien que nez et bouche ne soient pas du tout faits, et sont encore sur la réserve.

Difficile d’expliquer pourquoi ce vin est grand, en mots clairs et compréhensibles… Une grande partie du contenu est émotion.

domaine ROLLY-GASSMAN – Rorschwihr

***(*) riesling Pflaenzerreben de Rorschwihr 2000
nez tendu, minéral, végétal, pointe florale en fond de nez. Bouche ronde, plaisante, prête, ananas, un peu exotique. Bonne longueur.

***(*) riesling de Rorhschwihr « vendanges tardives » 2000
nez très riesling, évolué, minéral, toujours sur des notes d’ananas. Bouche étonnante, car le sucre a été comme « mangé ». Bonne finale de caractère, sur les épices douces.

****(*) gewurztraminer « Stegreben » de Rohrschwihr « cuvée Anne-Marie » 1994 (ouf !)
nez d’ananas, de banane fraîche. Bouche fruitée, épicée, petite note d’évolution en milieu de bouche, mais la fraîcheur revient en finale avec des épices douces. Evocation de voyage à Zanzibar, Pondichéry…

quelle est la façon la plus économique de voyager dans les anciens comptoirs des Indes, des îles à épices ? En buvant ce vin ! Il vous emmenera dans de lointaines contrées… A boire avec l’être cher, dans des moments d’hédonisme pur.

***(*) gewurztraminer « sélection de grains nobles » 1989
nez plus variétal, jasmin, fond de nez sur la lamelle de champignon, truffe. Bouche souple, fruitée, belle longueur.

domaine JOSMEYER – Wintzenheim

*** riesling « le Dragon » 2007
nez riesling, tendu, minéral, citron, simple mais bon. Bouche tendue, droite, mais s’assouplit en milieu de bouche. Finale discrète.

****(*) pinot gris « Brand » Grand Cru 2004
nez réservé, pomme au four, coing, floral, mais on sent qu’il y a du vin et du caractère ! Bouche riche, pleine, pas de sucre résiduel (ou peu), sincère, avec de très beaux amers, qui rendent ce vin hautement gastronomoique.

un pinot gris concentré, riche, épicé, de caractère, et sans sucre pour la haute gastronomie : j’adore !

*** gewurztraminer « les Folastries » 2009
nez un peu fermentaire, levure de bière, amers marqués. Bouche bonne, bien faite, à l’attaque très vineuse; belle finale. Doit se centrer, bien meilleur en bouche.

Hospices de Strasbourg – Strasbourg

***(*) riesling 2008 « Willy Gisselbrecht »
nez de pomme verte, vinosité. Bouche ronde, riche, fruitée, trame acide bien imbriquée. Finale concentrée.

Un riesling bien fait, avec un élevage sur fûts pas marqué, pour respecter la minéralité de l’ensemble. C’est bien.

*** klevener de Heiligenstein « cuvée E. Wurtz » 2008
notes légères de noix fraîche, champignon, fraîcheur mentholée. Bouche stricte, austère, la structure du vin est intéressante et concentrée, mais les arômes doivent se centrer. Belle finale mûre.

**(*) muscat « Marie Forburger » 2003
nez de muscat, toujours un côté mentholé, expression boisée marquée… Curieux. Bouche sèche, vineuse, mais compliquée pour moi. Finale concentrée.

domaine LOEW – Westhoffen

**** riesling « Ostenberg » 2008
très beau nez intense, vineux, pointe citronnée. Bouche bien faite, intense, zestée. Le variétal est très présent dans le milieu de bouche, et simplifie un peu celle-ci. Toutefois, le vin est très jeune et va se faire. Finale tendue et zestée.

***** sylvaner « vérité » 2009
nez un peu fermé, pomme verte, un côté « végétal-buisson », terrien. Bouche concentrée, beaux amers, superbe végétal frais et mûr, et toujours ce côté « chair d’escargot fraîche » qui qualifie le variétal de ce cépage. Finale mûre et concentrée. Superbe.

dans une gamme où tous les vins sont presque parfaits, j’ai relevé ce sylvaner « Vérité ». Réussir sur des grands crus, ma foi… Mais réaliser un vin d’un soi-disant « petit cépage » et en faire un tel nectar, je dis bravo, et je retends mon verre !

***(*) pinot gris « Bruderbach – clos Marienberg »  2008
nez un peu fumé, petits parfums fermentaires, poire juteuse, noisette. Bouche coulante, belle vinosité en milieu de bouche. Finale fine et tendue.

AGAPE – Vincent Sipp – Riquewihr

**** pinot noir « B » 2008
nez convaincant de petites cerises. Bouche croquante, chair de cerise, pointe vanillée. Finale soyeuse, fine et fruitée.

La grande intelligence du domaine Agapè dans l’élaboration de son pinot noir ? Avoir été mollo sur l’extraction. Ce pinot noir est d’un soyeux… J’aimerai en trouver plus souvent de ce type en Alsace.

*** Riesling « Rosacker » Grand Cru 2008
nez typique de ce finage, citron, floral marqué. Bouche coulante, fruitée, légère, sans vice ni vertu.

***(*) gewurztraminer « Schoenenbourg » Grand Cru 2008
nez net, droit, rose, côté végétal qui sert bien le nez. Bouche coulante, fine; la moelle vient en milieu de bouche. La finale est par contre aérienne, complexe. Bien fait.

2 Responses to “Dégustation de grands domaines d’Alsace à Strasbourg, avec Vinblog.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*