6 mars 2012

à Gigondas, le domaine Saint-Damien : puissance pure, maîtrise bio.

by Patrick Maclart

Joël SAUREL, 55 ans, la moustache glorieuse, est à la tête de ce domaine depuis… toujours. C’est en effet un domaine familial. Joël est le dernier d’une famille de 7 enfants. Depuis 5 générations, la relève est assurée par l’un de ses deux enfants, Romain, qui a aujourd’hui 20 ans et assurera la sixième et suivra très probablement un DNO à Montpellier. Annie, l’épouse, s’occupe de l’administration du domaine.

Joël SAUREL est un vigneron humble en paroles mais efficace en actes. Sa conversion en bio, vu son parcours et son âge, le confirme.

Le domaine est en conversion bio depuis 2009; le label sera effectif pour le millésime 2011. Mais pourquoi ce vigneron, qui n’a fait que « l’école de la vigne », a tout à coup pris cette décision ? « C’est une idée qui me trotte dans la tête depuis une quinzaine d’années. Je trouvais dégueulasse (sic) les produits que j’étendais sur mes vignes. J’ai donc arrêté tous ces produits de synthèse depuis 1996. Mais je n’aimais pas la paperasse. Romain, mon fils, a été le catalyseur de cette bonne décision »,  me raconte Joël avec justesse.

Le domaine s’étend sur 25 hectares, dont 11 sur Gigondas. Le reste est en côtes du Rhône et en vin de table. 70.000 bouteilles par an, il n’y a plus que le vin de table à être vendu au négoce. Si vous prenez vos calculatrices, vous constaterez le ridicule des rendements.

les foudres pour élever les Gigondas, pour leur préserver les vrais arômes de ce beau terroir.

Le travail à la vigne est bio, mais l’arrêt des désherbants date de 1995, comme tous les produits de synthèse.

Au chai, les vendanges sont manuelles sur Gigondas. Le tri se fait à la vigne. Cuvaison de 6 à 7 semaines en cuve béton, remontage, délestage et depuis peu des pigeages. L’élevage durera une douzaine de mois en foudres et cuves, pas de fûts ou alors très peu. Pour le millésime 2007, 24 mois d’élevage. « Mais c’est exceptionnel », rétorque Joël.

Au final : des vins concentrés, authentiques (pas de syrah ou si peu, que grenache et mourvèdre), aux tanins carrés mais assimilables, aux notes fruitées, intenses, sanguines… Bref, le vrai Gigondas.

Le marché ne se trompe pas. 90 % de la production part à l’export : Suisse, USA, Danemark, GB, Belgique, Canada.

Allez rendre visite à ce domaine où l’accueil est véritable, authentique et typique d’une vraie famille vigneronne.

Domaine Saint-Damien
Joël & Annie SAUREL

lieu-dit « la Beaumette »
F-84190  GIGONDAS

tél. +33 (0)4 90 70 96 42
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, en présence du vigneron. Merci Joël de ta simplicité et ta sincérité.

Gigondas « vieilles vignes » 2007
Rendement de 25 hectos/hectare. Elevé 24 mois, mis en bouteilles sans collage ni filtration. Robe très foncée. Nez intense, dominante grenache (plantés en 1964), et ça se sent : prune fraîche, un côté floral, étonnant, crème de cerises. Excellente bouche, construite, prunes, tabac blond, tanins anguleux mais veloutés. Très long. Une certaine tension acide qui rafraîchit l’ensemble.

La gamme est habillée traitionnellement. Je n’ai pas eu le plaisir de déguster les côtes du Rhône.

Gigondas « la Louisiane » 2007
La Louisiane est un lieu-dit de sol pauvre à cailloux rouges. Les rendements sont microscopiques (moins de 20 hectos/hectare). Là, dans l’assemblage, quelques gouttes de cinsault et de syrah. Le nez part sur la prune fraîche, complexe, très « terre fraîche », violette (et pourtant, pas un pet de syrah). Bouche onctueuse, mais stricte, bien encadrée par des tanins à l’autorité marquée. Finale droite, profonde. Longueur phénoménale.

Le terroir de la Louisiane, des sols aux éboulis de cailloux rouges… Une grande finesse dans la concentration

Gigondas « les Souteyrades » 2007
Un sol argileux blond et lourd, des grenaches plantés en 1948, alléluia, tout est prêt pour faire un grand vin. Bingo ! Un nez intense, superbe, fruits noirs, minéral, cerise. La bouche est immense, une cathédrale, opulent, épicé, réglisse, grande vinosité, des tanins riches de par la présence des 20 % de vieux mourvèdre. L’un des plus beaux Rhône pour moi. Longueur incroyable (plus de 20 secondes). Achetez !

Viril, mais poli par 24 mois d’élevage, le Gigondas « les Souteyrades » 2007 est une bouteille vraiment impressionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*