27 avril 2012

à Châteauneuf-du-Pape : le domaine de la Côte de l’Ange : du partage, du plaisir, du bonheur simple.

by Patrick Maclart

Yannick GASPARRI et son épouse Corinne, 43 ans tous les deux, sont installés au domaine depuis 1988. Le domaine s’appelait auparavant Jean-Claude MESTRE, qui est le père de Corinne. Au départ, Yannick ne se destinait pas à la vigne. Il était mécanicien, maçon… Et la rencontre avec la charmante Corinne changera désormais tout.

Yannick et Corinne GASPARRI donnent l’impression d’être exactement à leur place, leur bonheur est simple. Leur sens du partage de leurs vins en dit long sur leur état d’esprit, simple, joyeux et heureux. Votre visite ne sera qu’un bon moment.

Il s’est lancé dans la reprise du domaine, anticipant le départ de Jean-Claude. Il a donc suivi un BEPA agricole, et pour le reste, il a fait l’école de la vigne ! « J’ai toujours voulu m’occuper du domaine, j’allais aux vendanges, je mettais en bouteilles avec mon père. » me déclare Corinne avec tant de sincérité. « Ma mère me poussait aux études, et moi je poussais pour aller aux vignes ! ». Forcément, entre Corinne et Yannick, ce fut la rencontre qu’il fallait. Pour éviter toute confusion dans les noms avec l’arrivée de Yannick, c’est la marque du grand-père qui va donc renaître de ses cendres : le domaine de la Côte de l’Ange.

la côte de l’Ange est le nom d’une parcelle de Châteauneuf. Constituée d’argiles particulières, elles sont gluantes lorsqu’il vient de pleuvoir, mais sèche très rapidement, la rendant très dure… Il faut bien choisir son moment pour la travailler ! Elle a été surnommée « la Cayenne » par notre couple.

Aujourd’hui, la propriété s’étend sur 19 hectares, dont 15 en Châteauneuf-du-Pape et 4 en côtes-du-Rhône. 10 hectares en pleine propriété, essentiellement des rouges, il n’y a qu’un hectare de blancs. Les parcelles sont sur le coteau de l’Ange (d’où le nom du domaine), Pradelle et la Nerthe pour la plupart. On élabore ici 40.000 bouteilles de Châteauneuf, 10.000 de côtes-du-Rhône, et un peu de vente au négoce.

A la vigne, le travail est raisonné. Corinne et Yannick ont déjà pris la décision d’arrêter totalement les désherbants. Tous les sols sont cavaillonnés, binés. Et le bio ? « Je ne veux pas me prendre la tête, et puis j’ai des vignes dangereuses. Je suis plus que raisonnable sur le dosage des produits, je travaille la confusion sexuelle pour lutter contre les insectes. Et on a été parmi les premiers à le faire ici. » me déclare avec conviction l’ami Yannick.

les Mestre, famille réputée de Corinne, avaient une influence à Châteauneuf. Le chemin qui mène à la côte de l’Ange porte le nom de l’aïeul.

Les vendanges sont manuelles, comme l’impose le texte du décret d’appellation. En remorque à l’arrivée au chai, les raisins seront éraflés, foulés par cépage séparé. Fermentations en cuve ciment vitrifié. Un délestage par jour. Pour la cuvée « Secret de l’Ange », les fermentations auront elles lieu dans une cuve bois tronconique fermée. Un soutirage, puis un entonnage pour partie en foudres, le reste en cuves. Un an d’élevage, la mise en bouteilles se fait traditionnellement en février. Les vins ne sont pas collés, mais une filtration légère pour la sécurité.

Pour les vins blancs, les raisins arrivent au pressoir, 1 heure et demi pour presser, puis 48 heures de débourbage sans enzymage ni levurage. Mais parfois, dans certaines années difficiles, les fermentations seront aidées par un peu de levures, mais c’est rare. Fermentation alcoolique en cuve inox, malos bloquées. Une partie des vins sera par contre élevée sur fûts (20 % environ) dont 50 % de fûts neufs, avec quelques batonnages. Mise en bouteilles en juin, pas collé, mais une filtration (tangentiel) de sécurité.

Les marchés export correspondent à 50 % du volume de production, avec pour marchés principaux les USA, le Canada, le Danemark, l’Irlande et la Belgique.

Au final, des vins de bonne tenue, de bonne concentration, mais non dénués de finesse, d’émotions et d’expressions. « On fait des vins traditionnels mais on y met un peu de modernité, on ne surextrait pas, on égrappe. Mais on fait surtout parler le terroir, avec des vins qui tiennent, des grands vins de terroir avec une certaine solidité ! » m’affirme Yannick avec tant de conviction. Je pense qu’il fallait laisser à Yannick et Corinne le soin de paraphraser ce chapitre. La presse nationale et internationale est par ailleurs aussi enthousiaste que moi.

Allez rendre visite à l’un des couples les plus sympas de la région. L’accueil est dans leur patrimoine génétique, et ils aiment vraiment leurs clients. Pour preuve, m’étonnant de l’absence de l’autocollant « VISA-MASTERCARD » sur la façade de leur caveau, Corinne me répond : « Ici, les gens viennent pour nous rencontrer, nous découvrir. Je ne veux pas que dès qu’ils franchissent la porte ils aient l’impression de devoir acheter, d’être chez un marchand. Ici, si les vins convainquent, ils seront vendus. ». Dans cette vision des choses, ce couple et moi avons un grand point commun : le partage et le plaisir. C’est probablement pour cela que j’aime ces vignerons.

domaine de la Côte de l’Ange
Yannick & Corinne GASPARRI

9  la Font du Pape
F-84230  CHATEAUNEUF-DU-PAPE

tél. +33 (0)4 90 83 72 24
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci encore à vous deux pour tout ce temps passé ensemble, cette balade dans les vignes, ce déjeuner, tout ça reste un très beau souvenir. Merci. Pour voir la vidéo réalisée avec Yannick, cliquez ICI.

une gamme très bien faite, avec un blanc ambitieux, et un « Secret de l’Ange », élaboré avec le mourvèdre, est une véritable bouteille d’intense plaisir.

Châteauneuf-du-Pape blanc 2010
constitué de grenache blanc, clairette blanche, bourboulenc et roussanne. Nez très élégant, floral, pétale de rose, joli. Bouche ronde, bien structurée en fond, mais la finale est un peu asséchante, ce qui traduit une mise récente. Ca partira sans aucun doute, c’est certain. Belle rétro sur un fruité mirabelle.

Châteauneuf-du-Pape rouge 2007
70 % de grenache, 20 de mourvèdre et 10 de syrah. Nez élégant, fruité frais, fraise, un côté minéral, fin et complexe. Bouche fine, élégante, parfumée, garrigue, un côté sauvage mais « classe », dompté. Pas de surextraction, jolie finale gastronomique. Beau vin de restaurant.

dans l’élégance des parfums, d’une belle structure fine, le Châteauneuf classique représente une belle bouteille de restauration.

Châteauneuf-du-Pape rouge 2006
nez plus riche, plus fruité, toujours cette complexité olfactive : olives, fumée. Bouche au beau volume, toujurs sur la finesse, joli tanin fin, élégant. Finale longue et élégante. La rétro est aromatique, sur la petite prune.

Châteauneuf-du-Pape rouge « vieilles vignes » 2006
80 % de grenache, le solde en mourvèdre. Vignes plantées en 1910. Nez cacaoté, chocolat, pulpeux, complexe. Bouche très mûre, prune, chocolat, épices. Tanin musclé mais rond, typique des vins de grenache. Finale vineuse; la matière persiste sur le plat de la langue à la finale. Personnel, très long.

la cuve tronconique fait son grand retour dans les chais, et là chez Yannick. Pour notre bonheur, il a adapté totalement ce mode d’élevage.

Châteauneuf-du-Pape rouge « le Secret de l’Ange » 2007
80 % de mourvèdre, le solde en grenache. Superbe nez : garrigue, sauvage, minéral, c’est superbe et complexe. Bouche concentrée, sauvage mais sans violence, prune noire, épices, myrtille, très long. Finit sur du fruit et un tanin expressif, long, rétro très belle et ample. Quel caractère !

4 Responses to “à Châteauneuf-du-Pape : le domaine de la Côte de l’Ange : du partage, du plaisir, du bonheur simple.”

  • Pouget Arielle

    Bonjour, j ai retrouvé chez mon pere des bouteilles de chateauneuf étiquetées du domaine de votre pere – Mestre – de 1994 et 1998. Je n ose les ouvrir, je souhaiterai les vendre.
    Combien pensez vous estimer ces bouteilles….
    Avec mes remerciements , passez de joyeuses fetes

    • bonsoir Arielle,

      Sache que tu n’écris pas sur le site du vigneron, mais sur le blog d’un amateur de vins de passion et de saveurs. Que dire ? La valeur de ces bouteilles ? Elles viennent de chez ton père, elles ont un âge vénérable, ça n’a pas de prix, bien que le marché te dira que ça ne vaut rien. Personnellement, je les partagerai avec mes vrais amis autour d’une table équipée d’un vrai repas, ça aura plus de valeur que les quelques euros que tu pourrais en récolter, et tout ça à la santé de ton père. Voici mon avis.

      Gourmandes salutations, merci de ta fidélité au blog.

      Patrick MACLART.

  • VINCENT

    bonjour,
    j’ai ouvert il y a 2 jours une bouteille de votre production de 1979. Vin bien conservé, bouquet agréable. Félicitations, et… merci !!!

    • Bonsoir D ou Vincent (?),

      Merci de ton message. Sache que tu n’es pas sur le site du vigneron, mais sur le blog d’un passionné parlant de vignerons passionnants. Donc, si tu veux lui écrire, retourne sur l’article qui lui est consacré, de mémoire il a un site internet. Tu pourras dire tout le bien que tu penses de ce domaine honnête, avec un couple sympa au possible. Une de tes prochaines destinations de vacances ? Pourquoi pas ?

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*