20 novembre 2013

à Châteauneuf-du-Pape, le domaine BENEDETTI, Christian BENEDETTI : un certain bio-rythme…

by Patrick Maclart

Lors d’un de mes nombreux périples en terre châteauneuvoise, l’adresse de ce vigneron m’avait été chuchotée, me parlant d’un vigneron simple aux vins de haut niveau. Ma rencontre avec Christian m’étonnera longtemps, avec cet homme à l’esprit vif, mais capable lorsqu’il se retrouve dans son vignoble de parler à ses vignes, à ses vins, et où le silence semble tellement plus important que les paroles.

Christian BENEDETTI, 56 ans, est installé au domaine depuis 1998. Auparavant, il était licencié en droit, chef comptable, et c’est son père qui travaillait les vignes et vendait les raisins à la coopérative.

bien qu'excellent gestionnaire par sa formation, Christian BENEDETTI est aussi un paysan, bien dans sa vigne, où il écoute le vent parler...

bien qu’excellent gestionnaire par sa formation, Christian BENEDETTI est aussi un paysan, bien dans sa vigne, où il écoute le vent parler…

Mais les origines des vignes viennent du grand-père de Christian, venu d’Italie et marié à une fille Petit. Bien que travaillant à l’usine, les conduisait en même temps jusque 10 hectares ! Le courage est, je l’ai ressenti lors de ma visite au domaine, une marque de fabrique de la famille.

La saga familiale continue. A la mort du grand-père, les vignes sont réparties entre les 3 enfants, dont le père de Christian. Ce dernier transmettra à son fils 1 hectare de Châteauneuf et 1,4 hectare de côtes-du-Rhône. L’essentiel des vignes de Châteauneuf se situe sur le terroir du plateau de la Crau, galets roulés au sud-est de l’appellation. Le reste dans le quartier de Saint-Georges et de Cabrières.

Lorsque Christian s’installera, il prendra des décisions importantes, avec une vision droite, à long terme. Tout d’abord sortir de la coopération, puis passer son domaine en culture biologique. La première étape est atteinte en 1997, la seconde en 2000. Il va aussi acquérir pas mal de vignes qui vont venir étoffer la production du domaine.

Mais pourquoi le bio ? « je n’ai pas de réponse, ça ne se justifie pas. Mais c’était une envie personnelle. J’aime jardiner, j’aime la vie, ça coule de bon sens. ». Le silence qui s’en suivit était très parlant… En effet, à la vigne, le travail est désormais intégralement bio, en charte AB. Les vins sont labellisés depuis 2003; « 13 ans de viticulture, 10 ans de bio, c’est pas mal comme pourcentage non ? ». Dans son bon sens, Christian ne manque pas d’humour. Les vignes sont amendées au fumier de cheval. Travail des sols ou enherbement, ça dépend. Le vignoble est âgé.

sur le terroir de Beaurenard, les vignes sont travaillées de manière impeccable, comme par ailleurs sur toutes les autres parcelles.

sur le terroir de Beaurenard, les vignes sont travaillées de manière impeccable, comme par ailleurs sur toutes les autres parcelles.

Au chai, les vendanges manuelles en conquêts de 400 kilos sont mis sur un camion pour rentrer très vite. Egrappage total, pas de foulage. Fermentation alcoolique en cuves béton; « les malos ne partent pas juste après les fermentations alcooliques. Il y a une pause jusque mai. Du coup, je mets moins de SO2 » précise Christian. L’élevage dure un an. Assemblage en cuve avec les autres vins élevés sur bois pour homogénéisation et décantation, car le Christian ne colle ni ne filtre. La cuvée « Larmes Papales » aura comme différence un élevage en fûts de 500 litres sans le moindre pompage, et les raisins étaient passerillés par le passé. Aujourd’hui, on parlera plutôt de légère surmaturité. Tous les cépages sont vinifiés séparément.

Pour les blancs, arrivée au pressoir où les raisins sont pressés durant 2 heures. Débourbage de 24  ou 36 heures, ça dépend. Pas d’enzymage ni levurage. Fermentation alcoolique en fûts pour la roussanne et le bourboulenc. Les malos ne se font pas. Le grenache blanc lui sera vinifié en cuve.  Les fûts seront ajoutés à la cuve où les tartriques et les sédiments se déposeront. Mise en bouteille au mois de mars, pas collés mais avec une filtration de forme.

les blancs sont une grande réussite du domaine, grâce à un travail à la vigne sans critique possible. Ici, un magnifique bourboulenc.

les blancs sont une grande réussite du domaine, grâce à un travail à la vigne sans critique possible. Ici, un magnifique bourboulenc.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 4 hectares de Chateauneuf-du-Pape, 10 hectares de côtes-du-Rhône et 2 de vins de pays. Le nombre de bouteilles est variable, vu qu’il y a encore ça et là des ventes au négoce.

Christian BENEDETTI, c’est un bio-rythme, celui de son vin, de sa vigne, de sa vie tranquille avec son esprit, son chien, et ceux qui l’entourent.

ENSEIGNE

domaine BENEDETTI
Christian BENEDETTI

25 chemin de la Roquette
F-84370  BEDARRIDES

tél. +33 (0)6 61 77 24 77
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Christian pour ce bon moment passé ensemble.

Châteauneuf-du-Pape blanc 2010
roussanne, bourboulenc et grenache blanc. Nez complexe d’abricot, muguet, floral, charnu, poire. La bouche est bien faite, franchement bien faite, jolis amers, fruits jaunes, beau jus. Finale concentrée mais élégante.

difficile de sortir un vin de la gamme; les trois étant bien faits. Une mention toutefois au CDP blanc, élaboré sans levurage ni enzymage. Un risque que d'aucuns n'osent pas prendre.

difficile de sortir un vin de la gamme; les trois étant bien faits. Une mention toutefois au CDP blanc, élaboré sans levurage ni enzymage. Un risque que d’aucuns n’osent pas prendre.

Chateauneuf-du-Pape 2007
75 % grenache, 15 % syrah,  le solde en cinsault et mourvèdre. Nez élégant, fin, sur la mûre, impression  minérale, noyau. La bouche est harmonieuse, élégante, très belle vinosité qui conduit le vin jusque une finale bien constituée. Concentré mais pas lourd. Belle rétro florale,  élégante, évoquant la chair de pomme.

Chateauneuf-du-Pape « les Larmes Papales » 2007
80 % grenache, 15 % syrah, 5 % mourvèdre. Issu de raisins passerillés, et ça se sent. La bouche est concentrée, parfumée et plus fraîche que ce que le nez laissait supposer. Belle expression des tanins soyeux. C’est long, la rétro donne de belles notes de prune et de violette.

Facebook Comments

Default Comments (4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.