28 mai 2013

à Barolo, chez Ferdinando PRINCIPIANO : et tout est si naturel…

by Patrick Maclart

Ferdinando PRINCIPIANO a 39 ans, et est à la tête du domaine depuis 1993. Il travaillait avec son père… depuis toujours ! « Dès que je savais utiliser mes mains, je suis allé à la vigne. J’avais 5 ans ! » me dit Ferdinando avec authenticité, sa marque de fabrique, et qualité tellement courante ici en Piémont. Il représente désormais la quatrième génération dirigeant la propriété.

Ferdinando PRINCIPIANO est un vigneron hors pair, ses méthodes de travail sont si proches de la nature, et de la logique des choses. Probablement l’une des plus belles rencontres, comme je le fais presque à chaque fois en Piémont.

Il étudie durant 8 ans à Alba pour devenir oenologue technicien, avec un diplôme viti-oeno en poche. Il va donc commencer à élaborer le vin d’une manière oenologique, scientifique. Et pendant des années, il utilisera toute la modernité du vin, jusqu’au jour où il se demande si ce vin est lui. Il participe à une dégustation globale de Barolo, et sur une centaine d’échantillons, seuls 2 ou 3 l’émeuvent : MASCARELLO, Beppe RINALDI, Aldo VAIRA, bref les authentiques.

Il va vendre toute sa batterie oenologique, « je faisais certes des vins, j’ai du respect pour mon travail. Mais ils ne sont pas vivants ces vins, ils n’étaient pas mon coeur. Je les ai fait avec passion et ma vérité du moment, mais ils n’étaient pas moi ». Il décide alors de tout changer, le travail à la vigne devient bio, mais comme presque partout chez les bons Barolo on n’a pas besoin de certification… « je n’ai pas besoin de ça, je fais du Principiano, pas du vin bio. Quand j’ai dit à mon père que j’allais travailler ainsi, il s’est de suite inquiété de nos finances. Mais aujourd’hui mes clients paient la qualité de mon travail. Et au moins, mes vins me ressemblent ». Toute la vérité d’un vigneron volontaire dans ces quelques mots.

A la vigne donc, le travail est bio. Pas de produit de synthèse. La vigne très pentue de Raviera est travaillée à la main intégralement. Pour les autres, l’herbe sera tondue sans labour intercep, et éventuellement arrachée à la pioche. Après les vendanges, les sols seront décompactés par un labour léger.

« la Raviera », une vigne exigeante, ardue, où toute nonchalance est impossible… « Quand j’étais tout petit, mon père m’envoyait chercher les outils dans la voiture, j’étais épuisé à la fin de la journée » me raconte Ferdinando.

Au chai, toutes les vendanges sont manuelles. Les sélections sont parcellaires, les fermentations quelles qu’elles soient ne seront que spontanées et naturelles. Point de levure ni enzyme, ni tanisage. Les élevages sont variables selon les années, mais très longues pour le barbera « Romualda ». Quelques mois avant la mise en bouteilles, les vins seront encuvés pour décantation naturelle. Aucun collage ni filtration, même sur le dolcetto !

Le domaine s’étend sur 13 hectares aujourd’hui dont 3 en location. Un plantier de 3 hectares en Alba Langhe ne produisent pas encore, mais pinot noir, chardonnay et barbera élaboreront un effervescent. Les marchés export correspondent à 60 % avec pour clients principaux la Scandinavie, la Belgique et la France.

Dans le chai, rien de spectaculaire, rien d’ébouriffant. Que des foudres, quelques demi-muids, et une propreté inouïe. Ah oui, des petites cuves tronconiques pour effectuer des vinifications et une maîtrise totale des pigeages.

Ferdinando, c’est forcément une grande rencontre, intemporelle. Quelque part dans le passé, l’apprentissage de son père et l’enseignement de ses erreurs; dans le présent avec un respect du terroir rarement constaté, et une volonté de voir toujours plus loin, plus haut, au-delà des cîmes des montagnes qu’il regarde avec émerveillement tous les jours, de ses vignes… avec admiration et humilité comme leçon d’avenir. Et pour moi l’une des plus belles rencontres de ma vie.

Ferdinando PRINCIPIANO

via Alba  19
I-12065 MONFORTE D’ALBA

tél. +39 0173 787 158
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Ferdinando pour ce magnifique moment passé ensemble, à fouler le sol de tes vignes, à la recherche de la compréhension du suc de la terre, grazie mille amico. Pour voir la vidéo réalisée avec Ferdinando, CLIQUEZ ICI.

Barolo « Serralunga » 2010
brut de fût. Assemblage de différents terroirs, et de vignes plus jeunes. Petite réduction au nez, mais l’ensemble est charmeur, prune, fruit rouge, herbes aromatiques. La bouche est équilibrée, le grain de tanin se mêle à la trame acide pour un milieu de bouche qui doit encore se trouver. La rétro par contre est aromatique, sur un joli fruit avec un tanin qui revient taquiner les gencives. On est bien à Barolo !

Barolo « Ravera » 2010
brut de fût. Sur des terres sableuses plus plates, à Monforte. Nez de prune, de réglisse, fin et parfumé. La bouche est tendue, en longueur, qui trace, mais encore discrète aujourd’hui. On dispose d’une certaine expression en finale qui donne une bonne idée du vin à terme, avec un tanin au grain fin qui recadre le vin, et des notes d’herbe aromatique marquées (sauge). La finale est fine, avec des petites notes amusantes de mélisse.

Barolo « Boscareto » 2010
brut de fût. Sur terroir d’argile très calcaire, vinifiés en petites cuves tronconiques, en grappes entières et sans soufre ! Nez très parfumé, élégant, frais, fin, très sur le fruit de buisson. La bouche a la belle vinosité, du tanin marqué, encore dans son expression primaire. Il doit s’arrondir, mais la race et l’élégance sont indéniables.

Langhe nebbiolo « Coste » 2011
sur l’appellation Barolo, mais Ferdinando estime que le terroir n’est pas au niveau de la DOCG. Elevé en cuve inox. Nez très net de prune et cerise juteuse, vraiment sur le variétal. La bouche est ronde, fruitée, toujours sur le raisin noir; le fruité est d’une netteté impeccable. Le tanin est présent sur la fin de bouche, avec une propreté incroyable. Jolie longueur.

barbera d’Alba « la Romualda » 2010
couleur sombre. Superbe nez de fruit noir, mûre, profond, complexe et superbe. La bouche est soyeuse, complète, la concentration eest élégante (eh oui !), sapide, complexe, multidimensionnelle. Grande excitation, bouteille d’exception. Elevé 1 an et demi sur fût, avec une macération de 50 jours ! « les malos sont faites lors de l’entonnage ! » me dit Ferdinando avec une admiration que je partage.

Intense, concentrée, profonde, l’une des plus belles barbera bues dans ma vie.

Barolo « Serralunga » 2007
nez sur le cépage, avec des notes de réglisse très présentes (Gianni Gallo disait « quand on sent la réglisse, on est à Barolo). La bouche est fruitée, une certaine nervosité, le tanin est bien présent et domine aujourd’hui l’ensemble. A attendre, même s’il s’agit d’un Barolo de fruit.

Barolo « Ravera » 2008
nez net de prune, jolies notes florales qui viennent s’entremêler, fin, très élégant. La bouche est très fine à l’attaque, mais tout s’exprime juste après, avec finesse, élégance, un fruit rouge complexe, très mélisse avec un tanin fin, long et intense. La finale est fine et longue, la persistance inouie !

un Barolo de grande finesse, aux parfums de prune noire et de mélisse, étonnant, détonnant, inoubliable.

Barolo « Boscareto » 2006
nez intense, concentré, prune, mûre, sanguin, très complexe. La bouche est fougueuse, sauvage, tannique et indomptable à l’attaque, mais l’évolution est plus civile, plus élégante. Aucun creux en bouche, quelle performance avec un tel profil ! La finale est fine, élégante, mais avec un tanin qui doit se fondre. La longueur est phénoménale.

sans commentaire, fusée atomique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*