13 décembre 2016

en Italie, en Veneto, LOREDAN GASPARINI : la transmission

by Patrick Maclart

Quand un Italien faisait fortune, il achetait dès qu’il le pouvait une affaire, souvent agricole, pour assurer un avenir à sa descendance, et puis la terre, voyez-vous, ça ne bouge pas. C’est un peu ainsi que démarre l’histoire actuelle de Loredan Gasparini, vieille propriété tombée en désuétude et gérée par un comte un tantinet valétudinaire.

Le domaine est désormais dans la famille PALLA depuis 1972. C’est le père de Lorenzo, l’actuel gérant,  qui a acheté cette propriété par pure passion, car il a toujours été un amoureux du vin. Ayant fait fortune dans la confection textile, il se dirige vers ce métier par amour; « ça n’a pas été simple d’acheter cette propriété très convoitée, raconte Lorenzo, c’est le Comte Gasparini qui a choisi mon père ».

Lorenzo PALLA, 46 ans, sait qu'il faut certes s'occuper du vignoble, mais penser aussi à vendre son vin. La production est convaincante.

Lorenzo PALLA, 48 ans, sait qu’il faut certes s’occuper du vignoble, mais penser aussi à vendre son vin. La production est convaincante.

les années 70 ont été difficiles. Les taux d’intérêt étaient à plus de 20 % en Italie et les premières années serviront à payer les intérêts bancaires. Les investissements se feront quand ce sera possible; des parcelles seront même vendues. La propriété n’élaborait alors que du vin rouge. Plus tard, quand l’emprunt a été totalement payé, l’extension des vignes a commencé, mais surtout la période a coïncidé avec le début de production du Prosecco.

Le domaine élabore des prosecco sur la DOCG « Asolo » (DOCG est le niveau le plus élevé des appellations en Italie). La nature du sol est très différente, plus rouge et plus ferrugineuse que le reste du Veneto. Sa voisine Valdobbiadene est quant à elle plus calcaire. Le fait d’être sur la colline explique ce titre vu la qualité intrinsèque du terroir. Il n’y a qu’une trentaine de producteurs sur cette zone. Le travail à la vigne est raisonné, on utilise beaucoup le cuivre et on refuse ici systématiquement tous les produits phyto avec étiquettes rouges, les plus puissants.

le sol particulier de cette colline, rougeâtre, est dû aux oxydes de fer. Les vins qui en sont issus sont souvent plus pleins, plus riches.

le sol particulier de cette colline, rougeâtre, est dû aux oxydes de fer. Les vins qui en sont issus sont souvent plus pleins, plus riches.

Au chai, le travail est varié selon les types de vins. On peut parler d’installations modernes et propres. Le domaine produit plutôt des vins sur le fruit, et pour le plaisir des consommateurs. Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 70 hectares dont 30 réservés au prosecco seul, et pour produire environ 500.000 bouteilles par an. Les marchés export représentent 70 % avec comme pays principaux la Scandinavie, l’Allemagne, la Suisse et les USA.

Bref, la famille PALLA perpétue la tradition viticole dans une zone étonnante, différente, tout en assurant autant de la personnalité aux vins que le bon sens de la marche de ses affaires. On peut le dire, une réussite.

enseigne

CONTE LOREDAN GASPARINI
Lorenzo PALLAN

via Martignago Alto 23
I-31040 Volpago del Montello

tél. +39 0423 870024
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Lorenzo pour le temps consacré.

un an d'écart entre ces deux prosecco, et l'un est travaillé sur lies fines pendant plus de 6 mois. La différence est notable, et pas qu'à l'œil...

un an d’écart entre ces deux prosecco, et l’un est travaillé sur lies fines pendant plus de 6 mois. La différence est notable, et pas qu’à l’œil…

prosecco superiore Asolo DOCG non millésimé
90 % glera, le solde en bianchetta, chardonnay et divers cépages. Elaboré en méthode classique autoclave. Le nez est réservé mais élégant, fruits blancs, notes anisées. La bouche est vraiment sur le raisin blanc, un léger creux au développement mais il se rattrape bien sur un côté juteux. Bonne longueur.

j'ai préféré le prosecco millésimé (étiquette noire) au classique, ce premier étant bien plus profond, plus personnel. Un poil de fraîcheur en moins, mais tellement plus vrai.

j’ai préféré le prosecco millésimé (étiquette noire) au classique, ce premier étant bien plus profond, plus personnel. Un poil de fraîcheur en moins, mais tellement plus vrai.

prosecco superiore Asolo DOCG 2011
quasiment 100 % glera, car il y a ça et là d’autres variétés qui trainent dans la vigne. Fermentation en cuves, transfert des jus sur lies fines et élevé 6 mois sur lies fines, uniquement en levures indigènes. La robe est plus dorée. Nez de pomme à compote, petites épices, pointe de noisette. La bouche est complète, bien faite, avec un côté pomme au four, de beaux petits amers et une longueur qui tient bien.

manzoni bianco 2012 IGT Marca Trevigiana
croisement de pinot blanc et de riesling rhénan. Robe jaune soutenu. Nez vineux, céréale, fruits secs, fond de nez d’églantier. La bouche attaque sur une rondeur pour immédiatement partir sur un fruit jaune, une belle balance, beaucoup de saveurs et une finale étonnamment tonique (on ne l’attendait pas ainsi) et ronde. Belle longueur, retour sur de beaux petits amers.

la première rencontre avec le Manzoni est bluffante. Tendu et riche à la fois, c'est un bon compromis entre les deux cépages qui composent ce croisement, le pinot blanc et le riesling rhénan.

la première rencontre avec le Manzoni est bluffante. Tendu et riche à la fois, c’est un bon compromis entre les deux cépages qui composent ce croisement, le pinot blanc et le riesling rhénan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*