22 mars 2018

en Chianti Classico, Villa Calcinaia, Sebastiano CAPPONI : le Comte du sangiovese

by Patrick Maclart

Ma rencontre avec Sebastiano CAPPONI, noble tant dans le sang que dans l’esprit, date de quelque années. Alors que je dégustais l’intégralité des Chianti classico au stand de Toscane à Vinexpo, je tombais en admiration devant un vin authentique, un vrai sangiovese fougueux mais malgré tout souriant. Un prototype de vrai vin des collines du Chianti. Ce vin était le chianti classico du domaine Villa Calcinaia.

Sebastiano CAPPONI, l’attitude noble, le regard d’un simple vigneron, le regard d’un homme qui veut voir loin. Une grande et belle rencontre.

L’hôtesse du stand me fait alors savoir que le propriétaire est présent. Il arrive. Il s’agit du Comte Sebastiano CAPPONI. L’allure noble, le costume clair, la voix posée, calme, mais qui ne peut cacher une volonté ferme de réussite : c’est lui. Entre nous, le courant passe de suite, et l’échange sur notre vision du sangiovese, de la culture de la vigne, tout cela semble commun, instinctif.

Le domaine est ancien, très ancien. Il date du début du XVIème siècle, où Nicholas Andrea CAPPONI va acheter quelques fermes sur un village nommé Calcinaia, sur le chemin de Greve in chianti. Courant du XVIIIème siècle, le domaine connaitra un essor lorsque le comte Ferdinand décide de renouveler l’organisation économique de ses possessions. Il réorganisera les vignes, les oliviers (il y en a aujourd’hui 10 hectares) et surtout les vignes.

se balader autour du domaine, dans les vignes, les arbres, ce biotope au service du vin, c’est un enchantement. Oui, la Toscane est magique.

Autre essor, celui de la conversion en culture biologique du domaine. La réponse de notre comte m’avait beaucoup amusé. Lorsque je lui ai demandé pourquoi cette conversion, il m’a répondu : « Ca fait 20 ans qu’on est bio avec nos oliviers, pourquoi pas avec les vignes ? ». Cette logique ressemble bien au pragmatisme exigeant de Sebastiano, ce qui ne l’empêche pas d’aborder son métier de vigneron avec une certaine poésie, et parfois des prises de risques… « les Chianti Classico 2010 sont issus de macération chaude, on verra ce que ça donnera » me dit-il avec douceur. A l’ère où on boit des Montrachet de 2 ans en plein mois d’août sur les terrasses, le discours détonne. Car le métier de vigneron est aussi avec une prise de risques. Ces dernières années, Sebastiano a entrepris une grande démarche : la recherche parcellaire de son domaine. Adapter les cultures, les traitements en fonction des sols, des terroirs, des expositions, des altitudes (point très important pour le sangiovese), et donc encore et encore améliorer ses vins.

ici tout est bio depuis bien longtemps, et la vigne a de la vigueur, de la vie, du sourire, sur un terroir qui ne demande qu’à s’exprimer. C’est souvent sur les hauteurs de Greve qu’on trouve les vins les plus complets.

A la vigne, la culture biologique est de rigueur. Au chai on est plutôt pour le conservatisme. Les vieux foudres sont toujours en service, mais des muids de 500 litres ont fait leur apparition. Sebastiano n’aime pas le goût du bois trop prononcé. Certes il en faut quand on fait de longs élevages, mais surtout pas ce goût international qui peut plaire à certains, mais qui en rien n’est la tradition. Les élevages sont longs vous disais-je, et l’intervention la plus minimale possible.

ici, point de barriques neuves et rutilantes, point de boisé planché pour un palais anglo-saxon formaté. Ici, tradition fidelis : les foudres et des bois qui ne marqueront pas la magie du sangiovese.

Les marchés export sont principalement les USA, mais aussi la Suisse, les Pays-Bas, le Canada, le Japon…

Le résultat de ces vins ? Des sangiovese EXACTEMENT comme je les aime : parfumés de fumée, évoquant parfois les baies noires, le pétale de rose, d’épices lointaines ou quelques soupçons empyreumatiques… Rien de moderne là-dedans, avec des trames acides toujours parfaitement imbriquées et qui donneront à ces vins des potentiels de garde intéressants. De plus, la gamme est intelligemment étudiée. Les vins de jeunes vignes recevant une étiquette spécifique (PIEGAIA). Seuls les plus nobles porteront les armoiries de la famille, le noir et le blanc, venant de la lointaine famille des Habsbourg.

Sebastiano, curieux des autres et de leurs vins et amoureux de la Bourgogne, a réussi à inscrire la tradition toscane dans notre monde moderne, en réussissant ce que tout grand sangiovese se doit d’évoquer : l’intemporalité. Et c’est réussi, bravo, bravissimo !

Villa Calcinaia
Sebastiano CAPPONI

villa Citille 84
I-50022 GREVE IN CHIANTI

tél. +39 055.854008
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu à Vinexpo Bordeaux, mais aussi in situ, où j’ai eu l’immense privilège d’être reçu par Sebastiano et découvrir l’intégralité de ses installations. Pour voir la vidéo réalisée avec Sebastiano, CLIQUEZ ICI.

une grande tradition toscane : le passerillage du raisin pour donner un vin qui sera élevé longuement pour donner toute la magie de son terroir et de ses parfums : le vin santo. Entrer dans cet antre magique est un privilège.

Chianti Classico « Cappone » 2009
nez sur le poivre, la prune charnue, tellurique, excellent. La bouche est fluide et fruitée, fumée, parfumée, avec une jolie concentration pour un vin de cette gamme. Finale propre et top dans cette catégorie, j’achète.

Chianti Classico « Piegiaia » 2009
issu de vignes plus jeunes, et élevé 15 mois en cuve ciment. Nez plus intense, sur le variétal, avec un côté beurre frais et des notes fumées. Bouche épicée, tendue, sapide et séveuse. Là encore, un best dans sa catégorie vu le prix dérisoire.

un rapport qualité-prix-plaisir-authenticité imbattable ! Les importateurs curieux et malins feraient bien de s’intéresser à cette gamme… Enfin je dis ça je dis rien… 😉

Chianti Classico « Villa Calcinaia » 2009
nez curieusement aux notes de framboise, qui survolent le variétal, avec fort heureusement les notes habituelles de prune sauvage et d’épices. La bouche reprend ces belles notes de fruits rouges, avec une longueur hors du commun. La finale est très longue, et la rétro sur le fruit, avec une bonne impression de terroir. Superbe là encore.

idem 2008
Nez superbe, fumé, épicé, fraise des bois en fond de nez, c’est personnel et multidimensionnel. Bouche au tanin présent, mais joli, exactement dosé. Tous les éléments sont exactement à leur place. C’est harmonieux, profond, élégant, ample, long, rétro intense et vibrante. Pour moi, le vin est parfait.

Ma première rencontre avec Villa Calcinaia, dans une rencontre groupée avec une cinquantaine de ses congénères. Indéniablement cette bouteille sortait du lot, racinaire, profonde, au vin vibrant et expressif. Ses soeurs font le bonheur de ma cave personnelle.

Chianti Classico Riserva 2008
probablement le plus beau dans sa catégorie et ce millésime. Le nez empyreumatique évoque le goudron, le pétale de rose fané, la groseille pays, un côté racinaire et des petites notes d’hibiscus bienvenues. En bouche, ça démarre sur un tanin dompté par un élevage juste parfait, avec ce côté racinaire qui revient; les parfums secondaires sont un peu bloqués vu la jeunesse du vin qui a un potentiel énorme. Le côté empyreumatique revient en finale, avec des notes de mûre écrasée. Longueur phénoménale. Inutile de vous dire que j’ai encavé cette magnifique bouteille…

Chianti classico Gran Selezione « Vigna Bastignano » 2010
nez fin, élégant, fruit propre, très profond et complexe. La bouche frise la perfection, de la fraîcheur, un corps parfaitement modelé et encadré d’épaules de bonne taille. Superbe longueur. Je le dis et le redis donc : Villa Calcinaia est le plus grand Chianti Classico, et pas de parti pris, dégusté à l’aveugle !

plus je déguste, plus je suis convaincu : Villa Calcinaia est le plus beau Chianti Classico.

vinsanto 2003
notes résineuses, ambre, abricot séché, pointe de muscade, hyper-complexe. La bouche est riche, intense, concentrée, vive malgré tout. Ca se bouscule, c’est très complexe et excitant, comme un voyage en tapis volant au-dessus des pays d’Orient… Un moment inoubliable et c’est d’une longueur inouïe. Bon, plutôt que de causer, j’en reprends une goutte…

4 Responses to “en Chianti Classico, Villa Calcinaia, Sebastiano CAPPONI : le Comte du sangiovese”

  • Daniel Picquart

    Vraiment un bel article sur les vins de Toscane qu’on se se connaît mal. Très sympa, surtout les photos

    • merci Daniel pour ton commentaire, il est très rare qu’on fasse mention des photos, qui pour moi sont une illustration, une ambiance du moment vécu.
      Merci de tes commentaires sur mon blog, gourmandes salutations.

      Patrick

  • Jean-Pierre RIOU

    J’aime bien les vins de Toscane, mais ces derniers temps il y a des vins ennuyeux… Et les prix eux aussi augmentent autant que mon ennui. Mais j’ai mes adresses ! Je passerai une fois par là-bas pour goûter. Merci de ce joli moment et les photos sont aussi pas mal.

    • bonjour Jean-Pierre,

      ton constat, je l’ai fait. J’y trouve de plus en plus des vins au même profil, ennuyeux, comme pouvaient l’être à un certain temps bien des vins du Bordelais. On veut je pense niveler les vins de telle façon qu’ils plaisent au maximum de personnes, oubliant que ce maximum de personnes, c’est une masse d’individus avec des goûts et des attentes différents. Et c’est là qu’est l’erreur.

      Un vin doit magnifier son terroir, et l’homme doit y mettre sa patte, son caractère, et un profil qui lui ressemble. Chercher à faire un vin pour séduire le maximum de personnes, c’est comme un discours politique, ça lasse à un moment ou un autre. Ton analyse est très fine.

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.