18 juillet 2019

dans les Pouilles, à Manduria : Giuseppe ATTANASIO : la prise du bon virage

by Patrick Maclart

La cantina existe depuis les années 30, mais en tant que négoce, et élaborait déjà et aussi des olives… « on a vinifié jusque 5.000 hectolitres par le passé ! » me déclare Alessandro, le propriétaire. Les choses étaient différentes, le vin se vendait en vrac. C’est en 2000 que lui et son frère, voyant les difficultés et la grosse crise des années 90, des citernes invendues, des imbroglio et des scandales, décident de mettre leur production en bouteilles. Les millésimes 97 et 98 étaient énormes; il fallait pour la survie du domaine trouver une solution.

Alessandro ATTANASIO, un homme qui parle peu mais écoute beaucoup. Très attentif à la demande de ses clients, il élabore des vins, mais qui se doivent d’être identitaires et respectueux du terroir.

Ils ont pris contact avec un oenologue, mais ils ne voulaient pas élaborer un vin « travaillé » (sic), mais le vin le plus identitaire possible. Des débats et des inspirations d’autres régions (Toscane, Piémont, …) vont affiner le travail et le rendre plus précis. Notre famille n’ayant pas de base purement technique, leur enseignement s’est fait à la vigne.

La réussite du premier millésime est le résultat de la conjonction des générations entre enfants et le père, et la bénédiction d’une grande année au niveau de la météo. Et par la suite, les cavistes, restaurateurs, de par les critiques positives reçues, ont fait évoluer le tout. On aboutit à ce résultat qui est un vrai succès. L’autre succès, c’est la particularité du terroir de Manduria. Ses sols sont plus argileux, avec des argiles ferrugineuses en profondeur, par rapport aux sols plus sablonneux du reste de la région. L’impact des vents de la mer est aussi partout avec l’iode et le microclimat qui assure une bonne maturité du raisin, d’où le classement en I.G.P.

A la vigne, on essaie de travailler au plus près de la nature, du végétal. Mais Alessandro me dit avec honnêteté qu’il ne peut garantir le bio. Le travail est le plus propre possible, le soufre et le cuivre utilisés en priorité.

la particularité du terroir de Manduria, ce sont ces argiles rouges ferrugineuses, très différentes des sols sableux du reste de la région. D’où le classement supérieur; les vins l’étant en général aussi.

Au chai, les vendanges sont uniquement manuelles. Pressurage hydraulique, fermentations des moûts en cuves inox, car le contrôle des températures est ici dans ces chaudes régions primordial. Elles dépassent allègrement les 30° durant la récolte. L’élevage se fait en acier pour le rosé, et en bois américain & français pour les rouges, et ce jusque 36 mois pour le riserva !

ici, on prend le temps de bien élever ses vins. Du coup, les vins sont bien élevés, et polis par le temps.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 7 hectares pour produire environ 200.000 bouteilles. 20 % de la production part à l’export, avec pour marchés principaux la Suisse (friande de bons vins italiens pas cher), les Pays-Bas, l’Allemagne. Le reste est surtout dans les marchés locaux.

ATTANASIO, c’est surtout l’histoire une bonne anticipation, d’une écoute du marché, ce ce que veulent les gens. Il n’y a pas que le savoir-faire, il faut le faire savoir. Et quand on le fait savoir, on écoute son public, et on connaît ses attentes. Ca s’appelle « empathie ».

azienda Giuseppe ATTANASIO
Alessandro ATTANASIO

via per Oria 13
I-12345 MANDURIA

tél. +39 099 973 71 21
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Alessandro pour ton dévouement et ta patience, car trouver ton chai au milieu de la ville, ce n’était pas évident et imaginable.

une bien jolie dégustation, bien orientée, avec des vins à la vraie identité des Pouilles. Ce domaine discret est une référence, indéniablement.

Salento IGP rosato 2018
100 % primitivo élevé 7 mois en cuves inox. Nez complexe,intense, pétales de fleurs séchées, notes florales, pointe cendrée. La bouche est pleine, riche, gastronomique, et toujours aussi intense. C’est long, une autre vision du rosé vraiment dédié aux vrais repas.

Primitivo di Manduria D.O.P 2015
toujours le même cépage, 16 ampères au compteur quand même ! vignes d’une quarantaine d’années situées sur des argiles ferrugineuses. Lez nez est hyper-concentré, intense, prune noire, épines, buisson, c’est punchy. La bouche balance entre rondeur et structure. Le boisé apporte sa touche avec justesse, malgré le millésime. L’ensemble dispose d’un beau potentiel de garde. Jolie bouteille, là encore de vraie gastronomie, pas un vin de salon.

un très beau duo avec un air de famille bien marqué. Une large préférence pour le 2015, plus complet, plus gastronomique. Lors de fortes chaleurs, la fraîcheur du 2016 sera appréciée.

idem, millésime 2016
L’impact de ce millésime exceptionnel est palpable, rend le vin volubile et intense, la bouche plus volumineuse, moins fine. Mais la justesse du milieu de bouche donne un ensemble superbe. Joli vin, belle finale explosive, mais qui retient ses parfums.

Primitivo di Manduria D.O.P. 2013
nez très concentré, beaucoup de tout dans le verre, du fumé, des épices lourdes, des figues, c’est généreux et intense. La bouche a sa structure arrondie par l’élevage, fort heureusement. Il y a un tanin très mûr, là encore ça équilibre. La finale est longue, large, ample. Bref, du caractère.

par le passé, les vins étaient élevés dans ces jarres en grès. Durant une période, les anses faisaient penser à la posture de Mussolini, et certaines sont encore gravées à sa gloire… « cela fait partie de notre histoire précise Alessandro, et nous devons l’accepter ».

Primitivo di Manduria D.O.C.G. 2009
dolce naturale da vendemmia tardiva
vendanges tardives de primitivo, tirant ses 20° sans le moindre mutage. La robe est très sombre, le nez évoque les prunes, la confiture de fruits rouges, avec ces curieuses notes d’orange. La bouche est riche, sapide, et un tanin adouci par la maturité. Son élevage sans bois a permis d’avoir une chair bien ronde, en aucun cas amaigrie par un passage en fûts.

on élabore des vins doux naturels dans les Pouilles, et ce sans le moindre mutage, par surmaturité des raisins. Aucune lourdeur dans ces nectars doux et suaves, mais destinés une gastronomie particulière. On pourra les inviter sur certains fromages, mais aussi sur de bien jolis cigares, et quelques morceaux de chocolat pas trop amers.

Passito Primitivo di Manduria D.O.C.G. 2013
toujours un primitivo, mais vendangé très tardivement jusqu’à ce que le raisin soit désseché. Là encore aucun élevage sous bois, juste en cuves inox. Seules 2.000 bouteilles sont produites par an, issues de vignes de 90 ans. Le nez est étonnamment frais, sur la ceroise noire, la prune, l’arbouse, la mûre-platane. La bouche est fraîche, équilibrée, élégante, pour un vin de cette catégorie. C’est harmonieux, les fruits noirs frais dominent la bouche est terminent sur une fraîcheur bienvenue. Gros kif.

Facebook Comments

Default Comments (0)

Comments are closed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.