30 mai 2014

Anteprima Toscane 2014 : dégustation de l’intégralité des Vernaccia di San Gimignano « Riserva » !!

by Patrick Maclart

C’est lors des Anteprima 2014 en Toscane qu’il m’a été donné l’occasion de déguster la production des vernaccia di San Gimignano, vins blancs toscans fortement appréciés dans cette région. Ces « Anteprime », signifiant « primeur », ne constituent pas comme à Bordeaux la dégustation du millésime à peine en cours, mais des millésimes plus anciens, tradition bien italienne.

PORTRAIT2

J’aime bien aller en Toscane. Ici, j’ai l’impression de prendre le pouls de la production de vins en Italie. Région emblématique, pleine de raisons et de bon sens, la Toscane est un modèle de discernement et d’intelligence en matière de production de vins. De belles appellations, de bons vignerons, bref tout ce qu’il faut pour passer un bon moment. Je tiens à remercier Franco IGNESTI, directeur de l’interprofession des vins de Toscane, pour son soutien et ses diverses interventions auprès de l’organisation, ainsi que Karin MERIOT de la société ARGOS pour ses actions bénéfiques.

LE VERNACCIA DE SAN GIMIGNANO EN QUELQUES MOTS

Le vernaccia de San Gimignano est une variété de raisin blanc qui n’a rien à voir avec ses homonymes d’Oristano ou d’ailleurs, il s’agit d’un cépage bien spécifique. On trouve les premiers écrits vantant les mérites de ce vin fin du XIIIème siècle dans la province de Sienne.

Le territoire de la commune s’étend sur 12.500 hectares, mais un peu moins de 800 sont consacrés au vernaccia, le reste à l’olivier, les bois, et aussi quelques vins rouges et vin santo, un vin doux toscan. Reconnu comme l’un des bons vins blancs italiens, la DOC sera accordée en 1966, et le niveau ultime de classification, DOCG, sera accordé en 1993.

le splendide vernaccia de San Gimignano est une variété bien à part, rien à voir avec celui d'Oristano ou de tout autre vernaccia d'Italie.

le splendide vernaccia de San Gimignano est une variété bien à part, rien à voir avec celui d’Oristano ou de tout autre vernaccia d’Italie.

Le terroir est plutôt sablonneux, des sables jaunes du pliocène sensés donner cette saveur particulière au vernaccia, avec des poches de tuf et d’argile. Les secteurs les plus argileux seront plutôt destinés à la production de vins rouges. Malgré un sol assez homogène, le nombre de collines et l’altitude (qui varie de 250 à 400 mètres pour la culture de la vigne à cet endroit), l’exposition aux pluies et à l’eau, créent forcément des différences marquées. N’oublions pas non plus la patte de l’homme qui sera le dernier maillon du goût du vin.

Les vignerons sont à peu près 180; il y a une cave coopérative. L’appellation reste dans un esprit « paysan », il y a encore un esprit simple, partageur et plein de bon sens. On n’est loin de la noblesse toscane qui dans certaines régions peut agacer.

San Gimignano est probablement l'un des plus beaux endroits de la terre, la Manhattan toscane. Toutefois, en s'y approchant, louvoyer entre les autocars teutons et les autochtones énervés, tant qu'à faire, postez-vous sur les collines voisines avec un beau pique-nique et contemplez. C'est ce que je fais. Toutefois, au centre du village, deux glaciers aux produits stratosphériques qui se tirent la bourre. Là, ça vaut le coup d'un petit détour.

San Gimignano est probablement l’un des plus beaux endroits de la terre, la Manhattan toscane. Toutefois, en s’y approchant, louvoyer entre les autocars teutons et les autochtones énervés, tant qu’à faire, postez-vous sur les collines voisines avec un beau pique-nique et contemplez. C’est ce que je fais. Toutefois, au centre du village, deux glaciers aux produits stratosphériques qui se tirent la bourre. Là, ça vaut le coup d’un petit détour.

Lors de mes dégustations, j’ai souvent trouvé des notes de fruits secs, typiques du vernaccia, quelques notes de fruits jaunes, essentiellement la petite prune (pas la mirabelle), mais surtout des notes de foin caractéristiques et qui permettent d’identifier le vin facilement à l’aveugle. On boudera aussi certains vins trop cérébraux, trop réfléchis, dont les élevages sur bois putassier et des bâtonnages qu’on pourrait ici qualifier de « matraquage » donnent l’impression que le vin porte un costume bien trop grand pour lui.

LES RISERVA

La dégustation s’est attardée sur les Riserva uniquement. Pour pouvoir porter cette mention, le vin doit être issu à au moins 85 % de vernaccia (comme les non riserva), et maximum de 15 % de cépages blancs « non-aromatiques » (sic le texte d’appellation). Le rendement ne pourra excéder 47.25 hectolitres à l’hectare, devra être élevé au moins 11 mois en cuves inox ou barriques, et devra être obligatoirement conservé 3 mois en caves avant commercialisation. Mon ressenti est que les vins les meilleurs étaient juste les plus sincères, les plus directs, ceux qui punchent. Certains se sont essayés à l’élevage en barriques « à la bordelaise » (boisé parfumé de vanille, pour draguer quelque gourou outre-Atlantique perdu dans cette appellation), d’autres au contraire ont voulu tâter la technique burgonde du bâtonnage sur des boisés mieux intégrés. Dans la majorité des cas, ce sont des échecs. Comme beaucoup de vignerons s’essayant à l’élevage sur bois, un élevage court sur un boisé neuf est en général catastrophique sur des vins légers et délicats. Si la lie est là et le vin suffisamment concentré, pourquoi ne pas élever les vins sur ces lies pendant un temps certain sur des fûts de plusieurs vins mais de bonne provenance ? Les vignerons ont tendance à tirer leur vin des barriques au moment où il fait sa « prise de bois », et le résultat est ou écoeurant (dans le meilleur des cas), ou catastrophique, sauf pour certain gourou outre-Atlantique ci-dessus nommé. Bravo à l’ensemble des vignerons qui ont eu le courage et la lucidité de présenter des millésimes aboutis, ce qui a permis de bien comprendre ce cépage pas si facile que ça pour l’éphèbe.

DEGUSTATION

Elle s’est déroulée dans d’excellentes conditions, dans une espèce de musée d’art contemporain à San Gimignano. Si le village est superbe, les conditions pour s’y déplacer sont simplement horribles (la circulation dans le village y est hyper-réglementée, la police veille partout, et les parkings situés hors de la ville sont hors de prix). La période estivale est un cauchemar pour les misanthropes, pis encore s’ils ne maîtrisent pas les langues d’origine teutone.

La lumière était excellente, les verres d’excellente qualité. Crachoirs et eau fraîche bien disponibles. Merci à l’interprofession du vernaccia pour la qualité de son organisation et à la bonne présence des vignerons dont la simplicité et le partage honorent leur profession.

ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment déterminé. Jamais une note ne doit être considérée comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui tente à projeter le vin dans un futur.

VERRE EN LUMIERE

Casa alle Vacche – *** riserva « Crocus » 2011
nez au joli boisé, noisette, pointe d’ortie. La bouche est pleine, mais un petit creux en tre la structure et le fruit. Bonne longueur, sans plus.

LE COUP DE COEUR DE LA DEGUSTATION
Casale FALCHINI

Michael FALCHINI, la petite quarantaine, a étudié la viti à l’université de Pise. Sur près de 40 hectares assis sur un terroir de pliocène, d’argiles et de sables jaunes et de nombreuses coquilles d’huitres, il conduit son vignoble avec sérieux et travail. Le vin présenté m’a semblé le plus complet et le plus intense.

****(*) riserva « Vigna a solatio » 2011
nez généreux, angélique, végétal, notes salines et butyreuses. La bouche est généreuse, ample, tout en restant tonique. En plus, c’est long et personnel. Parfait pour la table, sur des coquilles Saint-Jacques.

 

Michael FALCHINI m'a présenté l'échantillon le plus probant, profond, riche, butyreux sans tomber dans l'excès de bâtonnage ou de bois. Riche sans ostentation, bravo !

Michael FALCHINI m’a présenté l’échantillon le plus probant, profond, riche, butyreux sans tomber dans l’excès de bâtonnage ou de bois. Riche sans ostentation, bravo !

FONTALEONI – ***(*) riserva 2011
nez assez rond, fruité, dans un style un peu gourmand, évocation de nougat, notes d’agrumes mûrs. La bouche confirme : du plaisir, juste des amers ça ou là et où il faut. Simple et long, il donne tout ce qu’il faut, conforme à son appellation.

il Colombario di Santa Chiara – **(*) riseva l’Albereta 2011
très beau nez de noisette, complexe, notes végétales. La bouche est tendue, nerveuse, creuse en milieu et a tendance à tomber. Ca remonte un peu sur la trame acide mais c’est bien court. Dommage.

il Palagione – San Gimignano

un domaine faisant partie pour moi des belles valeurs de San Gimignano. On y élabore des vins de bonne tenue, tels ce 2006 puissant aux notes de citron confit, ce 2007 encore doté d’une belle fraîcheur ou ce 2009 aux curieuses notes mentholées.

**** riserva « Ori » 2011
très complexe au nez, fin, noisette, buisson, beau travail. La bouche est concentrée, bien constituée, un peu neutre aromatiquement en milieu mais ça se reprend en finale. Très bel ensemble à attendre.

un nez parfait, mais une bouche qui doit encore se faire un peu. Belle quille.

un nez parfait, mais une bouche qui doit encore se faire un peu. Belle quille.

LA LASTRA – **** riserva « la Lastra » 2012
brut de cuve. Très beau nez encore très jeune, plein de potentiel, élevage sur lies certain. Les parfums sont un peu primaires (lys, floral), mais prometteur. La bouche est bien faite, encore bousculée, mais une belle expression tellurique, de très beaux amers, une bonne acidité. C’est très long et beau.

voilà un vin intense, très profond, avec une vraie impression de terroir, bravo !

voilà un vin intense, très profond, avec une vraie impression de terroir, bravo !

PALAGETTO – San Gimignano

un domaine dont j’ai fait l’article il y a quelques mois déjà (voir en CLIQUANT ICI). Ce jour là, le vernaccia se présentait moins bien, ce sont des choses qui arrivent. Mais ça n’enlève rien au sérieux de la maison.

*** riserva 2009
nez de foin typique de ce cépage, noisette, intense mais peu complexe. La bouche est plutôt bien faite, concentrée, un peu boisée et ça gêne, ça fait un peu tourner en rond. C’est intense malgré tout mais ça manque de peps et de fraîcheur. Le millésime y est probablement pour quelque chose.

PANIZZI – ****(*) riserva 2010
nez au boisé présent mais bien intégré à l’ensemble. Le fruit est aussi présent (poire), quelques notes végétales. La bouche est complète, riche, noble, pas de creux, juste un peu dominée par le boisé qui se fondra sans souci. Très long, très belle bouteille.

certes si le boisé claironne un peu aujourd'hui, je suis persuadé qu'il s'intégrera bien dans les mois à venir, patience.

certes si le boisé claironne un peu aujourd’hui, je suis persuadé qu’il s’intégrera bien dans les mois à venir, patience.

POGGIO ALLORO – **(*) riserva « le Mandorle » 2012
couleur jaune marquée. Nez axé sur le bois, peu de place pour le reste. La bouche n’est pas plus convaincante, avec un costume de douelles bien trop grand pour ce vin. Long quand même.

SAN DONATO – ***?? riserva « Benedetta » 2012
nez discret, floral, un peu effacé. La bouche est plus intéressante, surtout en finale sur de beaux amers. la mise est récente et le vin fait le gros dos. A revoir.

SIGNANO – ***?? riserva « la Ginestra » 2012
nez de fruits jaunes, notes de miel, petite impression oxydative. La bouche est concentrée, riche, le travail de bâtonnage se fait bien sentir. C’est quand même très long, mais je m’interroge sur la capacité de garde.

Tenuta le Calcinaie – ****(*) riserva « Vigna ai Sassi » 2012
joli nez frais, élégant, tout en finesse, floral, prune jaune, fraîcheur. La bouche est fine, racée, traçante, très belle acidité. Ca finit assez long. Rétro superbe sur la vinosité.

un vin intense, concentré, vibrant, personnel. J'adore. Ca c'est du vin.

un vin intense, concentré, vibrant, personnel. J’adore. Ca c’est du vin.

Tenute Guicciardini Strozzi – *** riserva 2011
nez extrêmement végétal, ortie, menthe poivrée, notes d’amande fraîche. La bouche est ronde, acidulée, sur des notes d’amande; les notes végétales et les amers arrivent plutôt en finale. Bonne longueur.

VAGNONI – *** riserva « I Mocali » 2011
nez frais, végétal, pointe de noisette, un peu trop discret. La bouchee est ronde, sapide, de beaux amers. Ca finit bien dans les clous, c’est standard et ça manque de personnalité.

4 Responses to “Anteprima Toscane 2014 : dégustation de l’intégralité des Vernaccia di San Gimignano « Riserva » !!”

  • Rudy SANDI

    Bonjour Mr Maclart,

    Je suis un passionné lecteur de votre site et de vos vidéos. Je m’appelle Rudy Sandi, je suis un ingénieur agronome italien du Val d’Aoste, la plus petite région italienne. J’ai écrit un livre sur la viticulture valdotaine.

    En tant que discret connaisseur de la viticulture et des vignerons valdotains, et vu que vous venez fréquemment en Italie, sachez que si vous voulez connaître nos producteurs, je serais content de vous amener chez les meilleurs…

    Très cordialement,
    Rudy Sandi

    • salut Rudy,

      Merci de ton message sur le blog.

      Pour être franc avec toi, cela fait longtemps que j’ai envie d’aller découvrir ta belle région. Tout d’abord parce que les vins que j’ai dégustés étaient étonnants, on pourrait dire pour le Français que je suis un côté de vin de Savoie avec des allures burgondes et italiennes… Un beau métissage.

      La première fois que j’ai pris contact avec le Val d’Aoste, c’était à la sortie du tunnel, comme beaucoup de Français je pense. J’allais dans le Piémont. De suite j’ai été séduit par ces coteaux, ces vignes qui semblaient si belles, alors que la météo n’était pas flatteuse; il y avait beaucoup de brume. Et pourtant ce vignoble m’avait séduit.

      C’est avec plaisir que je prends note de ton invitation, et garde tes coordonnées précieusement. Il se peut qu’on se voie rapidement. Une question toutefois : le livre que tu as écrit est-il en français ou italien ?

      Merci de ta réponse, gourmandes salutations, et merci de ta fidélité au blog.

      Patrick.

  • Roberta BIANCHI

    Bonjour,

    Bonjour, Je vous écris de Panizzi, San Gimignano, en Toscane.

    Cet été, nous avons eu beaucoup de gens qui ont visité notre cave après les nouvelles lues sur votre blog.

    Nous vous remercions et nous sommes disponibles pour toute information et des nouvelles sur nos vins.

    sincèrement
    Roberta Bianchi, responsable des médias sociaux Panizzi

    • Buongiorno Roberta,

      C’est vraiment, mais alors vraiment un immense plaisir que de lire un tel commentaire.
      Le mot « merci » est vraiment en voie de disparition.
      Mon but avec mon blog a toujours été de servir de « guide », même si je déteste ce mot. Car si le lecteur se fie à mon article, il doit aussi un peu se fier à mon goût.
      Je déguste TOUJOURS en totale objectivité, et dès que je suis en dégustation, je n’ai ni ami ni ennemi. Que des bouteilles qui doivent s’exprimer. Pour moi, Panizzi a toujours été une référence à San Gimignano, et c’est avec plaisir que je viendrai un jour vous rendre visite.
      Les reportages sont de plus en plus difficiles à organiser. La raison est que je refuse toute publicité ou faire payer les vignerons pour des articles, et que les régions ou syndicats ne sont d’aucune aide. Ils n’ont toujours pas compris la force d’internet et des blogs vins sérieux.

      Merci de ton message, au plaisir de nous rencontrer.
      Gourmandes salutations.

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*