13 décembre 2011

à Barolo, ERBALUNA, Andrea Oberto : bio déclaré

by Patrick Maclart

Andrea OBERTO a 43 ans et représente la 3ème génération du domaine ERBALUNA. C’est un domaine de 10 hectares, avec 2 qui arrivent en production, pour élaborer au total 55.000 bouteilles.

Déterminé et volontaire, Andrea OBERTO était bio avant l’heure, comme beaucoup dans le Piémont, mais lui aime à le rappeler, car il estime n’avoir rien à cacher.

Le domaine a commencé à travailler en bio dès 1986. « Mon père faisait déjà du vin, mais travaillait plutôt du volume, et vendait le vin en vrac. Il achetait aussi des vins du sud de l’Italie, pour mettre en bouteilles » raconte calmement Andrea. Avec son frère Severino (qui entretemps a quitté l’exploitation), ils reprennent le domaine avec l’accord du père. La vigne était déjà travaillée manuellement, sauf le désherbant et l’insecticide contre l’araignée rouge. A part ces deux derniers points, rien n’a vraiment changé à la vigne.

Mais à la cave, c’est la révolution ! Achat de cuves inox thermorégulées, des foudres de chêne pour remplacer les trop vieux en châtaignier, rénovation des chais, mais quelques anciens foudres sont toujours utilisés aujourd’hui.

de vieux foudres sont toujours en fonction, pour assurer l’élevage long du nebbiolo qui donnera le barolo, et qui domptera ainsi ses fougueux tanins.

C’est curieusement le scandale des vins au méthanol en 1984 et la crise qui s’en suivra qui vont permettre à ERBALUNA de décoller. La prise de conscience des consommateurs sur la qualité qui doit aussi avoir un prix va aider ce domaine dans sa lancée. Traçabilité, produits naturels et identifiables… Le public s’y retrouve et adhère.

Le domaine passe donc totalement en bio dès 1986 et certifié en 1992, mais pourquoi un tel temps ? Simplement que les organismes de certification n’existaient pas avant 1992, ce qui fait qu’Andrea était une espèce de précurseur. « Pour moi, le bio c’est pour mon fils, pour les générations qui viennent. C’est une réflexion à long terme, on ne peut voir ça à demain ou à un an. De plus, je n’ai pas envie de travailler dans la nature avec une combinaison et un masque » me dit Andrea. Son propos est plein de bon sens.

Tous les traitements sont donc naturels, avec des parcelles enherbées, de la fumure naturelle, des labours un rang sur deux, du désherbement mécanique interrang avec une machine type « rotofil », mais pas tous les ans, sauf quand l’herbe devient problématique.

La Vigne Rocche, parcelle de la Morra. Ce village, moins connu que Barolo, reprend pourtant 85 % de la superficie de la DOCG Barolo !

Au chai, les vendanges sont exclusivement manuelles. Les vins sont élevés soit en cuves inox pour les entrées de gamme, soit en foudres de chêne pour les nebbiolo. Quelques barriques ça et là, mais c’est vraiment mineur.

Le résultat ? Des vins bons, sapides, bien construits, avec une belle personnalité. D’aucuns vous diront qu’ils sont simples, c’est peut-être vrai; ce ne sont pas des monstres de complexité. Mais ils ont le mérite d’être sincères, authentiques et naturels… What else ? Ah si, le domaine dispose de gîtes et d’appartements bien faits, confortables et de bon prix.

ERBALUNA
Andrea OBERTO

loc. Annunziata – ca del Pozzo 43
I-12064  LA MORRA

tél. +39 0173 50800
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu dans la cave d’Andrea que je remercie pour le temps qu’il m’a consacré.

Une gamme riche, détaillée et de bonne saveur.

« Erbaluna Rosso » 2009
un assemblage de dolcetto et barbera à part égale, et vinifié sans soufre ajouté. Nez très fruité, fruits rouges, belle vinosité. Bouche à l’attaque disposant d’une jolie trame acide mais d’un fruité en retrait, avec toutefois un volume intéressant. Le développement par contre fait parler le fruit, sur la grenade et la groseille. La structure arrive en finale et à la rétro.

barbera d’Alba « la Bettola » 2009
élevée uniquement en cuve inox durant 11 mois, pour une consommation plus rapide. Nez de fruit noir, mûre, assez simple mais joli. Bouche souriante, fruitée, jolie trame acide. Finit sur des notes de noyau, et sur une acidité qui va se pondérer dans les mois à venir.

dolcetto d’Alba « le Liste » 2009
élevage de 11 mois en cuve inox. Nez de prune compotée, un côté viandé. La bouche est à l’identique du nez, mais avec du caractère et surtout une rétro impressionnante; les 15° d’alcool affichés y sont pour quelque chose. Mais il y a aucune violence, et la finale persiste bien avec un joli grain de tanin classieux.

barbera d’Alba « la Rosina » 2009
élevage de 12 mois sur foudres et fûts, pas de cuve. Très beau nez de prunes, d’herbes sauvages, notes florales, un côté « herbe » bien marqué, qui le rend vraiment personnel. L’attaque est ronde et acidulée, avec un fruité qui se retire pour laisser place à une trame acide et une structure tannique de qualité. Très long, superbe persistance austère en ce jour, mais ô combien prometteuse.

sauvage, acidulé, de bonne constitution, le barbera « la Rosina », élevé sur bois, tiendra toutes ses promesses qu’il a données lors de la dégustation. Le prix est plus que raisonnable.

Langhe nebbiolo 2009
élevée un an sur foudres essentiellement. Nez épicé, poivré, noyau de cerise, un peu de fruits secs, rose. Bouche bien faite, équilibrée, le tanin est fougueux et prometteur, tout est bien en place et la finale est joliment aromatique, sur le romarin et le thym (c’est vraiment très net), et la fumée. Long, prometteur.

Barolo 2007
« générique » élevé 2 ans en foudres. Joli nez de fruits mûrs, olive, fumée, un côté chaleureux. Bouche structurée, bien construite, harmonieuse et équilibrée. En finale, le grain de tanin typique du nebbiolo s’exprime, et se finit encore sur le thym. Simple mais bien fait.

Les Barolo ont une grande capacité de garde, assurément. Soyez patients !

Barolo « vigne Rocche » 2007
élevé 2 ans et demi en foudres. Nez profond, intense, fruits noirs, alcool aujourd’hui marqué mais ça n’a qu’un mois de bouteille. Herbes aromatiques, cerise griotte, très complexe. Bouche classique, avec un joli fruit net, un tanin bien centré et à ce jour docile (ils ne sont pas encore polymérisés). Ca finit long, simple à ce jour (même remarque, un mois de bouteille), très belle rétro sur la prune et les épices.

2 Responses to “à Barolo, ERBALUNA, Andrea Oberto : bio déclaré”

  • bonjour ,
    j’ai pu gouter votre vin à l’ occasion d’une visite chez des fournisseurs dans le PIEMONT dans une osterria à la Morra, le patron ma fait découvrir votre vin
    j’ aimerais le proposer dans mes restaurants épiceries italiennes à LILLE en FRANCE
    pouvez-vous me renseigner ?
    Cordialement
    Grégory Rose

    • Salut Grégory,

      Merci de ton message sur le blog. Comme énormément de monde, tu confonds le site du vigneron et l’article que je lui ai consacré. Tu n’es pas sur son site, mais un blog de passion qui l’a pour ce vigneron; bravo pour ton bon goût ! 😉

      Pour avoir les coordonnées d’ERBALUNA, je te conseille de retourner sur le blog à l’article qui lui est consacré. Tu trouveras toutes ses coordonnées et tu pourras ainsi lui poser toutes les questions qui t’importent. Merci de ton intérêt au blog, et j’espère t’y retrouver bientôt.

      Amitiés.
      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*