22 novembre 2010

Bourgogne Wineblog : un regard français sur… les vins rouges d’Espagne

by Patrick Maclart

La série « un regard français sur… » reprendra des dégustations effectuées durant Vinexpo à Bordeaux, et axées sur les vins étrangers. En effet, il faut faire preuve d’une grande humilité : ne faut-il pas être imprégné de la culture d’un pays pour en apprécier objectivement et à leur juste valeur les vins qui y sont produits ? Je suis certain que si. On peut cependant ne donner qu’un avis, et il est important que les producteurs fassent eux aussi preuve d’humilité d’en accepter ces critiques.

La volonté d’appeler ces dégustations « un regard français sur… » veut bien le dire. Je ne puis apprécier les vins décrits qu’avec mon regard de Français, élevé en France, aux vins français. Une leçon d’humilité et de curiosité que j’apprécie beaucoup.

Aujourd’hui, vins rouges d’Espagne. L’interprofession des vins espagnols disposait d’un espace où toute une série de vins étaient proposés à la dégustation, et ce de manière totalement libre. C’est un concept intelligent qui attire le dégustateur curieux. Je félicite l’interprofession pour cette initiative intelligente et les remercie de cette dégustation.

l’élégant stand des vins espagnols où tout un chacun pouvait, librement, venir déguster un panel des vins de ce pays, en totale liberté.

Mon ressenti sur les vins rouges espagnols est que d’une part ils sont à la mode. Le pourquoi est en fait le comment. Les viticulteurs espagnols n’ont pas hésité à se remettre en question, en abandonnant partiellement leurs élevages de 3 à 4 ans en fûts, pour passer à des vinifications plus sur le fruit. Ils ont été à l’écoute du marché. D’autre part, les officiels espagnols ne luttent pas comme en France contre le vin. Ils ont conscience que le vin est un produit de valeur ajoutée. Pour preuve, les autorités confient régulièrement des fonds aux différentes régions pour assurer la promotion des vins sur les marchés export. C’est un grand point fort.

Je pense aussi que les Espagnols ont une approche plus « industrielle » que les Français, avec des critères de gestion et de rentabilité plus pointus qu’en France.

Enfin, en toute honnêteté, je trouve que les vins espagnols ne sont pas supérieurs à ce qui se fait en Languedoc ou Roussillon. Pour ceux qui en ont l’expérience, les Priorat ressemblent très fort aux vins des Fenouillèdes, au-dessus de Maury. Pourtant, ces derniers coutent souvent 3 à 4 fois moins cher, pour une qualité équivalente. Nous avons le savoir-faire, les Espagnols le faire-savoir…

DEGUSTATION

L’ensemble des vins cités a été dégusté sur le stand des vins d’Espagne. Ils ont été dégustés dans un ordre totalement aléatoire, soit plus ou moins dans l’ordre où ils étaient exposés. Aucun favoritisme n’a donc existé, et les vins ont été dégustés à l’aveugle, sans lire l’étiquette dans un premier temps. La lecture de l’étiquette a juste permis de situer le vin dans la fourchette de son appellation.

** ALTICO Jumilla tinto 2007
Assemblage cabernet sauvignon 85 % et syrah 15 %. Nez vineux, syrah bien marquée. Intensité moyenne, bouche souple, coulante, alcool un poil marqué. Bonne finale.

*(*) ARTIGA FUSTEL Campo de Borja 2007
Grenache pur. Robe rouge clair, nez discret, simple et diffus. Bouche simple, quelconque, alcool très marqué. Court.

*** BODEGA SAN MARCOS Ribera del Guadiana 2008
Tempranillo pur. Nez épicé, pas mal, personnel, notes végétales. Bouche souple, fruitée, belle maîtrise des tanins. Finale évoquant le raisin sec.

*(*) BODEGAS AYUSO la Mancha tinto 1999
Assemblage tempranillo 65 % et cabernet sauvignon 35 %. Nez discret, vanillé, boisé marqué. La bouche donne une meilleure impression, mais hélas simple, sans émotion. Finale un peu asséchante.

* BODEGAS BOCOPA COOP. Laudum monastrell especial 2008
Monastrell pur. Nez discret, absent, arômes curieux évoquant les légumes. La bouche est astringente, tannique, acide et courte.

**(*) BODEGAS CENTRO ESPANOLAS la Mancha « Allozo » 2005
Tempranillo pur
. Nez fin, distingué, cerise à l’alcool. Bouche souple, fruitée, bien faite, sympa.

X BODEGAS CORRAL Rioja « Don Jacobo gran Reserva » 1995
85 % tempranillo, 15 % Grenache
. Robe tuilée, vin imbuvable.

*(*) BODEGAS ERCAVIO vino Tierra de Castilla « Tempranillo roble » 2007
Tempranillo pur
. Robe très foncée, nez figué, confituré, notes végétales en arrière du nez. Bouche curieuse, goût de cachou, de réglisse très marqué. Finale correcte.

**** BODEGAS FARINA Toro « Gran colegiata Campus » 2004
100 % tinta de toro. Grand nez fume, boisé, fruits noirs, complexe, superbe. Bouche soyeuse à l’attaque, part sur l’ampleur, remplit la bouche et finit longuement, et quelle maîtrise du tanin. Superbe. 35 €

**** BODEGAS HERMANOS PECINA Rioja « Chobeo de Pecina » 2005
Tempranillo pur. Joli nez de cerises, vanille, épices, riche. Bonne bouche qui attaque sur le fruit noir, les épices, le graphite. Evolue sur la réglisse, finit bien, beau grain de tanin. Belle bouteille. 20 €.

*** BODEGAS IGNACIO MARIN d.o. Carinena « Baron de Lajoyosa Gran Reserva 2001
Assemblage 50 % grenache, 30 % tempranillo, 20 % carignan. Nez de fruits noirs, noyau d’olive, cassis. Bouche figuée à l’attaque, développe pas trop mal, belle longueur. Tanin un peu marqué, un peu grossier.

*** BODEGAS IZADI Rioja crianza 2005
Tempranillo pur. Nez frais, floral, herbes aromatiques fraîches, terre humide. Bouche sympa, coulante, aromatique. Bonne finale, maîtrise des tanins admirable.

**** BODEGAS LUZON Jumilla « Altos de Luzon » 2005
Assemblage 50 % monastrell, 25 % tempranillo, 25 % cabernet sauvignon. Nez intéressant, frais, fruité, épice douce, griotte, complexe. Bouche souple, fruitée, tanin souple ; finit bien et très long. 14 à 20 € environ

** BODEGAS NAVARRO LOPEZ Valdepenas « Don Aurelio reserva » 2004
Tempranillo pur
. Nez discret, neutre. Bouche idem, mais avec de l’astringence, le fruité n’arrivant comme la police, qu’à la fin.

*** BODEGAS PIEDEMONTE Navarra « Piedemonde reserva » 2005
Assemblage 40 % tempranillo, 30 % cabernet sauvignon et 30 % merlot. Nez aromatique, cerises, fruits noirs, poivron, cabernet bien marqué. La bouche est convenable, toujours marquée par le cabernet. Finale coulante, dans un style consensuel et international.

**(*) BODEGAS PIQUERAS d.o. Almansa « Valcanto monastrell » 2008
Monastrell pur
. Nez vegetal, poivre, notes lavandées. Bouche simple, souple, fruitée, petit tanin. Moderne.

** BODEGAS RIOJANAS Doca Rioja « Monte Real »2001
Assemblage 80 % tempranillo, 15 % graciano, 5 % divers. Robe évoluée. Nez aux notes viandées, fruits rouges, alcool bien marqué. Bouche coulante, marquée par un côté « vieux bois », finale convenable, joli rétro. Pour amateurs de vins old school.

* BODEGAS SAN ALEJANDRO d.o. Catalayud « Baltasar Gracian » 2006
Pur grenache
. Nez diffuse, léger, notes pétrolées, fruits acides. Bouche acide, vineuse, finale plus ronde, plus sympa. Mauvaise harmonie.

** BODEGAS SAN VALERO d.o. Carinena « Seleccion limitada » NM
Assemblage 20 % cabernet sauvignon 1998, 50 % merlot 2000 et 30 % syrah 2001. C’est un vin de différents cépages et millésimes, curieux. Le nez est boisé, sur la résine, et donne des arômes végétaux, mûrs et floraux. La bouche est coulante à l’attaque, développe bien, belle finale, mais le boisé hélas domine trop, et c’est un boisé qui planche, type sapin.

*** BODEGAS SONSIERRA COOP Rioja « Vendimia Seleccionada » 2006
Tempranillo pur. Nez sérieux : cerise noire, graphite, noyau, petit boisé perceptible. Bouche coulante, mure, bel équilibre d’ensemble. Finale moyenne, mais harmonieux, et savoureux aujourd’hui.

**(*) BODEGAS TERRAS GAUDA d.o. Bierzo « Pittacum » 2005
Robe rouge rubis, assez claire. Nez de fruits rouges, fraises, notes végétales. Bonne bouche souple, sapide, de la vinosité, arômes et tanins bien imbriqués. La longueur est plus que discutable, dommage.

***(*) BODEGAS TRUS Ribera del Duero « Trus » 2004
Tempranillo pur. Robe soutenue, nez discret, vineux, terre fraîche, petits fruits. Bonne bouche, attaque fruitée et boisée, avec un joli développement. Finale honnête.

X BODEGAS VALDEMAR Rioja « Inspiraçion Valdemar Graciano » 2001
Nez discret, un peu aigrelet, évoquant les fruits pas murs, avec toutefois une pointe de pruneau. Bouche acide, maigre. Tension, de la matière, ensemble bousculé, incohérent, à revoir. Je suis étonné de bons éléments dans ce vin et de son « anarchie » d’ensemble. Ou c’est très mal vinifié, ou ça a mal voyagé.

**(*) BODEGAS NIVA EXTREMENA Vino de la Tierra de Extremadura « Corte Real Platinum » 2002
Assemblage 50 % cabernet sauvignon et 50 % merlot. Nez curieux, avec des notes dominantes de framboise, poivron. Bouche souple, moyenne, assez neutre, mais jolie finale.

**** BODEGAS VIRGEN DEL AGUILA d.o. Carinena “Agoston” 2008
Assemblage 50 % Grenache et 50 % syrah. Nez très aromatique : violette, cerise à l’alcool, petites notes chocolatées. Bouche souple, fruitée, agréable, coulante. Moderne, facile, une petite bombinette de fruits et de plaisir. Du plaisir sans prétention. 8 € maxi.

Bodegas Virgen del Aguila d.o. Carinena « Agoston » 2008. Assemblage grenache et syrah à part égale. Habillage original, capsule vis, prix maxi 8 €, bombinette de fruits et d’arômes, reconnu par le concours des vinalies… Un vin comme on aimerait en voir plus souvent.

*** BODEGAS Y VINEDOS CASA DE LA ERMITA Jumilla « casa de la Ermita Roble » 2008
Assemblage 80 % monastrell et 20 % petit verdot. Nez fruité, évoque curieusement la syrah, bien qu’il n’y en ait aucune goutte ! Violette, framboises. Bouche souple, fruitée, joli tanin, un poil trop astringent. Finale sèche. Dommage, mais peut encore se faire.

**(*) BODEGAS SUMARROCA Pénédés « Terral » 2006
Assemblage 35 % syrah, 35 % cabernet franc, 25 % grenache et 5 % merlot. Nez au boisé présent, mais mesuré. Vanille, mures. Bouche ample, le boisé arrive après, comme tout le reste hélas. Il ne s’exprime vraiment qu’en finale, là encore dommage.

**(*) ESPELT VITICULTORS d.o. Emporda « Comabruna » 2006
Assemblage syrah 60 %, carignan 20 % et marselan 20 %. Beau nez : fruits rouges, végétal, notes florales, lys. Bouche souple, sapide, large, finit moyen mais style généreux. Il faut bien compenser le manque de profondeur…

* GRANDES VINOS Y VINEDOS d.o. carinena « Corona de Aragon » 2008
Grenache pur
. Nez discret, absent. Bouche coulante, souple, légère et courte.

***(*) HUERTA DE ALBALA Vino de la Tierra de Cadiz « Taberner » 2006
Assemblage 70 % syrah, 25 % merlot et 5 % cabernet franc. Beau nez au fruit un peu figué, mais pas mal, notes de prunes, végétal. Bouche discrète, tanin bien présent. Les arômes ne s’expriment qu’en finale. Beau potentiel, belle impression, le vin est juste fermé et doit se faire.

*** RIOJA VEGA Rioja « 125 aniversario reserva » 2001
Assemblage tempranillo, mazuela, graciano et grenache. Nez de prune, tabac, fruits murs. Bouche astringente à l’attaque, beaux arômes au développement, fruits murs, impression de Havane. Bonne longueur. Boisé imposant mais qui peut être digéré par la matière imposante du vin.

X VINA LJALBA d.o. Rioja “Ljalba Graciano » NM
Robe très sombre, nez réduit, mais pas une réduction à l’ouverture. Véritable défaut, comment peut-on présenter un tel vin ?

** VITICULTORS MAS D’EN GIL Priorat « Clos Fonta » 2004
Assemblage 30 % lladoner pelut, 25 % grenache, 25 % carignan et 25 % cabernet sauvignon. Nez parfumé : cerises, rose, zeste d’orange, amusant. La bouche est acide à l’attaque, développe sur un fruit qui aurait dû être bien plus ample. Bonne finale malgré tout, mais mièvre pour un Priorat.

2 Responses to “Bourgogne Wineblog : un regard français sur… les vins rouges d’Espagne”

  • DELHOMEL

    Bonjour,

    vous n’avez pas de chance, le panel proposé n’est vraiment pas terrible, et est relativement peu intérressant. Je ne suis pas dans la profession, mais je suis un véritable connaisseur et amateur, et pour moins cher on peut proposer un panel magnifique d’un vingtaine de vins classiques espagnols, qui sont bons, qui ont de la « gueule », sont uniques car les cépages ainsi que le savoir faire sont locaux. En partant d’une manzanilla de jerez (cépage Palomino fino), en passant par les blancs de castille (Rueda ==> cépage Verdejo), de Galice (Rias Baixas ==> cépage Albarino), de Xeres (Fino), de Catalogne … par les rouges du Levant (Alicante, Yecla, Jumilla ==> cépage Monastrell), de Catalogne (Penedes souvent meilleurs et moins chers que les Priorat), Castille la Manche (spécialement les Valdepenas ==> Tempranillo), Castille y Leon (TORO et les magnifiques Ribera del Duero), les magnifiques et classiques RIOJA (et non les vins parkerisés / mondialisés ==> puissance et fruits OSTENTATOIRES !!). Sans oublier les merveilles de vins généreux, de dessert, moelleux que l’on peut trouver en Andalousie (Malaga, Xeres, Montilla Moriles), dans le Levant (Moscatel de Valencia y Alicante / Vin de glace de Valence ….). L’excellence des rosés de Navarre, Valence, et Catalogne.

    Avec connaissance et expérience, je peux vous certifier que le vignoble espagnol n’a vraiment rien à envier au Français !!

    L’Espagne c’est 15 Terroirs et 63 Appelations controlées. A comparer non seulement avec le Languedoc/Roussillon, mais avec l’ensemble des terroirs français !

    • Bonjour,
      Je ne puis hélas vous prénommer car votre mail n’est pas signé. Mais vos propos sont intéressants.
      Ce que je constate, c’est que cette dégustation a été organisée à Vinexpo, à l’intention des visiteurs, donc de la planète entière. La sélection a été décidée je pense par l’interprofession nationale d’Espagne. Déplorons leurs choix.
      N’étant pas aussi calé que vous en vins Espagnols, j’avoue avoir un grand faible pour les vins de Toro, mais aussi ceux du Priorat, Montsant, mais aussi une petite appellation appelée Cigales, produisant des rouges tendres et intenses, ainsi que des rosés généreux.
      Si vos différents contacts vous permettent l’accès à une dégustation de ces vins, je suis preneur. Bien sûr que certains vins espagnols doivent être grands; le contraire se saurait. Mais vous comprenez aisément que je n’ai pu relater que ce qui était à déguster.
      Laissez-moi vos coordonnées, je me ferai un plaisir de vous consulter à l’avenir pour les nectars de nos voisins Ibères.
      Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*