11 mars 2014

MILLESIME BIO 2014 à Montpellier : mes gros, gros coups de coeur !

by Patrick Maclart

Il y a quelques semaines je me rendais au salon des vins biologiques appelé « Millésime Bio ». Bien que je soutienne ce mode de culture dans la vigne, je vous avoue que c’était mon premier salon et c’est quand même intimidé que je me rendais au parc des Expositions de Montpellier.

millesime bio

La philosophie de ce salon est de ne pas regrouper par nationalités ou appellations les vignerons bio. L’organisation estime en effet que le fanion fédérateur de ces producteurs est la culture biologique. C’est donc tout naturellement que ceux-ci soient tous mélangés, quel que soit le pays ou l’AOC. Cela implique des déplacements dans tous les sens, et je vous avoue que ce salon ne brille pas par un fléchage et des numérotations avenantes. Mes jambes ont travaillé autant que mes papilles…

Mon ressenti est aussi que ce salon est avant tout un salon d’acheteurs. Le business se faisant les premiers jours, les vignerons sont ensuite très dissipés. Carton jaune aux vignerons espagnols pour lesquels je souhaitais écrire un dossier spécial vins bios d’Espagne, mais ceux-ci étaient pour la grande majorité totalement distraits, s’égarant dans de bruyantes palabres ça ou là, oubliant l’essentiel : leur stand. Pas bien grave, dans mes pérégrinations, j’ai trouvé une perle noire en Ibérie.

La lumière et les conditions de température étaient bonnes. J’ai donc erré ça ou là et après avoir dégusté partout où c’était possible, je suis rentré avec une quinzaine de coups de coeur dans ma besace.

Vina CERRON – Fuente Alamo – Espagne

site internet : CLIQUEZ ICI

démarrer avec un vigneron espagnol, shocking ? Même pas peur ! Le jeune Juan Jose CERDAN GARCIA m’a enchanté avec ses vins dont certains reprennent le défaut récurent des vins de ce pays, à savoir vouloir épater à tout prix. Sur son domaine de 52 hectares labellisé depuis 1995, il cultive la vigne de manière hyper-respectueuse. En fait, le label n’a fait que reconnaître un travail fait depuis toujours.

Juan José CERDAN GARCIA, retenez bien ce nom, car ce petit ira loin.

Juan José CERDAN GARCIA, retenez bien ce nom, car ce petit ira loin.

J’ai dégusté la gamme entière, mais la bouteille que je retiens est l’entrée de gamme, « el Tiempo que nos Une » 2012, D.O. Jumilla. Un 100 % merlot juteux, au nez généreux, charnu, propre, des notes de yaourt aux fruits rouges; et une bouche ronde, fluide, élégante, fraiche et très longue. Une fusée atomique pour 6 € de votre poche, ¿ No es la vida hermosa ?

Sylvain LOICHET – Chorey-les-Beaune – France

site internet : CLIQUEZ ICI

cela fait des années que je piste ce talent bourguignon hors pair (voir article faisant déjà mention de ce champion). Un domaine créé depuis 2005, qui désormais s’étend sur 6 hectares, avec une labellisation bio obtenue en 2007. Il a depuis peu de belles appellations dont un très beau Corton-Charlemagne, mais au début, il n’avait que des côtes-de-Nuits village (une vigne magnifique située derrière le clos de la Maréchale à Nuits) et des Chorey. Il s’étoffe le gaillard, et c’est à mon grand bonheur. Ses vins blancs sont un peu en retrait, mais les rouges flamboient de pinot fin, subtil et malgré tout racinaire, toujours soutenus par un élevage efficace et marqué juste comme il le faut.

Sylvain LOICHET, l'anti-star par excellence, un homme qui cache comme il peut sa réserve.

Sylvain LOICHET, l’anti-star par excellence, un homme qui cache comme il peut sa réserve.

Ma bouteille coup de coeur est le simple Chorey-les-Beaune rouge 2012. Pas simple sur ce finage d’élaborer des vins expressifs et de beau fruit, certaines zones de Chorey étant vraiment ingrates. Tous, et je dis bien TOUS les Chorey de Sylvain étaient simplement grands pour cette appellation, avec du jus, de la personnalité et un fruit éclatant. Suivez ce vigneron humble et parfois un peu timide, et votre enthousiasme égalera le mien.

le domaine des Carabiniers – Roquemaure – France

site internet : CLIQUEZ ICI

la famille LEPERCHOIS est simple, sympathique et tellement accueillante. 45 hectares cultivés en bio depuis 1999, et en biodynamie depuis 5 ans, tout ça sur le secteur de Lirac et Tavel. On pourrait croire que ces modes de culture nous viennent essentiellement des jeunes, mais c’est le père Christian qui a lancé le bio. Souvent les dégustations de Tavel donnent les mêmes étiquettes, les mêmes domaines. Les Carabiniers font partie de mes domaines fétiches sur cette appellation, et en sus du rosé emblématique, c’est un rouge qui a retenu mon attention. Pour relire mes notes de dégustations sur les Tavel à Vinisud 2012, CLIQUEZ ICI.

Magali LEPERCHOIS peut être fière du travail de toute la famille.

Magali LEPERCHOIS peut être fière du travail de toute la famille.

Le Lirac rouge 2012, constitué de 50 % de grenache, le solde à parts égales de syrah et de mourvèdre, le tout élevé en barriques. Un nez fruité, charnu, intense, presque gourmand; et une bouche du bonheur à profusion. Ce vin est quasi-parfait, je l’achète !!

la Tour des Vidaux – Pierrefeu-du-Var – France

site internet : CLIQUEZ ICI

le Var est le pays des rosés anémiques, pâles comme des gosses de laitiers, et aux saveurs rappelant à l’amnésique qu’il a tout oublié. Fort heureusement, certains nous rappellent à la grandeur de ce terroir et de ce climat, car les rouges de Provence ont souvent fait flamboyer mon coeur et mon esprit. Paul WEINDEL fait partie de ceux qui y sont parvenus. Patron d’une entreprise de logistique et de transport en Allemagne, exacerbé par les syndicats, la pression, le stress, il vend tout pour acquérir un beau domaine dans l’ouest du Var : la Tour des Vidaux. Je l’ai suivi à ses débuts, alors qu’il modelait son vignoble à coups de pioche et de travaux de terrassement, à reconduire toutes les vignes, à aménager une cave digne de ce nom. Aujourd’hui, Paul fait partie de mes incontournables de Provence. Sur ses 20 hectares, il a adopté la biodynamie. Paul est un courageux, il en a affronté bien des épreuves. Et chez lui, toujours cette bonhomie qui n’est pas sans rappeler Hagrid.

la grandeur d'un homme réside dans la faculté à surmonter les obstacles. Notre Hagrid varois est donc très grand.

la grandeur d’un homme réside dans la faculté à surmonter les obstacles. Notre Hagrid varois est donc très grand.

J’en ai dégustés des vins chez Paul, Sainte-Madeleine 2013 (blanc) au très beau nez charnu frais et net; Estouna au nez un peu boisé dans sa jeunesse et à la bouche tannique. C’est Philotéa 2011 qui emporte mon suffrage. 3 tiers pour l’encépagement : grenache, carignan et syrah, le tout élevé en cuve ovoïde. Le nez est un peu réservé, mais on sent de jolies notes acidulées et friandes. La bouche est pleine de joie, c’est soyeux et joyeux. Long et top. Bonheur…

domaine de l’Ancienne Mercerie – Autignac – France

site internet : CLIQUEZ ICI

Créé en 2000 sur les terroirs de Faugères, les grands-pères respectifs de Nathalie et François CAUMETTE étaient vignerons coopérateurs. 16 hectares composent ce joli domaine, avec un peu de fermage. Cela fait un bail que je me régale des vins de ce couple charmant et apparemment très amoureux (je déguste régulièrement au Moulin à Fitou une de leur cuvée) et je dois dire que l’expression tout en finesse, en fraîcheur sur un fruit bien propre me plait au plus haut point. La qualité est tellement présente que j’ai peine à choisir une cuvée.

c'est la première fois que je rencontrais François & Nathalie CHAUMETTE. Un couple sympa et très complice.

c’est la première fois que je rencontrais François & Nathalie CHAUMETTE. Un couple sympa et très complice.

Toutefois, après avoir dégusté « au Bonheur des Dames » 2013, un rouge constitué à parts à peu près égales de grenache et mouvrèdre et élevé en cuve, gouleyant, fruité, avec de beaux amers; « Petites Mains » 2011 constitué lui à moitié de carignan avec grenache et syrah en seconds violons, d’un joli nez de groseilles et des petites notes fumées, une bouche souple, fine élégante, avec plus de rondeur dans le 2012, c’est le « Couture » 2012 qui a retenu mon attention. 40 % de carignan, le solde en grenache et syrah. J’ai trouvé ce vin profond, avec des notes de chocolat amer. La bouche est corsée, sans excès, ça finit long et fin. Précipitez-vous !

Borie la Vitarèle – Causses & Veyran – France

site internet : CLIQUEZ ICI

Un domaine familial dans l’appellation de Saint-Chinian qui élabore depuis des années des vins d’une vibration inouie. Jean-François IZARN l’exploite depuis 1990, avec aujourd’hui 19 hectares travaillés… « mon grand-père était le dernier à labourer au cheval dans le coin » affirme fièrement Jean-François, bio labellisé depuis 2000 et travaillant depuis une quinzaine d’années selon les principes de la biodynamie. En dégustant à l’aveugle, ses vins sortent presque toujours sur le haut du panier, tellement ils sont sapides et profonds. Une valeur incontournable du Languedoc.

parmi les plus grands. Tout commentaire supplémentaire est superflu.

parmi les plus grands. Tout commentaire supplémentaire est superflu.

J’ai dégusté avec plaisir son nouveau vin blanc, élaboré avec clairette, rolle et bourboulenc, tout en cuve sauf 10 % de clairette en barriques neuves. Un vin au nez friand, aux notes florales et d’amandes fraîches, et à la bouche aujourd’hui plus intéressante, avec de très beaux amers. Dégusté aussi « les Schistes » 2012, un assemblage de syrah et grenache élevés en demi-muids, au nez intense, profond, net et droit, et à la bouche veloutée, longue et vibrante; « les Crès » 2012, 60 % syrah et 40 % mourvèdre, sur un sol villafranchien de galets roulés, au nez profond, de belles notes minérales. La bouche est plus compacte, plus tannique, avec une finale tranchante, avec des tanins puissants. Mais j’ai eu un faible pour la cuvée la plus importante du domaine, les « Terres Blanches », syrah et grenache sagement élevés en cuves béton, au nez parfumé, juteux, intense, et à la bouche soyeuse, dotée d’une longueur impeccable. Des entrées de gamme comme ça, j’en demande tous les jours !

Torre dei Beati – Loreto Aprutino – Italie

site internet : CLIQUEZ ICI

la région des Abruzzes a le vent en poupe. Des vins souvent frais, bien faits, une jeune génération qui arrive et prend le flambeau à deux mains. Fausto ALBANESI, architecte de formation, a été mon grand coup de coeur lors de la dégustation du guide Slow Wine il y a deux ans (voir copie de l’article EN CLIQUANT ICI). Je persiste et je signe : sa production est ce qu’il se fait de mieux dans cette province de la côte adriatique. 18 hectares plantés, le tout en bio depuis 1999. J’aurai bien voulu parler de son Montepulciano d’Abruzzo « Cocciapazza », une bouteille stratosphérique, mais c’est un autre vin qui a retenu mon attention.

pour moi ce qu'il se fait de mieux dans les Abruzzes.

pour moi ce qu’il se fait de mieux dans les Abruzzes.

J’ai choisi le trebbiano d’Abruzzo « bianchi grilli per la Testa » 2012 présente un très beau nez intense, foin, sauge, c’est net. La bouche présente fraîcheur, de très beaux amers, c’est frais et long.

château Beauregard-Mirouze – Bizanet – France

site internet : CLIQUEZ ICI

Ce beau domaine a déjà fait l’objet d’un portrait in situ (voir copie de l’article en CLIQUANT ICI). Vignoble de 25 hectares engoncé dans un ensemble végétal de 300, il est soigné de mains de maître par Nicolas et Karine MIROUZE. Sur le massif de Frontfroide, l’un des plus frais des Corbières, on réalise dans ce coin des blancs aux saveurs fraiches et entêtantes. Labellisé depuis 2003, ce couple n’a jamais été actionnaire chez Bayer, et le travail est propre depuis des années.

j'aime chez Karine & Nicolas MIROUZE l'esprit "rabelaisien" qu'ils peuvent insuffler à leurs cuvées.

j’aime chez Karine & Nicolas MIROUZE l’esprit « rabelaisien » qu’ils peuvent insuffler à leurs cuvées.

Bien que Karine m’ait présenté sa nouvelle cuvée blanche appelée « Grangeot » 2013, en vin de France, et constituée de 90 % de viognier et de 10 % de marsanne, au nez fruité sans excès et à la bouche fruitée, juteuse, parfaite pour un apéro de printemps, c’est toujours le Corbières blanc « Lauzina » qui emporte mon suffrage. Là, j’ai dégusté le 2012. Un boisé aujourd’hui un peu présent, mais qui se fondra vite. La bouche présente un équilibre chair-végétal-acidité parfait. Qu’attendez-vous pour en acheter ?

Valdibella – Camporeale – Italie

site internet : CLIQUEZ ICI

Une bien belle histoire que celle de Valdibella en Sicile. 8 agriculteurs décident un jour de fédérer leurs efforts afin de créer une communauté toute petite, mais où tout sera cultivé en bio, que ce soient les céréales anciennes, le lait d’amandes, les agrumes, et le vin bien sûr. Anne-Marie GUCCIONE, Française de nationalité et motivée de son travail, présente constamment des vins de grande sapidité, irréprochables dans leur facture, dont certains ont des prix inouis. Sur 44 hectares de vignes seulement, cette petite coopérative m’étonne par la qualité même en entrée de gamme. Une adresse pour tout caviste intelligent.

des vins sapides, généreux, pas chers, et on y parle français, elle est pas belle la vie ?

des vins sapides, généreux, pas chers, et on y parle français, elle est pas belle la vie ?

J’aime beaucoup « Kerasos », un nero d’Avola tout en fruit, charnu en diable, ou le grillo « Ariddu » fin et subtil. Mais la bouteille qui cette fois-ci a retenu mon attention est « Acamante », un 100 % perricone, cépage autochtone sicilien et quasiment disparu de l’île. Aucune substance ajoutée, levures indigènes, et un taux de SO2 extrêmement bas. Le résultat : un nez complexe évoquant la mûre de platane, la grenade. La bouche est fine et fluide, et de belle expression générale. Une bien jolie bouteille.

domaine de la Pinte – Arbois – France

site internet : CLIQUEZ ICI

quel personnage ce Bruno CIOFI, d’origine italienne mais le Jura ancré au coeur. Et il a bien fait progresser ce domaine grâce à non seulement des pratiques culturales exigeantes, mais aussi à quelques idées innovantes en terme de marketing, tellement rares dans cette petite région. Sur ses 34 hectares, Bruno applique la culture bio stricte. Et les vins vont encore progresser, car la Pinte pour sa généralité élabore des vins de garde.

allez, on s'en va prendre un petit coup à la Pinte ! Y'a du pain, du savagnin, du saucisson !

allez, on s’en va prendre un petit coup à la Pinte ! Y’a du pain, du savagnin, du saucisson !

J’aime beaucoup « l’Ami Karl », un poulsard charnu et diablement parfumé de griottes mâtinées de poivre, de noyau et de fumée, et d’une séduction et netteté en bouche. Mais le savagnin 2007 était en grande forme ! Elevé 5 ans en foudres avec ouillage, le nez est sublime, puissant, sur la noix et la pâte de coing. La bouche est haute, intense, tellement longue. Une référence en la matière.

château de Rhodes – Gaillac – France

site internet : CLIQUEZ ICI

Ah, si tous les Gaillac avaient cette gueule, mais Dieu qu’on en boirait des litres ! Voilà une propriété qui n’est pas tombée dans l’oubli des vins ternes ou marketés à outrance. Ici on bosse la raison, et le vin avant tout. Nicolas POULHALEC, 31 ans, est le régisseur du domaine. La conversion du domaine a démarré depuis 2008 et certifié depuis 2012. Les 20 hectares du domaine donnent des vins hors du commun.

Nicolas, le jeune régisseur, ira loin. Il a la détermination et la volonté. Bon vent !

Nicolas, le jeune régisseur, ira loin. Il a la détermination et la volonté. Bon vent !

Une des grandes spécialités de l’AOC, c’est la méthode ancestrale, soit de fermentation spontanée. 100 % mauzac, sans le moindre ajout de sucre, vendangé en petites caissettes. C’est ici la récolte 2013 qui est dégustée, avec un nez très net de pomme typique de ce cépage, avec un fond de nez assez complexe. La bouche est une corbeille de fruits, c’est équilibré et harmonieux. Long et frais, du bonheur pour 10 € environ.

Sylvain PATAILLE – Marsannay-la-Côte – France

Ce génie chevelu est le pape de l’oenologie moderne non-interventionniste, et ce dernier adjectif a tout son poids en Burgondie. Installé au nord de la côte de Nuits, il m’émerveille à chaque dégustation autant par sa bonne humeur de lutin farceur, mais aussi par des vins d’une précision et d’une expression sans égal. Une visite in situ avait déjà eu lieu et avait donné lieu à un article que vous pouvez (re)découvrir EN CLIQUANT ICI. Les 15 hectares du domaine sont travaillés sans concession avec un seul objectif : la qualité radicale.

Sylvain PATAILLE, ou comment faire les choses très sérieusement sans jamais se prendre au sérieux.

Sylvain PATAILLE, ou comment faire les choses très sérieusement sans jamais se prendre au sérieux.

Plusieurs vins ont été dégustés, mais c’est le Marsannay « clos du Roy » 2012 qui a retenu mon attention. Au nord de l’appellation, près de la grande combe, c’est probablement le meilleur climat du finage. Mais travaillé à la Sylvain, c’est encore mieux ! Au nez intense, fruité, profond, un côté terrien incroyable. La bouche est un monstre de finesse et d’élégance, sans renier sur la majesté de sa provenance. La structure s’exprime surtout en finale. A tenir, impérativement.

le Conte des Floris – Pézenas – France

site internet : CLIQUEZ ICI

je découvre à chaque dégustation la magie des grands vins blancs du sud. Ce petit domaine de 7 hectares niché dans la région de Pézenas élabore parmi les plus grands vins blancs qu’il m’ait été donnés de déguster. Encore faut-il savoir les appréhender, et les attendre. L’esprit est burgonde, indéniablement, la magie y est. Catherine et Daniel le Conte des Floris peuvent être fiers de leur boulot. En bio depuis 2011, nul doute que le travail précédant cette labellisation a été parfait, car ce résultat est dû à un labeur de chaque jour. Bravo.

le flegme apparent de notre Roger Moore de Pézenas ne cache qu'en apparence la haute exigence investie dans le domaine le Conte des Floris...

le flegme apparent de notre Roger Moore de Pézenas ne cache qu’en apparence la haute exigence investie dans le domaine le Conte des Floris…

Je n’ai jamais été totalement « emporté » par les vins rouges de ce domaine, mais les blancs, c’est un voyage en tapis volant ! Des cuvées dégustées, c’est « Arès » 2011, un Languedoc blanc constitué de 70 % de marsanne et 30 % de carignan blanc, élevé un an en fûts probablement pièces bourguignonnes. Le nez est intense, fruité, tellurique, très profond. La bouche est simplement parfaite, pas d’autre mot, pure, intense, l’impression de terroir est ahurissante. Long, magnifique, incontestable.

domaine de la Chevalerie – Restigné – France

site internet : CLIQUEZ ICI

un domaine pour lequel j’ai la plus haute estime. 38 hectares tout en bio depuis 2006, et un vrai esprit familial qui anime ce domaine. Pierre le père tout d’abord, qui a été l’impulsion de la culture bio, et Emmanuel et Stéphanie derrière, en sus des autres et des fermages familiaux. Je vous l’ai dit, un vrai esprit de famille. Et j’oublie le grand-père qui avec sa faconde rurale va vous amuser pendant un bon bout de temps. Les vins ? Tous de haut vol, sans exception.

sereine, Stéphanie CASLOT. Elle peut, tout est bon à la Chevalerie.

sereine, Stéphanie CASLOT. Elle peut, tout est bon à la Chevalerie.

L’embarras pour la bouteille, chez Caslot c’est comme dans le cochon, tout y est bon ! Mais ma préférence va vers le Bourgueil « Grand Mont » 2011, élevé en demi-muids, dont un peu de neufs. Le nez est intense, profond, fruits rouges mûrs à point, de la chair et de la netteté. La bouche est bien faite, fine et droite. Très long, du miam dans votre verre !

12 Responses to “MILLESIME BIO 2014 à Montpellier : mes gros, gros coups de coeur !”

  • J’adore ta sélection de vins du Languedoc. Je ne sais pas pourquoi ;o)

    • Salut Sylvain,

      Ben moi aussi j’aime bien ma sélection de Languedoc ! Puis j’aime bien la tienne aussi… Elle est pas belle la vie ?

      Merci de ta fidélité au blog, et de ta vision du vin. Gourmandes salutations.

      Pat

  • Olivier

    Bonjour Patrick,

    C’est sympa de nous faire un petit tout d’horizon du salon des vins bio.
    Et surtout de nous proposer quelques vins que, personnellement, je ne connais pas du tout.
    Je retiens Vina CERRON, Torre dei BEATI ou encore VALDIBELLA.
    J’ai déjà eu l’occasion de déguster le domaine de la Pinte ou encore Borie La Vitarèle et je suis assez d’accord avec tes impressions.
    Il faudra que je recroise les vins de Sylvain Pataille pour me faire une idée plus précise, de même que ceux de Sylvain Loichet.
    Je note aussi le domaine des Carabiniers ou de l’Ancienne Mercerie, des vins à découvrir.
    Par contre, je n’ai pas eu ta chance avec les vins du domaine Le Conte des Floris.
    Ça fait plusieurs années que j’ai l’opportunité de les déguster via un groupement d’achat et effectivement les rouges ne m’emballent pas.
    Quant aux blancs, les échantillons étaient déviants et peu emballants.
    Et pas moyen d’obtenir des explications à nos interrogations par la personne qui représentait le domaine.
    Comme le disait fort justement ta comparse Marie-Dominique : « Quand on n’aime ni les gens ni la foule, on reste chez soi ».
    Enfin, j’abonde pour le domaine de la Chevalerie que j’ai eu le bonheur de visiter en compagnie de Pierre Caslot : tout est bon ! 🙂

    Merci pour ces belles notes.

    Amitiés gourmandes,

    Olivier

    • Salut Olivier,

      Pas facile en effet de retranscrire les ressentis d’un salon où j’ai marché, marchééééé ! Le fléchage, le bornage, tout ça ne respire pas la grande organisation, mais bon, j’ai retrouvé du bon.

      Heureux de te faire découvrir Vina Cerron ou Valdibella, pars à la chasse et laisse-toi émouvoir. Pour le reste, je te laisse partir à l’assaut !

      Pour le Conte des Floris, permets-moi d’être surpris. Je me demande qui t’a reçu ? Homme ou femme ? Personnellement, que ce soit Daniel ou Catherine, je les trouve charmants et disponibles. Si c’était quelqu’un d’autre, je ne pourrai être dans le ressenti. Il est vrai que Catherine est quelqu’un dont la sensibilité peut parfois passer pour une grande réserve, voire pour de la froideur. Il n’en est rien. Il faut aller vers elle, et lui donner envie de partager. C’est ainsi. Ne considérons pas la défense des autres comme une attaque, enfin c’est mon avis.

      Pour le reste, éclate-toi et partage avec nous tes bonheurs, yallah !

      Gourmandes salutations, elle est pas belle la vie ?

      Pat

  • bdg

    Bonsoir, y aura t il un article sur le salon « vinipro » de Bordeaux

    • bonsoir BDG,

      (qui décidément change constamment de nom, voilà un « morsylv » bien mystérieux…).

      Non, il n’y aura pas d’article sur Vinipro Bordeaux. Tout d’abord parce que je ne puis pas être partout (j’ai aussi un métier !), mais parce que le blog vivant de ses propres fonds, donc des miens, ne dispose pas d’un portefeuille élastique, voilà la simple et unique raison.

      Merci de vos remarques, à bientôt.

      Patrick.

  • bdg

    de plus, je trouve assez réducteur le commentaire sur les Gaillac  » si tous… » il y a 95 % qui fournissent de très belles cuvées, c’est une appellation qui mise sur la qualité.

    • Bonsoir BDG,

      réducteur ? Vous annoncez 95 % des Gaillac qui fournissent de très belles cuvées, d’où tenez-vous ces chiffres ? Avez-vous des chiffres officiels, ou s’agit-ils des vôtres ? S’ils s’agit des vôtres, vous en conviendrez qu’ils sont tout aussi subjectifs que les miens. Les miens, je les publie et j’assume. Mon expérience des Gaillac fait que j’ai dégusté plus de vins « plan-plan » que de vins qui m’ont fait grimper au plafond. Des vins plutôt bons, certes, mais souvent avec des visages soit audacieux sans fond, soit sans la moindre prise de risque. Et pourtant, avec des cépages originaux, on reste dans le plan-plan le plus total. A part le château de Rhodes, Balaran et l’Enclos des Braves, qui élabore des cuvées audacieuses ? Oui, Plageoles, mais tout le monde en parle…

      Alors ? Ben un certain désert quand même. Oui, une cave coopérative, Técou-Rabastens, qui ose des choses, mais il faut aller plus loin. Donc, on reste dans le « plan-plan ». Je persiste et je signe.

      Voilà, si vous avez des chiffres plus parleurs, c’est avec plaisir qu’on les échangera.
      Gourmandes salutations.

      Patrick.

  • Olivier

    Bonjour Pat,

    C’était une dame.
    Si c’est Catherine, alors je confirme qu’elle est franchement réservée ! :):)

    E si la vita e Bella ! 😉

    Olivier

    • Olivier,

      Il arrive aussi que les gens soient fatigués, ou c’est leur défense, comme je l’ai écrit.
      Connaissant personnellement Catherine, je te dis que c’est quelqu’un de charmant, parfois un peu « brut de pomme », mais charmante.

      A bientôt, la vita è bella !

      Pat

  • Bravo pour cet article et pour le blog que je découvre.
    Complètement d’accord avec votre analyse de Vina Cerron

    • bonjour Fanny,

      Merci de ton commentaire. De mémoire j’ai déjà acheté du vin sur ce site, pour un club de vins que j’animais. De mémoire vous êtes près de Nantes.

      Ca a été pour moi une vraie découverte. Dommage que votre site manque d’animations en terme de dégustations, mais je suis peut-être votre hommme ! 😉

      Merci de m’avoir écrit et de faire connaître mon blog à vos amis, gourmandes salutations.

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*