14 mai 2012

Grands Jours de Bourgogne 2012 : focus sur Marsannay & Fixin

by Patrick Maclart

La deuxième journée des Grands Jours de Bourgogne, grande manifestation ayant lieu tous les deux ans, et réunissant toute la Bourgogne et durant 5 jours, est consacrée à la Côte de Nuits, nos Champs-Elysées à nous.

Ce focus est consacré à deux appellations qu’il faut suivre si on est un amateur rusé et avide de bonnes affaires : Fixin et Marsannay. Depuis quelques années, cette dégustation a lieu dans la salle des fêtes de Marsannay, spacieuse et bien éclairée, et disposant de places de parking.

Je déplore vivement le manque de temps pour déguster l’ensemble des producteurs, et certains dont j’étais excité de déguster leur production ne m’auront pas vu juste par manque de temps : BALLORIN, JOLIET, Lou DUMONT, Henri RICHARD, Philippe ROSSIGNOL, Damien LIVERA (à suivre de près), TRAPET entre autres.

De plus, l’annonce brutale de la fin de la manifestation et en une seule langue a désarçonné plus d’un dégustateur au point où j’ai joué les taxis pour ceux qui avaient été pris de court (un salut à mon ami Dany POCHON, excellent caviste à la cave de la Charrière). La salle débarassée en 12 minutes chrono en a stupéfié plus d’un… En cas de crise de la viticulture, une reconversion chez les Déménageurs Bretons est possible… Ceci explique aussi le manque évident de photos pour illustrer l’article.

le terroir de Marsannay regorge de bien des surprises, bien des trésors. Merci au BIVB pour le crédit d’images.

Mais ne boudons pas notre plaisir. Marsannay et sa pléiade de jeunes vignerons fougueux et volontaires, à qui je remercie leur invitation à leur paulée annuelle (eh oui, la Bourgogne se réveille face au phénomène « blog » !), et Fixin et ses vrais terroirs sous-évalués DOIVENT INTERESSER tout amateur désireux d’encaver des pinots noirs de belle expression, sans piller son PEL. Je vais donc vous relater mes ressentis de dégustation. Marsannay et Fixin : les nouvelles forces vives de la côte de Nuits !

Le millésime 2010 est celui qui a été principalement dégusté. Et pourtant, ce n’était pas le plus prometteur. Le pinot décidément reste un cépage capricieux et plein de surprises, et les nouvelles générations de la Bourgogne ont désormais un tel acquis en oenologie que certains miracles se réalisent, et c’est ici le cas : des vins racinaires, profonds, concentrés, avec des tanins parfois un peu rugueux et des acidités parfois un peu mordantes, mais ces finages parfois donnent ces expressions. A savoir si elles sont dans vos goûts. Des élevages plus longs désormais permettent d’avoir des vins de plus en plus ambitieux.

DEGUSTATION

Pour votre confort, les domaines sont inscrits dans l’ordre alphabétique. Je n’ai pas eu la possibilité de déguster la totalité des domaines présents, et ceux qui en valaient la curiosité sont mentionnés ci-dessus. Les conditions de dégustation étaient excellentes. Les notes démarrent de « ** » (très moyen, voire médiocre) à « ***** » (exceptionnel).

ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment donné. Jamais une note ne doit être considéré comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui peut (parfois) être projetée.

Affûté comme une lame de Tolède, mes papilles sont prêtes pour vous relater le maximum du possible !

 Charles AUDOIN – Marsannay-la-Côte

un domaine à suivre IMPERATIVEMENT.

**** Marsannay rouge « les Champs Salomons » 2009
nez profond, terrine, myrtille. Bouche corsée mais qui ne casse pas la bouche, c’est intense, sacrément long, ça en a sous la pédale ! Très long, très beau.

**** Marsannay rouge « les Longeroies » 2009
belle couleur. Très beau nez intense, cerise noire, tellurique. Bouche concentrée mais fine, sans lourdeur. Belle tension tannique. C’est long, intense et de garde.

domaine BART – Marsannay-la-Côte

**** Marsannay rouge « les Champs Salomons » 2010
très beau nez de cerise mûre, de fruits noirs. C’est juteux et intense à la fois. Bouche ronde, fruitée, agréable. Belle expression de tanins en finale, et une belle persistance. Joli vin.

domaine BERTHAUT – Fixin

*** Fixin « les Crais » 2010
nez frais, agréable, fruit noir, poivre, joli. Bouche fine, délicate, mais avec un petit tanin anguleux qui rappelle au finage. Belle longueur.

René BOUVIER – Gevrey-Chambertin

***(*) Marsannay « en Ouzeloy » 2010
nez de fruit mûr intense, beaucoup de fraîcheur malgré tout; on reconnaît bien là le millésime. La bouche est très intéressante, avec toujours de la fraîcheur, et une belle finale sur une matière fruitée et élégante.

Hervé CHARLOPIN – Marsannay-la-Côte

*** Marsannay rouge « clos du Roy » 2010
très joli nez de pinot, petite cerise, buisson, ça pinote bien. Bouche fine, belle acidité, ça manque un peu de moelle en milieu de bouche mais la finale est tonique. Belle longueur.

Bruno CLAIR – Marsannay-la-Côte

Bruno élabore parmi les plus beaux pinots noirs de toute la Bourgogne. Seuls les adorateurs d’icônes ignorent la toute haute qualité des vins de ce domaine.

***** Marsannay rouge « les Longeroies » 2009
nez profond, intense, concentré, pinot riche, grand vin en vue. La bouche confirme : très concentré, riche, intense, la maturité du pinot arrive en milieu de bouche. L’ensemble est encore marqué par l’élevage, mais ça va se fondre. Immense vin, immense potentiel.

intense, concentré, vibrant, terrien, complexe… Il a tout d’un grand. Marsannay dispose indéniablement d’un grand terroir, et ce genre de vins nous le confirme. Bravo Bruno, du grand grand travail.

domaine du clos Saint-Louis – Fixin

** Fixin rouge 2010
nez discret, pinot, griotte, pointe cendrée. Bouche coulante, fine, sur la cerise. Bonne finale. Peut mieux faire.

domaine COILLOT père & fils – Marsannay-la-Côte

***(*) Marsannay rouge « les Boivins » 2010
joli nez fumé, marqué par l’élevage, mais c’est prometteur : cerise noire, buisson. Bouche bien faite, c’est élégant et concentré, c’est profond. Belle finale sur la finesse avec une persistance fruitée.

domaine COLLOTTE – Marsannay-la-Côte

un domaine qui travaille honnêtement, sans tapage, et qui réussit régulièrement ses cuvées.

**** Marsannay rouge « Champs Salomon » 2010
joli nez fruité, framboise, simple mais franc et droit. Bouche ronde, fruitée, joyeuse, plaisante, souriante. Un bon vin pour accompagner un repas. Ma note tient compte du prix difficilement battable !

mes notes de dégustation tiennent souvent compte du prix, facteur pour déterminer le travail qui a été fait dans la cuvée. Chez Philippe COLLOTTE, on n’a pas encore été atteint par la flambée des prix, et son Marsannay rouge « Champ Salomon » reste encore plus qu’abordable pour un pinot de plaisir qui a malgré tout de la tenue.

Pierre DAMOY – Gevrey-Chambertin

***** Marsannay rouge « les Longeroies » 2010
jolie couleur. Nez impressionnant, de confiture de cerise noire, agréable. Bouche bien faite, beaucoup de tanins, mais de qualité. Un boisé dominant qui devrait se fondre. Belle longueur, ça termine sur un grain de tanin impressionnant pour l’appellation. Très long.

peut-être le meilleur vin de la dégustation avec celui de Bruno CLAIR. Impressionné par son expression, par ses tanins d’une qualité inouïe. Pierre peut vraiment surprendre.

DEREY frères – Couchey

*** Marsannay rouge « Champ Perdrix » 2010
nez de pinot, cerise montmorency, végétal. Bouche fine, légère, agréable, facile. Longueur moyenne.

***(*) Fixin 1er cru « les Hervelets » 2010
nez terrien, fruits noirs, impression de caillou. Bouche fine, fondue, l’angle des tanins du finage est en milieu de bouche et en finale. Bonne longueur.

DUPONT-TISSERANDOT – Gevrey-Chambertin

**(*) Marsannay rouge « Echezeaux » 2010
nez fruité, petite cerise, discret et simple. Bouche fruitée, simple, jolie trame acide, moyen en bouche. Longueur du même acabit.

domaine DURAND père & fille – Fixin

je n’ai pas compris ce domaine qui présentait des millésimes anciens, mais très évolués, avec des robes brunâtres et des nez type « acétate ». Des bouches austères et dures. Une remise en question totale me semble indispensable. Dommage.

Fixin a toujours eu la réputation de donner des vins « durs ». Ce n’est plus si vrai aujourd’hui avec la maîtrise d’élevage qu’ont acquis les vignerons à l’écoute de leurs terroirs. Ils sont un potentiel de garde intéressants, et des prix abordables. Merci au BIVB pour le crédit d’images.

Jean FOURNIER – Marsannay-la-Côte

un vigneron plein d’enthousiasme et d’énergie, et des vins qui lui ressemblent, de haute facture.

****(*) Marsannay rouge « clos du Roy » 2010
nez intense, fumé, fruits noirs, marqué par l’élevage mais ça va se fondre. Bouche bien faite, sapide, superbe équilibre entre acidité et tanins. Joli fruit, tellurique. C’est long et ça persiste. Beau rapport qualité-prix.

un élevage de haut vol, mais il y a du vin, et les deux se rencontrent. Le résultat : une bouteille de compétition à encaver. Du beau jus, et quelques millésimes plus anciens dégustés lors de la belle paulée de Marsannay m’ont convaincus.

Daniel FOURNIER – Couchey

un domaine où les prix sont incroyables pour la qualité des vins de style traditionnel. Ma note en tient compte.

**** Fixin rouge « les Echalais » 2008
joli nez de pinot, cerise, très épicé. Bouche bien faite, bel équilibre. Jolie bouteille, longueur impressionnante pour le prix, car le rapport avec la qualité et le plaisir est imbattable.

de jolies appellations, des prix très sages, l’amateur averti rendra forcément visite à ce sympathique domaine resté simple, sincère, familial et chaleureux.

Emilie GEANTET – Gevrey-Chambertin

***(*) Fixin rouge 2009
nez discret, élégant, fin, floral. Bien plus convaincant en bouche, avec une belle montée en puissance, un joli milieu de bouche et une finale bien cadrée. Belle personnalité.

GEANTET-PANSIOT – Gevrey-Chambertin

**** Marsannay « Champs Perdrix » 2010
nez très fruité, intense, voluptueux. Bouche fine, élégante, confortable en milieu de bouche et finit avec un beau tanin pour encadrer tout ça. Du Vincent tout craché.

Pierre GELIN – Fixin

***(*) Fixin rouge 1er cru « clos Napoléon » 2008
nez très pinot, beaucoup de fraîcheur, noyau. Bouche fruitée, qui gaine une structure vive et une belle acidité. Belle finale tonique. Vin complexe.

Jean-Michel GUILLON – Gevrey-Chambertin

**** Marsannay rouge « clos des Portes – Monopole » 2009
nez fumé, joli fruit. Attaque ronde, très belle structure d’ensemble avec un beau tanin en finale, et un joli fruit en milieu de bouche. Jolie bouteille.

domaine HUGUENOT – Marsannay-la-Côte

**(*) Marsannay rouge « Champs Perdrix » 2010
nez de petite griotte, acidité marquée. Bouche assez acide à l’attaque, qui développe sur une tension et une nervosité trop marquées. Finale tonique. Un style qui doit se fondre.

A & J.M. MOLIN – Fixin

*** Fixin rouge « les Chenevières » 2009
joli nez étonnant, complexe, très fin, axé sur la fraise. Bouche fruitée, ronde, finale sérieuse.

Denis MORTET – Gevrey-Chambertin

J’admire les progrès constatés de ces deux derniers millésimes, un style plus simple, plus direct. Bravo.

**** Fixin rouge « Champs Pennebaut » 2010
joli nez très propre de pinot, cerise, fraîcheur, grande netteté. Bouche fraîche, une certaine tension en milieu de bouche qui se resserre (typique du finage), mais on repart sur la fraîcheur en finale. Long, beau vin.

Philippe NADDEF – Fixin

****(*) Fixin rouge 2009
superbe couleur. Joli nez de fruit noir, racinaire, tellurique, profond, beau. Bouche au tanin bien intégré, belle trame acide. C’est racinaire aussi en bouche. C’est long et fin, ça tranche bien.

dans un style sans concession, avec un seul objectif : la qualité. Le Fixin village rouge de chez Naddef est une bouteille « pilier » d’une bonne cave de Bourgogne, car Philippe & Anne-Marie travaillent toutes leurs vignes comme des crus.

Sylvain PATAILLE – Marsannay-la-Côte

**** Marsannay rouge « clos du Roy » 2010
joli nez fruité, framboise, très charmeur. Bouche fraîche, propre, bien structurée, joli fruit en finale. Bouche personnelle et intense, jolie bouteille.

Sylvain PATAILLE est la joie de vivre personnifiée. Ses vins lui ressemblent, pleins de charmes et de sourires. Toutefois, ils restent des vins de terroir, mais les fruits sont d’une expression inouïe.

8 Responses to “Grands Jours de Bourgogne 2012 : focus sur Marsannay & Fixin”

  • Davy

    Aaahhh ! Fixin ! C’est magique, et comme tu le dis ça reste un des vins les plus accessibles financièrement de la côte de nuits.

    Tu n’as pas goûté les Fixin de Bart ? J’adore les vins de cette maison…

    • salut Davy !

      Heureux de te lire encore sur mon blog. Si tu lis bien l’article, Bart est en deuxième position et je sors son vin avec 4 étoiles sur 5, avec une très belle note. Mais quelques vins étaient pour moi au-dessus, tel l’étonnant vin de Pierre DAMOY, mais qui doit être vendu à un autre tarif…

      Tu as raison pour Fixin, c’est un puits de bonnes affaires, mais chuuutt… Un dossier sera peut-être organisé dans les mois à venir : terroir, dégustations comparatives, vidéos, photos… Le syndicat avait tenté une approche mais pour l’instant plus de nouvelles… Wait and see.

      A bientôt l’ami, merci de ta fidélité sur le blog.
      Patrick.

      • Davy

        Salut Patrick !

        oui, j’ai bien vu ton commentaire sur le Marsannay de Bart, mais pas sur ses Fixin que je préfère aux Marsannay, c’était le sens de ma remarque. Et j’ai bien noté tes autres coups de cœur : j’aimerais beaucoup goûter les vins de Bruno Clair, mais là c’est vraiment une gamme de prix au-dessus…

        • mon bon Davy,

          Comme tu l’imagines je n’ai qu’un foie et un cerveau, j’essaie donc de me limiter à un vin ou deux par vigneron, afin de laisser à chacun la chance d’être sur mon blog. Bart a une réputation hors du commun pour son Fixin qu’il bichonne comme un cru (tout comme Naddef), et c’était justement le challenge que de déguster son Marsannay. Si certes le Fixin est hors du commun, le Marsannay n’est pas en reste. Bart, ça tient la vague… (pouf pouf…).

          A bientôt de te relire l’ami, gourmandes salutations, y’a le repas qui est prêt !

          Patrick.

  • Jeff Carrel

    Bonjour,

    pourriez vous me décoder la phrase ci-dessous svp: »Toutefois, ils restent des vins de terroir, mais les fruits sont d’une expression inouïe ».

    d’avance merci

    • Bonjour Jeff,

      Merci de ta lecture et de ton intérêt pour mon blog.

      Amusant, un bon vigneron de Chablis était lui aussi étonné de cette phrase, je m’en explique. Le mot « toutefois » vient modérer une éventuelle pensée que pourrait avoir le lecteur.

      En effet, les vins de Sylvain PATAILLE (de mémoire, c’est là que j’ai mis cette phrase) sont très fruités, avec une propreté de parfums et d’arômes inouïs. Mais ils restent des vins de terroir, c’est à dire que ce n’est pas de la grenadine fruitée. En Bourgogne, on dirait : « il y a du vin ». Donc, les typicités de terroir sont marquées, mais le fruit domine l’ensemble. Me suis-je fait bien comprendre ? Pas simple de théoriser une pensée…

      Si tu nécessites plus d’explications, n’hésites pas à me dire. Les questions ne sont jamais bêtes, ce sont les réponses, et pire l’absence de réponses, qui le sont.

      Amitiés, gourmandes salutations.
      Patrick MACLART.

  • gérard

    C’est bien de mettre en lumière ces « petites »appellations, petites pour le consommateur non averti, car c’est là que les bonnes affaires se réalisent car c’est là aussi que se font des grands vins. Question de vigneron bien sûr!
    Je viens d’encaver quelques vins d’Emilie Geantet, car Vincent n’a presque rien à vendre, et le vend cher ! Mais j’apprécie beaucoup son Marsannay et même son générique Pinot Fin. J’ai quelques années plus anciennes chez René Bouvier, et chez Philippe Charlopin ( maintenant trop cher à mon avis ). Hervé est-il son fils pour lequel il a investi à Chablis me semble t-il, il y a 3 ou 4 ans ?
    Merci pour la découverte (pour moi) de Pierre Damoy. J’ai bien envie de concrétiser compte tenu de ton appréciation, s’il a des disponibilités et s’il est raisonnable en prix.
    Gérard

    • salut Gérard,

      Le leitmotiv de Bourgogne Wineblog est de justement mettre en lumière ce qui à mon goût reste trop souvent dans l’ombre. Si je fais des articles uniquement sur la Romanée Conti, Comtes Lafon, Dugat-Py, Coche-Dury (au demeurant superbes bien sûr), que vais-je apporter au lecteur ? Pouvoir bomber le torse et me dire que tout comme Pépé à Verdun, « j’y étais » ? Mon égo n’en est pas encore à ce stade…

      En feuilletant le blog, tu trouveras plein de vignerons de folie, qui bossent toute la journée, et qui méritent amplement les spotlights des médias vins classiques, mais qui pour différentes raisons préfèrent miser sur des valeurs sûres.

      Chez moi, tout le monde a sa chance, et les stars peuvent aussi perdre des plumes, c’est le jeu ma pôv’ Lucette… 😉
      Pour tes questions, Hervé n’est pas le fils du Toutoune, c’est je pense un cousin, mais je ne suis pas généalogiste… Pour Emilie, bien joué car les vins sont soignés comme ceux du domaine. Vincent est un type hors pair, un vrai copain. Pour Damoy, je pense qu’il est cher mais je trouve le type au summum de sa maturité, je le trouve bien dans ses baskets et ses vins s’en ressentent bien. C’est du bonheur.

      A bientôt de te lire l’ami, et merci de ta fidélité au blog.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*