29 juin 2011

excellence des Volnay 2011 : le millésime 2007 en intégralité et exclusivité !

by Patrick Maclart

Tous les ans, le dernier samedi de juin, Volnay déclame haut et fort à celui qui veut l’entendre qu’il rime avec élégance. Donc, une fête est ainsi organisée, appellée « élégance des Volnay » avec le matin un jury exclusivement féminin qui découvre à l’aveugle quelques vins du village, tous issus du même millésime. Elles sont donc amenées à se prononcer sur la qualité des vins. Dans le même temps, le public a accès, contre un droit d’entrée plus que modique, à des vins présentés par les vignerons, dont certains sont exceptionnels. Quelques vignerons font le plaisir de sortir quelques millésimes de derrière les fagots, pour le plus grand plaisir des afficionados du pinot fin.

 

Cela fait des années que je participe à cette manifestation. L’augmentation spectaculaire des participants ne fait que reconnaître le travail excellent des vignerons sur leurs vins, mais aussi la qualité de l’organisation.

Le syndicat de Volnay est à remercier mille et mille fois sur cette dégustation. En effet, ceux-ci m’ont laissé la possibilité de déguster en avant-première (dès potron minet, avant le grand jury féminin) la totalité des vins présentés aux papilles expertes et féminines qui se sont présentées vers 10 heures du matin. Le millésime 2007 était cette année à l’honneur.

Mon ressenti sur cette dégustation est que tout d’abord Volnay est un grand village, tant au niveau de ses vignes, que de ses vins, et que de ses hommes. Rare est perceptible cette osmose totale, cette fusion entre les hommes qui ne l’oublions pas sont les architectes de nos terroirs, ceux qui rendent compréhensibles la magie de notre terre. Alors que dans certains villages, on devrait plutôt parler de confusion, en un mot ou en deux, je ne sais pas faire les bouquets…

vue sur le vignoble de Volnay, l’un des mieux travaillés de la côte…

Ensuite, pour parler des vins, les 2007 m’ont été soumis. Ce n’est certes pas le millésime du millénaire (tiens, Bordeaux va me la piquer celle-là…), mais le gros avantage de cette année est que les pinots sont très « lisibles ». On peut retrouver certains climats, certains « coups de patte », et c’est très confortable à déguster. Quelques vins pour moi ont été sous la moyenne, mais c’est mineur. Aucun n’a été parfait, mais certains ont flirté avec le firmament. Comme à mon habitude, j’ai noté les vins de **(*) (moyen) à ***** (exceptionnel). La dégustation s’est faite à l’aveugle dans la salle des fêtes de Volnay le 25 juin 2011, sous le contrôle strict de quelques vignerons présents qui ont été totalement impartiaux, quels coquins !

 

les pinots noirs 2007 sont non seulement harmonieux mais aussi « lisibles », ils parlent bien de leur terroir.

DEGUSTATION VOLNAY 2007

Elle a eu lieu dans le caveau municipal de Volnay. Merci à l’ensemble des vignerons d’avoir joué le jeu. C’est l’une des dégustations les plus sérieuses auxquelles j’ai assisté. Tout était surveillé, l’impartialité était de mise.

ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment déterminé. Jamais une note ne doit être considérée comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui tente à projeter le vin dans un futur.

Bernard & Thierry GLANTENAY – 1er cru « Caillerets »
***(*) joli nez, cerise, un peu empyreumatique, terrien. Belle acidité à l’attaque, fruité élégant, très griotte. Jolie finale fine, élégante, bien faite.

Louis BOILLOT – 1er cru « Caillerets »
**** très beau nez, comme j’aime : finesse, cerise, buisson, épine. Bonne bouche, gourmande, fruitée à souhait, souple; les tanins arrivent sur la finale, c’est typique de ce millésime. Joli fruité en rétro.

REBOURGEON-MURE – 1er cru « Caillerets »
*** très joli nez fruité, noyau, épices. Bouche souple, un peu légère dans son développement. Finale par contre stricte, un peu dure, autoritaire. Longueur et rétro dans la norme.

BITOUZET-PRIEUR – 1er cru « Caillerets »
****(*) superbe nez, un peu marqué par l’élevage, petite réduction, mais c’est très prometteur : fruits rouges et noirs, empyreumatique, subtil, petites épices. Bonne bouche, complexité et gourmandise à la fois, longue, très belle acidité. Long, rétro impeccable.

Christophe VAUDOISEY – 1er cru « Caillerets »
*** robe claire. Fruit amusant : arbouse, floral, personnel. Bouche fine, ronde, fruitée, mais consensuelle. Finale ronde, un peu facile comme style.

Lucien BOILLOT – 1er cru « Caillerets »
*** très beau nez de cerise, notes florales, petit tanin perceptible au nez par ces amers. Bouche un poil en retrait, un peu asséchante, un côté « muscade » en fond de palais. Espérons que ce soit juste un stade d’évolution…

domaine de la Pousse d’Or – 1er cru « Caillerets – clos des 60 Ouvrées »
***(*) joli nez croquant, griotte, fruité subtil et franc. Bouche tendue, frâiche, part plutôt sur la longueur. Mise sur sa trame plutôt que sur son charme et sa chair, c’est un style. Finale sur l’acidité et les tanins. Sans concession.

Régis ROSSIGNOL – 1er cru « Brouillards »
*** nez discret, cerise, un peu fermé, un côté tellurique intéressant. Bouche fruitée, souple, milieu de bouche intéressant, sur la mûre, même si aujourd’hui c’est un peu austère. Jolie finale.

Pascal MURE – 1er cru « Carelles »
***(*) nez de cerise au noyau, raisin, discret mais intéressant. Bouche fine, bien faite, dans la légèreté, l’aérien, le fruité. Belle structure en finale.

domaine SAINSON-ROSSIGNOL – village
*** joli nez fruité, framboise, charmeur. Bouche fine, fruitée, élégante, bonne finale. Rien à dire de plus, un bon standard.

NUITON BEAUNOY – village
**** robe pâle. Très joli nez fruité, fumé, discret, mais joli. Bouche bien faite, constituée, charnue. Jolie finale. Bonne longueur.

Philippe COILLOT – village
*** robe claire. Nez de cerise au kirsch, noyau, un style « old school », sympa. Bouche dans le même esprit, mais courte et un peu asséchante en finale.

Joseph VOILLOT – 1er cru « Champans »
****(*) robe claire. Joli nez fruité, juteux, charmeur. Bonne bouche ronde, charmeuse, agréable, fruité multidimensionnel, charnu. Donne bien, belle rétro. Superbe longueur. Le plus beau vin de toute la série, indéniablement.

domaine de MONTILLE – 1er cru « Champans »
***(*) joli nez fruité, un peu fumé, charmeur, charnu. Bouche fine, bien faite, un peu asséchante en finale. Belle rétro.

Jacques PRIEUR – 1er cru « clos des Santenots »
****(*) joli nez au fruité net, propre, efficace mais charmeur. Bonne bouche bien élevée, ronde, longue, pleine, riche. Belle finale fruitée, ronde, gourmande mais sans dénier sa structure.

domaine des Comtes LAFON – 1er cru « Santenots »
****(*) très beau nez fruité, fumé. Très bel élevage, fumé, cerise noire et mûre. Bouche concentrée, riche, charnue, superbes acidité et tanins. Long, intense.

Georges GLANTENAY – 1er cru « Robardelles »
**(*) nez discret, cerise, épice, réservé. Bouche tranquille, arômes déviants ou mal centrés. Asséchant en finale.

domaine HUBER-VERDEREAU  1er cru « Robardelles »
**** Robe claire. Nez discret, réservé, petite cerise, épices douces, doit se développer, car tout est là. Bouche plus ambitieuse, doit encore se faire; structure autoritaire. Vin ambitieux. Joli grain de tanin en finale.

Alain BILLARD – 1er cru
*** nez de griotte, noyau, fumée, certaine complexité. Bouche fine, élégante, sur la finesse des arômes, mais hélas aux dépends d’une certaine structure. Bonne longueur.

Pascal BOULEY – 1er cru « clos des Chênes »
**** très beau nez de cerise, de fraise, quelle propreté de fruit ! Bouche bien faite, une extraction un poil trop poussée, jumelée à des tanins de fûts un peu trop marqués viennent gâcher le plaisir. Néanmoins c’est long et personnel.

Jean-Marc  BOULEY – 1er cru « clos des Chênes »
****(*) joli nez de cerise, noyau, fin, subtil. Bouche bien faite, charmeuse, équilibrée, fine, et dotée d’une très belle longueur. Long, rétro, superbe. Le deuxième plus beau vin de la série.

BOUCHARD père & fils – 1er cru « clos des Chênes
**** très beau nez de pinot, simple mais joli. Un peu réservé au niveau de ses parfums, il fait le timide mais l’ensemble paraît agréable. Bonne bouche, bien faite, gourmande, stylée, joli coup de patte. Le fût est un peu marqué en finale, mais il y a du vin. Personnel.

Marquis d’Angerville – 1er cru « Fremiets »
***(*) joli nez classique, pinot, terrien, floral, élégant. Bonne bouche juteuse, souple, fruitée, agréable. Comme beaucoup de 2007, l’acidité et le tanin arrivent, tout comme la cavalerie dans les films de western, tout à la fin.

François BUFFET – 1er cru « Fremiets – clos de la Rougeotte »
*** robe évoluée. Nez discret, kirschée, noyau, buisson. Bouche souple, fruitée, classique, sans vice ni vertu. Un peu asséchant en finale.

Michel & Marc ROSSIGNOL – 1er cru « Pitures »
*** nez classique, très pinot, droit, net, élégant. Bouche coulante, souple, trop facile à mon goût. Plus aromatique que puissant, du coup la trame acide en finale est un peu carrée et marquée. Longueur dans les cloux.

Henri MONTAGNY – 1er cru « Pitures »
*** nez variétal, floral, pinot fin, discret, une jolie chair de fruit en fond de nez. Bouche plus intéressante, carrée, un peu stricte, les arômes sont pour l’instant mal fixés. Un peu asséchant en finale. N’est pas sous son meilleur jour, malgré une belle longueur. A revoir.

9 Responses to “excellence des Volnay 2011 : le millésime 2007 en intégralité et exclusivité !”

  • Ayant pour passion les vignobles et vins français je suis ravi de découvrir votre blog.
    A bientôt

    • Bonjour,

      N’ayant pas votre prénom, je ne puis vous répondre de manière nominative… Merci du commentaire. La philosophie de mon blog est d’avant tout mettre l’homme, l’individu, au milieu de ses vins, mais surtout mettre le plaisir au milieu de tout. C’est à mes yeux le plus important.
      J’ai regardé votre site qui est agréable, et contient des informations fort intéressantes, comme la récompense obtenue par le restaurant « chez Guy », table fort agréable de Gevrey-Chambertin.
      Au plaisir de nous croiser, gourmandement vôtre.

      Patrick MACLART.

  • Mathieu GODILLON

    bonjour,

    A quand un reportage sur l’élégance des volnays 2013 ?
    Souhaitant passer une commande de Volnay, cela pourrait m’aider dans mes choix.
    Félicitations pour la qualité du site.

    • Bonjour Mathieu,

      Il n’y aura pas de reportage sur l’Elégance de Volnay 2013. Le syndicat ne m’y a pas invité. Mais il y a eu de nombreux reportages sur ce sympathique village avec des vignerons de haut talent. Je pense même que Volnay a été le village le plus mis en avant sur mon blog. Donc, il est aussi légitime de parler des autres.

      L’année passée en 2012, Volnay avait proposé une journée réservée à la presse, le vendredi, avec je pense tous les 2008 à la dégustation, ce qui aurait été pour moi une immense joie (le niveau est élevé) et un plaisir d’y participer. Mais contre toute attente, la journée a été annulée la veille sans autre forme de procès, ni même invitation future. Donc, pour l’instant, je pense que Volnay présente ses vins aux revues classiques et c’est un choix que je respecte. En tout cas, rien à dire sur la qualité et l’enthousiasme des vignerons de ce village si beau.

      La qualité étant quand même assez stable, les articles parus devront te donner une indication sur tes achats futurs.

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick.

  • Mathieu GODILLON

    bonjour?

    A quand un reportage sur l’élégance des volnays 2013 ?

    Souhaitant passer une commande de Volnay, cela pourrait m’aide dans mes choix.
    Félicitations pour la qualité du site.

    Mathieu

    • salut Mathieu,

      Merci de ton commentaire. Désolé pour la réponse tardive, mais mon filtre un peu trop zélé t’avait placé en spam.

      Alors, pourquoi pas d’article sur l’élégance des Volnay 2013 ? Ben tout d’abord parce qu’on ne peut pas être partout. Tout ce qui est fait sur mon blog vient de mon temps libre, et parfois celui-ci vient à manquer. Du coup, on zappe ça ou là quelques manifestations importantes.

      Mais il s’avère aussi qu’à l’édition 2012, quelques points avaient changé dans l’organisation, et notamment une journée « presse » réservée le vendredi. Bien que j’avais bloqué toute ma journée (imagine ce que ça représente en coût…), tout a été chamboulé au dernier moment et bien que demandant une invitation pour le lendemain, celle-ci ne me fut jamais accordée ou envoyée. Je respecte donc le choix du syndicat de Volnay de vouloir communiquer avec tel ou tel média. De mon côté, je prends aussi ma responsabilité sur mes choix rédactionnels.

      Pour ton choix de vins, tu peux te fier aux éditions plus anciennes car les bons vignerons à Volnay sont toujours en place.

      Merci de ta fidélité au blog, bonne journée.

  • Jean-Claude GINDRE

    Bonjour,

    Le pur hasard m’a conduit à votre prose. Je cherchais en effet des commentaires sur un vigneron de Volnay dont un site commercial vantait les qualités de ses vins.
    J’apprécie votre franchise qui me semble spontanée. Avouer préférer le Bourgogne (au point de s’installer dans la région de production) après avoir été plutôt « Bordeaux » est assez rare.
    Pour ma part,J’ai l’originalité d’avoir été l’un des très rares dégustateurs de vin (du Jura) de la commune de Salins-les-Bains pour la simple raison que mon grand-père paternel était l’un des trois derniers vignerons de cette commune (qui était encore viticole à la fin des années 60, dixit les anciens dictionnaires). La récente Percée du vin jaune qui s’y est déroulée m’a fait découvrir la richesse des caves qui subsistent encore dans cette bonne ville.
    Dijonnais d’origine, je ne suis évidemment pas passé par la case « Bordeaux ». De surcroît, je suis resté un très modeste amateur de vins, bien qu’étant secrétaire d’un tout aussi modeste club d’oenophiles.Mes centres d’intérêt sont si variés qu’il m’est matériellement impossible d’avoir une compétence suffisante dans l’un de ces domaines si ce n’est la randonnée pédestre.
    D’où mon interrogation sur notre complémentarité. Car, moi, je me passionne pour tout ce qui existe autour du vin… de Bourgogne: la flore, la faune, les murs en pierres sèches (qu’on retrouve toujours plus d’un siècle après dans les bois de pins noirs d’Autriche ou au milieu de ronces) et les cadoles oubliées, les superbes maisons vigneronnes sur des caves multiséculaires… et, bien sûr, leurs propriétaires.
    Peut-être nous rencontrerons-nous un jour entre l’une de celles-ci et les vignes ? Ce jour-là, si nous pouvons prendre le temps l’un et l’autre de pousser la porte d’un de ces sanctuaires, je vous laisserai le premier commentaire car mon vocabulaire de dégustateur est nettement plus pauvre !

    Jean-Claude

    • Jean-Claude,

      tout d’abord dix mille excuses pour cette réponse tardive. Ton mail est arrivé coincé dans les spams, et prêt à être jeté. C’est en faisant un contrôle que j’ai vu que ton message n’en était pas un. Je me confonds en plates excuses.

      Merci pour les compliments que tu me fais, y compris la franchise (tiens je te tutoie, signe de franchise chez moi). Oui, j’ai commencé par le Bordeaux, mais je continue aussi à en boire, et parfois avec délectation ! Notamment Gombaude-Guillot, un Pomerol dont j’aime beaucoup le style.

      J’apprécie ta passion des vieilles pierres, que je partage. J’aime à aller musarder dans ces vieilles chapelles au sud de la côte chalonnaise, près de Cluny : Chapaize, Brancion, même à Saint-Gengoux pour voir ce carillon spectaculaire, et ce malgré la disparition d’un des meilleurs charcutiers de Burgondie. J’aime à aller à Cluny, où l’âme des anciens y est toujours présente, si on prend le temps de les écouter…

      Nous pourrons nous retrouver pourquoi pas un de ces quatre près d’un murger, bouteille(s) et verres, pour parler pourquoi pas de l’impact du minéral dans le fruit du vin. Intéressante discussion.

      Porte-toi bien, merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick.

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*