20 avril 2012

en côte chalonnaise, au domaine des Champs de l’Abbaye, Alain HASARD : c’est divinement bon !

by Patrick Maclart

Alain HASARD, la cinquantaine glorieuse, est vigneron depuis 1997. Avec son épouse Isabelle, ils ont décidé de poser leurs valises en côte chalonnaise.

Alain, Ardennais de naissance, était sommelier et caviste; Isa elle venait du Haut-Beaujolais. « J’en avais marre d’être enfermé entre quatre murs, et j’aime le travail physique; notre passion commune à Isa et moi. Le reste s’est fait tout seul. On a pris nos petites affaires, nos trois enfants et on est arrivés ici. » me dit avec conviction Alain.

Sous des dehors « zen », Alain est un gros bosseur, et plein de volonté. Ses vins s’imposent déjà comme des valeurs absolues en côte chalonnaise.

Une formation au CFPPA de Beaune, puis il travaille dans deux domaines différents, et quelques stages. « On a trouvé notre première vigne en 1996, puis on s’est installés d’abord dans le Couchois, avait alors 4 hectares et demi dont 4 de passetoutgrains. » me dit alors Alain. Le déménagement s’explique de ce fait.

L’installation en côte chalonnaise date elle de 2001, avec la remise du vignoble aux normes « bio », mais aussi à celles d’Alain, tout autant exigeantes si ce n’est plus ! Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 6 hectares avec des vignes en Rully, Bourgogne côte chalonnaise, Monthelie et Mercurey. La production totale est de 18.000 bouteilles par an.

le terroir de Rully donne souvent des vins fins, harmonieux, et de bonne tenue.

A la vigne, le travail est bio et certifié AB depuis 1999. De la biodynamie est aussi appliquée, mais sans certification. Labours des sols, ou enherbement selon les parcelles. « Je n’ai pas de recette, c’est le sol qui commande. » me dit ce vigneron déterminé. Les vendanges sont manuelles avec des petites équipes qui trient à la vigne, qui connaissent leur métier. Les raisins seront mis en petites cagettes.

Au chai, les rouges sont égrappés totalement, la fermentation est spontanée, cuvaison de 8 à 10 jours. Entonnage et élevage sur fûts entre 11 et 14 mois dont 25 à 30 % de neufs. Pas de soutirage durant l’élevage, mise en bouteille sans collage ni filtration. Du boulot comme je l’aime.

Pour les blancs, pressurage de 2 heures au Vaslin, débourbage de 24 heures, puis entonnage pour les deux fermentations en fûts avec des malos longues (Alain ne précipite rien à ce niveau) qui dureront entre 8 et 10 mois. L’élevage sera semblable aux vins rouges.

Plus de deux bouteilles sur trois partent à l’export, sans marché dominant. Là encore nos amis ont eu la truffe fine…

Les vins d’Alain et Isabelle ont des nez excitants, profonds, racés et aromatiques. Et vous, votre nez, sera-t-il assez finaud pour se contenter d’appellations peu prestigieuses, de vins au col pas monté pour deux sous, mais qui peuvent toiser des plus grands ? Démontrez-moi le, et rendez-leur visite. L’accueil est juste, souriant, et lorsque vous partagerez les bouteilles acquises, le sourire de vos convives rassurera votre flair.

LES CHAMPS DE L’ABBAYE
Alain & Isabelle HASARD

9  rue des Roches Pendantes
F-71570 ALUZE

tél. +33 (0)3 85 45 59 32
mail : alainhasard@wanadoo.fr

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Alain de ce long moment passé ensemble. Un regret : ne pas avoir dégusté les crèpes de ton épouse; ça sentait si bon ! Oui, je lance un message ! Pour voir la vidéo réalisée avec Alain, cliquez ICI.

Bourgogne blanc 2009
très beau nez minéral, tendu, notes de pomme reinette, floral, fraîcheur, impression de « patûre ». Belle bouche fine, élégante, chair de pomme, aubépine. Bonne longueur, fraîcheur, tension, c’est tonique et frais.

Rully blanc « les Cailloux » 2009
joli nez tendu, notes zestées, floral, noisette fraîche; la fraîcheur domine. Bouche à l’attaque de noisette grillée, qui développe sur une superbe minéralité, des notes de pomme, toujours, et des fleurs blanches. Si la longueur est convenable, la rétro est top, fraîche et variétale.

Bourgogne côte Chalonnaise rouge « clos des Roches » 2009
des vignes de 50 ans environ sur un terroir marneux et empierrement exceptionnel, « même après la pluie les pieds sont au sec ! » me déclare Alain. Nez extraordaire de fruits rouges et noirs, épine de ronce, fumée, un petit côté lacté très agréable. Bouche souple, fruitée, épicée, on y retrouve bien le nezz avec une minéralité bien présente. Belle longueur, la rétro est là aussi superbe.

Bourgogne côte Chalonnaise rouge « les Gardes » 2009
Ce sont des terres plus fines où les raisins arrivent plus vite à maturité. Toujours cette superbe touche au premier nez, fumée, mais plus marqué par le fruit, crème de framboises, plus simple aujourd’hui. Jolie bouche ronde, souple, mais encadrée par un tanin certes autoritaire mais d’une certaine chair. Notes réglissées. Finale opulente qui apporte bien de la longueur. Rétro sur la structure.

avec le domaine de la Monette, le Champ de l’Abbaye élabore de « simples » Bourgogne côte chalonnaise dignes de crus. A découvrir d’urgence, et sans snobisme aucun !

Mercurey rouge « la Brigadière » 2009
juste au-dessus des Combris, sur des terres blanches. Nez de cerise rouge, impression juteuse et florale. Bouche simple dans sa construction, mais complexe dans ses arômes, cerise, fumée, poivre, cardamome. Jolie finale fine, respectueuse du terroir.

Mercurey rouge « les Marcoeurs » 2009
sur terre rouge, de maturité précoce. Toujours cette note fumée à l’attaque de nez, élevage superbe. Bouche gourmande, cerise au sirop, amande, très belle acidité bien imbriquée, ça met une de ces traces dans le vin. Long et rond, très bonne longueur.

que ce soit l’épicée « Brigadière », ou les telluriques « Marcoeurs », la gamme des Mercurey réconciliera tout le monde avec cette appellation.

Monthelie rouge « les Sous-Roches » 2009
en partant vers la combe de Nantoux, sur des côtes très abruptes. Nez plus réservé, pinot net, caillou, tellurique. Attaque souple, joli grain de tanin, notes poivrées, densité dans la finesse mais les arômes doivent se centrer. Belle finale.

2 Responses to “en côte chalonnaise, au domaine des Champs de l’Abbaye, Alain HASARD : c’est divinement bon !”

  • Excellent article, Patrick ! J’ai dégusté une partie de leurs vins à Millésime bio cette année (ainsi que les vins de son frère installé dans le languedoc Domaine la Marfée).

    Mes préférés : Rully « les cailloux » 2010 blanc et son Mercurey « La Brigadière » 2010. Mon coup de coeur cependant va au Mercurey « Marcoeurs » 2010, un côté juteux minéral interminable ! Merci Patrick de mettre ce domaine en valeur, c’est amplement mérité !

    • Marie-Dominique,

      chère complice de dégustation, il faut reconnaître qu’il est difficile de trouver un mauvais vin dans ce domaine. Certes les tarifs sont un poil élevés, mais est-ce cher payé un bon vin, face à peut-être un beau nom sur l’étiquette, mais un jus de pied dans le flacon ?

      Haro aux noms pompeux, et réjouissons-nous de bonnes bouteilles, même si le patronyme est un tantinet en retrait. Merci de ta fidélité, mais surtout de ta collaboration au blog.

      Amitiés.
      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*