26 octobre 2010

en Bourgogne, à Meloisey : Agnès PAQUET : crédo.

by Patrick Maclart

J’ai rencontré Agnès PAQUET il y a quelques années au salon des jeunes talents au château de Savigny-les-Beaune. La première dégustation de ses vins m’avait impressionné. Même si la cuvée «Patience» manquait de centre ce jour là, la qualité indéniable, la profondeur et la tension naturelle de ces jus m’avaient fortement interpellés.

Cette jeune et jolie vigneronne sait travailler par étape, en réfléchissant, en s’adaptant. Ses parents étaient vignerons, son grand-père était propriétaire d’une vigne. Il était inconcevable pour elle de laisser partir ce patrimoine familial ailleurs. C’est décidé, elle sera vigneronne. C’est son crédo.

Agnès est bien dans sa vigne, là où la réflexion et l'écoute donneront de grands vins.

Construit de rien en 2000, le domaine s’étend aujourd’hui sur 7,5 hectares, qui produit 40.000 bouteilles par an, avec 2001 pour première récolte. Une infime partie de la production est vendue au négoce.

Agnès aime à déclamer : «80 % du travail du vin se fait à la vigne. J’y passe le plus clair de mon temps avec mon bras droit. Le reste, c’est la cave et le commerce». Les traitements sont raisonnés au maximum, et des essais en bio et biodynamie sont à l’essai sur 1,5 hectare.

Les étapes pour amener les vins du domaine PAQUET là où ils sont ont été progressives et réfléchies. Arrêt des désherbants chimiques en 2004, arrêt des filtrations sur vins rouges en 2006, suppression des pompages pour les soutirages en 2007 (donc, le vin sera travaillé par gravité, ou sera pulsé si la gravité n’est pas possible).

Au chai, le travail est lui aussi drastique. Double tri, à la vigne et à la table à l’entrée du chai. Les blancs seront pressés avec douceur et patience (on y revient). Entonnage pour fermentations et élevage pour une période de 11 à 16 mois. Les rouges quant à eux seront vinifiés en cuve béton, avec entonnage pour un élevage qui durera dans les mêmes durées environ. La proportion de bois neuf varie entre 15 et 25 %. Point étonnant : les vins de presse ne seront pas systématiquement ajoutés aux jus des vins rouges. Tout ce travail fait la différence entre le flot des Auxey-Duresses et les vins d’Agnès.

Allez rendre visite à cette superbe vigneronne; tout aussi superbe la route qui vous mènera à elle, entre Monthelie et Meloisey, joli village en retrait des routes touristiques habituelles. Vous rencontrerez une personne de volonté, de qualité, avec ce feu magique qui l’anime toujours : le crédo.

Agnès PAQUET

10 rue du Puits Bouret
F-21190 MELOISEY

tél. 00 33 (0)3 80 26 07 41
site internet : cliquez ICI
mail : contact@vinpaquet.com

DEGUSTATION

 
elle a eu lieu en présence d’Agnès, que je remercie encore pour sa disponibilité.

Bourgogne blanc 2008
nez sur le variétal. Bouche tendue, avec des notes de fumée. Milieu et finale sur un joli fruité évoquant la chair de pêche.

La touche d'une femme est évidente dans le bel habillage de ce Bourgogne au charme gustatif évident... Encore une femme ?

Auxey-Duresses blanc 2008
Très joli nez minéral, citron, aubépine. Bouche bien faite, assez légère en milieu mais finit sur une trame acide bien faite, avec une jolie longueur. Très beau.

Auxey-Duresses blanc «Patience» 2007
un vin élevé 16 mois sur fûts, après sélection des meilleurs vins du domaine, mais j’entend bien meilleurs pour élaborer cette cuvée. Nez complexe et minéral, zeste, lamelle de champignon frais. Bouche ample, longue, ça souffle ! Même si l’ensemble est encore bousculé, c’est très prometteur. La bouche est plus florale en finale, finissant sur l’acacia et la chair de pomme. Rétro sur le minéral. Gueule de très grand vin.

Voilà un grand vin à tarif raisonnable. Non seulement le terroir est ici évident, mais la qualité du travail d'élevage mérite applaudissements.

Chassagne-Montrachet blanc «les Bataudes» 2008
Nez de chair de fruit jaune, pomme. Bien présent. Attaque ronde, évolue sur l’élevage très bien amené, pomme mûre, notes de terroir. Belle finale, grande longueur.

Bourgogne rouge 2007
Cerise, fumée terre, tabac, fruits rouges au nez, jolie complexité vu l’appellation. Bouche souple, fruitée, ronde, sur la cerise charnue. Joli style, vinification intelligente.

Un nom qu'il faut dès aujourd'hui retenir. Même si Agnès réussit bien mieux ses vins blancs que ses rouges, ces derniers ne pourront qu'évoluer.

Auxey-Duresses rouge 2008
Nez de framboise, épice. Bouche fine et tendue, sur la réserve, à revoir.

Pommard «les Combes» 2008
Nez fin, distingué, marqué un peu par l’élevage à ce stade de dégustation. La bouche est fraîche et tendue, avec un joli végétal et de la fraîcheur toute typique de ce millésime. Acidité comme il faut, bien installée dans l’ensemble du vin. Bonne longueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*