9 mars 2011

En Bourgogne, à Fixin : Philippe NADDEF, une fougue bien élevée.

by Patrick Maclart

Philippe NADDEF fait partie de ces vignerons qui marquent. D’un abord qui pourrait paraître rugueux, Philippe est un vigneron franc, qui se livre tel quel, brut de décoffrage, avec son travail, ses vins et sa sincérité. Une dégustation est presque une manière de le comprendre, d’entrer dans son intimité, car sous ses dehors abrupts, Philippe n’est qu’un timide.

D’un naturel réservé et authentique, Philippe NADDEF se livre complètement en dégustation. Ce grand timide n’a qu’une envie malgré tout : vous combler de ses vins.

Le domaine s’étend sur 6 hectares, essentiellement constitué de vieilles vignes. «60 % du domaine possède des vignes âgées de plus de 40 ans. Les nouvelles plantations sont conduites en cordon de Royat. Je maîtrise ainsi le rendement, et ça change la qualité » précise Philippe. Le travail à la vigne est raisonné et traditionnel. Philippe et son épouse s’y trouvent très souvent.

Les vendanges sont manuelles, en petites cagettes. La totalité de la vendange est égrappée, sauf pour le Fixin «le Clos», issu de vendanges entières. La fermentation alcoolique se fera en cuve, sauf pour le Marsannay blanc qui lui la fera dans le fût, comme la malo avec température contrôlée. Pour ce dernier vin, la durée d’élevage se fera durant 12 mois environ, avec des bâtonnages réguliers.

Pour les rouges, les élevages longs dureront entre 16 et 18 mois sur fûts, avec une proportion de fûts neufs allant de 30 à 100 % pour les Cazetiers et les Mazis. Et pourtant, à la dégustation, jamais le boisé ne domine.

Le résultat, des vins savoureux, sapides, profonds, bien élevés, avec un boisé qui est certes présent, mais qui jamais n’aromatise le pinot qui conserve ainsi toute son authenticité. La nature du terroir est protégée.

L’élevage n’est pas un vain (vin !) mot chez Philippe, véritable squelette de ses flacons dont la garde est plus qu’honorable. Un Gevrey 1995 dégusté récemment était au top de sa forme.

Et c’est ça la gageure du domaine et du travail de ce vigneron, être fougueux et bien élevé, cela pourrait être la devise d’un vin de NADDEF. Ces coureurs de fond auront besoin de quelques années de patience avant de rencontrer notre palais. Le Bourgogne doit quand même rester un vin de garde.

Dernière chose : le domaine Naddef dispose de magnifiques chambres d’hôtes dont la galerie photos sur leur site ne vous donneront qu’une envie : venir les voir. Le goût certain de la décoration est très certainement la touche exquise d’Anne-Marie, l’épouse de Philippe.

NADEF3

Philippe NADDEF

30 route des Grands Crus
F-21220 FIXIN

tél. +33 (0)3 80 51 45 99
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, chez le vigneron. Merci Philippe et Anne-Marie pour la sincérité de votre accueil. Pour voir la vidéo réalisée avec Emmanuel DELMAS du blog sommelier-vins, cliquez ICI.

Marsannay village 2007
nez pinot, très framboise, petites notes évoquant le tabac blond. Jolie bouche ronde, simple mais bien faite. Jolis tanins.

Fixin village 2007
Nez profond, minéral, terroir marqué, fumé. Bouche complète, un peu rugueuse et typique de ce finage, ample, longue et corsée. Top dans sa catégorie.

Marsannay «les Genelières» 2007
Nez de fruits rouges, joli végétal, notes de terre humide. Bouche à l’atttaque mordante, un peu bousculée à ce stade, de la fougue ! Longueur autour d’une trame acide. Rétro sur un fruit réglissé. Le même vin en millésime 2009 plaide au classement de cette parcelle en premier cru !!

Dès l’entrée de gamme, les vins sont soignés comme des crus. J’ai rarement senti une telle implication dans l’ensemble d’une gamme.

Gevrey village 2008
Nez fumé, épicé, pinot bien présent, réglisse. Bouche ample, tendue, joli boisé. Belle moelle en milieu de bouche. Complet, rare pour ce millésime. Jolie longueur.

Gevrey village «vieilles vignes» 2007
Nez de fruit mûr, prune, caillou, graphite, profond. Bouche pleine, riche, concentrée, joli grain de tanin. La bouche est à ce stade un peu effacée, mais aucun souci, ça se fera bien. Fruit en finale sur le plat de la langue; intense, très long.

Gevrey 1er cru «les Champeaux» 2007
Nez de cerise noire, terre humide, réglisse, épices douces, clafoutis. Bouche équilibrée, belle moelle et beau fruit en milieu de bouche. Très long.

Gevrey 1er cru « les Champeaux ». Si ce n’est pas le plus spectaculaire de la gamme NADDEF, il s’agit quand même d’un vin profond et racé, mais axé plus sur la finesse. Il y a un « je ne sais quoi » de féminin dans ce vin.

Gevrey 1er cru «Cazetiers» 2007
Nez très profond, minéral, cerise au noyau, terre, encore fermé. Bouche immense, ça souffle ! Concentré, tannique, masculin, encore fermé. Terroir immense.

Mazis-Chambertin Grand cru 2007
Nez de fruits mûrs, cerise juteuse, fermé. Bouche bousculée, fougueuse, pas prête. A revoir.

2 Responses to “En Bourgogne, à Fixin : Philippe NADDEF, une fougue bien élevée.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*