28 avril 2011

en Bourgogne, à Chablis : Roland LAVANTUREUX : le présent composé.

by Patrick Maclart

Roland LAVANTUREUX, 59 ans, est un vigneron pour lequel j’ai beaucoup de respect. Réservé, mais l’oeil plein de malice, débonnaire mais gros bosseur, il n’aime pas se faire mousser et jouer les stars. Son métier, il le maîtrise et cela lui suffit bien.

Roland LAVANTUREUX paraît réservé lorsqu’il vous reçoit. C’est le respect qu’il vous marque. Mais la malice est bien lisible autant dans ses moustaches que dans sa pupille qui pétille…

Le début de l’histoire est un BTS viti oeno à Beaune alors qu’il est tout jeune, et un premier poste chez MOET & CHANDON. A cette époque déjà, Roland avait envie de créer quelque chose, mais quoi ? Facile d’avoir des idées, mais plus compliqué de les mettre en pratique. «De toute façon, c’était dans mes gênes», explique Roland.

C’est en 1979 qu’il commencera son domaine à son nom, suite au décès inopiné de son père, et d’autres avatars familiaux bien tristes. Il reprend donc la petite vigne paternelle, et commence à louer ça et là des parcelles de vignes. Il est parfois possible de trouver son bonheur suite au malheur. En avoir conscience est l’apanage des esprits forts. Et maintenant, Roland a deux fils, dont un en BTS, comme lui il y a quelques années, et un autre qui prend une voie commerciale. Mais qui sait…

Le domaine s’étend aujourd’hui sur 19 hectares, dont 14,5 en appellation Chablis, et 4.5 en Petit Chablis. Il n’y a pas de cru, mais les vins du domaine supplantent très souvent à l’aveugle bien des congénères de plus noble lignée, mais de moindre goût. On peut retrouver cette caractéristique chez les humains…

A la vigne, le désherbant est proscrit. 3 labours par an minimum sont effectués, dont une partie enherbée. «C’est à la mode, mais ça fait plus de 20 ans que je fais ça», appuie Roland. Pour les traitements, il suit le programme mis en place par la Chambre d’Agriculture qui est très modéré et intelligent. Contrairement à certains qui ne veulent pas prendre de risques et protègent leur récolte à tout prix, il préfère modérer ses traitements et faire confiance à sa riche expérience.

Au chai, rien de révolutionnaire. Pressoir pneumatique, cuves thermorégulées, un essai cette année sur fûts, «on verra bien. C’est une idée du fiston».

Les vins sont élevés 8 à 10 mois pour les Petit Chablis, et 10 à 12 mois pour les Chablis, mais rien n’est fixé, c’est le vin qui commande.

Allez rendre visite à ce vigneron fiable aux vins savoureux, concentrés, fidèles à leur appellation, et d’un niveau supérieur à bien des bouteilles plus prétentieuses.

domaine LAVANTUREUX
Roland LAVANTUREUX

4 rue Saint-Martin
F-89800 LIGNORELLES

tél. +33 (0)3 86 47 53 75
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ en présence du vigneron. Merci pour ce moment sobre rempli de malice !

Petit Chablis 2009 «brut de cuve»
cette première sélection provient d’une vigne située à 300 mètres du village, au chemin de Ligny, sur un sol argilo-calcaire. Le nez est très fruité, fruit à chair jaune, intense. La bouche est pleine de charme, pleine, fruitée, d’une générosité et d’une facilité sans pareil. Du plaisir.

Petit Chablis 2009 «brut de cuve»
autre provenance. Secteur «Vau Prin», en allant vers Chablis, dont les vignes jouxtent l’appellation communale. Plus austère au nez, minéral plus marqué. Elevage plus présent aussi. La bouche est plus riche, semble plus concentrée, minéral très marqué. Belle longueur.

Cabotte entre Chablis et Petit Chablis. Pour cette dernière appellation, dénigrée par les buveurs d’étiquettes, des différences de terroir sont très perceptibles, et certains vins des bombes de plaisir pur.

Chablis 2009 «brut de cuve»
la première sélection provient d’une vigne âgée. «Le raisin était bien mûr et il était si beau», raconte Roland. Nez discret à ce stade, fruits exotiques, ananas. Bouche riche, dotée d’un certain gras. La minéralité se marie très bien à l’acidité du vin. Belle longueur.

Chablis 2009 «brut de cuve»
Cette sélection à la dégustation est le « gros » de la production « Chablis ». Superbe nez tendu, caillou, zeste, chair de poire. Bouche tendue elle aussi, belle acidité, notes florales en milieu de bouche. Tension superbe, quelle personnalité ! Niveau d’un cru, sans discussion possible.

Petit Chablis 2008
Le vin fini est le résultat des deux vins dégustés en 2009, puis assemblés. Nez discret, élégant, citronné, pointe minérale. Attaque zestée, élégante, belle palette au développement. Très belle finale sur l’acidité. Doit encore un peu dormir.

Une gamme élégante et bien habillée.

Chablis 2008
Nez profond, minéral, très axé sur le raisin blanc. Bouche tendue, minéral marqué. Très belle acidité , arômes de citron jaune. Tension incroyable en finale. A laisser encore poser quelques mois.

Chablis «vieilles vignes» 2008
Nez fermé, mais profond : chardonnay, minéral, floral et terre. Petite pointe de surmaturité perceptible. C’est par ailleurs souvent le cas dans les cuvées «vieilles vignes» en chablisien. Bouche impressionnante, mais encore fermée. Amers et acidité bien en place, la tension est plus modérée en finale. Très long sur ses arômes. Prix justifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*