13 décembre 2010

Domaine Robert CHEVILLON à Nuits Saint-Georges : les frères Talent.

by Patrick Maclart

Ce domaine discret ne manque pas de talents. Les deux frères Chevillon élaborent des pinots de folie, profonds, savoureux, et de longue garde. Lors de leur prime jeunesse, ils expriment curieusement déjà des flaveurs excitantes et caressantes de pinot pur jus. Et pourtant, les vieux millésimes que j’ai dégustés avaient une tenue arrogante de puissance contenue; des vins d’intelligence.

Bertrand et Denis Chevillon, modestes, discrets, et talentueux.

Ma première rencontre avec ce domaine était une dégustation avec Robert, le père. Le millésime, 1990 me laisse encore sur les papilles des flaveurs de vrai pinot, alors que j’étais dans mon écolage des grands vins de Bourgogne. Il fut l’un des premiers à me transmettre les émotions et excitations de ce divin cépage. Ensuite, ce sont des rencontres avec les fils, joyeux, modestes, discrets, mais d’un talent fou. A les entendre, le vin se fait quasiment tout seul, on a peine à leur arracher leurs méthodes, qu’ils cachent comme des magiciens cachent leurs tours.

Le domaine s’étend sur 13 hectares. En dehors de quelques pieds d’aligoté et de Bourgogne régional, la totalité du vignoble est situé sur le finage de Nuits saint-Georges, avec des climats de folie, avec plus de 8 hectares en premiers crus ! Le travail est conventionnel, et les passages à la vigne aussi nombreux que précis. L’élevage est très long, où l’influence du fût neuf est minime, en tout cas bien mesuré. De plus, le style convient tant aux crus fins (les Chaignots) que les puissants (les Saint-Georges). C’est magnifique.

Les vins s’arrachent, et c’est compréhensible, sur tous les marchés, essentiellement à l’export. Ce qui rend à la fois les dégustations difficiles, et les acquisitions pénibles. Certains amateurs envisagent des pélerinages à Lourdes, ou plus sérieusement des acquéreurs qui annulent leurs commandes.

robert-chevillon

source : www.burgundy-report.com, by Bill NANSON

domaine Robert CHEVILLON
Bertrand & Denis CHEVILLON

68 rue Félix Tisserand
F-21700  NUITS SAINT-GEORGES

tél. +33 (0)3 80 62 34 88

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, mais des notes viennent de dégustations antérieures ayant eu lieu à mon domicile.

Quelques bouteilles de magie burgonde…

Nuits St-Georges village 2006
au nez de pinot pur jus, au fruit impeccable et propre, cerises rouges, notes de végétal frais. La bouche est axée sur la fraîcheur et le plaisir. De garde moyenne, mais quel plaisir.

Nuits St-Georges 1er cru « Chaignots » 2006
au nez de pinot net, cerises griotte, placé dans sa catégorie. Du beau vin.

Nuits St-Georges 1er cru « Chaignots » 1995
au nez de cerises et d’épices, ayant tendance à tourner au giboyeux en vieillissant. La bouche est bien faite et ronde.

Nuits St-Georges 1er cru « Roncières » 2005
superbe d’harmonie, avec un nez de pinot authentique (cerises griotte), des notes fraîches, et une bouche bien équilibrée entre muscle et finesse, très belle longueur.

Nuits St-Georges 1er cru « Roncières » 1999
très beau fruit, toujours de la pureté, malgré une petite réduction juste à l’ouverture, mais qui s’estompe. En bouche, une fraîcheur inouïe, une jeunesse incroyable pour un vin de près de 10 ans, une gourmandise et malgré tout une structure marquée, mais restant sur la finesse. Superbe d’harmonie et d’équilibre.

Toute la magie d’un millésime extraordinaire (et dont on parle peu), avec la profondeur du terroir des Roncières… Alléluia !

Nuits St-Georges 1er cru « Roncières » 1993
au fruit de cerises, mais avec derrière des notes de terre, des touches minérales, des notes épicées. La bouche est sérieuse, avec des tanins un peu anguleux, typiques de ce millésime. La longueur est bien marquée, plus gastronomique que de dégustation. Un joli lièvre pourrait avoir une conversation intéressante avec ce vin…

Nuits St-Georges 1er cru « les Bousselots » 1996
j’ai un souvenir de ce vin qui pourtant n’est pas dans les crus les plus connus de Nuits, et pourtant. C’est une bouteille d’anthologie, avec des notes de fruits rouges murs (groseilles, framboises), des notes de terre, quelques notes d’épices, et en bouche un vin qui donne tant d’émotions qu’il est difficile de donner une analyse décortiquée, détaillée. On se laisse faire par cette magie… Dégusté en 2006, il me donnait l’impression d’être immortel à ce moment. On a aussi envie d’être immortel pour en boire ad vitam aeternam…

Nuits St-Georges 1er cru « les Cailles » 2006
au nez flatteur, et dans un style plus fin. La bouche est tout aussi belle et plus distinguée que le Chaignots.

Nuits St-Georges 1er cru « Vaucrains » 1996
au nez profond : raisins noirs, cerise mure, fumée, on s’y noierait ! La bouche quant à elle est taillée pour assurer à ce divin breuvage une espérance de vie d’au moins deux décennies. Concentration, fruits, tanins, acidité, tout y est.

MILLESIME 2007, dégusté au domaine, en août 2008, sur fût.

Nuits St-Georges village au nez très agréable de fraises mûres, avec beaucoup de sex appeal, très séducteur

Nuits St-Georges 1er cru « Chaignots » au fruité lui aussi marqué : groseilles, mûres, et en bouche une acidité très prometteuse, le vin doit prendre du volume.

Nuits St-Georges 1er cru « Roncières » harmonieux et équilibré, avec des jolies notes de végétal frais, évoquant au haut du nez le pétale de rose, et la cerise griotte. J’adore.

Nuits St-Georges 1er cru « Cailles » excitant, sensuel, caressant, avec des notes de cerises rouges mures, des petites notes de noyau, des arômes de terre mouillée… Un grand vin en perspective.

Nuits St-Georges 1er cru « Vaucrains » plus sérieux, profond, avec des touches minérales tant au nez qu’en bouche; c’est le terroir qui parle. Une impression de terre, de la cerise mure, un peu de réduction sur le fût présage là aussi un vin qu’on laisse se faire. Futur géant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*